Immortalis

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Overkill (USA)
Nom de l'album Immortalis
Type Album
Date de parution 09 Octobre 2007
Labels Bodog Music
Enregistré à Gear Recording Studio
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album159

Tracklist

1.
 Devils in the Mist
 04:34
2.
 What It Takes
 04:28
3.
 Skull and Bones
 05:54
4.
 Shadow of a Doubt
 04:51
5.
 Hellish Pride
 05:16
6.
 Walk Through Fire
 04:08
7.
 Head On
 05:21
8.
 Chaly Get Your Gun
 04:28
9.
 Hell Is
 04:40
10.
 Overkill V
 05:36

Durée totale : 49:16


Chronique @ Fearia_McMorgue

30 Octobre 2007
"... smells just like Chaly get your gun..."
Autrefois, vécu ici un terrifiant petit crâne volant dénommé Chaly. Au fil des années, il volait partout changeant de forme et de couleur… Mais finalement, même les petits crânes finissent par grandir… Ils peuvent même prendre le flingue et devenir … hum… comme… immortels…

Pas si vite les gars, voici venir la Wrecking Crew!

Même s’ils n’ont jamais été reconnus comme l’un des ‘Quatre Grands du Trash’, Overkill a écumé la scène (thrash) métal depuis presque 30 ans malgré des changements de line-up importants. Que vous le vouliez ou non, Overkill est le groupe qui a posé les fondations de la maison thrash métal.
En cette année 1980, quelques musiciens se rassemblèrent pour jouer des reprises punk et rock… Plus tard, ils recrutèrent deux nouveaux guitaristes et ils commencèrent à écrire leurs propres chansons, mélangeant à la fois la puissance du punk et du rock traditionnel. Ils créèrent un son très intense, déformé et rapide qui fut adopté par de nombreux groupes de thrash les années qui suivirent.
Ce n’est pas seulement leur sonorité qui a distingué Overkill: la voix très spécifique de Bobby Ellsworth, haut perchée et pleine de hurlements, y fut aussi pour beaucoup. Cette voix en dérouta certains tandis que d’autres l’adorèrent. C’est à cause de ça qu’Overkill fait partie de ces groupes qui sont soit adorés soit détestés: aucune demi-mesure n’est possible.
Au fil des années, du fait de changements de guitariste et de batteur, le son initial d’Overkill s’est en partie transformé, ou pour être plus précise, il s’est amélioré. Et en plus, la voix de Bobby s’est également améliorée…
Avec l’arrivée de Dave Linsk à la guitare et le premier album auquel il participa (Bloodletting) et le retour du batteur surpuissant Tim Mallare, Overkill est entré dans une nouvelle phase: le son est devenu plus fort, plus sûr, plus puissant… Le dernier changement dans le groupe a été l’arrivée de l’ancien batteur d’Hades, Ron Lipnicki. Avec lui à leurs côtés, Bobby Ellsworth, Dave Linsk, D.D. Verni et Derek Tailer sortirent ce qui est un album très intéressant même s’il n’est pas le meilleur de leur carrière : Immortalis (ou Immortal15 comme il peut s’épeler dans l’argot moderne, suivant un principe initié avec KillBox 13 et ReliXIV).

"...angel on my shoulder... devil in my pocket..."
Immortalis n’est pas un album que vous aimerez dès la première écoute. Je dois bien reconnaître qu’il m’a fallu presque trois semaines d’écoute pour vraiment rentrer dedans. Le premier single extrait de l’album fut la chanson ‘Skull and Bones’ avec le chanteur Randall Blythe de Lamb of God en invité. Je n’ai jamais été fan de Lamb of God et j’ai donc été un peu déçue par le titre, et tout particulièrement par la partie où Bobby descend sa voix aiguë pour suivre Randall dans ses grognements sourds. Mais, comme je l’ai noté plus haut, l’album n’est pas facile d’approche et après avoir vraiment prêté l’oreille, tous mes sens en alerte : bon sang, ça ne sonne pas si mal que ça. On remarquera que le chant de Bobby sonne assez différemment par rapport aux précédents albums. Il est plus grave qu’il ne l’est d’habitude. En fait, tout l’album sonne différemment des précédents : en rejoignant la Wrecking Crew, Ron Lipnicki a apporté un son de batterie explosif dans la musique d’Overkill, un son de batterie que le groupe n’avait jamais eu auparavant même du temps de Tim Mallare. Il couvre plus ou moins tous les instruments y compris la voix de Bobby. Pour autant, le rôle de Dave Linsk ne doit pas être négligé. En fait, les soli qu’il lance font jeu égal avec la batterie de Ron. Et c’est comme cela que sonne tout l’album: une opposition constante entre la guitare et de la batterie, le tout rassemblé par la voix tantôt aiguë tantôt grave de Bobby "... your enemies, your demons scream to get out..."
A la fin de leur premier album "Feel the Fire", il y avait un message de Bobby enregistré à l’envers: "Il n’y a pas de message ici, tu va ruiner ta platine, connard..." ("There's no message here, you're going to ruin your needle asshole..."). Ce souvenir m’a fait réfléchir un peu plus sur Immortalis... Est-ce que cet album porterait une sorte de message? Est-ce que le titre lui-même, Immortalis, comporterait une sorte de message? Si vous êtes un vieux fan du groupe, vous comprendrez ce que je veux dire, et si vous ne l’avez jamais été, il est peut-être grand temps de découvrir Overkill... Car oui, le titre contient bien un message: les valeurs sûres ne peuvent pas mourir. "...I'll take you on the lifetime ride .... It's my hellish pride..."

traduit par Heavyboy

3 Commentaires

12 J'aime

Partager
 
skywhisk - 28 Mars 2008: Un tres bon album, peut etre pas le meilleur mais c'est du tres bon overkill
MCGRE - 16 Août 2017: Comme l'ami du dessus , pas le meilleur Overkill mais avec le temps j'ai vraiment appris à le dompté et je me régal , un super album de thrash pour moi maintenant et pourtant au départ la déception était présente .
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire