Feel the Fire

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Overkill (USA)
Nom de l'album Feel the Fire
Type Album
Date de parution 01 Avril 1985
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album282

Tracklist

1.
 Raise the Dead
 04:18
2.
 Rotten to the Core
 05:00
3.
 There's No Tomorrow
 03:23
4.
 Second Son
 03:54
5.
 Sonic Reducer (Dead Boys Cover)
 02:51
6.
 Hammerhead
 04:02
7.
 Feel the Fire
 05:52
8.
 Blood and Iron
 02:41
9.
 Kill at Command
 04:48
10.
 Overkill
 03:28

Durée totale : 40:17


Chronique @ Stabwound

01 Août 2010
Putain, c'est quoi ce bordel ? Le premier Overkill toujours pas chroniqué ? Bon, je vais tenter de réparer ça. Pas une mince affaire que celle-ci, et je suis sûr que les puristes seront d'accord avec moi pour classer ce Feel the Fire dans la case des incontournables du heavy / thrash. Je vais pas faire une leçon d'histoire sur ce qu'est Overkill, certains n'hésitant pas à dire que ce qui est actuellement le "Big Four" aurait dû s'appeler le "Big Six", et qu'Overkill et Exodus auraient dû y avoir une place. Personnellement, je suis tout à fait de cet avis. Mais passons, et concentrons nous sur le contenu. Sorti en la terrible année 1985, année des Bonded By Blood (Exodus) et autres Evil Invaders (Razor), Feel the Fire va inscrire définitivement Overkill parmi les leaders du genre, même si le combo perdra peu à peu de sa superbe à partir d'un certain Horrorscope très moyen à mon sens. Et ce qui a suivi est encore pire... mais ceci est une autre histoire, et abordons à présent ce cultissime premier album.

Après une intro bizarre et inquiétante, Raise The Dead (non ce n'est pas une cover de Venom) nous explose à la gueule. D'emblée, on se rend compte que Overkill maitrise son sujet à la perfection. La production est parfaite et permet de discerner tous les instruments, les riffs sont très accrocheurs, la basse est très présente. Bobby "Blitz" Ellsworth, l'arme ultime d'Overkill, place là dessus sa voix très heavy. D'ailleurs, à l'écoute de l'album, on ne peut pas nier un certain nombre d'éléments plus proches du heavy metal que du thrash... L'hymne Rotten to the Core, incontournable en concert, poursuit la tuerie en s'aidant d'un tempo bigrement entrainant et d'un refrain imparable qui en fera pâlir plus d'un tellement l'énergie et la sincérité débordent de chaque note. De plus, Overkill s'affirme par de très bons musiciens, ce qui était plutôt rare dans le thrash de l'époque, vous en conviendrez. Force est de constater que les solos de Bobby Gustafson sont très travaillés et d'une grande ingéniosité.

There's No Tomorrow et ses fines touches acoustiques, ainsi que Second Son et sa performance vocale décapante sont également des pièces magnifiques. Et que dire de Hammerhead, si ce n'est que c'est certainement le meilleur titre de l'album ? Le riff de début est tout simplement un des meilleurs trucs qu'on puisse faire avec une guitare électrique, le refrain est fort simple mais complètement efficace, et le riff de break est lui aussi un des meilleurs de l'album. Oui, ça fait beaucoup de "meilleur", mais je vois pas comment le dire d'une autre façon.

Le reste de l'album est également d'un très haut niveau, notamment le dernier titre Overkill parvenant à restituer une ambiance assez malsaine. Pas une minute de répit, pas le moindre titre faible. Cette tuerie qui n'a pas pris une ride demeure très représentée lors des gigs des américains, aux cotés de son petit frère Taking Over, classique du groupe également. En cette année 1985, Overkill parvient à toucher la magie du bout des doigts, en nous offrant ce qui restera son chef d'œuvre, même si des skeuds tels que Taking Over ou The Years of Decay sont également très réussis. Culte de chez culte, absolument incontournable pour tout thrasher qui se respecte, et pour couronner le tout, très simple à trouver. Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

7 Commentaires

15 J'aime

Partager

Overkiller - 02 Août 2010: Courte, claire et concise cette chronique et merci de l'avoir faite.C'est vrai qu'elle manquait devant ce fabuleux album. Tu dis qu'il est facile à trouver, tant mieux, peut-être a t'il été réédité mais en ce qui me concerne, j'avais été obligé de le commander en import il y a 15 ans. Putain le temps passe vite et ces vieux briskars sont toujours là sauf que comme tu le dit, ce qu'ils nous servent maintenant m'est en grande partie indigeste et ennuyeux. Mais ma platine n'est pas prête à se passer des premiers albums jusqu'à WFO que je trouve encore très inspiré...Merci Overkill
 
zvlorg - 02 Août 2010: J'aurais même dit Big Seven avec Testament. Sinon je suis surpris de te voir classer Horrorscope dans les albums moyens d'Overkill tant celui-ci est l'un de mes albums de thrash préférés. Quant à Feel The Fire, il est selon moi, comme les 2 suivants Taking Over et Under The Influence, très efficace et contient des titres mythiques mais ne marque pas un virage assez net vis-à-vis du heavy metal anglais du début 80 (à l'image de Bobby qui chante encore comme Rob Halford). C'est avec The Years Of Decay qu'Overkill va vraiment devenir Overkill.
Stabwound - 05 Août 2010: Merci à vous pour vos encouragements. Pour en revenir à Horrorscope, il serait fastidieux d'en exposer ma vision ici, mais j'ai dans l'idée de le chroniquer prochainement, je tenterai d'expliquer au mieux pourquoi cet album ne m'a jamais terrassé comme les précédents.
swit35 - 17 Mars 2011: Chronique ultra réaliste pour un album majeur du Thrash.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire