Lovelorn

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Leaves' Eyes
Nom de l'album Lovelorn
Type Album
Date de parution 17 Août 2004
Produit par
Enregistré à Mastersound Studios
Style MusicalHeavy Symphonique
Membres possèdant cet album212

Tracklist

1. Norwegian Lovesong
2. Tale of the Sea Maid
3. Ocean's Way
4. Lovelorn
5. The Dream
6. Secret
7. For Amelie
8. Temptation
9. Into Your Light
10. Return to Life
Bonustrack (Limited Edition Digibook)
11. Multimedia Section Including "Into Your Light" (Videoclip)

Chronique @ ericb4

09 Août 2015

Un propos initial à l'inspiration féconde introduisant déjà le combo dans la cour des grands...

Suite à son départ du groupe Theatre Of Tragedy, c'est dans un tout autre projet musical que Liv Kristine poursuit son chemin, eu égard à son inscription au sein de ce sextet metal gothique et mélodique, notamment. Cet introductif album full length, produit par son mari Alexander Krull (Atrocity), voit la petite sirène norvégienne déambuler avec élégance, un léger sourire en coin, sur une tonalité doucereuse et hypnotiquement aérienne. Au regard de la riche teneur des gammes atmosphériques du propos de l'opus, celui-ci semble s'annoncer d'ores et déjà comme les prémices d'un voyage musical au long cours pour le collectif. A l'histoire des pérégrinations du combo sur cette scène metal à chant féminin, déjà foulée par de redoutables formations, de nous donner raison ou bien tort.

Si ce ravissant paysage de notes gothiques peut évoquer Xandria sur le plan des suites d'accords, voire Within Temptation sur certains axes mélodiques avec une touche atmosphérique, on se situe néanmoins assez loin de l'univers épique de Nightwish, ou de celui, grandiloquent, d'Epica, même dans les tendres passages. Au-delà de ce constat, le climat romantique qui s'en dégage, accolé aux relents traditionnels de ses arpèges, fonde l'originalité du concept. C'est dire que les compositions, aux tonalités pastel, ont fait l'objet d'une attention toute particulière de la part de l'ensemble des musiciens, pour conférer aux séries de notes de chacune des partitions toute leur substance harmonique et leur saveur mélodique. On les doit aux talents conjugués des membres du groupe, a savoir : Alexander Krull, au chant et à la programmation ; Thorsten Bauer, guitariste émérite ; Mathias Röderer, à la guitare ; Chris Lukhaup, à la basse et Martin Schmidt, à la batterie et aux samples. Quant à l'empreinte vocale, teintée d'angéliques inflexions à la grâce indéfectible, elle parachève de nous convaincre de l'efficacité de la démarche, tout en contribuant à confectionner l'identité de la production. En outre, par ses célestes ondulations vocales, Liv Kristine n'aura de cesse de laisser transpirer une émotion difficile à contenir bien longtemps. Pour l'occasion, a aussi été impliquée, dans les choeurs, sa petite sœur Carmen Elise Espenaes (Midnattsol), chanteuse au filet de voix délicatement resserré dans les médiums, sur « Into Your Light ». Quant aux paroles, tel un poème, où chaque mot est le reflet de l'âme de son auteure, elles sont l'oeuvre exclusive de la vénérable déesse.

Si le visage de la belle, au regard éperdument rêveur, apparaît sur la pochette, le concept relève d'Alexander et Katja Piolka. Cette dernière a notamment réalisé l'artwork de la jaquette, aux subtiles nuances de couleur graduées dans les beiges, ainsi que les médaillons patinés où apparaissent les membres du groupe, chacun étant juxtaposé à un texte du livret. Alexander, de son côté, s'est davantage concentré sur l'enregistrement, le mixage, l'ingénierie du son et le mastering, réalisés au Mastersound Studio (en Allemagne). Assisté par ses musiciens, essentiellement sur les enregistrements, le maître d'oeuvre nous octroie une restitution du son de bonne facture couplée à des arrangements bien ficelés. D'autre part, le mixage offre un équilibrage judicieux des parties vocales et instrumentales entre elles, sans effets de compression ou de sous-mixage notoires. De ce travail de studio respirant une implication de tous les instants, en ressort une fondante galette de quarante-deux minutes où s'enchaînent dix titres d'une durée à peu près égale. Les fondements logistiques et techniques étant posés, entrons sans plus attendre dans les arcanes de cette œuvre.

Lorsque l'ambiance se fait enjouée, la section rythmique fringante, l'inspiration ne manque pas à l'appel. L'ensemble fait preuve d'une combinaison maîtrisée des instruments où la technique ne frise jamais une indigeste démonstration, témoignant plutôt de subtilités relatives à l'expert maniement des dièses et des bémols contenus dans ces compositions. Illustrons-le par quelques titres emblématiques de l'opus. Tout d'abord, de soyeuses et enveloppantes nappes synthétiques nous accueillent sur le frondeur « Norwegian Lovesong », titre à la frappe régulière et mesurée et aux riffs élimés. Ici, les impulsions de la sirène scintillent le long d'une ligne mélodique axée sur un spectre compressé et joliment ondulatoire. Celle-ci déambule sur une dense et soyeuse instrumentation, avec des changements de tonalité à la clé, l'interprète élevant simultanément d'un cran sa ligne de chant. Pour sa part, le mouvant « Ocean's Way » met en scène la légèreté du timbre de la belle donnant la réplique aux grunts ténébreux de la bête, incarnée par Alexander, pour un duo à la construction harmonique solide et évoluant sur un chemin mélodique affiné. Liv use également d'insoupçonnées saccades lyriques sur une tonalité relativement basse pour assurer une osmose avec les rocailleuses impulsions de son acolyte. Savoureux moment gothique symphonique s'il en est ! Pour sa part, l'entraînant « Return to Life », où rutilent les guitares en liesse, a opté pour des variations rythmiques, des riffs érodés et une belle rampe au piano. On découvre ainsi une piste gothique aux refrains agréables offrant de jolies oscillations de tonalité, où la sirène nous charme par ses fines modularités, sans emphase, juste en toucher. Dans cette plage au parfum doux-amer, on adhère à un ensemble instrumental faisant montre d'une très efficace harmonisation. Enfin, plus tortueux, rageur, « Temptation » permet de retrouver la bête, au top de sa forme. Par contraste, les angéliques impulsions de la belle se calent parfaitement sur le refrain. En outre, un bref mais habile solo de guitare ravit le tympan avant que l'être de lumière ne reprenne les rênes. Bref, on a là une série de plages qu'on explore, qu'on apprivoise rapidement, l'adhésion s'effectuant sans encombres.

Parfois, la cadence se fait moins alerte, sans y perdre en lumière percussive, tout en conservant cette empreinte gothique mélodique, aux accents symphoniques, si caractéristique. Ainsi, l'engageant « Tale of the Sea Made », est un mid tempo, aux riffs massifs, nous octroyant des refrains délicatement acidulés, le cristal vocal de la déesse n'étant pas étranger à cette sensation auditive. De belles attaques à la guitare rythmique s'accouplent à un serpent synthétique jusqu'à tomber nez à nez avec un break, précédant une spectaculaire reprise sur le refrain, la belle éclaircissant progressivement son timbre pour clore le chapitre crescendo. Dans la même veine rythmique, guitare et synthé s'unissent à nouveau pour laisser « Secret », aux riffs gras, déverser de suaves couplets et de souriants refrains. Très haut calé, le timbre de Liv extasie par l'élasticité de son spectre vocal lui permettant de tutoyer les étoiles. Dans cette mouvance, des choeurs et les ravissantes et claires notes qu'elle distille impriment « The Dream », où le schéma percussif est savamment retenu et les riffs un tantinet graveleux. Un break opportun permet à Alexander de reprendre le flambeau, avant de laisser sa comparse, tel un ange, repartir de plus belle sur l'infiltrant et fier refrain. On reste aussi suspendu à une atmosphère générale rayonnant de subtilités techniques. Une fois de plus, le pavillon aspire à se sustenter de telles friandises sans jamais s'en écoeurer, tant l'exercice de style, délicat et inspiré, s'avère incitatif à une adhésion quasi automatique.

Par ailleurs, et ce n'est pas le moindre de ses mérites, le combo n'a pas manqué de nous offrir des passages tamisés, à l'image de quelques instants fragiles. Confondante, la ballade « For Amelie », chère au cœur de Liv, est d'une extrême sensibilité, venant cueillir nos émotions les plus enfouies. Difficile alors de ne pas se faire aspirer par la câlinante présence vocale de la chanteuse. On appréciera aussi les courbures des arpèges au piano dispensés par Timon Birkhofer (Indilounge) tout le long. Lorsque le convoi instrumental se met en marche, l'enivrement gagne du terrain, et plus rien ne semble alors pouvoir nous retenir à une quelconque contingence matérielle. Autre doux moment, à l'instar de « Into Your Light », envoûtant morceau, à l'allure d'un hit, disposant d'immersifs couplets et de refrains imparables à l'angélique déhanché mélodique. On appréciera également les jeux d'ombre et de lumière entre les vibes haut perchées de Liv et les fins médiums ondulants de Carmen. Pour précision, cette séduisante plage a donné lieu à un clip où la belle, telle une Marilyn, évolue gracieusement sous les feux de la rampe. Enfin, le troublant et affectueux « Lovelorn », titre éponyme de l'album, nous enchante par les patines vocales en retenue tout le long. Pas de rythmique, ni de riffing, cette fois, juste un délicat tapis synthétique, des samples, un inaltérable métronome et quelques accords à la guitare pour corroborer les oniriques caresses orales de la sirène. Et, malgré la linéarité du tracé mélodique, la magie opère, là encore.

Au final, on ressort inspiré par un espace sonore sensuel et poétique, un poil aseptisé mais sans tomber dans l'écueil d'un terne nivellement harmonique. Un savant équilibre s'observe entre des lignes mélodiques finement sculptées, mais sans demeurer ni sulfureuses, ni mièvres, et une dynamique rythmique en retenue, légère et magnétique. Même si la part belle est faite à la blonde déesse, elle fait corps aussi bien avec ses musiciens qu'avec son comparse. On apprécie donc une complicité groupale évoluant sur une mer limpide à la profonde agitation intérieure. Cela dit, de rares finitions seraient encore à éradiquer pour en faire une œuvre quasiment irréprochable. De résiduelles modulations vocales seraient aussi à affiner sur certains couplets. Mais, l'exercice offre une profusion d'envolées semi-lyriques, arc-boutées sur un veloutant timbre cristallin, qui nous font bien vite oublier ces petites irrégularités.

Pour un premier jet, tout s'annonce sous les meilleurs auspices pour Alexander et ses acolytes. Nul doute que les amateurs de metal gothique mélodique et symphonique à chant féminin puissent y trouver matière à satisfaire leurs aspirations, l'accessibilité mélodique et technique des compositions aidant. Aussi, si le projet doit encore faire preuve d'un soupçon de maturité supplémentaire pour y gagner en épaisseur artistique, l'ensemble produit s'avère déjà fort honorable. En raison de ses particularités atmosphériques, cette œuvre est à considérer à part entière, pour profiter pleinement des richesses harmoniques et des jeux de contrastes qu'elle contient. Le charme des tribulations oratoires de la talentueuse parolière et sensible interprète fera le reste...

4 Commentaires

2 J'aime

Partager
Sonadenn - 10 Août 2015: Merci Eric pour cette belle chronique; Ce premier album permet effectivement de découvrir l'étendue des talents de Liv Kristin. J'ai connu le groupe avec Meredead (qui reste pour moi le meilleur) et cet album acquis après ne m'a pas déçue. Par contre le dernier en date ne m'a pas convaincue.
ericb4 - 10 Août 2015: Mais, de rien. Oui, d'après moi, cet album est une belle introduction pour le groupe et un tremplin pour la blonde Norvégienne à l'hypnotique filet de voix. Un opus teinté de romantisme qu'on apprécie différemment avec le recul des années, finalement...
choahardoc - 10 Août 2015: Bravo Eric pour cet avis développé, que je rejoins assez largement. Leaves' Eyes démarre fort et trouve dès ce premier opus une identité propre... Atrocity assimile le chant de Liv et la progression du groupe va être spectaculaire par la suite!
ericb4 - 10 Août 2015: Merci à toi. En effet, l'évolution va se poursuivre dans une dynamique orchestrale différente, la ligne de chant va sonner le glas d'une ère nouvelle. Suite de l'aventure au prochain épisode...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kivan

26 Mai 2004
A l’heure où les petits groupes d’hier tel que After Forever ou Orphanage arrivent aux sommets, il est déjà temps de se tourner vers les valeurs montantes de cette scène metal gothic/symphonique pour voir de quoi sera fait demain.
Et avec Leaves’ Eyes, l’avenir semble à la fois serein et prometteur.
Il est tout d’abord important de préciser qu’il ne s’agit là point d’un énième clone de Nightwish ou de Within Temptation, car le groupe possède son propre style, et sa propre musique serai-je tenté de dire.
En fait s’il s’agit là du premier opus du groupe, Leaves Eyes n’en sont pas vraiment à leurs débuts, puisque le groupe s’est formé autour de Liv Kristine, ex-chanteuse de Theatre of Tragedy.
Et dans un style franchement gothic mélodique, ce Lovelorn est un album léger et poétique, débordant d’amour et de sérénité.
Le chant de Liv Kristine est absolument divin et à lui seul représente le caractère principal du groupe, il faut bien en convenir. Car la belle blonde nous enchante par ses douces mélodies, son timbre de voix si caractéristique de par sa légèreté, bien loin de la puissance de grand cantatrice telle que Tarja ou Sharon (ou Floor, puisque j’évoquais After précédemment), Liv Kristine semble y préférer la simplicité.
Simplicité toute relative car si les compos sont souvent assez légères, avec pas mal de parties violons à l’arrière, les groupe sait donné de la puissance quand il le faut, à travers des partie de guitares aux son bien lourd et percutant, ainsi qu’à travers le renfort de chant over-grave, formant ainsi l’habituel duo voix féminine et voix gutturale, qui fit les lettres d’or du style metal gothic, mais peu présent sur cet opus.
Ce Lovelorn m’apparaît donc comme une perle du genre, toute scintillante de beauté, de poésie et de légèreté, ces allemands de Leaves’ Eyes semblent avoir un bien bel avenir devant eux !!!!

3 Commentaires

4 J'aime

Partager
Elencirya - 15 Septembre 2006: J'ai découvert Leaves' Eyes par hasard sur une compil, et j'ai tout de suite accroché à leur style bien particulier! Liv Kristine chante de façon totalement différente que lors des 2 périodes Theatre of Tragedy (je ne peux que dissocier la 1ère, gothique, de la seconde, électro...)

Les claviers et autres programmations donnent des sonorités originale et très bien trouvées, qui donnent à ce nouveau groupe un cachet tout particulier.

Toutefois, je trouve le style encore un peu tâtonnant sur "lovelorn" : normal pour un premier album. Par exemple, certaines chansons sont empruntes d'une certaine lourdeur dans les mélodies, et certains écarts vocaux ne sont pas très heureux : "Secret" et "For Amelie" notamment.

Mais l'album a aussi ses perles : j'ai adoré "Norwegian Lovesong", "Ocean's way", "Lovelorn" et "Into your Light" par exemple.

Bref, un groupe prometteur!
kai_of_bodom - 16 Mars 2011: A écouter plusieurs fois pour se faire une idée, là j'en suis qu'à la premiere mais c'est pas mal
Merci pour la chronique
 
Demaquilator - 11 Octobre 2011: Très bien vu, Kivan, cet album est une perle du genre , derrière cette simplicité apparente se cache une vraie artilerie menée par Alex Krull et son Atrocity .
Quand a la voix de Liv , ... surtout sur ce titre qu'il a tourné mille fois sur mes platines, "secrets" , et bien , je n'en vois pas une autre pareille !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Alakihel

11 Janvier 2008
Coup de cœur [sans jeux de mots !]

C'est comme ça que je commencerai cette chronique, je ne pourrai pas vous faire un résumé de l'histoire du groupe si ce n'est que Liv Kristine la chanteuse du groupe a décidé de quitter Theater of Tragedy dans le but de monter sa carrière solo avec les membres d'Atrocity.

A la base je ne connaissais que l'album : Lovelorn, et quelques années plus tôt je m'étais alors seulement arrêté à cette chanson, et hier j'ai pu écouter l'album en entier...
Qu'en dire ? C'est une pure merveille, les Norvégiens sont aussi bien capables d'innover et de créer un des genres de métal des plus violents au monde, mais savent aussi faire de la belle musique.
Leave's Eyes c'est du métal ambiant, à leur sauce, loin de Nightwish ou de Within Temptation, ils ont leur propre musique. De plus, Liv Kristine est une chanteuse hors pair, et elle nous le prouve dans cet album avec une voix magnifique et bien à elle, totalement différente de celle de Tarja ou Sharon.

La voix de Liv Kristine est magnifique sur cet album, et est très bien soutenue par les instruments, guitare, basse, voix gutturale en backing vocaux et utilisée aussi pour répondre à la chanteuse comme si la jeune fille s'adressait à un démon. De plus on peut constater que le synthé est magnifiquement utilisé lui aussi, même si sa présence est constante et prend beaucoup de place, elle est très bien utilisée et colle parfaitement à la musique.

Les morceaux que je vous conseille d'écouter en priorité sont :
Norwegian Lovesong
Ocean's Way
Lovelorn.

Se sont sûrement les morceaux les plus magnifiques de l'album, des morceaux qui vous vont droit au cœur jusqu'à vous faire tomber amoureux.
C'est simplement l'album des amoureux.
[J'aurai dû garder cette chronique pour la St Valentin...]

Alakihel.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
 
Demaquilator - 11 Octobre 2011: Telement vrai, Alakihel, cet album est celui des amoureux . Et tu peux ajouter dans cette catégorie aussi le suivant, Vinland Saga :)
Mais alors, pourquoi pas 17/20, voir plus ?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire