Det Som Engang Var

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Burzum
Nom de l'album Det Som Engang Var
Type Album
Date de parution 01 Août 1993
Produit par Eirik Hundvin
Enregistré à Grieghallen Studio
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album593

Tracklist

Limited to 950 copies. Re-issue in 1994 by Misanthropy Records in digipack.
1.
 Den Onde Kysten
Ecouter02:20
2.
 Key to the Gate
Ecouter05:14
3.
 En Ring til Aa Herske
Ecouter07:10
4.
 Lost Wisdom
Ecouter04:37
5.
 Han Som Reiste
Ecouter04:50
6.
 Naar Himmelen Klarnar
Ecouter03:50
7.
 Snu Mikrokosmos Tegn
Ecouter09:36
8.
 Svarte Troner
Ecouter02:16

Durée totale : 39:53

Acheter cet album

Burzum



Chronique @ Fabien

03 Mai 2010
Si la scène extrême norvégienne a également vécu au rythme du deathmetal à la fin des années 80, de nombreux protagonistes, sous l’influence notoire d’Oystein Aaarseth (Mayhem), reprennent très tôt le flambeau d’une scène blackmetal née de l’héritage de Sodom, Bathory ou Sarcofago. C’est le cas des membres de Darkthrone qui noircissent considérablement leur style dès A Blaze in The Northern Sky, mais aussi de Olve Eikeimo et Varg Vikernes, anciens acteurs du groupe deathmetal Old Funeral, fondant respectivement les entités Immortal et Burzum.

Multi instrumentiste, Varg Vikernes est quant à lui particulièrement prolifique durant ses jeunes années, croisant le chemin des fameux Grieghallen Studios pas moins de quatre fois entre janvier et septembre 1992, pour la mise en boite de ses trois premiers albums et du EP Aske. Si le disque éponyme sort rapidement chez le label Deathlike Silence Productions d’Oystein Aaarseth (en mars 1992 à très faible tirage), l’affaire traine en revanche en longueur pour les réalisations suivantes, faute à une gestion laborieuse du label.

Ces problèmes financiers s’ajoutant à une tension idéologique déjà forte entre les deux hommes entrainent leur séparation, conduisant le jeune leader de Burzum à sortir lui-même son second album (Cymophane Productions), mais également à commettre l’irréparable. En effet, tandis que Det Som Engang Var est commercialisé en août 1993, soit un an et demi après sa capture, Varg, déjà pris dans la spirale de la violence, franchit le même mois un pas qui coûte la vie à son nouvel ennemi, et le privera quant à lui de quinze années de liberté.

Det Som Engang Var sort ainsi dans un contexte très particulier, à l’heure où la Norvège connait des remous sans précédent, secouée par les activités incendiaires et criminelles de quelques protagonistes issus du milieu blackmetal du pays. Pour la première fois, les actes dépassent les propos nihilistes et anticléricaux de ces jeunes acteurs, accroissant la noirceur et la radicalité du style, et apportant une dimension réelle, au-delà des qualités mêmes de la musique.

Si seulement trois mois séparent l’enregistrement de Det Som Engang Var des précédentes sessions (celles de l'album éponyme et non du EP Aske), les compositions de Varg Vikernes ont pourtant gagné en clarté. Les rythmes et le riffing restent certes toujours basiques, mais l’articulation des morceaux, l’équilibre global de l’album et l’atmosphère qui s’en dégage sont davantage maîtrisées.

Débutant par une longue introduction plongeant directement l’auditeur dans l’abîme, Det Som Engang Var s’enchaine sur un Key to The Gate aux rythmes tapageurs, supportant le riffing furieux de Varg et ses cris parmi les plus arrachés du moment, trahissant l’esprit tourmenté du leader. Mais très vite, le tempo ralentit, le chant criard de Varg se mue alors en de véritables plaintes, tandis que ses guitares s’adoucissent pour libérer des leads touchantes et mélancoliques jusqu’à la fin du morceau, tout en conservant cette noirceur si caractéristique.

Si Lost Wisdom possède un climat proche du premier titre, chargé de riffs et de leads poignantes, sur les gémissements du leader, En Ring Til Aa Herske et Snu Mikrokosmos Tegn dégagent en revanche une atmosphère plus mystique. Les lignes de guitares percutantes et répétitives se marient régulièrement avec des claviers noirs et envoutants, les deux morceaux trouvant l’apogée en leur milieu, lors des passages terriblement prenants dont Varg détient le secret, ces moments où la batterie décroche pour laisser l’entière expression aux guitares et aux cris décharnés du leader.

Enfin, si l’interlude guitaristique Nar Himmelen Klarner s’intègre bien à l’ensemble, permettant à l’auditeur de reprendre ses esprits avant de replonger dans les abysses, l’instrumental ambiant Han Som Reiste, aux lignes de piano redondantes durant cinq minutes, devient quant à lui rapidement ennuyeux, représentant à mon sens le seul point dispensable de l’album.

Loin d'un axe basé sur la technicité et la qualité de la production, Det Som Engang Var privilégie avant tout la profondeur des atmosphères, n’ayant que peu d’équivalent dans le style. En cette année 1992, au delà de ses frasques extra-musicales mémorables, Varg Vikernes réussit ainsi à créer une magie durant ses différentes sessions d’enregistrement, façonnant ses premières œuvres en les reliant par cette même noirceur et cette même mélancolie, qualités si représentatives de l’esprit de Burzum.

Fabien.

13 Commentaires

15 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

17blunt - 04 Fevrier 2011: Enorme album,plus lent que le premier mais qui se met a sa hauteur,ce Det Som Engang Var est du très bon Burzum qui laisse bien présager le chef d'oeuvre Hvis Lyset Tar Oss qui suivra !!
bobbyjo - 14 Mai 2011: Un des 10 meilleurs albums de black-metal de tous les temps. Ni plus ni moins.
nightmare34 - 27 Décembre 2011: Un des top 3 des albums de Burzum!
vedder - 16 Juillet 2013: C'est marrant, moi j'ai toujours trouvé que Han Som Reiste est une pièce maîtresse dans l'oeuvre de Burzum, et permet la cohérence maléfique de tout l'album
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Peter.K

23 Juillet 2006
Chaque album de Greifi Grishnackh est une perle à savourer sans retenue. Ce Det Som Engang Var est le second album de sa période black métal. Dommage d’ailleurs qu’il n’y en ai eu seulement trois.
L’album est sorti peu de temps avant que le monsieur ne parte à l’ombre, mais a été enregistré un an environ avant la sortie du MCD « Aske ».
Et bien cet album est un album de Burzum, cela devrait presque suffire pour le décrire tant notre artiste est unique.
Moins violent que son prédécesseur, il n’a rien perdu en atmosphère, toujours aussi glaciale et malsaine. Le rythme est très lent, assez lourd, ce qui change un peu par rapport à l’album précédent. La voix de Varg n’a rien perdu de son charme, ses hurlements restent uniques.
Ici, nous n’avons que quatre morceaux chantés, aussi bons les uns que les autres, « Snu mikrokosmos tegn » est celle qui fait le plus penser au premier album. Je mets surtout à l’honneur « Key to the gate » et « Lost wisdom » où l'art de Burzum est réellement présent. Quatre morceaux sans paroles, une intro et une outro. « Naar himmelen klarner », qui représente une atmosphère typiquement Burzumièsque, donc un délice et « Han som reiste », morceaux ambient joué au synthé qui sonne très nordique, également magnifique.
Au final, un album durant lequel on ne s’ennuie jamais. C’est beau le black. Une autre perle signé de la main d’un génie : Varg Vikernes.

0 Commentaire

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Rinaly

25 Juin 2007
L'album le plus "accessible" et avec lequel j'ai découvert Burzum, l'excellent Det Som Engang Var. Sorti en 1993, cet album contient 4 morceaux Black Metal (Key To The Gate, En Ring Til Aa Herske, le cultissime Lost Wisdom et Snu Mikrokosmos Tegn) et 4 autres morceaux que l'on classerait plutôt dans de l'Ambiant.

Etant plutôt un amateur de Black Metal, l'écoute des morceaux (surtout Key To The Gate & Lost Wisdom) m'a vraiment frappé. Je m'explique, je n'avais jamais entendu quelque chose d'aussi haineux. On comprend à présent d'où vient la haine de groupes tels que Paysage D'Hiver ou encore Silencer. Certes Varg s'est calmé depuis l'éponyme Burzum sorti un an plus tôt mais comme le son est plutôt bon pour cet opus classé Troo Black... les sentiments (négatifs) s'en trouvent renforcés.

Les riffs des musiques Black sont vraiment puissants et saisissants quand aux musiques ambiantes elles mêlent tristesse et douceur et rappellent l'hiver norvégien.

Cet album est donc vivement recommandé aux personnes voulant connaître une musique True et qui plus est, haineuse (sauf si vous avez perdu votre conjoint(e) peut avant car là c'est le suicide assuré). A écouter d'urgence: Key To The Gate & Lost Wisdom. Il mérite son 18/20 d'autant qu'il est l'un des albums qui a le plus influencé le Black Métal.

8 Commentaires

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

vince666 - 27 Janvier 2010: Bizar quand tu dit "accessible" je le cherche et je les pas encore trouver!
Puis sinon j'ai une remarque pour Spirit of Metal: ils disent que c'est "Limited to around 950 copies." c'est bizar quand meme il y a plein de site qui le vende en ligne puis il y a des morceau hyper connut comme Lost Wisdom puis surtout: il y a quand meme 310 membre qu'il le contient cela voudrait dire que sur les 950 copies il y 310 copie qui apartienne a des Français QUI sont inscris sur Spirit of Metal (j'ai plein de pote metalleux et il y a que moi qui est inscris sur se site...) c'est pas proportionnelle... Souvent très peux de copie sorte de Norvège... bizar bizar...
vince666 - 27 Janvier 2010: Bizar quand tu dit "accessible" je le cherche et je les pas encore trouver!
Puis sinon j'ai une remarque pour Spirit of Metal: ils disent que c'est "Limited to around 950 copies." c'est bizar quand meme il y a plein de site qui le vende en ligne puis il y a des morceau hyper connut comme Lost Wisdom puis surtout: il y a quand meme 310 membre qu'il le contient cela voudrait dire que sur les 950 copies il y a 310 copie qui apartienne a des Français QUI sont inscris sur Spirit of Metal (j'ai plein de pote metalleux et il y a que moi qui est inscris sur se site...) c'est pas proportionnelle... Souvent très peux de copie sorte de Norvège... bizar bizar...
vince666 - 27 Janvier 2010: escuser moi je crois que je les envoyer 2 fois ^^
Lingon - 27 Août 2013: Vous devez avoir un peu de caca dans les oreilles, tout simplement. BURZUM restera à jamais le plus grand groupe de Black de tous les temps. Hail Vikernes !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Necroreaper

27 Novembre 2008
Det Som Engang Var est le deuxième album de Burzum et plus précisément de Varg Vikerness alias count grischnack, malheureusement interné en prison de longues années. On pourrait écrire un livre sur sa vie extra musicale mais je suis la pour chroniquer son ouvre la plus noire, la plus hantée et pour moi la meilleure de son répertoir.
Après un album de pur black metal brutale, Varg ralentit le rythme pour y installer une musique d'un obscurantisme impénétrable.
En effet, l'album est composé de 4 titres instrumentaux qui sont là pour nous préparer à l'assaut final et de 4 titres composés en une démonstration de la haine de la race humaine grâce à des riffs assez atmosphériques et malsains, proche du doom, qui vont vous transporter directement en enfer, à une batterie qui se veut lente ou énergique par endroit mais toujours en phase avec la musique. Le tout est hanté, c'est le cas de le dire, par la voix de Varg qui ( je n'avait jamais entendu des hurlement aussi haineux et possédés que ceux là ).
Bref, c'est un disque à posséder à tout pris pour tout ceux qui aime le black metal.

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Lingon - 27 Août 2013: "Emprisonné" serait un terme plus adéquat.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Gothmog

27 Novembre 2008
"Det Som Engang Var", l'album avec lequel j'ai connu Burzum... j'ai bien fait d'ailleurs, car je pense que c'est un très bon album pour découvrir Burzum, pour ne pas dire le meilleur ! : quatre morceau "black", trois ambiantes et une instrumentale ; un album varié donc, et qui s'écoute assez facilement pour du Burzum (l'écoute de ce groupe n'est pas toujours évidente...), mais c'est quand même un album caractéristique du count : ambiances dépresives toujours présentes, tempo relativement ralenti comparé au black d'ordinaire, passages arpégés sans batterie, le chant de corbeau asthmatique de varg,... Il s'agit cependant de l'album le plus travaillé et le plus "beau" ; il est moins crade et venimeux que Burzum/Aske, plus sombre et moins agressif ; les paroles sont poétiques et franchement bien écrites (et elles ne disent pas des stupidités, contrairement à ce que beaucoup de gens croient de varg...) A écouter un jour de pluie, comme ca au moins vous vous en plaindrez pas, mais bon si vous êtes en nervous breakdown et que vous cherchez un remontant, essayez finntroll, ca marche mieux. morceau recommandé : "key to the gate".

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Burzum


Autres albums populaires en Black Metal