Miasma

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Black Dahlia Murder
Nom de l'album Miasma
Type Album
Date de parution 12 Juillet 2005
Enregistré à Planet Red Studios
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album195

Tracklist

1.
 Built for Sin
Ecouter01:15
2.
 I'm Charming
Ecouter02:54
3.
 Flies
Ecouter03:26
4.
 Statutory Ape
Ecouter03:42
5.
 A Vulgar Picture
Ecouter03:37
6.
 Novelty Crosses
Ecouter03:51
7.
 Dave Goes To Hollywood
Ecouter03:59
8.
 Miscarriage
Ecouter03:09
9.
 Spite Suicide
Ecouter02:52
10.
 Miasma
Ecouter04:41

Durée totale : 33:26

Acheter cet album

The Black Dahlia Murder



Chronique @ Arachnid

01 Août 2009

The Black Dahlia Murder nous offre l’un des meilleurs albums de l’année 2005.

L’album avec lequel j’ai connu The Black Dahlia Murder, en 2005. Je me nourrissais à l’époque de metalcore à foison et commençais mon initiation au deathcore américain. Je tombais par hasard sur ce groupe au nom plus qu’accrocheur, référence directe au fameux meurtre qui défraya la chronique hollywoodienne dans les années 40. Encore un peu novice et croyant écouter du death/hardcore à la mode, j’adhérais d’autant plus au style de ce groupe tout simplement extraordinaire (je découvris par la suite qu’il n’en était rien, TBDM était tout autre chose que du deathcore pompeux).

Un petit changement de line-up pour ce second opus : le batteur Cory Grady est remplacé par le brutal Zach Gibson qui officiait déjà dans les groupes de death metal Mutilated et Gutrot, méconnus mais plutôt appréciés dans leur comté du Michigan. Cependant, le groupe est toujours signé chez les illustres Metal Blade Records et possède le même reste de l’équipe, n’en témoigne la voix toujours plus impressionnante de Trevor Strnad, encore plus stridente et à la fois grave à souhait par moments, désormais reconnaissable parmi les ersatz du genre. Le style du groupe est à présent ancré, la tuerie peut commencer.

Contrairement à son prédécesseur, Miasma est tout bonnement excellent, beaucoup plus personnel mais aussi plus varié dans la disposition des morceaux et des riffs mélo scandinaves, l’album s’écoute d’une traite avec un plaisir coupable. Les titres sont aussi courts que puissants, les Américains n’hésitant pas à étaler toute leur énergie dans une déferlante sans temps mort, estampillée d’un débordement de furie maîtrisée de A à Z. Ainsi, on peut se délecter sans vergogne de morceaux comme les sublimes "Statutory Ape", "Miscarriage" ou encore l’impressionnant "Novelty Crosses" avec son remarquable solo (si vous voulez savoir à quoi ressemble The Black Dahlia Murder, écoutez donc en priorité la piste 6, vous ne serez pas déçus).

Avec un niveau grandissant, le rythme va tambour battant, soutenu par des guitaristes complices et un chant aussi soutenu qu’envolé, beaucoup plus rapide mais aussi très posé par moments, comme le prouve le glauquissime "Vice Campaign", dont les paroles morbides scandées d’une manière mi-black mi-thrash offrent un certain sérieux à un groupe pourtant déluré, jouant de cette image de grand gamins méchants (pour les avoir vus sur scène et rencontrés, je peux vous dire que ces mecs sont légèrement bien barrés).

Arrivé à la fin de ces 33mn de pure boucherie et à l’écoute du titre final éponyme, on ne peut que réaliser que l’on tient entre ses mains un album énorme, témoignage d’un renouveau dans la new wave of death metal. Moins monotone que Unhallowed, plus ancré dans un style glauque et rapide qui fera le bonheur des fans, Miasma est une petite perle qui ne demande qu’à être usée dans sa chaine hi-fi, prétexte à une série de headbangs déchainés.

Pour conclure, je dirais que cet album met une bonne grosse claque aux amateurs de metal extrême, un CD à la pochette certes peu attrayante mais dont le contenu est on ne peut plus efficace. En puisant dans le death mélo nordique pour en tirer le meilleur et rendre le tout original, The Black Dahlia Murder a su tirer son épingle du lot et nous offrir, avec de la rapidité mêlée à une indéniable technicité, l’un des meilleurs albums pondus de l’année 2005.

3 Commentaires

6 J'aime

Partager
Spirit_Of_Deathiny - 30 Avril 2011: Pas encore écouté, la chronique me donne envie d'écouter ce groupe que je n'avais pas voulu approcher à cause de certaines critiques, on va donc voir ce que ça donne.
Et en effet cette pochette est vraiment repoussante...
Herodias - 02 Mai 2011: Tout le monde ne jure que par Nocturnal (qui est quand même excellent) mais Miasma reste pour moi le meilleur album de TDBM.
cet opus est jouissif du début à la fin comme en témoigne des titres tels que Statutory Ape, I'm charming et le phénoménal Miasma.
Je rejoins donc ton avis !
ELECTROMA666 - 07 Septembre 2018:

Un album genial.par contre moi je trouve la pochette sublime,elle casse les codes du genre et aporte un peu de rafinement dans ce monde de brute lol.bonne chronique mec ta eu de la chance de tomber la dessu ,j espere que t a lacher le deathcore et le metalcore.lol

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ The_Black_Doll

16 Octobre 2011

Miasma: le début d'une maturité dépravée

The Black Dahlia Murder fait partie de ces groupes qui, certes, dévoilent bien leurs influences, mais savent garder une certaine personnalité, se forgeant au fur et à mesure du temps. Si «Unhallowed» n’était pas l’album qui allait marquer les esprits au fer rouge, la faute à une certaine répétitivité et un manque de personnalité trop flagrant sur la plupart des titres, cet album pouvait tout de même plaire de par quelques morceaux phares tels que «Funeral Thirst» et son atmosphère glauque, «The Blackest Incarnation» et son envolée funèbre et un «Closed Casket Requiem» aux airs suicidaires, dévoilant ainsi un groupe qui arrive à sortir des morceaux marquant malgré ses tares de jeunesse.

Deux ans plus tard, The Black Dahlia Murder revient avec «Miasma»...
Le groupe a-t-il acquis l’expérience suffisante pour corriger les erreurs du passé? Qu’en-est-il d’une possible évolution?
Au premier coup d’oeil, on est déjà marqué par un artwork qui casse littéralement l’esprit transporté par la pochette dépouillée et sombre de «Unhallowed». On retrouve un plan sur Las Vegas orné de ce qui pourrait être de long fils provenant d’une toile d’araignée. Le nom de l’album pourrait prendre tout son sens ici... «Ce qui se passe à Vegas reste à Vegas», Las Vegas symbole de richesse et de décadence, où on peux en ressortir tout aussi ruiné que riche, où l’être humain se laisse emporter dans une sorte de cercle infernal où l’argent est roi...

«Built for Sin» est là pour accueillir l’auditeur dans cet univers dépravé, qui au final ne laissera qu’une carcasse dépouillée, en décomposition... Les premières notes suivant une très courte intro assez étrange laissent transparaître une forte évolution du groupe. Rapidement arrive «I’m Charming» qui donne le véritable départ de l’album. On ressent un sentiment de dépravation, les guitares servant un riff quelque peu mélodique et incisif. Trevor hurle à la dépravation, de par des textes qui illustrent bien où va l’humanité d’aujourd’hui, offrant une prestation vocale plus marquée, plus travaillée et plus perçante.
La batterie quand à elle dispose désormais d’un jeu plus varié, plus développé, enchaînant les descentes de toms, les blast beats, une double pédale rapide, le tout avec une précision redoutable. Quant au solo de guitare, John Kempainen a lui aussi acquit de l’expérience, on pourrait même dire qu’il tranche dans le vif. Son travail sur «Unhallowed» était déjà loin d’être négligeable, capable de renforcer encore plus la structure d’une ambiance déjà bien mise en place par le reste du groupe.

«Statutory Ape» est, quant à lui, un titre plutôt étonnant, hors du commun. Certains auront du mal à y prendre au sérieux les paroles, relevant plus du délire personnel entre les membres du groupe qu’un renforcement de l’image dégénérée et décadente d’un groupe qui a réussit à gagner en maturité. Mais si on arrive à faire abstraction de ce préjugé, «Statutory Ape» se révèle être une très bonne surprise musicale, proposant toujours ce riffing prédateur et ce couple basse/batterie offrant une base solide comme le roc. D’ailleurs, la production a elle aussi corrigé la faute fait sur «Unhallowed», qui mettait la basse trop en arrière ce qui finissait par laisser une place prédominante pour les autres instruments. Plus d’équilibre quand à la forme générale du mixage, on a même droit à court solo de basse pour atterrir sur un break dont l’effet est quasi-immédiat, brûlant et quasiment glauque.

Certains fans de la première heure pourront reprocher un côté moins morbide, moins glauque de par son instrumental plus pétaradant, ce qui est tout de même quelque peu regrettable puisque c’est un des éléments les plus marquant chez The Black Dahlia Murder, mais «A Vulgar Picture» vient apporter cette dose de morbide, de funèbre. Sans faire dans la banale répétition exacte de la sonorité de «Unhallowed», le groupe arrive à sortir probablement le titre le plus glauque de l’album, démarrant en trombe, enchaînant chacune de ses parties avec soin et cohérence, laissant arriver un solo d’un John kempainen toujours en grande forme, pour ensuite se conclure dans une atmosphère oppressante avec un break de toute beauté, au riff simple mais percutant, supporté par une batterie jouant le rôle d’une rouleau compresseur, au son de grosse caisse lourd et bien marqué.

Après une enchaînement de morceaux un peu moins équilibré, passant parfois du discutable au presque mémorable (quelques relents du passé?) l’album se conclut par «Miasma», titre éponyme qui illustre parfaitement l’état d’esprit du groupe à l’époque «Je me fout de votre avis, je veux me foutre en l’air après m’être ruiné au casino, avoir pris la cuite de ma vie, m’être tapé une foule de prostituées et crever dans mon vomi». Transpirant la sueur, la décadence, la dépravation, la folie pure et dure... Oui «Miasma» est en lui-même l’apothéose de la folie autodestructrice, rappelant nos plus sombres heures, ces moments où on est tombé plus bas que terre pour sombrer dans cette dégénérescence qui fini par avoir raison de nous tôt ou tard...
La sonorité se veux encore plus agressive, plus cinglée, Trevor semble même sombrer en même temps que nous, accompagné de sa bande... Il n’y a plus de retour en arrière, plus de futur, plus de vie, seulement la folie...
Après un solo respectant le continuité du titre, «Miasma» se termine dans un final fou-furieux emplit de hurlements inhumains, d’une saturation bien poussée qui pourrait presque faire penser à de la noise, mais revenant vite au riff de base, sonnant comme le glas de l’esprit sain dans un corps sain... C’est terminé, il n’existe plus la moindre sortie, nous sommes condamnés...

«Miasma» n’est certes pas l’album de l’année, puisqu’il reste encore quelques erreurs pari-ci par là, les influences se font encore ressentir, mais bien moins que sur «Unhallowed». Mais malgré ces quelques points noirs, le groupe a réussit à gagner en maturité, suffisamment pour nous proposer des morceaux remarquables dans un album encore un peu trop homogène. La production est bien plus équilibrée et laisse la place à chaque instrument, chacun a droit à sa partie personnelle. En somme, «Miasma» est l’album qui dévoile que The Black Dahlia Murder est sur la bonne voie pour arriver à former un tout...

3 Commentaires

0 J'aime

Partager
DeThCore - 17 Octobre 2011: Très bonne chronique ! Je ne sais pas si tu avais compris, mais le groupe dénonce toute cette folie autodestructrice comme tu dis. Il compare Las Vegas et les gens qui y habite à du Miasma. Selon la croyance populaire, le miasma était une sorte de pollution de l'air qui provoquait la transmission des maladies contagieuses. C'est de la que vienne les paroles de Miasma et le fameux << Just another piece of shit >>.
DeThCore - 17 Octobre 2011: Ah d'accord j'avais pas bien compris. C'est tout beau alors !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire