Burzum - Aske

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Burzum
Nom de l'album Burzum - Aske
Type Compilation
Date de parution 14 Octobre 1995
Enregistré à Grieghallen Studio
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album395

Tracklist

1.
 Feeble Screams from Forest Unknown
 07:28
2.
 Ea, Lord of the Depths
 04:51
3.
 Spell of Destruction
 05:39
4.
 Channeling the Power of Souls into a New God
 03:26
5.
 War
 02:30
6.
 The Crying Orc
 00:57
7.
 A Lost Forgotten Sad Spirit
 09:10
8.
 My Journey to the Stars
 08:10
9.
 Dungeons of Darkness
 04:52
10.
 Stemmen Fra Tarnet
 06:09
11.
 Dominus Sathanas
 03:01
12.
 A Lost Forgotten Sad Spirit
 10:53

Durée totale : 01:07:06


Chronique @ Opalescente

17 Novembre 2008
Ah Burzum...S'attaquer à ce groupe et à son mythique et controversé créateur n'est pas une mince affaire. Vikernes peut fasciner tout autant que rebuter, et la neutralité est bien difficile à atteindre.

Moi-même d'ailleurs j'ai connu Burzum "grâce" aux actions criminelles de son fondateur (vous savez tous ce qu'il a fait, inutile de le rappeler, non?).
Cet album, c'est avant tout une ambiance, comme seuls les groupes de Black Metal norvégiens des années 90 savaient le faire. Les imperfections de la production, la mauvaise qualité des instruments, le son précaire, tous ces défauts contribuent à poser cette aura malsaine et dérangeante qui traverse l'album de bout en bout.
C'est ensuite une voix, les hurlements de Varg, des cris horrifiants qui semblent être des cris d'agonie, de rancœur, de colère. Le premier qualificatif qui m'est venu à l'esprit lorsque je l'ai entendu a été "démoniaque", même si cela manque cruellement d'originalité. En tout cas son timbre unique ne laisse pas indifférent, et sa voix fait frissonner.
C'est également une productivité et une créativité impressionnantes. L'auteur est inspiré, et réussi à composer de bons morceaux, malgré le peu de moyens dont il dispose.

Son "Stemmen fraa Taarnet" a tout pour devenir un classique du Black Metal, et est certainement l'un des morceaux les plus accessibles : un riff un peu heavy, une mélodie accrocheuse, des chants bien placés qui prennent aux tripes. On ne va pas crier au génie, mais tout de même, ce morceau est sacrément bon.
Il en va de même pour l'ovni "War" et son solo dans la droite lignée des groupes de thrash.
Quant au "Chanelling the power of souls into a new God" et son son un peu cheap, je trouve qu'il est judicieusement placé afin d'accroître le malaise ressenti à mesure que défile l'album.

J'ai par contre un peu plus de mal à comprendre l'intérêt d'un "Dungeons of Darkness", qui n'apporte pas grand chose ni musicalement, ni au niveau de l'ambiance.

Avec cet album inventif et presque légendaire, Vikernes nous offre une petite heure de son glauque et impose son style. Et pourtant, produire un album réussi dans des conditions si peu favorables n'était pas gagné.
Un classique du genre.


3 Commentaires

6 J'aime

Partager
 
GLADIATOR - 17 Novembre 2008: Je n'aime pas Burzum , mais ta chronique est claire et simple . On sait à quoi s'attendre ! Merci ! Glad.
bojart - 27 Juillet 2010: J'aime uniquement la période entre l'album "Burzum" et l'album (génialissime) "Filosofem"

Une jolie chronique claire et accessible. Merci
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Peter.K

27 Mai 2006
Burzum, aujourd’hui, tout fan de black connaît ce groupe. Le projet solo de Varg Vikernes (Christian de son vrai prénom) est l’un des plus cultes pour le black métal, à classer aux coté de Mayhem ou Darkthrone, les grands groupes norvégiens.
Il s’agit d’ailleurs d’un des tout premiers groupes qu’il m’a été donné de connaître en matière de black.
Pour moi, la musique de Varg a trois atouts principaux : La voix, les riffs et surtout l’atmosphère.
La voix de ce Count Grishnackh est l’une des plus belles du black métal, déjà, il n’y en a pas deux comme elle. Elle donne l’impression de faire ressortir un mélange de haine et de souffrance. Sublime.

Mais je parlais de l’atmosphère, celle de Varg est absolument unique, lui seul a ce don de glacer le sang et de faire ressortir autant d’émotions dans sa musique. Cette atmosphère peut naître de froides nappes de synthés ou de notes de grattes "faites- Varg", nous la retrouvons dans chacune des ses œuvres.
Cet album est le premier du groupe, il a d’ailleurs été réédité, combiné avec le MCD qui suivra "Aske" si vous voulez vous le procurer, il vaut mieux prendre la réédition.
Alors pour moi, tous les albums de Burzum se valent, ils sont tous excellents. Au sein de celui-ci, on peut retrouver tous les ingrédients magiques de Varg.
Les riffs peuvent être assez lents, très froids, comme dans "Spell of Destruction", ce morceau est l’un des plus reconnus, la voix de Varg hurle une complainte, l’atmosphère est très sombre, et ces fameux riffs suffisent pour créer une ambiance magique.
Certains morceaux sont plus rapides et plus entraînants où les riffs sont très accrocheurs, c’est le cas de "Feeble Screams From Forests Unknown" ou "My journey to the stars", c’est un autre aspect du génie de Varg qui se dévoile ici. Sa voix reste toujours la même, elle semble tout de même plus haineuse.

Il y a également des morceaux (pratiquement) sans parole, totalement atmosphériques, je parlerai ici de "Channelling The Power Of Souls Into A New God", constituée de nappes de claviers très froides, toute l’atmosphère glaciale de Burzum est bien là, il susurre tout de même deux mots en fin de morceau "Worship me...", ce qui signifie "vénérez moi" en Français, du Varg tout craché...
Il y a un morceau assez différent des autres, il s’agit de "War", qui contient un solo de gratte, morceau que certains fans n’apprécient pas trop, les riffs sont tout de même bons !

Bien, en conclusion je dirais que Varg est un artiste unique, tout comme l’est sa musique, très froide très atmosphérique et magnifique. Un incontournable du black métal !

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
New_Littlebigwolf - 21 Avril 2010: C'est vrai que le chant de Varg est unique et très particulier, mais je trouve quand meme qu'on s'en lasse a force qu'il n'y ait aucune variation dans le chant
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Alakihel

21 Avril 2007
Burzum + Aske.
Voila enfin quelque chose d'utile, déjà que le vinyl de Aske était limité à 1000 les fans de Burzum non Norvègien (en général du moins) pourront découvrir avec plaisir les 3 titres de mini EP sortit à l'époque sur le label d'Euronymous (R.I.P) Deathlike Silent Production.

Musicalement parlant l'opus "Burzum" n'est pas un Black Métal qui ressemble à du Mayhem ou Darkthrone, ce qui fait toute l'originalité du one-man.
On attaque l'album avec la chanson "Feeble Screams From Forests Unknown", pour la plupart des chansons on a droit à deux temps rapides à la batterie, des riffs tout simplement envoutants et une voix criarde, torturée au possible [à se demander si Varg ne s'ouvrait pas le bide pour hurler de cette façon].
La seconde chanson est surement une des meilleures de l'album: "Ea. Lord of the Depth", pareil que "Feeble Screams..." mais la chose qu'on retiendra içi est le riff guitare ressortant du lot des chansons de l'album!
Dans l'album on retiendra aussi des morceaux d'ambiant très sombre que Varg avait eu le plaisir de nous offrir dans ses précédentes démos sorties dans le début des années 90 comme "Channelling the Power of Souls into a New God". "Dungeon of Darkness" est en revanche, beaucoup moins prenante, on dirait plutôt que Varg à poser un micro à côté d'une rocking chair sur lequelle il se balancait pour sa chanson et qu'il a ajouté quelques sons à droite à gauche (vents,...).
On reste dans les classiques avec le mythique: "Spell of Destruction", "My Journey to the Stars" et la chanson/solo de: "The Crying Orc" [petit clin d'oeil, je pense à l'univers Tolkienien dont Vikernes est fan et à son précédent,One-Man: Uruk-Haï].
Et bien sûr, n'oublions pas l'éternelle et incontournable chanson de Burzum: "War" [dont le solo a été joué par Euronymous de Mayhem], un riff dévastateur qui fera l'objet de nombreuses reprises par la suite.

On passe ensuite aux chansons présentes sur l'EP: Aske. Qui aura été surement [et qui est toujours d'ailleur!] la production la plus mythique de la discographie de Burzum grâce à sa pochette reprenant une photo d'une des églises incendiés par Vikernes sous le sigle de l'Inner Black Circle.
Donc au niveau des titres, trois chansons, ravageuses plus une version retravaillée de "A Lost Forgotten Sad Spirit", donc pour les plus puristes, il vou faudra trouver le mini EP: Aske original, ou la seconde démo originale de Burzum!
Les trois titres présentés donc sur cet album, sortent quand même du lot et du genre des compositions habituelles de Vikernes, on reconnait sa voix gueularde mais les riffs sont plus recherchés, et la batterie mieux travaillée.
Le son à une qualité irréprochable et l'ambiance malsaine que seul Vkernes sait crée est bel et bien la.
En bref une bombe à posséder, mais si vous avez les originaux se sera surement mieux !


Alakihel.

8 Commentaires

2 J'aime

Partager

17blunt - 02 Fevrier 2011: Cet album etait à l'epoque une pure inovation!Après je trouve normale qu'on ne puisse pas aimer et le dire, mais dire que cet album est de la merde ou quelque chose dans le genre alors qu'il a apporté tant de choses au black metal c'est une preuve de méconnaissance total !! Tu aurais dis ça pour Belus a la limite j'aurai été daccord mais sur celui là c'est juste pas possible!En tout cas très bonne chronique bravo !
FuneralFrog - 06 Mars 2011: Je signale que la chanson war est un plagiat de necromansy de bathory....
mayhem72300 - 05 Janvier 2012: Très bonne chronique rien à dire, à part que le chanteur de burzum ne mérite que le mépris après meurtre qu'il a commis.
Ghul - 28 Août 2015: Une chronique bien écrite et que j'ai pris plaisir à lire. Le mini Aske suit parfaitement l'album éponyme. Il s'agit d'une excellente réédition qui nous transporte facilement dans le monde torturé de Vikernes. Des riffs poignants, des alternances de rythmes, des coupures purement ambiantes au milieu de morceaux Black Metal, bref, une véritable épopée.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire