OU812

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Van Halen
Nom de l'album OU812
Type Album
Date de parution 24 Mai 1988
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album214

Tracklist

1. Mine All Mine 05:14
2. When It's Love 05:39
3. A.F.U. (Naturally Wired) 04:30
4. Cabo Wabo 07:04
5. Source of Infection 04:01
6. Feels So Good 04:31
7. Finish What Ya Started 04:24
8. Black and Blue 05:26
9. Sucker in a 3 Piece 05:55
10. A Apolitical Blues 03:51
Total playing time 50:43

Chronique @ frozenheart

16 Décembre 2020

Merci Mr Eddie pour tous ces merveilleux moments que vous nous avez fait vivre !

En tant que grand fan du combo de Pasadena période David Lee Roth et Sammy Hagar, c'est avec une grande tristesse et comme vous tous, que j'apprenais ce Mardi 6 novembre 2020 la disparition du maestro Eddie Van Halen à l'âge de 65 ans. C'est pourquoi j'ai décidé de terminer cette chronique entamée il y a plus d'un an, afin de rendre un dernier hommage à ce génie de la six cordes. Évidemment, j'aurais très bien pu choisir de chroniquer l'éponyme de 1978, voire l'un de ses illustres successeurs période Lee Roth où tout a été pratiquement dit.

Alors pourquoi j'ai jeté mon dévolu sur ce OU812 ?
Parce que jusqu'à présent, personne sur ce site n'avait pris l'initiative de chroniquer et rendre justice à ce disque, qui au fil des années fut hâtivement classé parmi les albums les plus faibles et moins originaux du quatuor californien. La faute sans doute à des claviers trop envahissants et une approche plus pop, "Fell So Good" ne laissant que quelques miettes aux guitares incandescentes et lumineuses du Maestro. Et pourtant, en dehors d'une approche plus mélodieuse et donc moins technique, le maître nous gratifie de plans, riffs et solos lumineux très inspirés et jouissifs, le percutant "A.F.U. (Naturally Wired)" en sera certainement le meilleur exemple.

OU812, un opus au sobriquet de "Oh !! You ate One Too" (toi aussi, tu as en mangé.) sans doute en réponse à Eat 'Em And Smile le premier album solo de David Lee Roth. Les autres particularités de ce disque sont qu'il verra Alex revenir à l'utilisation d'une batterie acoustique, abandonnant au passage le son froid et aseptisé des batteries électroniques de 5150. Mais aussi et surtout pour avoir été dédié à Jan Van Halen, le père d'Eddie et Alex, décédé quelques mois avant sa sortie, avec imprimer au dos de sa pochette intérieure la phrase "This One's for You, Pa", en français, celui-ci est pour toi papa.

L'album démarre vraiment fort, avec l'entrainant "Mine All Mine" constitué d'une mélodie et d'un refrain qui fait mouche. Malheureusement dès le morceau suivant "When It's Love" le soufflé retombe assez vite. En effet ce morceau à l'air enivrant paré de nombreux claviers (que votre serviteur apprécie particulièrement), présentera le côté le plus mélodieux et pop du quatuor californiens.

Heureusement, sans parler pour autant de fulgurances, il y a tout de même quelques sursauts qui viennent rappeler que Van Halen reste une référence et le maître incontesté du genre en matière de Hard Rock US (Big Rock) aux guitares sophistiqués et versatiles. Les titres "A.F.U. (Naturally Wired)" ou "Source of infection" sont de belles pièces faites d'un Hard Rock dynamique, affûté et percutant. Le tubesque et mélodieux "Feel So Good" lui se distinguera par un refrain et air de claviers (orgues) omniprésents (d'autres diront envahissants), le tout paré d'un court solo de guitare lumineux du maestro.

Sur des rythmes moins soutenus, le groupe nous gratifiera de quelques mid-tempos d'excellente facture à commencer par "Cabo Wabo", un long morceau à la rythmique pachydermique et riffing carré qui reprendra l'air du "Rock Candy" de Montrose le précédent groupe de Sammy Hagar. Ou plus brut de décoffrage et root, avec "Finnish What ya Started" qui n'aurait pas dépareillé sur l'un des premiers albums du groupe tant Sammy Hagar chante de la même façon et gouaille que David Lee Roth.

Enfin, "Black and Blue" apporte une légère dose de surprise avec ses guitares aux accents bluesy, tout comme "A Apolitical Blues" le titre final qui n'est autre qu'un vieux standard du groupe Rythme 'N Blues little Feat, repris quasiment à l'identique, dont le seul intérêt est de se délecter une nouvelle fois d'un magnifique solo de slide guitare signé Eddie Van Halen.

Malgré un succès plus que respectable entraîné par le passage régulier de "When It's Love" et "Feel so Good" sur MTV et les radios US, OU812 n’atteindra cependant pas les ventes de 1984 et 5150 ses deux excellents prédécesseurs. En effet, car à défaut d’être novateur, OU812 est un disque solide et carré, qui respecte parfaitement le cahier des charges du genre et offre de nouveau une belle démonstration du talent de son guitariste emblématique.

La suite nous la connaissons tous, après deux albums et un live avec Sammy Hagar, un anecdotique Van Halen III enregistré de façon brouillonne, avec Gary Cherone (Extreme) au chant. Après plusieurs années d'errance, le groupe annonce en 2007 le retour de David Lee Roth son chanteur historique, avec qui ils enregistreront un douzième et excellent album studio A Different Kind of Truth en 2012, puis un Live:Tokyo Dome" en 2015.
Un double album, qui pour tous fan de Hard Rock et de musique en général, restera le dernier témoignage discographique d'Eddie Van Halen qui grâce à sa technique et jeu pendant plus de 40 ans, fut le plus grand architecte et artisan de la guitare moderne.

Encore merci Mr Eddie pour tous ces grands et merveilleux moments, qui resteront à jamais gravés dans nos cœurs.

4 Commentaires

20 J'aime

Partager
samolice - 16 Décembre 2020:

Merci pour la chro sur ce disque que j'apprécie bien moi aussi. Bonne idée de rendre hommage à Eddie avec ce skeud souvent critiqué et qui n'avait pas de chro sur SOM en plus.

Question : tu écris que le Van Halen III est composé de vieilles démos. Je n'ai jamais entendu parler de ça et cela me surprend beaucoup. Tu as des sources ou des liens que je peux consulter, ça m'intéresse. Je sais que le dernier avec Roth est constitué de beaucoup de vieilles démos ou bouts de morceaux d'antan mais pour le III je suis sur le cul.

frozenheart - 16 Décembre 2020:

Merci pour ton com Sam.

Oh! La grosse boulette de ma part, car en effet c'est bien A Different Kind of Truth qui est constitué de vieilles démos et non pas le III, qui au vu de sa prod brouillonne aurait très bien pu l'être.

samolice - 17 Décembre 2020:

Ah ok, je trouvais ça surprenant, surtout quand on écoute ce disque sur lequel on a bien souvent du mal à reconnaitre VH, surtout l'ancien. Dommage, j'aurais pu apprendre un truc sympa :-)

PhuckingPhiphi - 19 Décembre 2020:

On pourra tirer toutes les conclusions que l’on veut sur la carrière brillante d’Eddie Van Halen, mais en tout cas, on ne pourra pas lui reprocher d’avoir fait deux fois le même album et de n’être jamais sortie de sa zone de confort ; “OU812” en est la preuve magistrale, tant cet album pousse loin l’exploration des claviers et l’expérimentation de styles n’entretenant pour certains presque plus aucune parenté avec le Hard Rock des débuts.

J’ai du mal à me positionner vis-à-vis de ce disque, acheté à sa sortie en 1988 et sur lequel je garde un avis partagé… Peut-être ai-je été influencé à l’époque par les critiques globalement négatives qu’il recevait de toute part, et qui mettaient sans doute un peu trop le curseur sur ses points faibles et non sur ses qualités. Car des qualités, ce disque n’en est certes pas dépourvu, mais pourtant je peine à lui trouver la magie de ses prédécesseurs. Mais je n’ai jamais été un grand fan de la période Hagar, il faut dire. Il faudra que j’essaye un jour de me replonger dedans avec une oreille neuve, si la chose est encore possible plus de trente ans après.

Attention, petite faute de frappe dans ta chronique : il faut écrire “Oh! You ate one too” (et non “Oh You hate one too”, car sinon ça veut dire “Oh! Tu en détestes un toi aussi !”).

Merci M. Van Halen, et merci pour la kro ! :)

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire