White Devil Armory

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Overkill (USA)
Nom de l'album White Devil Armory
Type Album
Date de parution 18 Juillet 2014
Labels Nuclear Blast
Enregistré à Gear Recording Studio
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album154

Tracklist

Bonustracks from Digipack Edition
1.
 XDM
 00:49
2.
 Armorist
 03:53
3.
 Down to the Bone
 04:04
4.
 PIG
 05:21
5.
 Bitter Pill
 05:48
6.
 Where There's Smoke...
 04:20
7.
 Freedom Rings
 06:52
8.
 Another Day to Die
 04:56
9.
 King of the Rat Bastards
 04:09
10.
 It's All Yours
 04:26
11.
 In the Name
 06:03

Bonus
12.
 The Fight Song
 05:13
13.
 Miss Misery (Nazareth Cover)
 04:31

Durée totale : 01:00:25


Chronique @ LeMoustre

01 Août 2014

Thrash To The Core

Overkill fait partie des groupes qui n'ont jamais splitté en trente ans de carrière. Les deux leaders, Bobby "Blitz" Ellsworth et DD Verni (chant et basse), présents depuis la création du groupe, ont su, au gré d'albums la plupart du temps de très bonne facture, développer un thrash metal hargneux et efficace sur album, et des performances live reconnues, malheureusement trop rares en France.

Si l'on pourra ressortir quelques albums phares ("Taking Over", "Horrorscope", "W.F.O." ou plus récemment "Ironbound" - liste non exhaustive), les New-Yorkais bénéficient d'une popularité à peu près équivalente à un Death Angel, voire un Testament, en Europe. Ils n'ont, fait notable, jamais dévié de leur style d'origine, le faisant évoluer par micro gouttes tout au long de trois décennies pour coller aux tendances thrash, un peu, et au son, surtout, du moment.

Depuis un "Ironbound" (2010) plus que réussi, Overkill a, semble t-il, renoué avec une efficacité qui faisait parfois défaut aux albums de la décennie précédente (l'inégal "Horrorscope"), mais aussi avec une homogénéité souvent trop peu présente, les tueries succédant trop souvent à des morceaux plus facilement oubliables dans le même album.

Alors, "White Devil Armorist", réussi ? Oui, c'est un très bon cru ! Clairement. Les morceaux phares sont des tueries (en gros "The Armorist", thrash d'école, le tonitruant "Where There Smoke..." violent et très années 87-89, ou l'épique clôturant l'album "In The Name" - à hurler sous la douche - une habitude chez Overkill) et côtoient des morceaux plus alambiqués, mais possédant toujours un petit quelque chose qui sonne bien. Tantôt un riff lourd, tantôt un arpège (parfois les deux comme dans "Bitter Pill"), tantôt un refrain marquant voire un solo ou un break bien balancé viennent ainsi parcourir l'album, lui conférant une écoute agréable et tout sauf lassante. Les morceaux possédant finalement chacun une identité propre.

Deux autres points sont également à souligner, les soli des Dave Linsk (celui "Freedom Rings", par exemple) sont souvent travaillés et retiennent l'attention. Mention également à notre Bobby Ellsworth, qui, de sa voix hargneuse et éraillée, est en grande forme (un "Pig" tapageur à souhait ; les variations vocales de "Another Day To Die", peut-être référence à son accident/malaise en concert d'il y a quelques années ?). Il nous sert ainsi une agressivité, et parfois une mélodie, qui servent bien des morceaux majoritairement plutôt rapides.

S'il reste thrash jusqu'au noyau, Overkill rajoute quand même quelques touches inattendues de ci de là (la fin chantante surprenante d'"In The Name", le bonus track "The Fight Club", appel à festoyer, les "hohoho" de "King Of The Rat Bastards" à reprendre en concert, notamment).

On dit parfois que c'est aux rôles de méchants qu'on reconnaît un film marquant, et bien, dans Overkill, c'est souvent aux morceaux les moins marquants d'un album qu'on distingue une bonne pioche. Ici, c'est le cas, même les morceaux bonus (dont une reprise de Nazareth, "Miss Misery", bien troussée) de l'édition limitée sont plutôt réussis.

Doté, comme souvent, d'un son à la hauteur, et faisant comme toujours la part belle à la basse de DD Verni ("Freedom Rings" et son introduction meurtrière), Overkill ne faillit pas et confirme sa forme depuis le début des années 2010. Un poil supérieur à son prédécesseur (mais cela pourra faire débat) à mon humble avis. Des albums de cette qualité, on en redemande !


16 Commentaires

24 J'aime

Partager

LeMoustre - 12 Août 2014: Electric Age contient quand même quelques titres un peu "passe-partout", ce qui est moins le cas de ce petit dernier. Et oui, les derniers Overkill, Exodus, Death Angel, Heathen, Testament (soit le Big 5 U.S.) dament le pion à la très grosse majorité de jeunots.
Sperma_frost - 15 Août 2014: Hello Jérôme, merci pour la chronique vieux ! Cet album demande que je l'écoute beaucoup plus pour m'en faire une idée mais comme ça, à chaud, j'ai le même sentiment que Greg par rapport à ce nouveau jet, il me paraît plus convenu que le précédent qui pour moi est une très belle réussite au niveau des compos... mais bon, je verrai avec les écoutes si ma façon de voir évolue ou pas ! ;-)
MCGRE - 15 Août 2014: Bon après plusieurs écoutes intensives cet album de la bande a Bobby est un bon cru il y a pas photos ,mais il y a moins de titres qui sorte du lot ça reste du putain de bon thrash bien péchu c'est clair , mais ma prèférence des derniers albums du groupe reste Ironbound celui ci ma foutu en vrac dès la premiere écoute de The Green and Black avec cette intro suivi d'un riff de malade , enfin encore un sacré bon coup de la par d'Overkill , respect total .
samolice - 16 Mars 2018:

Merci pour la chro Jérome. Pour ma part, moins enthousiasmé que par ses 2 prédecesseurs, surtout "Ironbound" et juste en dessous de "Electric Age", même si cela reste un skeud plus qu'agréable à l'écoute. Je note, comme tu l'as fait, les excellents soli proposés tout au long de l'album. Les riffs m'ont beaucoup fait penser au early Metallica sur ce disque

Dernier bémol me concernant pour la prod'; je n'aime pas trop le son de la double. A moins que ce ne soit davantage son côté  trop présent (selon moi) qui me dérange. D'ailleurs sur des titres tels que "Bitter pill" ou "King of the rat bastard", où elle se fait plus discrète, je me régale.

 

Ah oui, dernier point, tu mentionnes l'inégal "Horrorscope". Dur :-) C'est l'un de mes préférés.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire