Crystal Empire

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Freedom Call
Nom de l'album Crystal Empire
Type Album
Date de parution 2001
Labels Steamhammer
SPV
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album184

Tracklist

1. King of the Crystal Empire 00:32
2. Freedom Call 05:32
3. Rise Up 04:05
4. Farewell 04:06
5. Pharao 04:42
6. Call of Fame 04:14
7. Heart of the Rainbow 04:35
8. The Quest 07:34
9. Ocean 05:09
10. Palace of Fantasy 04:47
11. The Wanderer 03:45
Total playing time 49:01

Chronique @ Eternalis

19 Juillet 2009
Face au néant que nous offrent les multiples possibilités artistiques, l’homme est seul pour ses choix et ses orientations. Certains se pencheront vers une dimension ésotérique et sombre de l’humanité, d’autres dans un minimalisme ambiant, d’autres trouveront une catharsis dans une musique festive permettant d’oublier une vie parfois amère… tandis que d’autres encore mettront leur force dans un positivisme de tous les instants. Pas forcément festif, mais lumineux et optimiste. C’est ainsi que l’on peut décrire l’existence musicale d’un groupe comme Freedom Call, s’ajoutant à la liste déjà démesurée de combos speed mélodique à l’atmosphère gaie, parfois niaise mais toujours apte à aller de l’avant.

L’appel de la liberté. Le patronyme des allemands est très clairement exposé, sans autre barrière que celle de leur cœur, le groupe ne révolutionne en rien la musique mais cherche à se faire plaisir et à distraire, ou contenter un public très réceptif lors de la création du groupe.
Le metal n’ayant jamais été aussi mélodique qu’à la fin des années 90 avec l’arrivée du true metal et son cortège de combos aujourd’hui majeurs (toujours les mêmes noms que sont Hammerfall, Edguy, Stratovarius, Sonata Artica…).
C’est dans cette optique que Dan Zimmerman (Gamma Ray) et Chris Bay (ex Moon Doc) fondèrent le groupe. Étant pour beaucoup celui qui a permis à Gamma Ray d’intensifier sa musique et de l’accélérer telle qu’on la connait aujourd’hui, la surprise de voir Dan jouer une musique aussi mélodique étonna bon nombre de personne lorsque sortit "Stairway to Heaven", affligeant de banalité et de mièvrerie. "Taragon" ne fut pas non plus inoubliable, notamment à cause d’une réplique d’un "We Will Rock You" ratée et grossière.

Le groupe était donc voué à un futur incertain, voir un échec cuisant… mais quelle mouche les a donc piqués en cette année 2001 où ils sortirent ce qui reste clairement comme leur chef-d’œuvre, bien au-dessus de leurs productions actuelles ? Crystal Empire, bien qu’empreint de multiples clichés (textes, imagerie heroic-fantasy, chœurs à foison) se veut presque archétype dans son domaine, tant il semble parfait pour le style.
Toujours très mélodique, ce qui différencie cet album se trouve en premier lieu ailleurs, une étincelle de magie, une parcelle de créativité plane sur ce disque, sans que l’on puisse poser de simples mots sur un ressenti aussi fort.
Les morceaux s’enchaînent, sans aucun temps mort, les refrains emplissent l’esprit, les riffs, les mélodies, tous restent ancrés dans notre tête comme par enchantement, et ce, pour l’unique fois de leur carrière.

Comment résister au refrain du titre donnant son nom au groupe ? La voix magnifique de Chris, couplée à des rythmiques speed et la présence athlétique (quel jolie euphémisme) de Dan forment un tout inoubliable. Soutenu par des chœurs surpuissants et gentiment virils (les ombres de Gamma Ray, Helloween et autres Manowar dessinent les contours des compositions de l’opus, mais pas seulement…), le refrain se retrouve à être chantonné sans que l’on ne le sente venir, naturellement. Et ce solo… splendide, mélodique mais se terminant sur une partie de tapping divine, tellement belle et inspirée.
Les morceaux de bravoure s’enchaînent irrésistiblement, la machine ne s’enrayant qu’à de très fébriles instants (le déballage dégoulinant de bons sentiments handicapant fortement "Farewell" tout de même). "Rise up" et son intro toute en puissance, dévoilant le talent immense de Dan pour les roulements de toms et son rythme effréné reste l’un des meilleurs titres écrits par le combo. Les arrangements se font plus soignés, et appartiennent à une musique guerrière sans concession qui ne manque jamais de beauté. Les nombreux instruments à vent (on distingue parfaitement les cors et autres trompettes folkloriques) apportent un surplus de musicalité manquant cruellement sur les dernières productions de Freedom Call.
Un morceau dans la veine de l’immense "Palace of Fantasy", régulier des concerts, est indispensable pour le fan de mon espèce. Après une intro grandiloquente, débarque un riff plus appuyé que la moyenne et une entame vocale proprement hallucinante, sombre et prenante, qui mènera, quelques temps plus loin, à un refrain d’une perfection irréprochable. Perfection dans le sens où le feeling n’a d’égal que sa puissance et son caractère enjoué et hymnique. "Pharao" ralentit un tempo rapide pourtant bien installé, pour alourdir de son ambiance mystérieuse et pleine de chœurs appuyant un «Ramses PharaoKing of Paradise» que l’on semble connaître depuis toujours.

Puis vient le coup de grâce, le plus intimiste et théâtral "The Quest" (voyez la profondeur des noms des chansons…), et son intro au piano frissonnante, bien qu’évidente. Cette première partie chantée très bas, et cette explosion… arrivant trop rapidement, cassant quelque peu la sensibilité installée, ne devrait en aucun cas faire frémir un auditeur en terrain connu. Mais pourtant si, car Crystal Empire dispose de ce petit plus créatif justement, ce petit riff plus ambigu, cette légère accentuation vocale qui l’a fait sortir, le temps d’un album, de la masse fétide et concurrentiel du vivier power métallique.

Finalement, que dire réellement ? Certes, c’est un petit chef d’œuvre du style, il n’apporte qu’une pierre à un édifice tenant déjà fortement sur ses fondations ancestrales, mais permet de perdurer une flamme qui se perdait dangereusement dans les abymes du passé. Et si Freedom Call ne réitéra jamais par la suite son exploit, malgré un très bon mais déjà plus inégal Eternity, Crystal Empire permettra de combler non pas une attente, mais un besoin primaire de positivisme mais néanmoins de qualité musicale… pour des personnes cherchant des traces récentes d’un style apparu il y a déjà bien des années en amont.

5 Commentaires

6 J'aime

Partager

Eternalis - 20 Juillet 2009: En sachant que c'est le meilleur...oui...=)
greatradio - 04 Mars 2011: De cette galette je retiens surtout l'extraordinaire hit the quest qui resort vraiment par rapport au reste.
EndiMistery - 05 Avril 2011: Starway To Heaven ? Starway To Faryland :)
Belle chronique pour cet album très bon. Après , dire que le premier album était remplie d'une musique mièvre , je ne suis pas d'accord Eter' :)
 
Leviathan777 - 23 Octobre 2011: Excellent album d'un très bon groupe. Ça ressemble beaucoup à du Gamma Ray (normal avec certains des membres qui ont fait parti de Gamma Ray et d'Helloween), mais c'est loin d'être un défaut.

Bon, en route pour les albums suivants...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ morgothduverdon

12 Mai 2007
J'ai découvert Freedom Call avec l'album suivant: Eternity. J'avais accroché immédiatement à leur speed metal joyeux et original. En effet, Freedom Call est un groupe original. D'autres groupes se sont inspirés d'eux par la suite, mais ils ont inventé leur propre style. Bon, ils sont influencés eux même par Helloween (inventeur du heavy speed, donc une influences pour tous les groupes qui jouent de cette musique), et par Gamma Ray (le batteur Dan Zimmerman faisant partie de Gamma Ray comme de Freedom Call, ça aide, et c'est un gage de qualité pour le groupe), mais ce ne sont que des influences. Freedom Call joue une musique plus légère que Gamma ray, et avec plus de claviers que Helloween.
Les principaux claviers de Freedom Call, ce sont ces espèces de cuivres, qui forment la base mélodique de quelques uns de leur hymnes.

J'avais beaucoup aimé Eternity, et je me suis procuré Crystal Empire ensuite, pour voir comment il était par rapport à son successeur. Et bien, il est bon. Très bon même.
Bon, je précise de suite, Freedom Call joue du happy metal, et ceux qui n'aiment pas le speed mélodique risque de ne pas accrocher, ou de vite se lasser... Les black metalleux purs qui se seraient retrouvés sur cette page, égarés sans doute, seront retournés dans leur droit chemin après avoir lu ça...
Et pour les autres? Et bien, jetez-vous sur cet album!

Les somiens - Mais à quoi ressemble t-il?

Morgothduverdon - Ben, à du Freedom Call...

Les somiens - Oui, mais encore?

Morgothduverdon - Ben des titres speed, joyeux, entrainants, des refrains que l'on se prend à chanter à tue-tête, du clavier, de la double pédale (je parle de la batterie), une voix qui correspond bien au style, pouvant rappeler Andre Matos (vous savez, l'ex vocaliste de Angra, désormais dans Shaaman), et des airs qui me rappellent des airs classiques, que je ne saurais nommer, et certaines chansons qui peuvent me faire penser à Noël (oui, je sais c'est con, mais bon... Peut être le côté joyeux et naïf...)...

Les somiens - Ah oui, et chanson par chanson, ça donne quoi?

Morgothduverdon - Oh non, pitié, l'album s'écoute d'une traite...

Les somiens - Allez, grand maitre du metal (hin hin!!), fais nous plaisir!!!

Morgothduverdon - Bon, d'accord, mais vous faites chier quand même! Bon, je me lance.

The King of the Crystal Empire : c'est l'intro. Bon, Freedom Call a le don de pondre des intros merdiques... Pas des intros pompeuses et grandiloquentes à la Rhapsody, non, juste un bruit de fond, et un mec qui parle avec une voix trafiquée. On comprend "Ramses, king of the Crystal Empire"... Je ne pense pas qu'il s'agisse du pharaon, ça doit être un cousin éloigné... Je n'ai jamais entendu dire que l'Egypte était nommé l'empire de crystal... Enfin, bref, 32 secondes moyennes... La courtesse (ça se dit?) de l'intro compense la mauvaise qualité (selon moi) de celle-ci.

Freedom Call : "l'appel de la liberté", voyez vous ça? Aprés une intro merdique, ils vont nous pondre quoi? Un riff de guitare, Dan Zimmerman qui joue sur ses toms, une interlude au piano avec la voix de Chris Bay, et c'est parti : un bon titre, bien speed, avec un refrain mémorable... On vient d'entendre un des hymnes du groupe.

Rise Up : ça commence lentement (comme toutes le chansons, ou presque), et ça devient trés vite rapide. On retrouve la mélodie aux cuivres, le regrain, pont, solo, riff qui revient, etc... Bon, la formule reste globalement la même, je ne vais pas le dire à chaque fois...

Farewell : un de mes titres préférés de l'album : mid tempo, trés entraînant, ça commence avec juste un choeur joyeux accompagné par une guitare qui joue le même air, ensuite ça commence, riff joyeux, refrain joyeux, solo, etc etc.....

Pharaoh : un titre un peu plus original : ça commence au clavier, puis le choeur, en mid tempo "Ramses, pharaoh, wise man, giant in the sky!!!!".... Et voilà, une bonne chanson de plus... Mais plus lente que la moyenne.

Call of fame : du pur Freedom Call : une mélodie au claviers qui revient, refrain joyeux, etc, etc.... Comment ça je répète la même chose???? Non mais je rêve!!! Je vous fais la description chanson par chanson, et vous râlez?? Il ne fallait pas me demander, maintenant, vous subissez jusqu'au bout. Et si vous quittez la page sans avoir lu la chronique en entier, un virus créé par mes soins et autorisé par Kivan va casser votre ordinateur!! Ah ah!! Vous faites moins les malins hein? Bon, je reprends.

Heart Of The Rainbow : elle commence au piano, et ensuite, speed, en reprenant un air qui me dit quelque chose, mais quoi?

The Quest : la chanson la plus calme de l'album, une balade, qui s'accélère légèrement vers la fin. Sympathique, sans plus...

Ocean : ça commence avec des cordes, le choeur ensuite qui peut rappeler Pharaoh, mais la suite est speed...

Palace Of Fantasy : comme d'habitude...

The Wanderer : une bonne chanson pour la fin, joyeuse. L'air de base me dit quelque chose également....

Et voilà, c'est fini. Vous venez de vivre (ou de subir?) 45 minutes et 15 secondes (quel exactitude!!) de heavy speed mélodiqe et joyeux. Vous êtes contents? Non? Tant pis, bande d'ingrats, allez voir ailleur si j'y suis!! Allez donc sur la page de l'album Eternity, c'est mon album préféré du groupe. Allez, à plus, et passez à l'ombre, le soleil tape fort"

Cet album est un chef d'oeuvre du genre, même si les personnes qui sont lassées par le speed mélodique, genre trés à la mode, risquent de ne pas aimer (du déjà vu)... Mais à l'époque, c'était original.

Chansons préférées : Freedom Call, Farewell, Call of Fame, Ocean, The wanderer.

11 Commentaires

5 J'aime

Partager

morgothduverdon - 30 Novembre 2008: Ben je trouve Eternity mieux. Plus abouti, je ne sais pas...
EndiMistery - 20 Août 2011: Je ramène ma fraise 3 ans après ! :)

J'ai été choqué de voir écrire que The Quest... est... sans plus ? Peut être ton avis a t'il changé, ce morceau est un chef d'oeuvre.... et n'est pas une ballade ! Je sais que cela est mon avis personnel, mais tu aurais pu développer cet avis. Bon c'est sûr que c'est un vieil article, cette chro, je sais que tu es capable de faire mieux maintenant Morgothduverdon =)
morgothduverdon - 20 Août 2011: Sympatique, sans plus.

Donc ça signifie que ce titre n'est pas forcément mauvais, mais moi ne le trouve sans plus. Et pur l'avoir réécouté à l'instant, oui, je confirme, persiste, et signe.

EndiMistery - 20 Août 2011: Tu es bien la première personne à trouver ce morceau sans plus. Mais on s'en fiche, chacun son avis.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire