From the Very Depths

Liste des groupes Thrash Metal Venom From the Very Depths
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Venom
Nom de l'album From the Very Depths
Type Album
Date de parution 26 Janvier 2015
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album111

Tracklist

1.
 Eruptus
 01:02
2.
 From the Very Depths
 03:55
3.
 The Death of Rock'n Roll
 03:09
4.
 Smoke
 05:01
5.
 Temptation
 03:53
6.
 Long Haired Punks
 04:02
7.
 Stigmata Satanas
 03:27
8.
 Crucified
 04:07
9.
 Evil Law
 05:04
10.
 Grinding Teeth
 04:12
11.
 Ouverture
 01:17
12.
 Mephistopheles
 04:07
13.
 Wings of Valkyrie
 04:01
14.
 Rise
 04:34

Durée totale : 51:51


Chronique @ LeMoustre

18 Fevrier 2015

Don't Burn The Venom

Difficile de parler de Venom en occultant son glorieux (et moins glorieux) passé. Toutefois, et sans faire injure à un des inventeurs du metal extrême et blasphématoire depuis 35 ans, ces lignes ne visent pas à faire un énième récapitulatif de la discographie ou des tourments du gang de Newcastle, que tous les hard-rockeurs, metalleux, deathsters ou thrashers connaissent dans ses grandes lignes.

La cuvée 2014 judicieusement intitulée "From The Very Dephts", en référence à l'annonce de leurs concerts, est fournie par le même line-up que le disque précédent ("Fallen Angels" - plutôt sympathique), à savoir Conrad Lant (basse, chant, et seul membre d'origine), John Dixon (guitare) et Daniel Needham (batterie), signe d'une stabilité inhabituelle. Fort d'une belle pochette réalisée sur un fond rouge dégradé, l'album ouvre (passée l'intro classique) sur le titre éponyme, et d'entrée, le son saisit de clarté. Tous les instruments, basse en première ligne, sont parfaitement audibles, tout en dégageant une impression crue, sauvage et délibérément saturée.

Les titres se succèdent, alternant avec un équilibre que l'on devine travaillé, tempi lents et rythmiques plus véloces, avec toujours le meilleur de la marque Venom : refrains mémorisables en deux écoutes, voix déclamée plus que hurlée, riffs simples mais efficaces dignes de Motörhead, basse rugissante à l'extrême, distinction entre couplets et refrains amenant l'auditeur à mémoriser aisément les structures des morceaux. Les percutants "Temptation" ou "The Death Of Rock'n'roll", le speed "Long Haired Punks" sont percutants et sont à hurler sous la douche. Du connu, du bien fait, rien de révolutionnaire, mais, à l'instar d'un vieil orfèvre, Venom sait faire et le prouve.

Si le groupe n'a jamais été réputé pour expérimenter, le fan notera tout de même des petites incursions inhabituelles. Oh, rien de choquant, mais des gimmicks, notamment à la guitare, qui laissent à penser que John Dixon (Rage pour les intimes) a pu se prévaloir d'une certaine liberté dans les soli. De même, des titres plus mélodiques (les lignes vocales lancinantes de "Smoke", les riffs saccadés sur-heavy de "Evil Law" qui précèdent le plus rapide "Grinding Teeth") amènent un surplus de dynamisme qui manquait quelque peu à son prédécesseur. Paradoxalement, cela rapproche ce disque des albums que Conrad Lant (Cronos pour les ignares) réfute pour n'y avoir pas participé, le méconnu mais néanmoins excellent "Prime Evil" en tête.

L'album est assez long (51 minutes passées), mais doté de morceaux courts et assez distincts les uns des autres, grâce à cette alternance de tempi évoquée plus haut, il ne lasse pas. Le retour gagnant dans son passé glorieux ("Méphistopheles" et son côté rock aurait pu être sorti dans un Maxi en 1983) n'y étant pas non plus étranger. Le triptyque final conclu par le faux live "Rise" parachève d'ailleurs idéalement l'album.

35 ans de service actif ne peuvent donner un album mauvais, comme ce fut le cas par le passé ("Possessed", "The Calm Before the Storm", "Metal Black", pour n'en citer que trois). Venom, toujours aussi fidèle à lui-même quitte à s'auto-caricaturer (le basique "Crucified", les intonations de Cronos, tellement typiques, à prendre au second degré), réussit à montrer qu'il n'est pas qu'un groupe live et sait encore produire des nouveaux titres de qualité, dont certains trouveront idéalement leur place dans les concerts.

Un bon album de Venom, c'est toujours ça de pris, n'en déplaise à ses détracteurs. Comme peu de groupes évoluent dans ce créneau, ce peut être un bon moyen pour certains de revoir une vieille connaissance pas vue depuis longtemps, ou, pour les plus jeunes, de constituer une alternative crédible à Motörhead, sans risque d'être déçu.








22 Commentaires

23 J'aime

Partager

samolice - 22 Fevrier 2015: Merci pour la chro. Je l'aime bien moi aussi "Calm Before The Storm", mais c'est vrai qu'il est plutôt décalé par rapport aux débuts du combo et qu'il a dû beaucoup décevoir les die hard à sa sortie. Aujourd'hui, le temps a passé, redonnez lui une chance :-)
lerodeur - 23 Fevrier 2015: Merci au chroniqueur. Je n'ai pas eu le temps de me passer suffisamment l'album pour émettre un avis définitif mais il est à classer dans les "bons" albums de VENOM, c'est sûr. Plus homogène que Fallen Angel, plus constant en qualité, il m'a l'air quand même de manquer un peu de relief et d'être un brin répétitif tandis que sur le précédent, il y avait à la fois du très bon et du très mauvais, une production moins chargée et des guitares plus audibles. ça s'équivaut dans l'ensemble. En tout cas, à l'heure du retour en force du Black N'Roll sur la scène extrême, l'ancêtre a sa carte à jouer. VENOM joue la même musique qu'en 85 mais parait plus moderne aujourd'hui qu'à l'époque.
Ziidjan - 05 Janvier 2016: Bit Back Blasphemyyy!!! Depuis Hell, Venom tape vraiment pile au bon endroit je trouve, que ce soit au niveau du son, du riffing, de l'attitude bien punk, du côté cru et sauvage comme tu le soulignes, bref je trouve qu'on est dans les hauts de la carrière de Venom avec bien sûr les débuts mais aussi la doublette Temples of Ice/The Waste Lands!



Ce dernier album maintient la cadence, tout aussi long que Fallen Angels (que j'ai tout simplement adoré avec ses tonnes d'hymnes)! Rock'n roll à mort, toujours aussi frontal, Venom au top! Par contre la pochette c'est pas trop ça, là où celle de Fallen Angels est magnifique.



Merci pour la chronique! :)





samolice - 11 Juin 2019:

Tu as cité le groupe dans ta chro Jérome mais c'est incroyable comme, avec le temps et les écoutes, j'ai l'impression d'entendre un album de Motorhead. Bon ok, je force le trait mais vous pigez l'idée. Je l'aime vraiment bien en fait celui là. Si seulement le groupe n'avait pas eu cette facheuse manie de le remplir ras la gueule.

Et bien sur, toujours merci pour la chro.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire