Musique

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Theatre Of Tragedy
Nom de l'album Musique
Type Album
Date de parution 02 Octobre 2000
Labels Nuclear Blast
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album134

Tracklist

1. Machine
2. City of Light
3. Fragment
4. Musique
5. Commute
6. Radio
7. Image
8. Crash/Concrete
9. Retrospect
10. Reverie
11. Space Age
Bonustrack
12. The New Man

Chronique @ RunCold

09 Octobre 2011

Un choc à la première écoute, mais un très bon album dans son registre, un coup de maître pour ToT

Avant toute chose, un petit zoom sur la biographie du groupe s'impose, pour savoir comment le groupe a pu en arriver-là… Comment passer du gothique baroque à la darkwave ? Le groupe explique que le changement de style est dû surtout aux départs des précédents guitaristes Tommy Lindal et Geir Flikkeid au cours de l'année 97 et à l'arrivée du guitariste Tommy Olsson très inspiré par la Musique gothique.

Tout commence avec l'EP "A Rose for the Dead" sortit en 1997, qui inclut des remixes électroniques des titres "Black as the Devil Painteth" et "And When He Falleth" du célèbre combo darkwave allemand Das Ich, ainsi qu'une reprise de "Decades" de Joy Division, laissant déjà entrevoir le goût de l'électronique et du rock gothique du groupe…

Puis viendra "Aégis", le nouvel album abandonne en grande partie le doom-death, et laisse place à un metal atmosphérique accompagné du chant heavenly de Liv Kristine et la voix désormais presque totalement claire de Raymond Rohoniy. Les structures sont aussi plus simple "couplet-refrain-couplet". Par ailleurs l'album contient une reprise du groupe EBM norvégien Icon of Coil, la chanson "Lorelei".

Tommy quitte le groupe peu après, étant le principal initiateur de la nouvelle voix musicale prise par Theatre, le groupe ne sait pas trop vers quelle direction aller. Il prend un break de deux ans avant de travailler sur "Musique". C'est Raymond qui s'investi le plus, en travaillant sur la programmation et les samples.

Au début, la première maquette de "Musique" ressemblait plutôt à un "Aégis part.II", mais le groupe souhaitait prendre un nouveau départ et apporter une nouvelle fraîcheur à sa Musique. C'est l'idée de Raymond d'apporter des sonorités électroniques aux compositions qui sauvera en quelque sorte le groupe du split.

Le groupe est donc l'un des premiers du metal gothique à s'aventurer sur les terrains de l'industriel, de la darkwave et de l'électronique, plus proche de la Musique gothique originelle…
Ici, fi du doom place, à une Musique futuriste froide et sombre. Adieu aussi l'anglais de la renaissance, remplacé par de l'anglais moderne et même… du français, sur une version spéciale de la chanson "Image", qui au passage est la préférée de Liv Kristine.
On note aussi plusieurs reprises : "Machine" remix de VNV Nation, "Fragment" d'Element, "Radio" de Kallisti et "Reverie" de Curent Chill.

Le beauty & the beast d'autrefois mis de côté, le groupe aime quand même jouer sur les contrastes, au niveau du chant notamment, la voix robotique synthétique de Raymond et la pop/heavenly de Liv Kristine. Sur la Musique, le contraste se joue entre les atmosphères planantes au premier plan, et des sons dérangeants, du bruitisme malsain en arrière-plan.
Les atmosphères varient beaucoup selon les morceaux, pop sur "Image", darkwave sur "Fragment", rock sur "The New Man" ou bruitiste sur "Space Age".

En conclusion, cet album leur ouvrira les portes des clubs de darkwave, parmi les fans, beaucoup sont enthousiasmé mais une partie criera à la trahison. "Musique" est loin d'être mauvais, il est même plutôt bon, peut-être autant que "Aégis" et "Velvet Darkness They Fear", mais dans une optique très différente… Le seul reproche est dû au côté un peu "kitsch" de l'ensemble, les paroles étant parfois du niveau des groupes français coldwave des années 80… A l'instar de Tiamat ou Paradise Lost entre autres, Theatre of Tragedy a très bien réussi sa transition vers la Musique gothique. 14/20



8 Commentaires

2 J'aime

Partager

choahardoc - 10 Octobre 2011: Une bonne mise en perspective de l'évolution de ToT, en ce qui me concerne, je crie encore au génie. Assembly reconduira globalement la même recette avec moins de réussite. Merci RunCold pour cette chronique attendue.
Lovecraft - 10 Octobre 2011: "Un choc à la première écoute, mais un très bon album dans son registre, un coup de maître pour ToT"

Alors, pourquoi avoir mis 12/20 comme note à cet album si c'est un coup de maître ? C'est pas très élevé comme note...
Vrael - 11 Octobre 2011: "Le groupe est donc l'un des premiers du metal à s'aventurer sur les terrains de l'industriel, de la darkwave et de l'électronique, plus proche de la Musique originelle… "

Pas trop compris, tu veux plutôt dire que ToT est le premier groupe de gothmetal à faire de l'indus / darkwave c'est ça ?

En tout cas merci pour la chro, je ne savais rien des coulisses.
Moi aussi j'ai bien aimé cet album, un excellent skeud de metal electro-indus même si un peu trop 'pop' à mon goût pour l'apprécier pleinement. Une bien meilleure transition que celle de Tristania par exemple. Par contre Assembly ne vaut pas trois euros en comparaison de Musique.
 
Demaquilator - 11 Octobre 2011:
Excellente chronique, un peu moins la note ...
Pour moi il est bien meilleur qu'Aegis (trop simpliste et répétitif..voir même mievreux par endroits)
Par contre, Velvet Darkness ... aah ! l'intouchable, l'incomparable . Mais tu as raison, Musique a été et reste une vraie baffe pour tous ceux qui par manque de courrage ou d'effort intélectuel restent cantonés et ne jurent que par le même genre ... Quand a moi, le choque électro de Musique, je l'ai senti et apprécié dès sa sortie et lors de leur passage a la Porte d'Italie au Club Dinois je crois . C'était une féerie ! (l'autre groupe était Lacuna Coil , l'affiche de rêve . :)

petite paranthèse : je ne salue pas le nommé Hellmeister je crois .
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire