Brutalive the Sick

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Benighted (FRA)
Nom de l'album Brutalive the Sick
Type Live
Date de parution 23 Fevrier 2015
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album46

Tracklist

1. X2Y
2. Noise
3. Let the Blood Spill Between My Broken Teeth
4. Collapse
5. Experience Your Flesh
6. Carnivore Sublime
7. Prey
8. Grind Wit
9. Fritzl
10. Collection of Dead Portraits
11. Slaughter Suicide
12. Slut
13. Asylum Cave

Chronique @ growler

04 Mars 2015

Experience your live

Véritable fer de lance de la scène extrême hexagonale, la qualité discographique de Benighted est en constante évolution avec, comme point d’orgue, sa dernière offrande, le fabuleux « Carnivore Sublime ». Mais les stéphanois ont également acquis leurs lettres de noblesse à la force du poignet, grâce à des prestations scéniques très énergiques, aussi brutales que succulentes et, à cet égard, il était très étonnant qu’aucun disque estampillé « live » (hormis le dvd bonus de l’édition limitée de « Identisick ») ne figure parmi les différentes publications de la formation. Cet état de fait est désormais obsolète puisque Benighted vient de jeter en pâture son set capturé lors de la dernière édition du Sylak Open Air. Il est à noter qu’entre la prestation furieuse au Hellfest 2014 et celle du Sylak, le gang stéphanois a subit un changement de personnel notable avec les départs surprenants d’Eric (basse) et d’Adrien (guitare), remplacé respectivement par Pierre Arnoux et Emmanuel Dalle. L’interprétation du quintette va-t-elle en subir quelques fâcheuses conséquences ? Réponse en fin de chronique.

L’introduction de « X2Y » est lancée et les portes de l’abattoir s’ouvrent, l’entreprise de destruction massive débute et, comme à son habitude, Benighted ne laissera aucun survivant, personne ne sera épargné. L’intensité du concert ne faiblira à aucun moment et, plus qu’à l’accoutumé, nous pouvons sentir un groupe qui joue comme si sa vie en dépendait. La brutalité et la violence, ainsi que l’ambiance gore et dérangeante sont parfaitement retranscrites, cette démarche n’étant pas une mince affaire tant les compositions du combo sont furieusement alambiquées et frénétiques, multipliant, superposant les plans à volonté, les compositions seront cependant délivrées à l’identique.

Tous les musiciens sont au diapason avec Kevin Foley qui fait office de centrale nucléaire et, contrairement à Fessenhein, aucun incident, aucun pain n’est à déplorer malgré l’enchaînement supersonique de ses parties. La paire de guitaristes, Olivier et Emmanuel hachent le moindre bout de viande et cisèlent à tout va, soutenu par une basse très convaincante de Pierre, qui supplée à merveille les « backing vocals » d’Eric, mais que dire du travail fourni par Julien Truchan (que nous pourrions rebaptiser « tranchant » pour l’occasion). Reproduire les vocaux apposés sur les différents enregistrements de Benighted est une véritable gageure, le bougre relève le challenge haut le hachoir, faisant étalage de toute sa technique et de sa palette vocale allant du « growl » le plus profond, en passant par des cris hystériques, entrecoupés de « gruiks » plus ou moins cradingues, le tout, sans sourciller et avec une fluidité déconcertante, maintenant également une bonne communication avec le public afin de ne jamais faire retomber la pression.

L’autre point fort incontestable est la production de « Brutalive the Sick ». Le son est absolument énorme sans donner l’impression d’avoir été retouché à l’extrême, chaque instrument est audible et l’espace sonore est rempli à merveille, mais là où beaucoup d’album « live » pêche, ce disque est une véritable réussite. En effet, le public n’est pas relégué au second plan, bien au contraire, nous avons l’impression d’être au milieu de la fosse et d’assister à ce set furieux et ultra carré. L’intégration des nouveaux venus est inaudible et, impossible de savoir que le groupe a changé les 2/5 de son line-up quelques semaines avant la captation de ce concert au Sylak Open Air 2014. A concert exceptionnel, guests exceptionnels, le groupe a invité Jérôme, le chanteur de Recueil Morbide, groupe au sein duquel Julien Truchan a officié jadis et, Candy, le bassiste originel de Benighted, qui font respectivement leur apparition sur « Prey » et « Slaughter/Suicide ».

Sans vouloir jouer les rabats joie, j’émettrais quand même un petit bémol à l’ensemble et il se situe au niveau de la setlist. Celle-ci fait la part belle à la dernière pièce du boucher de la formation, « Carnivore Sublime » (5 titres) et « Asylum Cave » (4 titres), avec, il est vrai, deux incursions dans « Icon » (« Grind Fritzl » et « Slut ») et une seule dans « Identisick » avec « Collapse ». Force est de constater que l’ensemble est détonnant et explosif mais une composition comme « Stay Brutal », issu de « Insane Cephalic Production » ou encore « Fœtus » n’auraient pas été de trop pour fêter les 15 ans de brutalité auditive de Benighted.

A l’instar de « Carnivore Sublime », « Brutalive the Sick » frôle la quasi-perfection, reprenant tous les ingrédients sanglants et abats de choix, issus des différentes publications du groupe. Le son est massif, l’interprétation est millimétrée et « Brutalive the Sick » nous présente un groupe à l’apogée de sa forme. Benighted continue donc sur sa lancée et il est clair qu’il en est encore qu’au commencement de ses dépeçages tant le talent du groupe dépasse désormais nos frontières nationales. « Experience your live » aurait pu être une autre appellation de cette galette car il est indéniable qu’un concert de Benighted relève d’une vraie expérience et, peu de personne ayant assisté à un de leur set ne pourront me contredire.

Stay Brutal !!!!

9 Commentaires

8 J'aime

Partager

metalfury1 - 06 Mars 2015: Limite le fait de ne pas trop retoucher le son d'un live est à mettre à leur crédit car à l'inverse, un concert trop travaillé au mix perd en authenticité.
Je suis juste difficile je crois^^
Non mais sérieusement ce qui me manque dans ce cd live c'est le sentiment de puissance et d'uppercut.
Je ne sais pas si c'est mes oreilles qui déconnent mais le son est bien meilleur sur la captation vidéo.
D'ailleurs pour les avoir déjà vu en concert je n'ai jamais rien eu à redire sur le rendu sonore!
Je vais tenter les réglages aussi on sait jamais.
growler - 06 Mars 2015: Je ne suis pas très friand de live d'habitude, mais ayant vu plusieurs fois Benighted en concert, je le trouve quand même pas mal foutu, mais on atteindra jamais l'intensité "live" du groupe sur scène...sur cd ;)
Helveteshymner - 15 Avril 2015: Benighted des monstres sur scène, ce live est énorme!
metalfury1 - 16 Août 2015: Je reviens sur ce que j'ai dit avant. On m'a très gentiment offert le dvd et après me l'être matté plusieurs fois, force est de constater que le mix est en réalité très très bon. Le sans faute de Benighted continue!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire