Diver Down

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Van Halen
Nom de l'album Diver Down
Type Album
Date de parution 14 Avril 1982
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album254

Tracklist

Re-Issue in 2000 by Warner Bros with new Tracklist and Bonustrack
ORIGINAL TRACKLIST
1. Where Have All the Good Times Gone ?
2. Hang'Em High
3. Secrets
4. (Oh)Pretty Woman
5. Dancing in the Street
6. Little Guitars
7. Big Bad Bill (Is Sweet William Now)
8. The Full Bug
9. Happy Trails
RE-ISSUE TRACKLIST
1. Where Have All the Good Times Gone ? 03:05
2. Hang'Em High 03:28
3. Cathedral 01:22
4. Secrets 03:25
5. Intruder 01:39
6. (Oh)Pretty Woman 02:55
7. Dancing in the Street 03:45
8. Intro / Little Guitars 00:42
9. Little Guitars 03:48
10. Big Bad Bill (Is Sweet Willian Now) 02:45
11. The Full Bug 03:21
12. Happy Trails 01:05
Total playing time 31:27

Chronique @ fabkiss

29 Octobre 2008
"Diver Down" fini par sortir en avril 82, pas qu'il ait mis plus de temps que les autres, mais ce 5ème album, à tout simplement failli ne jamais exister.
Mais il devait sortir, Van Halen ayant signé, en 1977, un contrat de 5 albums en 5ans.
Pourtant les tensions à l'intérieur du groupe s'accentuent, surtout entre David Lee Roth et Eddie Van Halen, entre Dave, qui veux vivre de son art et Edward, qui voudrait bien que son art vive. Mais les mauvais résultats de "Fair Warning", "seulement" double platine, montrent une certaine incompatibilité entre les deux. Sans perdre un peu une certain qualité de vie, voyez vous.
David (appuyé par un Ted Templeman toujours présent), est bien décidé à reprendre les choses en mains.
Une orientation, pense t'il, plus axé sur les attentes du public des premiers Van Halen, et ses gouts personnel, plus pop et fun, en tout cas, moins alambiqué.
Ted, bien que souvent excédé par les turpitudes de VH, ne peu se résoudre, à abandonner ses Poulains. Car, bien que ce soit la Démo produite par Gene Simmons qui ouvrit les portes de la Warner Bros. Par son potentiel. C'est celle produite par Ted au sein de l'illustre maison, qui leur donna la carte blanche sur leur travail.
Mais, en même temps, toutes ces considérations, ne-nous-regar-de-pas, et seul le produit fini s'offre à nos oreilles. Et vu que nous avons avant tout affaire à de grands professionnels, il ne ressort quasiment rien des frictions ambiantes de façons audible, a part, et ce n'est pas rien, quoi que discret, un David un peu en dessous, pas a fond.
Visuellement, par contre. Bien que apparemment, un simple carré rouge, barré d'une large bande blanche, le "Diver Down", est un drapeau, que la marine US utilise, pour indiqué qu'un plongeur est en immersion dans la zone. Doit-on y voir, comme on pourrait le faire avec tout les albums de VH une métaphore, soulignant l'état d'esprit dans lequel s'est fait l'enregistrement. Comme avec le "II" comme Tome II d'une même histoire, une suite. "Women and Children First" genre, sauvez vous, on revient en plus dure, plus méchant. "Fair Warning" avertissement poli...tout est dit. "Diver Down" un groupe nageant dans les eaux trouble de la discorde ou qui sombre dans les abysses des Charts US.

Un album frustrant.
Sur 12 titres, 5 reprise et 3 instrumentaux, dont 2 réservé à Edward, donc, à la finale reste 4 titre 100% VH.
Et pour commencer, une reprise, comme pour les remercier de leur premier tube "Where Have All the Good Times Gone!" un titre des Kinks, plus connu pour sa reprise faite par Bowie en 1973, un titre qui va comme un gant à VH, bien que assez lourd, nous retrouvons un VH en plein forme, "Hang 'Em High" un titre bien speed comme VH les aiment et sais les faire, mais bien que virulent, il manque un petit quelque chose. De la conviction peut être, et il se confirme que David n'y va pas vraiment, les effets sont moins appuyé, il ne pousse pas, il pourrait faire si ce n'est mieu, au moins, plus.
Premier intermède instrumental "Cathedral" un beau morceau au synthé, exécuté par un Edward sombre et pensif, comme un dialogue entre la raison et la curiosité et où la curiosité se fait à la raison.
"Secrets" très bon titre d'un tempo moyen et d'un tempérament tendent à la langueur, il convient parfaitement à ce que Dave se fait de l'idée du travail est donc, surement le titre VH où il est le meilleur sur l'album. Le second instrumental "Intruder" intrusion dans un cerveau malade, vu cauchemardesque et grinçante de ses délire, qui s'enchaine avec un "(Oh) Pretty Woman" vous explosant au visage, comme la clarté dans les ténèbres, comme un espoir alors que tout est perdu, c'est aussi, une reprise d'un succès de Roy Orbison datent de 1964 VH s'approprie complètement le titre et en fait un tube planétaire, ou Daimond Dave prend son ampleur, comme avec l'irrésistible "Dancing in the Street" qui atteindra aussi des sommets, autre tube de 1964, de Martha and the Vandellas de la maison Gordy, fondateur de la Motown, et reprise en 85 par un décapant duo Jagger-Bowie. Un vraiment très très bon titre....no problemo.
"Little Guitars (Intro)" une espagnolade comme Eddie les aime, très ouvragé, une suite au dialogue de "Cathedral", où ici, la raison fait la morale à l'esprit curieux. Je ne vois pas trop l'"Intro" à "Little Guitars" qui commence comme un pas lourd et pressé pour d'un seul coup, prendre un envole vers le soleil, une grande force positive se dégage de se morceau, la guitare légére d'Eddie soulignant joliment ce coté aérien.
"Big Bad Bill (Is Sweet William Now)" un vieux Jazz New Orléans typique Michael à la contre basse, Alex jouant du ballet sur son charleston et sa caisse claire Edward assurant la guitare sèche et David heureux comme un poisson dans l'eau et bien sur, à la clarinette, Papa Van Halen, Jan, Jazzman Hollandais qui poussa ses enfants sur la voie.
"The Full Bug" un Southern sortant d'un nuage de poussière, tel un pick up flamboyant fendant l'air au milieu du désert, qui inspirera surement quelque barbus Texans...si vous voyez ce que je veux dire. Nous restons au Texas avec le dernier "titre", reprise d'une ritournelle cowboy de Dale Evans "Queen of the West", chanteuse et actrice de Western de série, "Happy Trails" reprise comme à la sortie d'une soirée bien arrosé, et directement issu de la 1ère Démo du groupe.


Un album malheureusement très irrégulier, passant du coq à l'âne, un peu déroutant
Mais les 4 titres 100% VH sont très bons, on regrette de ne pas en avoir plus, "Pretty Woman" et "Dancing in the Street" sont de pure merveille, mais, cet album, nous laisse un peu sur notre faim.
Un bon disque de Van Halen qui aurait pu être meilleur.
Comme David.

fabkiss

7 Commentaires

9 J'aime

Partager

Dombass - 01 Novembre 2008: Moi je fais l'impasse.........
MoribondAlceste - 14 Juin 2011: Cathédral, a été joué à la guitare, et non au synthé en fait. Qu'il est ingénieux ce Eddie!
samolice - 05 Décembre 2012: Cet album est tellement décousu. Trop de reprises, pas assez de compos de Van Halen. Lepremier album du groupe qui m'ait déçu.
workflame90 - 14 Mai 2018:

Je viens juste d'écouter cette album que je posséde depuis un moment ( en version coffret des 6 premiers VH) mais que j'ai oculté. Un album perturbant je trouve. Et je suis d'accord sur cette très bonne chronique de FabKiss, très juste et très bien écrite. Avec cet album on à droit au meilleur mais aussi au pire! Dommage 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire