American Soldier

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Queensrÿche
Nom de l'album American Soldier
Type Album
Date de parution 31 Mars 2009
Style MusicalHeavy Progressif
Membres possèdant cet album100

Tracklist

1. Sliver
2. Unafraid
3. Hundred Mile Stare
4. At 30,000 Ft.
5. A Dead Man's Words
6. The Killer
7. Middle of Hell
8. If I Were King
9. Man Down !
10. Remember Me
11. Home Again
12. The Voice

Chronique @ Darklau

04 Avril 2009
A dire vrai, Queensrÿche est une véritable institution, une référence en matière de Heavy Progressif et les années 80 ont été largement dominées par la bande de Geoff Tate et Chris De Garmo en ce qui concerne le secteur heavy prog.
"Toujours plus loin, toujours plus haut", telle aurait pu être leur devise en ces années bénies tant ces musiciens talentueux nous ont offert des heures magiques à la pelle et des sonorités innovantes à chaque album.

Quant est-il aujourd'hui ? Le génial guitariste et compositeur Chris De Garmo a quitté le groupe depuis longtemps. Et depuis, Queensrÿche a vogué de galère en galère, multipliant les échecs artistiques et commerciaux. Même l'ambitieux Operation Mindcrime deuxième du nom sorti en 2006 en a finalement déçu plus d'un. D'aucun s'attendait à l'époque à un sursaut d'orgueil de la part des génies qui avaient pondu le plus grand album concept de métal prog de tous les temps (Operation Mindcrime "premier du nom"). Malheureusement, tous avaient du déchanter. La redite n'était pas à la hauteur de l'original. L'inspiration n'était plus la même.

Queensrÿche n'avait donc pas le vent en poupe au moment de sortir ce nouvel album intitulé très patriotiquement American Soldier. En fait, qui les attendait encore au tournant ?
Même pas moi, je l'avoue.
La question que je me pose est la suivante : ce nouvel opus va-t-il suivre le même chemin que ses tristes prédécesseurs, c'est à dire : tout droit aux oubliettes ?
J'ai donc appuyé sur la touche play pour y répondre.

Le premier titre pourrait presque me faire douter. Même si le refrain est un peu ennuyeux, un riff de guitare intéressant vient faire remonter les enchères et me faire espérer quelque chose de meilleur pour cet album. Mais c'est à peu près tout ce qu'on peut en retenir.
Le deuxième titre "Unafraid" vient vite me gâcher le plaisir. Ici Queensrÿche s'éloigne bien trop loin du heavy metal et propose une sorte de pseudo métal atmosphérique expérimental qui ne fait pas dans le rythme cadencé malgré son refrain bien structuré.
"100 Mile Stare" continue sur la même lancée ou sur la même pente (descendante) oserais-je dire. On sent pourtant les efforts du groupe en matière de composition originale. Pour ça, on ne peut rien leur reprocher. Mais les amateurs de métal costaud passeront leur chemin. Queensrÿche a donc choisi une voie moderne résolument tournée vers le rock alternatif voire le pop rock légèrement teinté de Porcupine Tree à certains moments.
Après une intro un peu mollassonne, "Thousand FT" me remet un peu de joie métallique au cœur, avec des accords lorgnant vers les compositions de Empire. Mais tout cela semble un peu trop haché par des passages plus mous qui viennent freiner le bel élan des guitares. Finalement, le morceau n'arrive pas à décoller vraiment.
"Dead Man's World" n'a guère plus de poids que Unafraid et n'accroche pas plus mes oreilles déjà presque endormies.
The Killer ne tue personne non plus, malheureusement.
J'en viens alors à me dire que là, c’est la fin des haricots.
Mes oreilles n’attendent déjà plus la petite étincelle qui me fera bondir comme au bon vieux temps de The Warning ou Rage for Order. Je suis déjà blasé et dire cela à mi-album, ça sent mauvais pour la suite.
"Middle of Hell" est une ballade qui a l'air de se traîner tant la musique est langoureuse et poussive. Rien à voir avec un titre comme "Della Brown" sur Empire. Ce dernier avait quand même le don de faire naître mille et une images dans l'esprit de l'auditeur mais ici, plus rien. Le vide. Inquiétant.
En fait, presque tout l'album semble frappé du même mal : l'absence du pouvoir d'évocation. Et ce n'est pas "If I Were King" qui changera la donne. En fait, ce titre est bâti sur la même structure que Thousand FT. Donc même critique.
Et là, boum patatra, ENFIN, un vrai riff de nom de dieu de derrière les fagots. "Man Down" déboule de la meilleure façon qui soit. Il faut dire qu'après tout ce qui précède, c'était presque inespéré. Un beau solo digne de ce nom vient s'ajouter à un chant plus rageur et volontaire. Par tous les saints, pourquoi Queensrÿche n'a-t-il pas plutôt suivi cette voie-là pour composer son nouvel album !
Mais la pression retombe de nouveau sur Remember Me, Home Again et The Voice, et j'ai l'impression d'avoir déjà entendu ces ritournelles poussives.

Evidemment, le groupe a évolué avec le temps. Album après album, il a construit un style propre et s'est éloigné de la musique de ses débuts.
La recherche d'ambiances semble devenue la priorité de ce groupe, quitte à faire un album presque exclusivement constitué de ballades atmosphériques parfois bien insipides. Bref, cet album manque cruellement de punch, la force de frappe qui avait fait le succès du groupe est bien révolue.
Il faudra faire avec, qu'on se le dise.

Là-dessus, je vais me repasser un petit "Revolution Calling"...

22 Commentaires

13 J'aime

Partager

mrbungle - 29 Avril 2009: Suis en pleine écoute de l'album, & j'avoue être perplexe.

Cet album n'est pas mauvais en soit, mais il manque le petit plus des débuts (petits plus qui a fait des 1er albums des classiques du genre).

Après tout, il faut peux être effectivement plusieurs écoutes pour se faire une opinion ???


mrbungle - 20 Mai 2009: Après une vrais écoute de cet album, je confirme ce que je disais précédement.

Ce n'est pas un mauvais album, mais il faut bien constater que la magie n'opère plus. Autant je prends toujours un plaisir montre à l'écoute de :

- Rage For Order, Operation : Mindcrime & Empire.

Autant je me suis ennuyé ferme à l'écoute de American Soldier.

On peux se consoler en réécoutant L'album Rage for Order par exemple ou le concert Opération Livecrime.
ZazPanzer - 05 Mai 2010: Je trouve ta note juste, 10/20 pour moi aussi. L'album n'est pas aussi soporifique que le précédent, on note quand même une certaine recherche et des morceaux sympathiques (Man Down et Remember Me par exemple), mais jamais le disque ne parvient à vraiment décoller. Encore un coup d'épée dans l'eau.
 
GLADIATOR - 24 Mai 2010: Je suis d'accord . Ce nouvel album n'est pas à la hauteur des précédents...Il est de plus en plus clair que le groupe souhaite s'éloigner un peu de la sphère "metal" , mais je reste convaincu que Queesryche est un groupe exceptionnel , d'ailleurs les albums "Promised Land" et "Hear in The New Frontier" sont excellents , même s'ils n'ont pas eu le succès qu'ils méritaient réellement !
Et puis , un groupe peut rebondir...Gageons que Queensryche revienne rapidement en état de grâce , car il serait dommage qu'un tel groupe sombre , ce ne serait pas juste au regard de son talent .
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ TasteofEternity

10 Mars 2019

Une bonne cause n'assure pas un bon album

Les années 90 n'ont pas fait du bien à tout le monde, et Queensrÿche, véritable légende du heavy américain qui a marqué l'histoire du metal avec ses 4 premiers albums, n'échappe pas à la règle. Mais à côté des 2000's, finalement c'était de la rigolade. Deux albums plus que dispensables, Tribe (2003) et Operation Mindcrime II (2006), ce dernier se voulant la suite de leur monument qui n'aura eu que pour intérêt de souligner l'excellence et le génie du premier opus de la série, puis un album de covers en 2007 et on pense que le groupe est fini, ou pas loin.

Puis une rumeur, des bruits de couloirs, des bribes d'interviews, annoncent le retour de Queensrÿche, mais quand je dis, le retour, je devrai plutôt dire The Return , car on parle concept album, on parle Guerre (comme c'est original), on parle retranscription de témoignage in vivo, reconnaissance et hommage aux vétérans. Vous savez ces personnes qui se battent pour une patrie, qui reviennent traumatisés, et qui aux Etats-Unis, depuis Nixon, sont écartés et oubliés pour le meilleur, et surtout le pire. Le cinéma américain a su fouiller dans ses propres entrailles dés les années 1970/80 (Apocalypse Now, Platoon, Rambo I, Né un 4 Juillet, Nixon, Les Sentiers de la Gloire, Full Metal Jacket...) pour dénoncer ce qui représente un véritable acte de haute trahison de la part des gouvernants envers les sacrifiés de l'histoire ! Ce symptôme, caractéristique de la dégénérescence d'une civilisation qui va jusqu'à renier ceux qui font sa force et sa protection, est devenu en 2009 malheureusement un lieu commun en Occident. C'est pourquoi au-delà de l'hommage à la souffrance du soldat inconnu, et à celle de son propre père, Geoff Tate, malgré des intentions louables, sur le fond, ne pouvait pas donner naissance à une révolution, ni même une révélation ; maintenant il est intéressant de voir un artiste s'impliquer dans un combat, et mettre son art au service d'une cause plus que légitime, ne serait-ce que pour cela, respect.

Le tour de force, si tour de force, il pouvait exister, ne se retrouverait que sur la forme, autrement dit la mise en musique du propos défendu, le témoignage du soldat au front ! Car c'est bien de cela qu'il s'agit, nous faire vivre de l'intérieur la guerre ! Pour ce genre d'expérience, on s'attend, enfin on espère The Next Big Thing, une claque à assommer une buffle. Bolt Thrower n'a qu'à bien se tenir !!! Que nenni, les amis, dés le premier titre l'auditeur se retrouve dans un metal moderne, avec distortions de guitares en intro, au ton moyen-oriental, avec un refrain scandé, pour ne pas dire, rappé "Welcome To The Show", des choeurs pour donner un peu de densité à l'ensemble, des effets sonores en sus, bref on a des couches et des couches qui se mélangent mal, en définitive. Bon est-ce que la suite est du même acabit ? Sample d'hélicoptère, une voix de l'un des nombreux soldats que Geoff a été rencontré, et dont il a recueilli le témoignage, les voix se superposent sur une guitare qui claque des riffs heavy sans une once d'originalité dans les lignes comme dans le son, malgré une batterie bien présente, puis retour à l'ambiance du premier titre... La voix de Tate reste bien présente dans ce magma de sonorités, elle est d'ailleurs le pilier qui permet encore d'identifier le nom du navire sur le point de chavirer.

Premier constat, le heavy déployé par nos ricains est loin d'être incisif et percutant : tombés dans le mainstream les Rÿche, et incapables d'aiguiser une pierre, polie par prés de 3 décennies d'expérience ! Oui ça manque de tranchant dans les riffs, dans l'attaque des refrains, dans le mixage de la batterie, et alors ces couches et surcouches de voix, parlé, chanté, scandé : est-ce par peur de choisir ou le fait délibéré de retranscrire la multiplicité des voix intérieures qui hantent les protagonistes de l'oeuvre, quoiqu'il en soit ce n'est pas assez dérangeant ni harmonique pour être probant. Et ils ont beau sortir le sax, quelques instruments de percussion, qui n'auront finalement que peu d'écho et de résonance, l'ensemble sonne à l'image des couleurs de la pochette, sans éclat, ni effet.

Mais pire, lorsqu'on s'attache aux titres des chansons, Unafraid, The Killer, If I Were King, on s'attend à un impact, à un choc, à une envie, voire à de la rage, et des tripes, et rien de tout cela n'apparaît ; au contraire tout est soigneusement dilué, les larmes étouffées, le combat, simplement d'arrière-garde. L'honneur et la mémoire, au service d'une musique qui peut rentrer dans les chaumières sans laisser-passer, nourrissant la bienpensance du moment, celle qui dénonce sans aller au-delà, sur un canapé en cuir devant un bon feu de cheminée, à l'abri des bombes, et des choix déchirants ! On ne ressent ni le poids de la culpabilité, ni la honte, ni même la peur alors qu'il s'agit d'un thème récurrent tout au long de l'album. Mais à force d'en parler, on passe souvent à côté. Certains masqueront cela peut-être derrière une pseudo-maturité, mais la réalité est tout autre, lorsqu'on s'empare, certes d'un thème déjà visité et revisité, portant sur des valeurs aussi importantes, on ne peut se contenter de la demie-mesure, du juste calibrage commercial, de titres passe-partout.... On doit se foutre du billboard (classé n°25).

J'ai laissé passer un paquet d'écoutes, et cela fait plusieurs mois que je le reprends, mais à chaque fois, l'étincelle attendue ne fait que disparaître derrière l'ensemble des "trop" bonnes raisons qui ont conduit à la création de cet album.

A côté, même si le groupe peut horripiler, laissez traîner une oreille sur le 1919-Eternal de Black Label Society, album sur la WWI, également en hommage au père de Zakk Wylde, qui percute bien mieux que ça ! Et pour un heavy progressif encore créatif, un bon album de Pain of Salvation à commencer par Be, fera toujours mieux l'affaire !

Sur ce gentlemen, à vous de jouer.


5 Commentaires

6 J'aime

Partager

samolice - 16 Mars 2019:

Merci pour la chro! Le constat est sévère mais juste me semble t'il. Queensryche, ce groupe tellement novateur au milieu des eighties, n'a plus rien à proposer d'intéressant. On continue pourtant de le suivre, par habitude ou par respect pour ses oeuvres passés, espérant un sursaut qui ne vient pas. Triste. 

Sperma_frost - 16 Mars 2019:

Mouais, ça fait longtemps que le bateau a sombré et malgré tout l’orchestre continue de jouer ! :-)

King_Triton - 17 Mars 2019:

L'album n'est pas terrible en effet, mais ils feront encore pire deux ans après avec l'affreux Dedicated to Chaos !

TasteofEternity - 17 Mars 2019:

Merci messieurs d'avoir pris le temps de lire et poster un commentaire. Je partage votre ton alarmiste, en effet la descente aux enfers n'allait que se poursuivre jusqu'au départ de celui qui donnait tellement l'impression d'être la solution au problème, un comble. Apprécions Queensrÿche pour ce qu'il est aujourd'hui un souvenir magistral d'une époque bénie ! 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire