Fire Down Under

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Riot
Nom de l'album Fire Down Under
Type Album
Date de parution 1981
Enregistré à Greene St. Recording
Style MusicalHeavy Speed
Membres possèdant cet album175

Tracklist

1. Swords and Tequila 03:15
2. Fire Down Under 02:34
3. Feel the Same 04:30
4. Outlaw 04:50
5. Don't Bring Me Down 02:57
6. Don't Hold Back 03:15
7. Altar of the King 04:46
8. No Lies 04:10
9. Run for Your Life 03:16
10. Flashbacks 04:02
Total playing time 37:35

Chronique @ dark_omens

18 Juin 2013

Une œuvre intemporelle sur laquelle l’immonde oubli injuste aura jeté son dévolu...

Il demeure très complexe de prédire un quelconque destin culte à une œuvre dans son immédiate actualité contemporaine. Et ce d’autant plus que les facteurs qui peuvent influer à cette fortune sont précaires et, surtout, variables. Dans les tergiversations sans fin de ces débats polémiques enfumés, où chacun avance masqué de ces arguments les plus pertinents, certaines vérités ne sont donc pas unanimement saluées. Pourtant l’évidence avec laquelle elle s’imposent en faisant objectivement basculer l’histoire devrait faire loi.

Riot, fondé en 1975 par le guitariste Mark Reale, par le bassiste Phil Feit et par le batteur Peter Bitelli et bientôt rejoint par l’exceptionnel chanteur Guy Speranza, fut autrefois un groupe dévoué à un propos Heavy/Rock aux parfums, évidement, inspiré par ses années 70, encore si proche de lui. Après deux albums studio les new yorkais sortent, en 1981, Fire Down Under qui est son œuvre culte la plus admirable de cette époque. Concernant ce dernier, ce sincère cri du cœur, peut-être pas entièrement objectif, n’est démentis que par des notions aussi ineptes que la méconnaissance, l’inculture ou encore l’indifférence d’une foule obtus avide de nouveautés culturelles fades délaissant un savoureux passé enfuis. Cependant ma conviction profonde est qu’un jour ce Fire Down Under sera reconnue comme ce qu’il est, un indispensable objet de vénération mérité, dédiée à la NWOBHM.

Bien évidemment ce Heavy/Rock remuant, au son très inspiré par les seventies et aux riffs de guitares répétitifs, ne peut décemment pas séduire les plus réfractaires. Pourtant ces caractéristiques, conjugué à cette voix si singulière, si pleine de feeling, et à l’énergie si particulière ; confère à cette œuvre une atmosphère délicieusement étonnante.

Les titres de ce manifeste sont parfois vifs et enlevés, morceaux desquels on ne peut s’empêcher de penser que leur relative vélocité sera influente pour d’autres, (l’excellent Fire Down Under, ou encore Don't Bring Me Down, Run For Life), mais sont aussi de temps à autre moins rapides, voire plus lourds et lancinants, (les superbes Swords and Tequila et ses mélodies de guitares récurrentes admirablement grasses et grésillant, Outlaw ou encore le pesant, et merveilleux, Feel The Same). Cette œuvre, dont il apparait délicat d’extraire un titre au détriment d’un autre tant l’excellence tangible qui règne dans cette unité y apparait cohérente, et dont chacun d’entre eux possèdent des qualités suffisantes et ce afin de propulser cette album au rang de mythe ; est encore sublimé par ces chants aux feelings extraordinaires. Le timbre instinctif mais aussi la conviction évidente de Guy Speranza agrémente, en effet, la musique spontanée de ces américains d’une urgence, d’une impression de danger supplémentaire mais aussi parfois d’une allégresse authentique. Véritablement instrument initiateur d’émotions, ce chanteur admirable octroie une profondeur sublimes à des titres qui, pourtant, n’en manquaient pas. Ce rare supplément d’âme, ainsi que ces nombreuses autres qualités, offrent à cette œuvre une dimension légendaire, selon moi, incontestable.

Dans les tréfonds ignorés d’un passé méconnu sommeillent des œuvres intemporelles, incontournables et cultes sur lesquelles l’immonde oubli injuste jette son dévolu. Fire Down Under est assurément de celles là.

11 Commentaires

14 J'aime

Partager

Chriscatcher - 20 Décembre 2013: Un pur chef d'oeuvre. "Swords & Tequila" a bercé toute ma jeunesse.
Atmosfear - 16 Janvier 2014: Un must de l'époque, avec le meilleur casting du groupe pour moi, et une production phénoménale, des compos avec des riffs redoutablement efficaces, ce dans des registres variés. Unique...d'ou ma forte note (19/20).
kristoff - 13 Fevrier 2014: Je m'en vais l'écouter, vous m'en avez donné l'envie. Apparemment le génie de cet album a été sous estimé, c'est peut-être la faute à une pochette peu prometteuse :)
workflame90 - 20 Avril 2018:

Merci Dark_Omens pour ta chronique pour un Album de légende, voir une référence du genre smileyyes

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire