Circle the Wagons

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Darkthrone
Nom de l'album Circle the Wagons
Type Album
Date de parution 05 Avril 2010
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album185

Tracklist

1.
 Those Treasures Will Never Befall You
 04:21
2.
 Running for Borders
 04:04
3.
 I Am the Graves of the 80s
 03:07
4.
 Stylized Corpse
 07:33
5.
 Circle the Wagons
 02:46
6.
 Black Mountain Totem
 05:36
7.
 I Am the Working Class
 05:08
8.
 Eyes Burst at Dawn
 03:49
9.
 Bränn Inte Slottet
 04:37

Durée totale : 41:01


Chronique @ Koraath

17 Fevrier 2011

Sur cet album Darkthrone pue le mauvais Whisky, l'huile de moteur et la boue

Depuis le moyen "The Cult Is Alive", Darkthrone évolue dans un genre très personnel: en effet la créature guidée par Nocturno Culto et Fenriz s'est, depuis cet album, affranchie de son Blackmetal originel pour embrasser une voie différente, empreinte d'éléments Heavy, Thrash, Punk et Blackmetal, le tout dans un esprit Rock 'n' Roll indiscutable, autoproclamée NWOBHM (New Wave Of Black Heavymetal). Doté d’une sublime illustration de Dennis Dread (Absess), le présent disque semble se situer dans la droite lignée de son prédécesseur: un proto Black/Thrash/Speed/Punk/Roots crasseux et Rock à souhait. Une fois la galette introduite dans le lecteur, l’album démarre sur des chapeaux de roues: « Those Treasures Will Never Befall You » est un petit concentré de l’album tout entier: porté par des riffs prenants et les vociférations d’un Nocturno Culto enragé, ainsi que par les rythmes tapageurs et efficaces de Fenriz, ce dernier posant quelques chants clairs (mais faux, il faut bien l’avouer…), ce morceau est une invitation pure et simple au headbang.

L’offrande est desservie par une production rêche et incisive, plutôt crade et roots, rappelant les premiers jets de la première vague, mais sans jamais sombrer dans le caricatural. Si le son est crasseux, il n’en reste pas moins puissant et riche. A l'image du son, les voix des deux musiciens sont crasseuses et rauques, caverneuses et parfois fausses, elles distillent une ambiance virile et necro au disque tout entier. Ces voix un peu approximatives peuvent même parfois se révéler un poil agaçantes à force... Si le premier titre est un pur brulot Rock 'n' Roll à souhait, la suite de l'album n'est pas en reste, comme le démontre le terrible "I Am the Graves of the 80s", un putain d'hymne au Metal, au vrai, et son refrain monstrueux en forme d'insulte à tous les trends qui infectent la scène. Cet esprit Rock 'n' Roll se retrouve plus ou moins tout au long du skeud: du titre éponyme bourré d'émotion, au très Punk et paillard "I Am the Working Class" qui pue l'alcool frelaté à des kilomètres.
L'osmose entre nos deux musiciens est ici totale, la composition des morceaux étant, malgré des divergences au niveau de la forme, égale en qualité. On sent bien le plaisir manifeste qui a dû animer nos deux norvégiens lors de la composition et de l'enregistrement de cet opus.

Néanmoins, si une bonne partie de la galette baigne dans une ambiance R 'n' R et une certaine bonhomie, Darkthrone semble avoir assombri sa musique depuis "Dark Thrones and Black Flags", en témoigne le crasseux et angoissant "Stylized Corpse", et son riff initial rappelant Hellhammer. Si la direction prise sur cet album est très Rock, il n'en demeure pas moins que Darkthrone a réinjecté dans son proto Heavy/Thrash/Punk, une bonne dose de noirceur et de lourdeur purement Blackmetal... Sur cet album Darkthrone pue le mauvais Whisky, l'huile de moteur et la boue, le tout dans une ambiance résolument macabre. Cet album est donc par conséquent assez peu accessible: trop R 'n' R pour les amateurs de True Black, et trop noir pour les aficionados de Heavy ...
Néanmoins Darkthrone frappe fort, signant ici une des meilleures sorties de 2010. Darkthrone n'est pas mort, qu'on se le dise...

14 Commentaires

19 J'aime

Partager

abysmael - 19 Fevrier 2011: C'est bien l'une des grandes forces de Darkthrone. Ne pas suivre les modes et forger toujours le respect :)
Poupoune - 01 Mars 2011: Loin de paillettes et de la fioritures de certains groupes un putain d album prends sa dans ta gueules.
Masterdeath - 23 Mars 2011: Le virage est de plus en plus présent sur cette opus, j'ai du mal a bien cerner Darkthrone. Je préfère l'époque true, mais bon c'est bon cela reste cool a écouter.
Valhala - 19 Novembre 2011: J'ai regarder le documentaire "Until the light take us" où Fenriz parle de leur délire sur le Black Metal avec Euronymousdiouf, Vikernes, etc... Et à la fin du documentaire, il dit que "c'était juste un délire, un truc pour se marrer, c'était pas destiné à devenir une mode, maintenant.... ça craint."



J'aime vraiment toute les périodes de Darkthrone, ils ont apporté énormément en death et en black, et savent toujours autant se "recycler" même se "métamorphoser" j'dirais .Alors que maintenant quand je vois Mayhem qui s'asseoit sur sa réputation d'il y a 15/20 ans et qui joue toujours les mêmes lives, et un Darkthrone qui commence à vieillir (bah oui quand même) maios qui garde sa fougue, se contrefout de leur vente et joue au feeling, ça fait plaisir. Grâce à ses 2 lurons j'ai l'impression d'être revenu dans les 80's où on jouait ce qu'on avait dans les tripes peut importe que ça plaise, on se lâche.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Northfeld

26 Juin 2011

Raw as fuck

Après avoir quitté la voie du trve black metal, Darkthrone s'est orienté sur une musique plus thrash punk depuis The Cult Is Alive. Cette orientation a été renforcée par les albums FOAD et Dark Thrones and Black Flags, mais toujours avec leur propre style. Cependant le côté hippie clouté de "Hiking Metal Punk" est mis légèrement de côté sur ce disque, pour un léger retour à la glauque-attitude. En effet, pour ce qui est de la "limited edition" de l'album (avec le T-Shirt et tout !), la pochette est réellement "raw as fuck", pour reprendre leur magnifique métaphore descriptive. Le cd est tout noir, sans motif, pour mimer le vinyle et mettre dans le bain des premiers groupes de metal des années 80.

La musique est aussi raw as fuck que la pochette. Comme d'habitude, le son est assez pourri : la batterie sonne plat, la guitare et la basse sont assez crades, et le chant, assuré par Nocturno Culto ou parfois Fenriz, est une alternance de cri, de son rauque et même de chant (si si). La vocifération d'autrefois est remplacée par des rugissements à moitié chantés qui sonnent très black punk : un vrai bonheur, pour ceux qui aiment l'orientation qu'a pris le groupe. Le tout met vraiment dans l'ambiance du "j'm'en tape complètement de ce que les gens pensent de ma musique, et pis d'ailleurs allez vous faire foutre!".

Les chansons sentent la crasse et la vieille bière, les paroles sont parfois sombres et sinistres, parfois menaçantes, parfois sans aucun sens. Les solos de Nocturno sont joués à l'arrache, mais sans que leur qualité en soit amoindrie: ils font très 80's. Fenriz fait toujours son merdier avec les cymbales et le charleston, ce qui donne ce coté très "fuck my life and yours". L'avantage de Darkthrone est qu'ils se foutent totalement de ce que pensent leurs auditeurs.

Au niveau de la structure, les chansons sont toujours des enchainements de riffs accrochés les un aux autres, sans aucun effort pour les transitions entre eux, à part le classique arrêt provisoire de la batterie et le let ring de la guitare : comme d'habitude. En revanche j'ai trouvé un bon nombre de ces riffs plus recherchés et plus subtils que sur les 3 albums précédents : passages en accords inversés, harmoniques travaillées... mais ne vous inquiétez pas, on parle quand même de Darkthrone ! Et puis le titre de l'album, "Circle the Wagons", est encore un message plein de haine pour ceux qui font du metal plastique (comme ils disent), et ils arrivent presque à nous les faire haïr tellement leur musique sonne comme un vieil ours crevé.

En conclusion, un album de plus sans concessions, sale, puant, raw as fuck, thrash, rock, punk, black, tout ce que vous voulez, et une chose est sûre : Darkthrone nous donne le meilleur de ses 40 balais. En espérant que cet avis vous sera utile.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire