Insane Cephalic Production

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Benighted (FRA)
Nom de l'album Insane Cephalic Production
Type Album
Date de parution Fevrier 2004
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album111

Tracklist

Re-Issue in 2009 with a different cover.
1.
 Bestial Breeding
 03:49
2.
 Stay Brutal
 02:59
3.
 Foetus
 03:05
4.
 Deviant
 04:02
5.
 Perpueral Cannibalism
 03:47
6.
 Self-Proclaimed God
 03:34
7.
 Dementia (the Precocious Symptoms of Mental Perversion)
 01:21
8.
 Phlebotomized
 04:06
9.
 Insane Cephalic Production
 03:34
10.
 Insomnies
 04:46

Durée totale : 35:03


Chronique @ scrattt

20 Avril 2011

Le meilleur de Benighted? Sûrement. A ne manquer sous aucun prétexte!

On parle beaucoup de Benighted en ce moment, la tournée avec Kronos et Gorod ainsi que la sortie de leur dernier album Asylum Cave y sont sûrement pour quelque chose.
La première édition de ICP se fit sous la tutelle d’Adipocere Records, alors que Fred occupait encore le poste de batteur. 2008 voit ainsi, en plus du remplacement par Kévin à la batterie, une réédition de l’album par Osmose Productions avec la pochette en version non-censurée, représentation très personnelle d’un cerveau atteint de graves troubles mentaux. Quand on voit les artworks que nous sortent tous les ersatz de Cannibal Corpse, l’affaire pouvait faire doucement rire…

Premier album de la confirmation pour Benigthed, après deux premiers full-length montrant déjà un groupe en devenir, ICP affirme un brutal death de haut niveau. On pouvait reprocher aux Stéphanois de s’être orientés vers des sonorités se rapprochant parfois d’un deathcore formaté au son lisse et sans saveur sur leur plus récent méfait. Les diverses variations vocales de Julien (parfaitement maîtrisées ceci-dit) ne furent pas forcément de très bon goût, certains pigs-squeals ou côtés slam tapant rapidement sur le cortex…

Cette réédition est ainsi l’occasion de voir un groupe à son plus haut niveau. Le meilleur album de Benighted ? Sûrement. Et ce ne sont pas les tueries absolues que sont Fœtus, Deviant et j’en passe qui me contrediront, alors que Fréd frappe ses fûts à n’en plus finir, montrant des capacités assez affolantes comme sur le titre éponyme ou Puerperal Cannibalism (écoutez-moi ces intros bon sang !) et que la basse insuffle un groove incroyable à l’ensemble de la galette.

Aucun point faible sur cet album, chaque titre est indispensable et envoie méchamment du petit bois, tout est pensé intelligemment, avec ce petit côté technique qui laisse la part belle aux successions de plans et breaks tous plus jouissifs les uns que les autres. Vous voulez du charcutage ? Vous en aurez messieurs-mesdames, le mixage effectué par Kai Stahlenberg donne ici un rendu à briser les cervicales les plus endurcies. Bestial Breeding, Stay Brutal sont des monuments à eux seuls, l’intensité et la brutalité dégagées par ces morceaux n’ayant proprement rien à envier aux dernières livraisons d’Asylum Cave

Le groupe a toujours eu ce goût pour les thèmes abordant divers troubles mentaux, et cet aspect est ici renforcé brillamment par les performances de Julien au chant, passant parfois à une voix plus typée black sur Self Proclaimed God ou complètement dérangée sur Phlebotomized en se mettant carrément à rouler les « r » ! Il en ressort un petit côté dérangé qui sied parfaitement à des thèmes comme Perpueral Cannibalism ou Insomnies. Utilisant aussi bien la langue anglaise que française (un aspect néanmoins moins marqué que sur leur précédent album Psychose qui comportait principalement la totalité de l’album dans la langue maternelle des Stéphanois) tous ces petits détails apportent une petite touche personnelle au death du groupe appréciable.

Deux cadeaux bonus viendront agrémenter cette réédition sous la forme de Banished tirée de Psychose, tout aussi…aliénée. La reprise du groupe de hardcore Raised Fist, n’est pas non plus à jeter puisqu’elle s’insère parfaitement avec le style death/grind de Benighted.

Disposant d’une discographie exemplaire sans vraiment de faux pas, montrant une énergie incroyable sur scène à travers des shows monumentaux, Benighted a bien mérité ses lauriers au sein de la scène death française…voire internationale. ICP est un album à ne négliger sous aucun prétexte, disposant de toute la violence et l’efficacité d’un bon disque de death metal.



10 Commentaires

7 J'aime

Partager

scatologist - 22 Avril 2011: Bonne chro qui donne envie de se réécouter cet excellent album. Mais par contre Benighted est originaire de St Etienne et non de Lorraine.
Amoklan - 23 Avril 2011: C'est tout à fait vrai!! je suis de st etienne et je n'ai même pas remarqué la gaffe :-/ En tant que correcteur je peux modifier la faute mais je laisse un peu de temps à Scrattt si il veut le faire lui-même...
scrattt - 23 Avril 2011: C'est corrigé, autant pour moi, je ne sais plus où est-ce que j'ai vu quelqu'un employer le terme de Lorrains sur le forum, peut-être ai-je confondu avec un autre groupe ;), j'ai d'ailleurs employé le terme Stéphanois juste après sans faire gaffe ("...langue maternelle des Stéphanois...")
Amoklan - 24 Avril 2011: Oui ^^
Bon ben tout est bien qui finit bien... et puis y'a ptêtre un Lorrain dans le groupe :-/
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire