Ghost Empire

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Caliban
Nom de l'album Ghost Empire
Type Album
Date de parution 24 Janvier 2014
Labels Century Media
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album59

Tracklist

1.
 King
 04:02
2.
 Chaos - Creation
 03:30
3.
 Wolves and Rats
 03:59
4.
 nebeL (ft. BastiBasti of Callejon)
 03:11
5.
 I Am Ghost
 03:46
6.
 Devil's Night
 04:23
7.
 yOUR Song
 04:26
8.
 Cries and Whispers
 03:55
9.
 Good Man (ft. Christoph Koterzina of Callejon)
 05:07
10.
 I Am Rebellion
 04:21
11.
 Who We Are
 04:09
12.
 My Vertigo
 03:15

Bonus
13.
 Falling Downwards (ft. Matt Heafy of Trivium)
 03:47
14.
 We Are the Many (Live in Bochum 2012)
 04:33
15.
 Davy Jones (Live in Bochum 2012)
 04:26
16.
 The Bogeyman (Live in Bochum 2012)
 04:33

Durée totale : 01:05:23


Chronique @ Mr4444

09 Avril 2014

La volonté de se reposer sur ses acquis ou celle de surfer sur la vague d’un Metal de bas-étage ?

Dans le milieu du Metalcore, les vieux se font rare, la faute essentiellement dû à un style ne se renouvelant que trop rarement. Caliban fait partie de ces vieux, formé en 1997 et sortant cette année leur 9e album. Le groupe Allemand nous a habitués depuis quelques années à deux sortes de sortis : la génialissime et le très réchauffé. Certains seraient tentés de dire que depuis « The Opposite from Within », le groupe a tendance à rentrer de plus en plus dans le rang, osant moins et se mouvant dans le Ventre mou de la scène coreuse.

Après un « I Am Nemesis » qui a beaucoup divisé (certains le trouvant trop basique et peu inspiré, d’autres voyant là un groupe qui franchit un nouveau palier dans la création), les espoirs attendus dans ce « Ghost Empire » sont certainement très important. Autant le dire tout de suite, ce nouvel album continu dans la droite lignée de l’album précédent. Ceux n’ayant pas aimé « I Am Nemesis » n’accrocheront donc vraisemblablement pas à celui-ci. Pour le reste, on trouve toujours les mêmes personnes aux manettes et par conséquent les mêmes constructions : des couplets dans l’ensemble violent et des refrains régulièrement catchy. Du Metalcore de base, donc.

« King » contient la base même de la musique actuelle de Caliban. Un Andy Dörner toujours très concentré et offrant un florilège de cris et de growls en tous genres, un Dennis Schmit proposant des refrains clairs toujours très clichés et peu inspirés. Comme sur tout l’album, la batterie fera le plus gros du travail, très audible et rythmée, les frappes seront variées et puissamment misent en avant. En revanche, les cordes seront la plupart du temps absentes. Pas au sens sonore, évidemment. Mais les riffs seront souVent tellement concentrés sur la puissance au détriment de la variété que l’on aura tôt fait d’avoir l’impression d’entendre un simple accompagnement et non un véritable organe de la musique. Sur le contenu, on retrouve encore une fois les mêmes ingrédients : des breaks ambiants concentrés sur une voix claire souVent hors de propos et des breakdowns lourds et entraînants.

Parler du reste de l’album va de soi, à présent. Les nouveautés sont au final relativement rares, les influences plus ou moins Djent de quelques pistes les concentreront. « Chaos – Creation » et ses rythmiques syncopées sans inspiration (avec ces éternels chœurs hardcore sur-utilisés dans cet album), « Wolves and Rats », lourde et violente, massive à souhait, ne semble jamais vouloir aller au bout de ses idées, que celles-ci concernent les refrains violents et atmosphériques, sa conclusion piano/violon assez superficiel ou bien ses transitions trop nombreuses ne nous laissant aucunement accrocher à l’ensemble.

L’album empile les bonnes idées malheureusement cruellement sous (et mal) exploitées. « Devil’s Night » et sa volonté d’offrir un titre épique de brutalité sera convaincante sur sa patte coléreuse et viscérale des couplets avant de se faire charcuter par un chant clair infectement niais. Pas du tout dans le ton et à côté de la base rythmique, celui-ci neutralisera tout le côté massif d’un ensemble pourtant intéressant. « I Am Ghost » possède également des armes intéressantes, ce côté écrasant et atmosphérique se voit contrebalancé par des arpèges mélodiques me faisant curieusement penser à « Smalltown Boy » des Bronski Beat pendant que la voix claire très superficielle se fait rare, mais suffisamment présente pour gâcher l’ambiance. « Nebel » est une incursion du groupe dans sa langue maternelle et aidé par Bastibasti (Callejon). Les percussions massives, ces breakdowns syncopés et électroniques, les mélangent de cris vomitifs et de hurlements dans la langue Germanique font passer une brutalité bien supérieure à l’anglais, mais lorsque la pop revient au rythme d’un chant clair hors de propos, on finirait par penser à du Tokyo Hotel tant les vocalises de Dennis se font laides.

Le titre « Your Song », ses samples live et à l’ambiance extrêmement clichée (« C’est votre chanson, c’est notre chanson » ouaiiiis…), mais ses simili-blasts bien foutus, son refrain mélodique dans le ton en fait par contre un titre plutôt bien accrocheur, même si étrangement ressemblant au « Dream Run » du dernier album de Parkway Drive, « Atlas »… Dans le comble du mauvais goût, « My Vertigo » et son atmosphère nauséabonde du surgelé trop réchauffé fait surface. Coupler un refrain extrêmement basique dans son chant clair cliché et toujours adjoint à cette même forme de massivité agressive, le groupe a déjà fait exactement les mêmes riffs sur les titres du dessus.

Néanmoins, certaines bonnes idées se montrent plus convaincantes, dommage de devoir se farcir une première moitié d’album peu emballante pour les goûter. L’étrange intro bluesy de « Cries and Whispers » relayé par une atmosphère des plus bourrines et viscérale se voit suppléer par l’un des meilleurs refrains de l’album, mélodique et catchy, comme d’habitude, mais en mieux. La semi-ballade « Good Man » partait d’une bonne intention. Ce démarrage acoustique et calme, un chant clair pas foncièrement original, mais qui s’accorde plutôt bien à l’ensemble. Même le redémarrage brusque s’appuiera sur la même base ambiante avant de finalement la sacrifier pour une rythmique Metalcore beaucoup trop clichée, dans la syncopation riffique, dans la forme de frappe… Avant de repartir excellemment dans des refrains mélodiques aux arpèges judicieux, puis ainsi de suite. On retrouve par la suite un « Who We Are » métalcorisé à souhait, offrant une suite de doubles sur une base ultra-mélodique et les mêmes déroulés, encore et toujours. On retiendra les growls très ambiancés et une incursion claire de très mauvais goût. Inutile de citer l’extrême banalité qu’est « I Am Rebellion » et son atmosphère Pop-Punk sucrée.

La volonté de se reposer sur ses acquis ou celle de surfer sur la vague d’un Metal de bas-étage ? Même si Caliban a déjà tout prouvé, ce neuvième album est un disque vraiment très moyen, réduisant la qualité et la recherche au profit d’une facilité musicale très impersonnelle et manquant sincèrement de prise de risque. En abusant des codes les plus clichés du Metalcore, Caliban donne l’impression d’un groupe se contentant de plus en plus de rentrer dans le rang, apposant ainsi une musique puissante mais fade, répétitive et sans aucune réelle inspiration.

# http://www.justanellipsis.fr/Caliban-ghost-empire #

9 Commentaires

1 J'aime

Partager

Mr4444 - 11 Avril 2014: Mais August ne contient pas de chant clair, seulement de bref passages récité et parlé, ce n'est pas vraiment le même style. Non, pour moi, Caliban a fait son taf au milieu des années 2000 et ils s'assurent une sorte de fin de carrière bien tranquille à présent.
kiss33 - 11 Avril 2014: oui c'est ce que je disais August c'est un autre style ;) enfin parler de s'assurer une fin de carrière 15 ans après le premier album c'est un peu tôt je trouve
Eniotna - 14 Avril 2014: Le chant clair à toujours été la principale critique faite aux gars de Caliban ... Mais cela dit cet album n'est pas mauvais, bien moins bon que I Am Nemesis que je trouve génialissime et qui est réellement le meilleur disque de Caliban. Mais c'est vrai que c'est le genre d'album où si tu aimes à la base Caliban tu aimeras l'album mais si c'est pour découvrir le groupe vaut mieux pas débuter par celui ci. Ou alors se contenter d'écouter Cries And Whispers qui est la meilleure de l'album.
kiss33 - 21 Avril 2015: Clairement je me fais I am Nemesis je suis beaucoup plus convaincu en effet !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire