Apocalyptica

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Apocalyptica
Nom de l'album Apocalyptica
Type Album
Date de parution 24 Janvier 2005
Style MusicalHeavy Symphonique
Membres possèdant cet album442

Tracklist

1.
 Life Burns
 
2.
 Quutamo
 
3.
 Distraction
 
4.
 Bittersweet
 
5.
 Misconstruction
 
6.
 Fisheye
 
7.
 Farewell
 
8.
 Fatal Error
 
9.
 Betrayal / Forgiveness
 
10.
 Ruska
 
11.
 Deathzone Bonustracks
 
12.
 En Vie
 
13.
 How Far
 
14.
 Wie Weit
 

Chronique @ AmonAbbath

04 Août 2009
D'après les musiciens eux-mêmes, Apocalyptica était au départ plus proche du délire entre potes que du véritable groupe. D'ailleurs, c'étaient les reprises qui prédominaient et qui leur ont permis de se faire un nom, jamais, au grand jamais, ils ne pensaient pouvoir s'attirer les faveurs de Dave Lombardo aux fûts et, entre autres, Ville Valo et Corey Taylor au micro. Seulement voilà, la sauce à la violoncelle a bien pris et de nombreux auditeurs ont voulu savoir comment sonnaient les classiques de leurs groupes favoris joués ainsi. Et un nom s'est fait dans le monde du metal - et du rock! - : Apocalyptica.

Alors les covers, c'est bien beau mais des musiciens de ce talent se devaient de démontrer qu'ils savent tout aussi bien composer. Reflections, bien qu'un peu inégal, laissait fortement entrevoir les qualités d'Eicca Toppinen dans ce domaine. Cette fois, Perttu Kivilaakso s'y colle également. Et le résultat est ... bluffant! On dit souvent qu'un album éponyme a pour spécificité de souligner l'identité véritable d'un groupe, et Apocalyptica n'échappe pas à la règle, ils ont trouvé leur voie. Premier constat : est-ce réellement des violoncelles que l'on entend? Un riff purement rock débarque avec Life Burns! (qu'ils ont joué le temps d'un interlude à l'Eurovision, grandiose!). Il semble clair que les Finlandais ont décidé d'imposer leur style, et fini les reprises! On a également déjà droit au premier guest, Lauri Ylönen de The Rasmus. Personnellement, je n'aime pas cette voix mais, en fin de compte, la chanson passe plutôt bien.

Suivront deux instrumentales : l'une, très mélodique et que l'on se remémore sans problèmes dès la première écoute (Quutamo), ce qui n'enlève rien à sa qualité, l'autre, plus heavy et entraînante (Distraction), rappelant ainsi que le groupe a des racines metal telles que Metallica ou encore Pantera (Dieu sait que j'en passe...). Le tout est servi avec une batterie désormais parfaitement intégrée à la musique, et qui se montre également et sous plusieurs aspects un élément non négligeable d'Apocalyptica, j'y reviendrai le moment venu. 

Pour l'heure, parlons plutôt de Bittersweet dont l'intérêt vient surtout du duo entre, une nouvelle fois, Lauri Ylönen, et Ville Valo de HIM. Et encore, si c'est beau et ''bien'' chanté (la voix de Lauri ne passe pas, chez moi...), la chanson ne mérite véritablement sa place que pour une raison : laisser une pause avant le retour de ce qui rend l'album si bien rôdé : des instrumentales de tout poil, mais toujours excellentes. Misconstruction, mid-tempo dans la lignée de Quutamo avec également, en guise de refrain, un superbe air de violoncelle, est suivi de l'un des grands moments de l'album, sans conteste metal, le très pêchu Fisheye. Et, c'est ici que la batterie prend tout son sens, elle est tout particulièrement travaillée et on hésite sans cesse entre se concentrer sur ces violoncelles qui sonnent décidément souvent comme des grattes, ou sur ces fulgurantes descentes de toms. Ils nous gratifient en plus d'un final complètement déjanté auquel on ne s'attend pas, et un petit grain de folie par-ci par-là peut conférer beaucoup d'intérêt à une chanson, voire à un album complet. Très agréable. 

Farewell, nouvelle ballade sans paroles cette fois (elle n'en a pas besoin), calmera le jeu pour cinq minutes, histoire de se préparer aux deux derniers assauts avant un final plus posé. L'émotion monte crescendo, on se laisse aller... Jusqu'à être rappelé à l'ordre par la batterie de Fatal Error. Moins déchaînée que sur Fisheye, elle offre tout de même un rythme bien soutenu pour une instrumentale heavy, avec en prime un solo de violoncelle très très metal. 

Et là attention, le voilà. Celui qui tabasse le tonneau dans Slayer! Dave Lombardo en personne vient marquer de sa patte la thrashy Betrayal/Forgiveness, chanson la plus violente de l'album. Et, gardez-vous bien de passer le début de ce titre à un novice qui ne connaît pas Apocalyptica en lui assurant qu'il n'y a pas l'ombre d'une gratte sous peine de vous faire traiter d'affabulateurs! La grosse baffe finale du cd, proprement démentielle, jamais on n'aurait pensé voir et entendre des violoncelles jouer un truc pareil. Lombardo envoie sa patate comme il sait le faire, du moins pendant les deux premiers tiers du titre, le dernier laissant la part belle à une mélodie mélancolique sans batterie. Mélancolie qui ne nous quittera pas avec les deux derniers morceaux, en particulier Ruska, déchirant. Pas de batterie et de folles envolées ici, mais une atmosphère sombre et triste, fascinante. Même si je préfère Apocalyptica dans son registre le plus ahurissant donc metallique, ce sont deux réussites à conseiller aux amateurs de violon. 

Un album éponyme qui force le respect et qui fera taire ceux qui, jusque là, refusaient de comprendre en quoi Apocalyptica peut prétendre au titre de groupe de metal. Son successeur Worlds Collide offre également son lot de morceaux de bravoure et de soli décoiffants (Last Hope, à laquelle Lombardo prête encore ses baguettes!), mais une ombre commerciale plane quelque peu. Espérons que les Finlandais sauront, à défaut de la chasser, la tenir à bonne distance. 

17/20

9 Commentaires

6 J'aime

Partager

HotRod02 - 06 Octobre 2013: J'ai pris une sacrée claque à la première audition de cet opus. Respect.
Icare - 05 Août 2014: Gnié? Je viens de me dégotter une version qui doit être alternative je pense, la tracklist est également la même que sur l'original, sauf qu'à la place de Quutamo, j'ai une chanson qui s'appelle En Vie et qui est intégralement chantée en français (je ne suis pas sûr, mais on dirait beaucoup Manu de Dolly). Quelqu'un pourrait me rencarder sur ce coup-là?
AmonAbbath - 05 Août 2014: Oui, c'est "Quutamo" chantée par Manu. Moi, je l'ai en bonus en fin de disque, après quelques minutes de piste vide. Tu n'as pas la version instrumentale (que je préfère d'ailleurs) en fin de disque par hasard ? Sinon, bah c'est que tu as une version hors Europe je pense, genre pour l'Asie ou quelque chose comme ça (eux aiment beaucoup le chant en français il me semble).
Icare - 05 Août 2014: Bien vu, j'ai la version instrumentale de Quutamao à la fin de Deathzone! Je n'avais jamais entendu parler de ce featuring entre Manu et Apocalyptica, une belle surprise, merci pour ces précisions en tous cas!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Supreme

07 Mars 2005
Attendu par les fans (dont je fais partie ;) Apocalyptica nous sort enfin leur album intitulé « Apocalyptica » (original ;). Pour ceux qui ne connaissent pas ce groupe original, Apocalyptica est un groupe composé de trois violoncelles (pas de chanteur, de guitare ou de clavier). Qu’ont donc pondu ces violoncelliste finlandais ? Dès le premier morceau, les habitués de l’album « Reflections » (où aucune partie vocale n’était présente), seront vite surpris par le chant de Lauri Ylonen, chanteur de The Rasmus (un groupe que je n’aime pas du tout). Ce titre montre dans quelle voie Apocalyptica ont évolué : une voie plus Heavy. On a du mal à croire que ça soit du violoncelle !
Après deux instrumentales comme le groupe le fait si bien, la mélodie de « Quutamo » va vous rester en tête longtemps ! La première ballade de l’album « Bittersweet » est un duo de chants composé de Lauri Ylonen et Ville Valo de HIM. Douce et entraînante, cette ballade est, en tout point de vue, réussi. Mais je trouve que la voix de Lauri ne colle pas avec celle de Ville, qui aurait été largement suffisante seule.
Le reste de l’album ne contient pas de chant. Ce sont des instru aussi bien les unes que les autres. Elles ont chacune leurs qualités, « Misconstruction » a le rythme le plus entraînant, « Fisheye » sûrement la plus rapide, « Farewell » est une ballade très zoliii, « Betrayal/Forgiveness » la plus violente qui s’accompagnerait à merveille avec une voix black, « Ruska » une ballade très triste accompagnée au piano qui donne envie de pleurer (snif) et « Deathzone » en guise de outro qui clôture finement le lot. Mais ce n’est pas tout, « Apocalyptica » contient trois bonus. Ces bonus ne sont que l’instrumental « Quutamo » où un chant féminin a été ajouté dans trois langues différentes dont l’allemand et l’anglais chantés par Marta Jandová (Die Happy) et pour surprise générale, le français (cocorico ! ! !) chanté par Emmanuelle Monet (Dolly). Malgré la même musique, chacun de ces bonus a son charme. La version française est pour moi la plus réussie des trois mais, après, tout dépend des goûts…
Je conseille cet album à tout le monde ! Vous serez surpris de la musique que l’on peut faire avec un violoncelle. Suprême

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
meghem - 20 Janvier 2008: Ruska est une pure merveille dont on ne se lasse pas
HotRod02 - 06 Octobre 2013: Des violoncelles qui jouent du métal cela me laissez dubitatif. Après l'audition de cet album je suis totalement fan.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire