Abysmal

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Black Dahlia Murder
Nom de l'album Abysmal
Type Album
Date de parution 18 Septembre 2015
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album85

Tracklist

1.
 Receipt
Ecouter04:02
2.
 Vlad, Son of the Dragon
Ecouter02:56
3.
 Abysmal
Ecouter03:41
4.
 Re-Faced
Ecouter03:50
5.
 Threat Level No. 3
Ecouter03:46
6.
 The Fog
Ecouter03:50
7.
 Stygiophobic
Ecouter03:14
8.
 Asylum
Ecouter03:38
9.
 The Advent
Ecouter03:41
10.
 That Cannot Die Which Eternally Is Dead
Ecouter04:29

Durée totale : 37:07

Acheter cet album

The Black Dahlia Murder



Chronique @ horlf

25 Octobre 2016

les « tueurs de dahlia noir » sont toujours en forme et à l’écoute de leur dernier album « Abysmal

Sept albums studio, presque quinze ans de carrière, les « tueurs du dahlia noir » sont toujours en forme et à l’écoute de leur dernier album Abysmal , cela s’entend.

Après l’excellent Everblack et deux ans d’attente, la tension est à son comble. Mes inquiétudes disparaissent à l’écoute du premier extrait Vlad Son of The Dragon : les BDM sont toujours aussi mordants, et dès les premières notes, on peut reconnaître leur son caractéristique.

Receipt, le deuxième extrait, assorti d’un clip video, ne démentira pas cette impression. Ils sont de retour, bien décidés à nous noyer sous un déluge de riffs puissants et catchy, de mélodies mémorables, de blasts ravageurs ainsi que des lignes de chant épique.

Se renouveler album après album sans pour autant perdre son identité n’est pas chose aisée, mais c’est un art dans lequel le groupe est passé maître. Il nous sert son habituel death melo teinté de black et la magie opère.
Les dix morceaux s’enchaînent très vite sans qu’aucune lassitude ne se fasse sentir. Seul écart, le mid-tempo Stygiophobic laisse le temps de souffler avant le dantesque Asylum et son intro dévastatrice.

Le rythme de l’album, plus élevé qu’à l’accoutumée, nous rappelle si besoin est la virtuosité des musiciens. Les riffs de guitare s’ils ne sont pas particulièrement innovants pour TBDM, sont d’excellente facture. Les plans aux mélodies soignées sont suivis de breaks incisifs, bien sentis. Ryan Knight nous offre des solos de qualité où se côtoient musicalité ainsi qu’une bonne dose de feeling. Mention spéciale pour ce plan à 00’37 dans Re-faced, tout simplement génial!

Enfin, la qualité des compositions est mise en valeur par la production, signée Mark Lewis (Cannibal Corpse, Whitechapel…), avec qui ils avaient déjà travaillé sur l’incontournable Nocturnal. Certains diront que la batterie est un peu trop présente, pour ma part elle ne fait que renforcer l’efficacité du jeu d’Alan Cassidy.

Alternant inlassablement growls profonds et screams écorchés, Trevor prouve avec brio qu’il n’a rien perdu de sa superbe. Il ne faiblira pas un instant malgré la cadence frénétique de ses comparses.

Avec ce nouvel opus, le groupe nous entraîne de nouveau dans des abysses sans fonds d’où il sera difficile de sortir indemne. Bien que l’album soit doté d’énormes qualités, il lui manque quelques titres de la trempe d’un In Hell Is Where She Waits For Me ou d’un Miasma pour être parfait! Il n’en reste pas moins un succès de plus à rajouter à la très bonne discographie du groupe.

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
Ravendark - 25 Octobre 2016: Chronique intéressante pour un album que j'ai beaucoup apprécié. Juste un détail qui me chiffonne, "les tueurs du dahlia noir", la traduction de TBDM c'est plutôt "le meurtre du Dahlia noir", enfin à part ça, j'ai rien à en redire de négatif !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire