Frozen Moments Between Life and Death

Liste des groupes Thrash Death Loudblast Frozen Moments Between Life and Death
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Loudblast
Nom de l'album Frozen Moments Between Life and Death
Type Album
Date de parution 18 Avril 2011
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album162

Tracklist

DISC
1. Frozen Moments Between Life and Death
2. Neverending Blast
3. Emptiness Crushes My Soul
4. Cold Blooded Kind
5. Towards Oneness
6. The Bitter Seed
7. Nosce Te Ipsum
8. Hazardous Magic
9. To Bury an Empire
DVD - LIVE AT HELLFEST, CLISSON, FRANCE, 18/06/2010
1. Flesh
2. Sublime Dementia
3. Taste Me
4. Fire & Ice
5. No Tears to Share
6. My Last Journey
Bonustrack
7. Emptiness Crushes My Soul (Video Clip + Making of)

Chronique @ Necromantix

05 Mai 2011

Loudblast, en véritable référence, renaît de ses cendres.

Loudblast. Quel écouteur assidu de Death Metal, dans sa forme la plus imprégné de Thrash, n'a pas entendu parler de ce groupe, véritable monstre depuis plus de 26 années de travail? Le groupe proposa à maintes reprises des albums à la qualité indéniable. Souvenez vous: Fatal Attaction de Sensorial Treatment (1989); Wrapped in Roses de Disincarnate (1991) ou bien encore l'incroyable reprise de Mandatory Suidide (Slayer) sur le cultissime Cross the Threshold.

L'album se lance sur une intro pesante, pleine de morbidité et de souffrance. Puis Stéphane Buriez se lance dans la fosse. Le chant a de nouveau évolué, proposant un aspect guttural contre-balancé par une articulation et une clarté rare penchant plus pour une voix claire mais rugueuse que du Growl imposant. La production est propre mettant en avant Stéphane et les guitares au détriment de la basse. Cependant cette mise à l'écart permet la mise en place d'une ambiance particulièrement malsaine que les guitares entretiennent avec plaisir. Le batteur alterne habilement Blast Beats et rythmes plus posés de manière à moduler avec soin l'alternance d'ambiance. Le rythme devient brutalement saccadé; lui donnant une puissance remarquable. Le deuxième morceau se veut beaucoup plus lourd, et plus directe. Les soli, tous plus inspirés les uns que les autres, montrent un rayon de luminosité dans cette épaisse fumée noire. Un rayon habile et incroyablement bien incrusté dans ce monde chaotique. Ici, pas question de parler Shred, on parle lenteur et légèreté, et quelques accélérations bien senties.

Puis on attaque le fameux single de l'album: Emptiness Crushes My Soul. Le clip, incluant la fameuse Nina Roberts, propose un univers sale, en noir et blanc, sur fond de haine et de vengeance. Le morceau en lui même reflète de manière Objective l'album. Une intro lourde qui très vite sera effacé par un riff bien huilé et aggressif. La tempête avant une accalmie dissonante, oppressante et torturée. Puis le revoilà, ce riff implacable qui permet à Buriez de déposer un refrain taillé pour être scandé par une foule grouillante. Puis le solo, perçant, un hurlement de désespoir au travers de cette folie. Tout s'emballe, le monstre se lâche.

Loudblast fait un sans faute, la preuve incontestée de leur suprématie sur le monde Death Metal français. Gojira pensait ravir cette place, mais la bande à Buriez nous gratifie d'un méfait d'une rare noirceur, notamment sur Cold Blooded Kind durant laquelle l'oppression est constante, des guitares aériennes soutenues par des Blast Beats continus; avant une accalmie acoustique, et après l'étouffant Loudblast devient l'acharné, le démon débarrassé de ses chaines entravant sa colère. To Bury an Empire, l'instrumentale finale terminera avec brio l'album, grâce à des solos variés, planants, et à une rythmique tonitruante. La lourdeur ainsi dosée prouvant la maîtrise incontestable des différents intruments. Ce sera également l'un des rares morceaux où la basse se fera gracieusement entendre, lourde, impassible et terrifiante.

Comment convaincre avec talent?
Loudblast a réussi. Alors que beaucoup ont, à juste titre certes, décidé de les renier; Buriez et sa clique avaient les crocs. Une envie incongrue de mordre, de retrouver son statut de référence incontestable du Death français. Une production en béton armé de notre ami Peter Tagtgren. Une pochette à l'aspect fait main non négligeable. De petites innovations ont conduit Loudblast là où ils le méritent. Alors qu'Aggressor; leur fameux compères du mythique split album Liscenced to Thrash, peinent à réinvestir le panthéon du Death français; Loudblast y siège impérialement.

26 Commentaires

15 J'aime

Partager

 
ebelectricite - 30 Août 2012: N'écoutes pas l'album en fonction des écrits mais en fonction de ce que tu ressens...
 
ebelectricite - 30 Août 2012: C'est le meilleur depuis "fragments"...
MCGRE - 14 Mai 2013: @sargeist & Nekrophiliak .Heu les gars l'album passe pas pour vous ok mais doucement dans vos propos quand même car je me sent un peu beaucoup concerné puisque j'aime cet album de Loudblast et je suis pas un ado attardé et je suis très exigent en se qui concerne les groupes que j’estime enfin bref le respect les gars le respect !
 
El_Totor - 07 Octobre 2014: Je vais vous faire marrer, mais, bizarrement, cet album me ferait presque penser à du no return plutôt qu'à du loudblast !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ rockyouaxel

27 Avril 2011

Loudblast a réussi à se renouveler et cet album est une réussite !

Loudblast, groupe originaire de Lille. Après une longue absence de 5ans après "Planet Pandemonium", Loudblast sort son premier CD/DVD Live "Live Loud and Heavy" et un changement de line-up s'impose, Drakhian arrive à la guitare et Alexandre Lenormand à la basse. En 2011, Loudblast sort son 6eme album studio "Frozen Moments Between Life and Death". Qu'en est-il de cet album ?

Deux semaines avant la sortie de l'album, Loudblast publie son 3eme clip (le 1er en 20 ans) pour donner un avant goût de cet opus. Le titre se nomme "Emptiness Crushes My Soul" et s'avère être d'une qualité supérieure aux albums précédents malgré la ressemblance avec Slayer. Cependant, il se relève être un très bon morceau et nous annonce la couleur de l'album. Un album lourd et sombre s'impose donc, c'est ce que nous confirmons en écoutant le premier morceau qui se nomme "Frozen Moments Between Life and Death". En effet, l'introduction de celle-ci est noire et lugubre. L'introduction est suivie d'un riff puissant et lourd "blasté" par la batterie d'Hervé Coquerel, le batteur du groupe. Il en sera de même pour le second titre de l'opus "Neverending Blast" comportant plusieurs riffs lourds secondés par une batterie écrasante.
Ensuite, nous pouvons aussi constater que Loudblast a su se renouveler techniquement et musicalement parlant. Assurément, le passage acoustique suivi d'un riff agressif pendant le break de "Cold Blooding King" prouve cela. Les titres sont donc construits et ne débordent pas de vitalité. En effet, chaque titre est composé de riffs puissants et agressifs pour ainsi donner cet effet.

D'autres titres aussi sortent du lot comme "To Bury an Empire" et "Nosce Te Ipsum". En effet,la guitare de "Nosce Te Ipsum" est à couper le souffle et le solo donne un effet très étrange et innovant au titre. Cette idée d'étrangeté sera suivie jusqu'à la fin du morceau. Ensuite, le morceau "To Bury an Empire" est aussi assez spécial car il se décroche du reste de l'album. Effectivement, il s'agit d'un des seuls morceaux de Loudblast dans lequel il n'y a pas de paroles. Ce morceau se décroche aussi du reste de l'album grâce aux soli qui rendent ce morceau envoûtant. Pour finir, nous pouvons constater que la production de l'album est impeccable et meilleure que les albums qui ont précédé "Frozen Moments Between Life and Death". Enregistré et mixé dans le "Lab Studio" de Stéphane Buriez par Stéphane Buriez lui-même. Le leader de Loudblast nous montre qu'il est capable de composer et de produire une œuvre digne de ce nom.

Pour conclure, Loudblast a réussi à se renouveler et cet album est une réussite ! Maintenant, il ne reste plus qu'à confirmer cela en concert. C'est à dire lors du Sonisphère Festival 2011 à Amnéville...

Note : 17/20

11 Commentaires

0 J'aime

Partager

rockyouaxel - 28 Avril 2011: @karnivormetal: De rien!

@ArteriopatH: Oui j'ai aussi perçu ce changement, mais j'ai aussi remarqué que les tonalités vocales étaient différentes sur chaque album de Loudblast, "Desincarnate" sonne plus Death, "Fragment" plûtot thrash, ici c'est un peu entre les deux (enfin c'est ce que je pense)
rockyouaxel - 29 Avril 2011: @Jackyrock: merci! ;)

@grand_barbare: c'est sûr que cet album est beaucoup plus recherché que ''Fragment'' et "Planet Pandemonium"
MCGRE - 30 Avril 2011: Et bien moi il m'éclate cet album LOUDBLAST devient groovy et moderne dans leur métal c'est une sacrée prise de risques mais au final ça paye car l'album et une vrai tuerie .
Holydad - 02 Fevrier 2013: ouh là là attention je confirme c'est une vraie tuerie. Parfois quelques similitudes sonores avec Immortal, la créativité en plus
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire