Horrorscope

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Overkill (USA)
Nom de l'album Horrorscope
Type Album
Date de parution 03 Septembre 1991
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album400

Tracklist

1.
 Coma
 05:23
2.
 Infectious
 04:04
3.
 Blood Money
 04:08
4.
 Thanx for Nothin'
 04:07
5.
 Bare Bones
 04:53
6.
 Horrorscope
 05:49
7.
 New Machine
 05:18
8.
 Frankenstein (Edgar Winter Cover)
 03:29
9.
 Live Young, Die Free
 04:12
10.
 Nice Day... for a Funeral
 06:17
11.
 Soulitude
 05:26

Durée totale : 53:06


Chronique @ Lunuy

12 Juillet 2011

Un cinquième album ; une cinquième tuerie !

Après avoir enchaîné quatre très bons albums, Overkill traverse en 1990 une première difficulté : le départ du guitariste Bobby Gustafson. Qu’à cela ne tienne ! Le gang new-yorkais remplace la tourelle centrale de son navire de guerre par un puissant canon jumelé : le duo Meritt Gant et Rob Cannavino. C’est plus que suffisant pour enregistrer au début du printemps 1991 un cinquième album studio, "Horrorscope". Tandis que Gant et Cannavino se partagent les solos, le deuxième assure également quelques arrangements de guitare acoustique.

Sans être progressifs, les morceaux d'"Horrorscope", reprennent bon nombre d’éléments déjà entendus sur "Under the Influence" ou "The Years of Decay", avec plusieurs introductions lancinantes, des breaks inattendus et une basse rugueuse... le tout décuplée par une excellente production. Fidèle à lui-même, "Blitz" monte et descend dans les octaves les plus aiguës avec précision mais garde un chant posé, qui ne s’impose pas trop. Il n’hésite pas aussi à user de petits effets de réverbération ne pouvant laisser indifférent comme sur "Blood Money" ou "Live Young, Die Free". Cependant, l'album marque aussi une évolution dans le style du groupe, s'orientant déjà dans des rythmiques plus groovy que thrash.

Prenant le risque de diminuer la cadence, le disque part d’abord sur les chapeaux de roues avec des missiles Speed sans concession (tel l’imparable "Thanx for Nothin’") avant de prendre un virage plus lourd et ambiant, à partir de l’inquiétant "Bare Bones". Le groupe sait user avec intelligence des multiples atouts dans sa main pour enchaîner les titres de manière élégante. Ainsi, l’auditeur pourra être surpris d’entendre les mêmes notes du début de "Coma" à la fin de "Nice Day... for a Funeral"... qui servent en fait de pont pour la power ballade finale.
Conservant une grande inventivité dans les riffs et les compositions, le groupe offre donc des titres tous plus intéressants les uns que les autres. Ainsi, le titre éponyme est une pépite, à mi-chemin entre le Doom et le Thrash technique. Les cinq compères se payent même le luxe d’une efficace reprise instrumentale d’un titre de blues, "Frankestein" d’Edgar Winter.

"Horrorscope" : un des meilleurs albums d’Overkill, mais n’ayant pas eu droit à la reconnaissance méritée en 1991... Une année pourtant bien pauvre en sorties Thrash Metal, étant donné que nombre de représentants de la scène avaient alors réalisé un album l’année précédente. 1991... Une année marquant le début de la fin pour le Thrash Metal à l’ancienne et annonçant une décennie des plus difficiles pour ce genre musical.


17 Commentaires

10 J'aime

Partager

Rheindarst - 12 Avril 2012: @ Karnivolmetal

Je suis tout comme toi un grand admirateur de Bobby Gustafson et de son jeu de guitare bien "rentre-dedans" et incisif. Je trouve qu'il a emporté avec lui un peu du charme qu'avait le combo à l'époque. Tu parlait de son éviction (officielle) un com plus haut. Je t'invite à aller faire un tour sur www.metal-rules.com pour lire une interview de Bobby dont la version du licenciement est sensiblement différente de celle de Blitz et D.D. Il peut être intéressant d'avoir "un autre son de cloche" sur cette histoire.

Cordialement.

Rheindarst
furaxyn - 15 Mai 2012: Finalement, je ne suis pas trop mécontent de ce petit texte. En revanche, je crois me souvenir que j’étais passé de 18 à 16/20 par excès de prudence. Bah, allez ce sera 17/20, la moyenne quoi, hé hé !
Et merci Rheindarst de venir apporter une information complémentaire sur ces sempiternelles mystérieuses querelles entre musiciens. Je regrette d'ailleurs que tu es supprimé ta propre chronique de Under the Influence.

Overkill est un groupe qui ne m’a pour l’instant jamais déçu, quoique je ne connais aucun album au-delà de Bloodletting sauf Ironbound qu'il faudrait que je redécouvre.

Ah ! et il faudrait d’ailleurs que je pense à continuer ma petite série de chroniques sur les albums des New-Yorkais à moins que karnivormetal ou d’autres vieux briscards ne me passent devant pendant que je suis occupé ailleurs, hé hé !
Rheindarst - 16 Mai 2012: @ Furaxyn :

Il me paraissait juste de contrebalancer la version officielle du limogeage de ce bon Bobby ou tout du moins permettre à chacun de se faire son opinion suivant les dires des uns et des autres ce qui n'avait pas trop été le cas à l'époque.

Merçi pour ton petit mot sur le seul texte que j'ai rédigé sur le site. Un exercice de style pas évident à réaliser mine de rien. Plus façile à lire qu'a faire ! La courtoisie imposait un retrait devant l'arrivée d'un texte plus clair et maitrisé.

Cordialement.

Rheindarst
Bark_at_The_Moon - 14 Novembre 2012: Cet album est monumental. Les trois premiers titres s'enchaînent à merveille, le reste tient en haleine jusqu'au bout. Du speed metal de génie comme on n'en fait plus ! Même Overkill ne réussira plus jamais à composer un tel disque.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ MattMaiden

09 Avril 2010
Ah là là, toujours pas de chronique de "Horrorscope" ?!

Mon Dieu, je vais tenter de réparer cette erreur, véritable crime de lèse-majesté !

Sorti en 1991 (tiens, en même temps que le Black Album des Four Horsemen... mais chuuut... on parle ici de VRAI thrash !) ce 5ème album des New-Yorkais est une véritable tempête en furie !

Adieu Bobby Gustafson (lead guitar), bienvenue à Merrit Gant et Rob Cannavino ! Et oui, Overkill a désormais deux guitaristes solos !

Situation impossible à l'époque de Gustafson, celui-ci refusant obstinément la présence d'un autre gratteux (problème d'égo ?). La présence de deux lead guitar va permettre non pas plus de créativité (Gustafson reste pour moi un grand, voire un très grand guitariste) mais un peu plus de puissance.

Batterie de plomb, riffs assassins, solos dantesques, breaks bien amenés, voix rocailleuse de Bobby Ellsworth : tous les ingrédients d'Overkill sont là pour pondre une galette à déguster en gourmet !

Album d'une puissance incroyable et en même temps d'une finesse insoupconnée pour du Thrash, c'est pour moi le dernier album marquant du groupe.

On y trouve des morceaux cultes bien speed comme "Coma" (quel riff ! et quelle rythmique !), des morceaux plus sombres (est-ce possible ?) et presque mid-tempo comme "Horrorscope"... et même une semi-ballade : Soulitude !!

Attention, ici ce n'est pas non plus une ballade à la Nothing Else Matter hein, on parle ici d'un groupe de thrash, pas d'anciens thrasheurs reconvertis en aspirateurs à pailletes !

Vraiment un album à se procurer de toute urgence, comme d'ailleurs tous les enregistrements d'Overkill de 1984 à 1991.


9 Commentaires

3 J'aime

Partager

MattMaiden - 09 Avril 2010: Merci à tous ! Alain59, Killbox 13 est pour moi un fabuleux album mais moins "marquant" que les premiers albums d'Overkill jusqu'à Horrorscope inclus. Quant à Ironbound, comme je l'ai indiqué dans un commentaire sur cet album c'est malheureusement le seul album d'Overkill que je ne possède pas et que je n'ai jamais écouté ! Donc difficile de me faire une idée ! Mais l'achat est prévu...!
willisdestroy - 09 Avril 2010: oui bonne chronique!!!Overkill est tout un band de thrash...et c'est vrai qu'en 1991 nous étions tous assommez par l'émergence du Death!!!!!L'album as passé plus innapercu (pour moi en tout cas!!!!) Mais quel album!!!
choahardoc - 10 Avril 2010: Une bonne chro qui réouvre un débat évident. Overkill était à son apogée, groupe encore populaire et plus technique que jamais! La suite n'est pas négligeble pour autant. Je vais de ce pas me remettre un petit Thanx for Nothin'...
Kev1 - 26 Mai 2011: excellent. 1 parfait condensé du meilleur d'Overkill. des titres agressifs et bien sentis ("Coma", "thanx for nothin", "Bare Bones"...) et d'autres plus atmosphériques comme le fabuleux morceau éponyme. Avalé par la vague grunge de 1991, "Horrorscope" n'a pas eu la reconnaissance escomptée. Rageant
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire