I Am Nemesis

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Caliban
Nom de l'album I Am Nemesis
Type Album
Date de parution 03 Fevrier 2012
Labels Century Media
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album104

Tracklist

1.
 We Are the Many (ft. Marcus Bischoff of Heaven Shall Burn, Benny Richter of The Mercury Arc & Mitch Lucker of Suicide Silence)
 04:01
2.
 The Bogeyman
 03:08
3.
 Memorial
 04:19
4.
 No Tomorrow
 03:26
5.
 Edge of Black
 04:58
6.
 Davy Jones
 04:06
7.
 Deadly Dream
 04:02
8.
 Open Letter
 03:38
9.
 Dein R3.ich
 03:30
10.
 Broadcast to Damnation
 03:32
11.
 This Oath
 03:29
12.
 Modern Warfare (ft. Christoph Koterzina of Callejon)
 03:22

Bonus
13.
 Pulse (The Mad Capsule Markets Cover)
 03:07

Durée totale : 48:38



Special/Limited Deluxe Box Set
1.
 Shout at the Devil (Motley Crue Cover)
 03:36
2.
 Sonne (Rammstein Cover)
 03:47
3.
 Feasting on the Blood of the Insane (Six Feet Under Cover)
 04:32
4.
 Die, Die My Darling (Misfits Cover)
 03:45
5.
 Blinded by Fear (At The Gates Cover)
 02:34
6.
 High Hopes (Pink Floyd Cover)
 06:36
7.
 Among the Living (Anthrax Cover)
 05:48
8.
 Edge of Black (Remix)
 03:31

Durée totale : 34:09


Chronique @ Arachnid

02 Fevrier 2012

Qui a dit que le metalcore était mort ?

Qui a dit que le metalcore était mort et enterré ? Autrefois puissant genre musical donnant sa chance aux jeunes groupes puis phénomène de mode jugé éphémère, le style s’est quelque peu laissé dévorer par son propre successeur le deathcore et son image de marque laissée à l’abandon, la plupart des auditeurs souhaitant plus de brutalité et moins de chants clairs gnan-gnan. Seuls quelques formations ont tenu bon, délivrant le meilleur d’eux-mêmes, devenant de solides groupes cultes dans leur domaine. Outre-Atlantique, il y a les indétrônables As I Lay Dying, Killswitch Engage et Bleeding Through. Outre-Rhin, il y a les bourrins de Heaven Shall Burn, Maroon et Caliban. Et si ces derniers avaient commencé à légèrement tourner en rond avec leurs deux précédents opus (bien que The Awakening était franchement puissant), les Allemands prouVent aujourd’hui qu’ils peuVent eux aussi faire du neuf avec du vieux… ou presque !

Déjà quinze ans que les originaires d’Essen subsistent, délivrant maintenant leur huitième album intitulé I Am Nemesis. Une pochette à nouveau différente, très intrigante, dévoilant un homme pleurant et laissant dégouliner de sa bouche un sang épais sur une photo en noir et blanc du plus bel effet. On croirait presque à du warpaint black metal et, à la vue de leur nouveau clip officiel, le désormais connu "Memorial", on pourrait croire le nouveau look des teutons a bien changé : vêtements noirs, warpaint, ambiance glauque. Mais est-ce la même donne niveau son ? Pas vraiment. Si Caliban ne se sont pas mis à faire du black metal ou même à y ajouter des influences comme dans leur deuxième opus Vent, l’atmosphère d’I Am Nemesis n’est pas non plus très rose, bien au contraire. Que l’on se rassure, Caliban nous ressert du bon vieux metalcore old school, nerveux et attractif mais ajoute également une bonne grosse touche morbide à la plupart de ses nouvelles compositions.

Cette touche avait déjà été plus ou moins apportée dans le disque précédent qui souffrait hélas, lui, des principales tares qu’a accumulé la formation, soit un trop gros nombre de titres pas toujours tous égaux en qualité et surtout un cruel manque de renouveau. Ici, même constat avec cependant des retouches bienvenues qui nous font clairement oublier Say Hello to Tragedy : plus brutal, plus technique (à prendre avec des pincettes, on parle de Caliban là), extrêmement plus sombre et bien plus personnel, I Am Nemesis est l’album de la renaissance pour les Allemands. Encore une fois, pas d’intro, ça tranche sec dès la première piste "We are the Many" qui bénéficie d’ailleurs de la présence en guest vocals de leur éternel pote Marcus Bischoff de Heaven Shall Burn ainsi que de Mitch Lurker de Suicide Silence. Un titre tout en puissance qui annonce direct la couleur : des riffs acérés, un refrain en chœurs et des couplets où chacun scande sa phrase occulte.

À partir du titre suivant, c’est la même recette avec en bonus l’arrivée d’un putain de breakdown nous faisant revenir à ceux, prestigieux, qui faisaient la gloire du groupe en 2004 et 2006. Les sonorités nouvelles qu’ajoute le groupe sont bienvenues, bien gérées et nous permet de bien distinguer l’album d’un autre, se plaçant par conséquent avec logique dans leur discographie. Quelques claviers bien placés, quelques samples stridents ici et là et toute la différence est faite, la production étant à nouveau due à Benny Richter (fidèle depuis The Awakening). Ce huitième opus revient donc à un metalcore très brutal dont certains morceaux comme "No Tomorrow", "Edge of Black" ou encore "Modern Warfare" s’apparenteraient presque à du deathcore des premiers jours tant ils en possèdent les mêmes caractéristiques à quelques exceptions près.

Dommage en revanche pour certains refrains en chant clair peu inspirés (comme sur "Edge of Black" et "Broadcast to Damnation" par exemple) dont on aurait préféré les judicieux remplacements de chants groupés, hurlant en chœurs avec une certaine mélodie communicative. Le chant parfois doublé d’Andreas Dörner s’avère être plus nerveux que jamais, laissant exploser sa rage à travers des paroles dans la continuité du concept de son prédécesseur., ne laissant que peu de place aux refrains en chant clair, ceux-ci n’étant alors présents que sur cinq pistes, le plus souVent judicieusement remplacés par des refrains groupés en chœurs. Mais c’est ainsi, douze pistes (un soulagement, l’album étant plus concis et moins longuet que les précédentes productions), six avec du chant clair, une présence que l’on qualifierait de quasi-obligatoire pour le groupe qui l’utilise à bon ou mauvais escient depuis le sympathique Shadow Hearts.

Alors que peut-on retenir de ce nouvel opus ? Un son alliant les bases du metalcore (l’archétypal "Open Letter" en est la preuve concrète) à des sonorités plus inédites pour le groupe, un ensemble très sombre et brutal et une vitalité à toute épreuve qui font de ce huitième effort l’un des meilleurs qu’ai jamais sorti le groupe, Caliban pouvant se tarir de revenir sur le devant de la scène avec un tel produit. Et si la perfection n’est à nouveau pas de mise due à deux/trois titres banals et la présence de refrains en chant clair pas forcément justifiés, on ne peut que saluer la formation à nous servir à nouveau le meilleur d’eux-mêmes. Vivement la suite de leur interminable aVenture, Caliban étant reparti sur de très bonnes voies.

26 Commentaires

12 J'aime

Partager

 
metalleuxdu09 - 14 Avril 2012: Merci pour cette chronique, je trouve cet album excellent, c'est lui qui m'a fait découvrir le groupe et je ne m'en lasse pas :))
kiki2000 - 11 Fevrier 2013: Calice qui est bon cet album, il se démarque de toute leur disco et entre dans la compétition. Selon moi Caliban et Bleeding Through sont des pionniers du metalcore avec AILD.
Symphomaniac - 08 Avril 2015: Le metalcore est un style assez spécial, mélangeant du rock avec un peu de punk hardcore, ce qui a d'ailleurs formé a peu près tous les sous genre de métal. Dans cet album, on allie bien le rythme et la férocité du son avec des alternances entre des voix graves et clair, ce qui donne à l'album une excellente vitalité. Ta chronique m'a donné envie de l'écouter et je n'ai pas été déçu, pratiquement aucun titre ne se ressemble, chacun a sa propre signification. I am Nemesis restera un bon album dont on ne se lasse pas d'écouter. Car les compos sont très variées. A écouter !
Baal666 - 18 Janvier 2020:

Memorial et Edge Of Black sont fort sympathique ,le reste s’ecoute mais reste d’une banalité affligeante 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire