Midnattens Widunder

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Finntroll
Nom de l'album Midnattens Widunder
Type Album
Date de parution 1999
Style MusicalBlack Folklorique
Membres possèdant cet album367

Tracklist

1.
 Intro
 01:57
2.
 Svartberg
 04:05
3.
 RivFader
 04:06
4.
 Vätteanda
 04:35
5.
 Bastuvisan
 01:18
6.
 Blodnatt
 05:09
7.
 Midnattens Widunder
 04:37
8.
 Segersång
 01:58
9.
 Svampfest
 02:03

Durée totale : 29:48


Chronique @ Troodukus

08 Avril 2006
Humppa Metal...la première fois que le Blackeux classique entend ce nom, il a tendance à sourire légèrement. Qu'est-ce que le Humppa ? Une variété de Polka. Le Metalleux basique sourit de plus belle.

Pour les rares personnes ayant pu apprécier la démo de Finntroll, "Midnattens Widunder" arriva comme une bénédiction. Les meilleurs titres de cette première esquisse ont été réenregistrés avec un son (enfin) potable, et le résultat est à en pleurer de bonheur.
Une sympathique intro nous plaçant dans une ambiance "sombre forêt magique" ouvre ce premier opus, suivie d'un premier titre accrochant reprenant les notes principales de l'introduction. Le chant de Kalta est plus audible, on peut enfin apprécier le son déchirant qui émane de ses cordes vocales.
"Rivfader", une chanson très réussie dans le plus pur esprit Finntroll, mi-Folk, mi-Epique avec des riffs black, un passage calme...la recette de la victoire !
"Vätteanda" est taillée pour le Black Metalleux : pas de Folk, simplement quelques choeurs sonnant le départ vers une grande bataille, bref, du Black Metal Epique dans toute sa splendeur.
Le duo "Bastuvisan-Blodnatt" est plutôt amusant : un interlude d'abord totalement inutile, puis un gros cri de troll débouchant sur blast, hurlements, l'interlude typiquement Finntrollien, somme toute. Et alors que la tempête éclate, on débouche sur "Blodnatt" et c'est reparti ! Folk, Black, Epique, une longue chanson bien accrocheuse.
Le véritable bijou de l'album est sans aucun doute "Midnattens Widunder" : plus Folk, plus forestière, plus entraînante. Pas besoin de longue description pour ce joyau : une simple écoute charmera l'auditeur.
Les deux derniers titres semblent être une outro découpée en deux : un premier titre très jouissif, avec des "imitations d'instruments à vent", on peut ici parler de "célèbration d'une petite victoire entre amis". Puis l'album se clot par une petite outro digne du groupe, planante et ennuyeuse (d'ailleurs Finntroll prendra l'habitude de clore tous ses albums par ce genre de morceau).

Non pas que ma chronique soit inutile, mais il faut absolument écouter cet album pour se rendre compte de l'exploit de Finntroll : il s'agit là de la première ébauche du groupe, et elle est fabuleuse ! Pourtant, je déconseille vivement cet album aux fans de "Nattfödd", qui auraient découvert Finntroll avec ce dernier opus, et qui risquent d'être déçus : en effet, la voix totalement Black du premier chanteur Kalta est beaucoup moins jouissive que celle de son ami Wilska, et d'un point de vue général, on peut parler ici de Black Folklorique. Mais qu'à cela ne tienne, il ne s'agit que de leurs débuts, et toutes les belles choses ont un début (il paraît aussi qu'elles ont une fin...on essaye de ne pas y croire). En bref, voici ici les premiers gargarismes du groupe qui a inventé son propre genre, que l'on peut hardiment qualifier de...Polka Metal !

3 Commentaires

2 J'aime

Partager
Korein - 12 Juin 2008: Un trés bon album qui est sans doute le plus sombre de toute la discographie des trolls. A noté l'excellente prestation vocale de Katla
_HyperionCrusher_ - 19 Septembre 2009: "Svampfest" ennuyeux ?
alors là...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Opalescente

13 Septembre 2009
C'est après un festival très démonstratif, qui a ôté toute dignité à ma coiffure, a vu une de mes boucles d'oreille prendre son indépendance, mes jambes se colorer de délicates touches bleutées, mes pieds fusionner avec mes chaussures, mon corps opérer des rapprochements tactiques involontaires et puissants avec la population finlandaise et a irrémédiablement condamné mes vêtements à se précipiter dans la machine à laver, que m'est apparue dans un éclair d'ébriété, la vérité, crue et implacable : Finntroll ça déchire !!

Revenue de cette constatation certes primaire, mais pour le moins sincère, il fallut donc me pencher un peu plus sur les albums de ce groupe. Je les avais découverts et déjà fortement appréciés sur ce Midnattens Widunder, mais mon oreille trop sollicitée s'était égarée deci delà, il était grand temps de coucher sur papier virtuel mes impressions!

Ce que j'aime chez Finntroll en premier lieu, c'est le chant. Le langage choisi déjà, ne cédant pas à la facilité de l'anglais, est exécuté en suédois, contrairement à ce que ce nom pourrait laisser entendre, suédois qui est la seconde langue officielle de Finlande (ça c'était la seconde culturelle ...), et qui s'harmonise parfaitement avec la globalité et la tonalité voulue par le groupe. La voix est purement typée black, imposante et redoutable, sachant toutefois s'offrir de temps à autres quelques légers breaks de chant clair.

La musique quant à elle, avouons-le n'est pas dune technicité affolante, les musiciens sont certes de talents, mais les riffs sont plutôt nets et efficaces. Je trouve cependant que le batteur et les claviers tirent leur épingle du jeu et savent imposer leur virtuosité et leur talent au sein des compositions.

Mais alors donc cet album, que contient-il ?

Après une brève introduction qui pose une ambiance dark-fantasy (il y aura par ailleurs régulièrement des résurgences de ce ton voulu par le groupe, lors d'interludes monstrueuses sur Bastuvisan ou les craquements de bûches de Blodnatt) s'enchaine le premier morceau Svartberg, reprenant la même ligne de claviers. Dominée par les synthétiseurs folks, parsemée de quelques chœurs masculins, soutenue par des guitares acérées le morceau est entrainant et très justement dosé musicalement. Les instruments se mélangent et s'harmonisent et aucun n'est écarté au final (même la basse est relativement audible, pas suffisamment à mon goût, mais elle na pas été complètement effacée au mixage). Une excellente première véritable chanson qui laisse présager d'autres instants de bonheur.

A la sixième piste donc, se trouve ce Blodnatt, peut-être mon morceau préféré, et ses fréquents changements de rythme qui donnent un dynamisme vrombissant à la chanson. Une fois encore des les premières notes j'ai complètement adhéré. Festive dans sa première partie (pour le coup je m'imaginais bien partager la table et la corne d'ívrognes païens) le dernier tiers se veut plus grave délaissant un peu le côté chanson à boire pour aller côtoyer des sonorités plus mélancoliques et profondes. Le changement de style au sein de la même chanson m'a ici semblé très bien géré et apporte une autre dimension au morceau. Étonnant.

Bastuvisan, morceau d'une durée avoisinant les 1.20 min, a plus valeur ici d'entracte que de véritable composition. Passés les premiers bruitages d'ambiance, quarante secondes de musique s'enchainent, à la sauce Finntroll classique, rapide et folklorique, sympathique, mais pas essentielle.

Autre morceau très court de l'album, Segersång, au rythme effréné, entrecoupé d'un passage mid tempo de rigueur, s'écoute comme une petite bouffée d'air vivifiante et apporte joyeusement malgré sa brièveté son quota de satisfaction à mes tympans avides d'émotion ... Ce n'est clairement pas le morceau le plus recherché de l'album, mais je trouve qu'ils ont réussi à concentrer dans cette courte partie beaucoup d'énergie et de plaisir de création, et cela se ressent véritablement à l'écoute.

Bon maintenant je vais dire un peu de mal de l'album. Comme je l'ai déjà suggéré je pourrais reprocher au groupe d'avoir trouvé la recette qui fonctionne et de l'appliquer systématiquement à tous leurs morceaux. A quelques exceptions on a l'impression qu'ils sont tous bâtis de la même manière (en particulier la deuxième moitié de l'album), et cela peut créer une certaine forme de redondance. Autant les premières écoutes de Finntroll sont étourdissantes, autant je ne pense pas pouvoir passer en boucle ce même album pendant plusieurs heures sans en éprouver une certaine lassitude.

Je ne sais si Finntroll est le créateur ou simplement celui qui a popularisé ce genre, mais pour moi cet album est un essentiel que tout bon historien du metal se devrait de connaitre.

L'album de Finntroll se vit comme un livre de fantasy épique, on s'y adonne avec passion et on en ressort éreinté!

2 Commentaires

2 J'aime

Partager
 
GLADIATOR - 13 Septembre 2009: Je ne suis pas très attiré par le Black Folklorique , mais ta chro est objective , et le premier paragraphe est très marrant ( rapprochements tactiques...)
On aimerait , je pense , te lire plus souvent car c'est réussi . Merci . Glad.
Marmite - 19 Mars 2018:

Certe 9 ans après la rédaction de ta chronique (et je m'étonne de ne pas l'avoir lu plus tôt) je voulais donner mon petit point de vue sur Bastuvisan.

En effet, le début du morceau montre des personnes se prélassant au sauna quand soudain des trolls surgissent avec le craquement de la porte.

S'ensuit le massacre en bon et du forme des gens tranquilles en peignoir avec le seconde partie musicale.

 

J'adore c'est juste excellent cette interlude!! 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire