Pentagram

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gorgoroth (NOR)
Nom de l'album Pentagram
Type Album
Date de parution 12 Octobre 1994
Enregistré à Grieghallen Studio
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album511

Tracklist

Re-Issue in 1996 by Malicious Records.
1.
 Begravelsesnatt
 02:33
2.
 Crushing the Scepter (Regaining a Lost Dominion)
 03:23
3.
 Ritual
 03:52
4.
 Drømmer om Død
 03:45
5.
 Katharinas Bortgang
 04:03
6.
 Huldrelokk
 01:52
7.
 (Under) the Pagan Megalith
 03:54
8.
 Måneskyggens Slave
 05:55

Durée totale : 29:17


Chronique @ CirithUngol

19 Août 2011

Une folie musicale meurtrière comme te laisse le goût dégueulasse de la viande en décomposition dans la gueule!

Imaginez un instant, de nos jours, malgré la pléthore de groupe officiant dans le Black Metal brutal et malsain, un truc venu de nulle part, reléguant les plus violents au rang de tafiolles rock’n rollesques....

1994...Quel misérable cataclysme, effroyable catastrophe a-t-il bien pu arriver dans leurs putains de vies ? Cette question je me la pose et repose a chaque écoute de ce "Pentagram"...
Je cherche, j’étudie, j’essaye d’imaginer le pourquoi d’un tel déchaînement de haine. Pas de la haine de pacotille tirée d’une pochette-surprise achetée chez l’épicier du coin, non, de la haine pure, noire et absolument immonde.

L’accouchement de ce fœtus ignoble, pourri comme un fruit trop mûr, suintant la haine et le sang par tous ses pores, se produit en Norvège, alors que la frange du BM venait tout juste de digérer un certain "A Blaze in the Northern Sky"... On croyait avoir fini le festin, repus de folie meurtrière, de riffs assassins. Nous avions oublié le dessert... Funeste dessert, la bouche emplie de sang, de moisissure, de pourriture à filer une gerbe de dégoût pour l’éternité. Rien, rien ne m’aurait laissé imaginer qu’une telle ignominie aurait pu voir le jour.
Une débauche musicale malsaine, violente, pourrie jusqu'à l’os. Le Malin, par le biais de Gorgoroth, dégueule à la face du monde "Pentagram".

Vous situez le phénomène ? Et bien voila comment ce "Pentagram" a révolutionné le True Black Metal from Norway. Mais attention, car lorsque l’on ose s’aventurer sans une initiation préalable et surtout vitale dans ce "Pentagram", on en sort déchiqueté, anéanti.

Un son cradingue, une voix possédée par le cornu et entretenue au vitriol. Elle hurle la haine comme on crache un vulgaire glaviot, sans répit. Ces filets de bave hautement toxiques, mariés à un Black cru impitoyable et destructeur, forment une arme de destruction massive.
Les riffs tournant en boucle à une vitesse subsonique, viennent anéantir tout espoir de vie. Ici tout est haine, point de place au romantisme, à l’amour, nous sommes dans le néant.

L’album est composé de 8 titres, 8 cataclysmes venus tout droit du fin fond de l’Enfer, Enfer revu et surtout corrigé par Gorgoroth. Et c’est ici que les norvégiens vont asseoir définitivement leur suprématie destructrice. Nul autre n’était arrivé à approcher, ne serait-ce qu’une infime partie, de leur folie. Une folie noire comme l’artwork de leur cover sans fioriture, une folie musicale meurtrière comme te laisse le goût dégueulasse de la viande en décomposition dans la gueule. Tout est misère sans lendemain, tout est crevé sans espoir.

Plusieurs fois j’ai lu quelques tirades du style "Gorgoroth et Pentagram, tu aimes ou tu n’aimes pas". Ah ah ah ! Je m’esclaffe, car ce n’est pas du tout ça...et ce n'est pas comprendre la démarche des norvégiens. Gorgoroth n’en a cure de savoir si l’on va aimer, d'ailleurs le terme "aimer" n'a pas sa place ici, car il n’y a rien de plus détestable, de dégueulasse que ce vomissement musical.

Mais, car il y a un mais, Gorgoroth vient d’ouvrir une brèche dans le paysage Black en Norvège et dans le monde entier. Une brèche dans l’immonde, qui va servir de tremplin à de multiples formations Black, pour venir nous déverser leur fiel avarié.

Certains diront que ce n’est que du Black Metal ...Je ne suis pas d’accord, cet album n’est ni plus ni moins que la pierre angulaire servant de fondation à l’extrême de l’extrême.

21 Commentaires

10 J'aime

Partager

Morgart - 23 Août 2011: Merci pour la chronique, pas grand chose à dire après le débat en-dessus.



Par contre, je trouve que dans la noirceur de cet album, on retrouve beaucoup de désespoir et de tristesse. Évidemment, c'est la haine qui domine dans cet album mais elle n'est pas seule.

Autrement, dans les Gorgoroth, mon chouchou reste le Antichrist qui est décidément unique. Je trouve également que ce pentagram est un des albums qui se rapprochent le plus de Translivanian Hunger.
NICOS - 28 Septembre 2011: Très bon album, certes. Noir, il l'est mais je ne le ressent pas à ce point.
En tout cas, on est loin de l'incroyable Til cormpt norz norz norz sortit deux ans avant, album malsain comme jamais.
Mais c'est l'avis d'un fan avant tout de Death metal, n'ayant jamais aprécié DARKTHRONE à sa présumée juste valeur.
 
jorn94 - 10 Avril 2015: Le plus dur à trouver ce sont les paroles, et moi qui suis assez porté sur les lyrics, je demande à quiconque les a de me les communiquer. Under the pagan Megalith signifie bien "Après les megalith païens" ou encore "Après le mégalithique" en tout cas y a le mot païen, mais comprenez que j'ai pas pu comprendre un seul mot braillé par ce brailleur de Pest, vocaliste néanmoins magistral!
Ghul - 25 Fevrier 2016: Un album qui fait son effet. Entre la puissance des mélodies de guitares diverses et le ressentit de ces chants écorchés, je me retrouve avec un de mes albums de Black Metal Norvégien préféré.

Pour répondre à la question plus haut, je ne pense pas que les paroles puissent être trouvées. Rien n'est présent à part l'image de la pochette lorsqu'on ouvre le boitier de l'album. Et ici, le chanteur se nomme Hat et non Pest. Mais bon, ce sont des détails. L'important, c'est de ressentir la musique !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Necroreaper

24 Mai 2009
Voici l’album culte de Gorgoroth, alors formé par des futurs et actuels membres de Emperor, Borknagar et Desekrator. Alors formé par le maître à penser, Infernus, aux guitares, Hat au chant, Samoth à la basse et Goatpervertor à la batterie, Gorgoroth enfante en 1994 Pentagram. Album magnifique, sublimissime mais malheureusement sorti lors du démantèlement des agissements de la scène Black Metal norvégienne, un pur True Black Metal norvégien comme on en entend plus souvent. La musique est un véritable concentré de haine et de ténèbres.

Sorti en 1994 sous le label Embassy records, puis réenregistré en 1996 sous Malicious records et mixé au légendaire Grieghallen studio, Pentagram bénéficie d’une production assez raw mais sans aller dans les excès. En effet on peut distinguer toutes les mélodies et le mixage est vraiment très réussi. Tous les instruments sont audibles.

Musicalement, les riffs semblent sortir de l’enfer lui même. On sent vraiment l’esprit guerrier et la haine qu’ont ressenti les musiciens lors de la composition. Ils sont hyper sombres, malsains et il en ressort une sorte de tension omniprésente. La batterie est un fil conducteur. C’est elle qui impose la brutalité de l’album. Elle est une bonne partie du temps en blast beats sulfureux qui donne une dimension très brutale mais aussi infernale à la musique. Les mid tempos font aussi partie de la bataille mais ne sont pas légions, ils s’installent afin de donner vie aux riffs rock’n’roll (vraiment très réussit). Le chant de Hat est presque semblable à celui de Ihshan période Wrath of the tyrant ou peut être aussi In the nightside eclipse. Il est par conséquent très malsain où le raclement de gorge met en retrait l’aspect criard.

Textuellement, les paroles traitent de satanisme, de rituels et sont antichrétiens.

Bref, Pentagram est un élément de base pour tous les fans de Black Metal des années 90.

A posséder !!!

2 Commentaires

1 J'aime

Partager
vince666 - 03 Janvier 2010: Bon grace a t'as chronique je vais essayer de l'acheter mais c'est vrément pas sur que j'aime... en plus Gorgoroth est loin d'ètre mon préféré groupe ... mais juste une question,coté musique sa ressemble au autre album de Gorgoroth comme "Destroyer" ou pas du tout ?
 
jorn94 - 10 Avril 2015: Tu as les paroles stp?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Peter.K

24 Mai 2009
Le bon vieux Gorgoroth!
J'ai lu quelque part qu'il fallait "être complètement fou" pour aimer la musique ce groupe, le son est horrible, les paroles inaudibles etc... Et bien je suis parfaitement d'accord! Pardon mais c'est trop bon!!
Gorgoroth, et plus particulièrement cet album, représente parfaitement le black metal qui vous prend au trippes et qui ne les lache pas! Il ne faut pas longtemps pour s'en rendre compte. Les compositions sont vraiment crades, le son est pourri, mais c'est génial! La haine qui s'en ressort est vraiment très forte ainsi que l'aspect malsain du tout. Les riffs sont superbes, la voix est magnifiquement horrible, le batteur assure! Quelques petites mélodies malsaines s'échappent de temps à autres aussi. Cet album, je pense que soit on le déteste, soit on l'adore! Moi je l'adore bien sur. Je le trouve très accrocheur et il représente beaucoup ce qu'est le "True" Black Metal de la belle époque!
Apreès ,il est vrai que le CD est très court, moins de 30 minutes pour huit titres, c'est peu, mais c'est un album de Gorgoroth...
Pour citer quelque bons morceau, hum, ils sont bons à vrai dire, petite mention pour les morecaux "Katharinas Bortgang" et "Måneskyggens slave", le dernier morceau qui comprend une très belle partie assez mélodique dans sa troisième minute.
Au final ,un album culte, très culte. Si vous êtes plutôt fan de black mélodique ou raffiné, passez votre chemin ça vaut mieux, fans de black violent ou à l'ancienne, ce CD est aussi pour vous!


0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ HelMist

18 Mai 2010
C'est là que commence une légende du Black Metal avec cet album mythique. La pochette, déjà, annonce la couleur. Durant trente minutes, nous sommes plongés dans un abysse avec pour seule amie une musique totalement folle comme je ne l'entends que peu aujourd'hui. On sent une grosse influence de l'album légendaire de Mayhem "De Mysteriis Dom Sathanas" pour la production oppressante et suffisamment crasseuse sans pour autant rendre l'album inaudible. On retrouve cette influence d'ailleurs dans certains riffs à la limite du plagiat (celui de " Crushing the Scepter (Regaining a Lost Dominon)")
Bien évidemment, Pentagram ne serait pas l'album culte qu'il est si certains morceaux n'étaient pas représentatifs de la couleur des cuvées Black Metal d'avant 1994. L'album commence sur un "Begravelsesnatt" rapide et mettant complètement dans l'ambiance: noire et pleine de soufre. Ainsi, l'album à l'odeur d'une antiquité que l'on peut rechercher dans le "true" Black (et chez ceux qui tentent vainement de l'imiter). La courte instrumentale "Guldrelokk" résume assez simplement la noirceur contenue sur la galette. N'oublions certains morceaux plus épiques, mélodiques ou tout simplement mémorisables comme "Drõmmer om Dõd" ou "Maaneskygyens Slave" qui conclut l'album de manière justement très épique, sur une victoire (celle de Gorgoroth).
Tout juste je reproche quelques (très) petits plagiats à "De Mysteriis Dom Sathanas". Mais bon, Pentagram en offrant une vrai voix black contrairement à l'autre. On retrouve un certain minimalisme dans les compositions. La production pour du vrai Black Metal norvégien de l'âge d'or. Bref, un album qui mérite son statut de culte. Et dire qu'Infernus, maintenant libéré de Gaahl et King Ov Hell, semble éprouver le désir de ressusciter la grande époque.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire