Cerecloth

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Naglfar
Nom de l'album Cerecloth
Type Album
Date de parution 08 Mai 2020
Labels Century Media
Style MusicalBlack Mélodique
Membres possèdant cet album27

Tracklist

1.
 Cerecloth
 04:05
2.
 Horns
 04:38
3.
 Like Poison for the Soul
 06:31
4.
 Vortex of Negativity
 05:02
5.
 Cry of the Serafim
 04:25
6.
 The Dagger in Creation
 05:07
7.
 A Sanguine Tide Unleashed
 03:54
8.
 Necronaut
 03:29
9.
 Last Breath of Yggdrasil
 06:30

Durée totale : 43:41


Chronique @ Icare

30 Mai 2020

Du bon Naglfar avec une rage et un sens de la mélodie imparable toujours intacts après 25 ans de bons et loyaux services

Décidément, les grosses pointures suédoises des 90’s n’en finissent plus d’effectuer leur come back ces dernières années : après le très bon Mark of the Necrogram de Necrophobic et le nouvel EP d’Unanimated en 2018, c’est maintenant au tour de Naglfar de se rappeler à notre bon souvenir après huit ans d’absence. Fier représentant d’un black à la suédoise à la fois rapide, intense, glacial et mélodique, le trio nous avait laissé en 2012 avec un Téras de bonne facture mais peut-être un peu convenu dans la discographie du groupe et se refusant à toute prise de risque.

Sortie sur la grosse écurie Century Media, enregistrement et mix effectués par le gratteux du groupe, Markus Norman, mastering confié aux bons soins de Dan Swanö aux Unisound Studios, cover signée Necrolord, neuf titres pour 43 minutes, a priori, la recette semble ne pas avoir beaucoup changé, affichant un classicisme assumé, et effectivement, une fois de plus, la musique de Naglfar est sans surprise.
Ceci dit, l’ensemble est parfaitement rôdé, accrocheur et efficace et parvient à faire mouche la plupart du temps, à l’instar du titre éponyme qui démarre les hostilités sur les chapeaux de roue, avec une belle agressivité qui fait d’autant plus plaisir à entendre qu’elle était plus rare sur l’album précédent : riffs tranchants et mélodiques comme seuls les Suédois savent en pondre, blasts tonitruants, chant rageur et profond de Kristoffer Olivius qui éructe sa haine, harmoniques maléfiques et envoûtantes qui nous guident dans le silence d’une nuit glaciale, cet excellent premier morceau n’omet rien de ce qui fait la qualité de cette glorieuse scène black/death nationale des 90’s et ne souffre pas la comparaison avec les morceaux les plus black des Necrophobic, Unanimated ou Sacramentum.
Horns poursuit, moins rapide et destructeur, mais toujours puissant et majestueux, soufflant avec ses notes glaciales et épiques un blizzard au parfum de grand nord, enrichi d’un travail harmonique remarquable. Les puristes reprocheront peut-être un son trop moderne et aseptisé pour du black, la production laisse néanmoins la musique respirer et chaque instrument s’exprimer parfaitement (la basse au début de Like Poison for the Soul), tout en parvenant à envelopper l’ensemble de cette noirceur ésotérique et inquiétante qui sied si bien au genre. De plus, on ne le répètera jamais assez, mais la voix de l’ex Setherial est parfaite pour le style, à la fois puissante, sombre, agressive et expressive, ce qui ajoute une belle plus-value à l’ensemble de ces neuf titres.

La première impression est donc très positive, dévoilant un groupe qui, en huit ans, n’a rien perdu de sa hargne ni de son inspiration mélodique et qui semble nous renvoyer à la belle époque de Pariah. Pourtant, Cerecloth n’est pas parfait, et au fur et à mesure que les titres défilent, les faiblesses de ce nouveau full length se révèlent : certains titres sont en dessous du reste (un Like Poison for the Soul à la mélodie intéressante mais qui manque d’intensité et qui traîne un peu en longueur, un Cry of the Seraphim qui met bien trop de temps à décoller, heureusement sauvé par une accélération destructrice à 2,45 minutes, mais qui dans l’ensemble use et abuse d’un mid tempo tortueux, dissonant et poussif qui ne parvient pas à créer l’ambiance délétère escomptée).
Ceci dit, d’une manière générale, même si le trio n’invente pas la poudre et se recycle avec plus ou moins de réussite, les morceaux dynamiques et accrocheurs dominent (Cerecloth, Horns, Vortex of Negativity, l’explosif The Dagger in Creation, qui bien qu’un peu linéaire, s’illustre par un break plus calme porté par un solo plein de feeling, A Sanguine Tide Unleashed, totalement dépourvu d’originalité mais bien percutant, rappelant même un peu Marduk dans son riffing guerrier et son matraquage intensif)…

D’une manière générale, c’est un fait, c’est sur les morceaux les plus rapides et directs que Naglfar se fait le plus convaincant. Ceci dit, un titre comme Last Breath of Yggdrasil qui clôt l’album avec ses 6,31 minutes, est aussi une belle réussite, évoluant dans une veine plus mélancolique avec de belles mélodies de guitare et une double pédale infatigable qui nous tiennent en haleine jusqu’au bout.
On pourra peut-être reprocher le côté un peu générique et l’absence de prise de risque de l’ensemble, mais ce septième album se tient plus que bien, les Suédois tentant de varier les tempi et truffant chacun de leurs titres de ces harmoniques hypnotiques parfaitement intégrées qui épaississent l’ambiance. C’est un fait, le trio n’a pas perdu la main, et si vous avez apprécié les précédents albums de la horde de Umeå, cette nouvelle livraison ne devrait pas manquer de vous convaincre.
Pour conclure, sur ce Cerecloth, Naglfar ne fait ni plus ni moins que du Naglfar mais il le fait indéniablement bien, avec une rage et un sens de la mélodie imparable toujours intacts après 25 ans de bons et loyaux services. Assez conventionnel au premier abord, ce nouveau méfait se révèle au fil des écoutes un poison tellement addictif pour l’âme qu’il pourrait bien tisser votre linceul sans même que vous vous en rendiez compte...

I am going deeper
Down into my own world
Where I can be alone
And your voices go unheard
I can't stand them no more
You're like poison for my soul

1 Commentaire

12 J'aime

Partager
Fyrnael - 19 Décembre 2020:

Cette chronique m'a donné l'eau à la bouche! De la vitesse et de la mélodie, tout ce que j'aime! Je ne connais le groupe que de nom mais la vidéo ci-dessous est plus qu'alléchante sur le style joué, je crois que je vais devoir me faire une nuit blanche à me palucher toute la disco^^

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire