Antigod

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Samael
Nom de l'album Antigod
Type EP
Date de parution 19 Novembre 2010
Labels Nuclear Blast
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album32

Tracklist

1. Antigod 04:14
2. Into the Pentagram (2010) 04:46
3. Reign of Light (Live) 03:52
4. Slavocracy (Live) 04:18
5. Antigod (Dark Night Remix) 03:49
6. Ten Thousand Years 04:44
Total playing time 25:43

Chronique @ Eternalis

13 Novembre 2010
Une nouvelle exploration musicale…

Il était dit qu’"Above" marquait la fin d’un cycle, d’une ère ou le début d’une autre selon les avis. Peintres en constante évolution d’une humanité démystifiée et déshumanisée avec le temps, "Above" marquait, après les contemplations spirituelles passées, la marque d’une frappe sourde, brutale et effroyablement intense. Il était une antithèse au voyage ambiant d’"Era One" de telle sorte que la volonté de le démarquer de la véritable carrière des suisses avait, comme ce fut le cas de ce dernier, été envisagée. La suite s’annonçait passionnante, Samael allait-il envisager une toute autre direction artistique ?

La créature des enfers, comme un présage de sa future expression, ne livrera pas ses plans complets dans un premier temps, et préfèrera n’offrir à ses hordes de serviteurs que quelques lambeaux de son futur méfait. L’intitulé surprend alors…"Antigod"…l’antéchrist. Samael reviendrait-il à ses débuts ? La bête furieuse et bestiale d’antan ? Ou ce patronyme s’inscrivera-t-il naturellement dans la lignée d’"Above" ? (littéralement « au dessus »)
Que d’interrogations pour cet ep sobrement illustré par cette étoile à dix branches (évocation des dix commandements ?) qui finalement n’offrira que son titre-track en guise de nouveauté.
L’auditeur partira initialement sur un sentiment d’inachevé envers un produit si peu intéressant sur le fond…

"Antigod" retentit…dès les premiers instants tout est clair. "Above" n’était qu’une passade, la suite logique de "Solar Soul" débute ici. La même atmosphère romaine, proche d’un peplum (ces claviers martiaux, écrasants et massifs) se déploie d’une musique lourde, noire et lente. Les riffs sont épais, une ambiance tragique émane des claviers alors que les guitares sont techniquement d’une sobriété presque dérangeante. Vorph est, quand à lui, toujours aussi fidèle à lui-même, sa voix ne semblant aucunement affectée par le temps ou le poids des années, restant d’une amplitude, d’une noirceur d’un élitisme malsain (cette sensation de devoir obéir, d’être soumis sous son commandement…). Le morceau s’écoute mais reste étrangement froid, ne dégage pas d’émotions, ou du moins beaucoup moins que sur les précédents travaux des suisses, à l’instar justement d’un Solar Soul qui aura profondément divisé les admirateurs.

Puis vient une tentative qui ne sera probablement pas soutenu de tous…une reprise actuelle d’un des morceaux les plus emblématiques de "Worship Him" : "Into the Pentagram". La durée parle d’elle-même…la composition s’est vu amputée de plus de deux minutes, de son aura minimaliste, de cette impression d’entendre un démon chuchoter à son oreille, de vivre une cérémonie damnée et maudite. Le son tranchant et glacial s’est évaporé au profit d’une interprétation beaucoup plus cinématographique, presque holywoodienne, grandiose et épique, à des années lumières de la noirceur initiale. Ici, c’est sans contexte les claviers et les arrangements qui procurent l’émotion, et non les hurlements de Vorph. La différence se fait encore plus flagrante lorsque les deux morceaux sont comparés…ils sont aujourd’hui simplement différents. Et toujours cette aura antique qui ne saurait me toucher…

S’il s’ajoute une version inutile et complètement ratée d’"Antigod" (les remix sont pourtant parfois très réussis…), on pourra apprécier des live sympathiques d’un "Reign of Light" faiblard (les claviers ont été complètement modifiés et la magie de la version studio s’étiole…) et d’un "Slavocracy" beaucoup plus agressif et imposant, malgré un son parfois approximatif mais une interprétation très, voire trop, carrée. "Ten Thousand Years", instrumental sans guitare ni percussions, terminera l’introduction du périple à venir…

Une ascension qui ne donne pourtant pas forcément envie de voir plus loin, de se pencher plus, de peur de se retrouver face à une chute qui ne pourrait qu’être déception et haine. Samael dévoile une copie d’assaut bien peu concluante, à l’instar d’un jeune effronté qui se verrait piégé dans les mécanismes mercantiles d’un monde qu’il contemple pourtant. "Antigod" est plus ou moins inutile…"Antigod" n’apporte rien, si ce n’est une appréhension que les suisses devront vite dissiper…très vite…

6 Commentaires

11 J'aime

Partager

MikeSlave - 13 Novembre 2010: mouaih ce groupe que j'apprécie aurait dû s'en tenir à l'évolution amorcée par Passage et basta....je regrette l'époque de ceremony of opposites. Même si Above n'est pas mauvais cet opus reste anecodtique.Les reign of light,eternal et consorts ne m'ont jamais interpellé et je pense que ce nouveau mini me laissera de marbre également.

Pour l'histoire pourquyoi reprendre into the pentagram déjà revisité sur le mini rebellion?
Adarkar - 13 Novembre 2010: Après l'abomination Above, Samael continue de baisser dans mon estime.
enthwane - 13 Novembre 2010: Je plussoie Adarkar. Très bonne chronique, sinon, même si ma note aurait été un peu plus basse.
chuckmemory - 04 Décembre 2010: Pour des fan de l'époque de Ceremony et Passage, comment pouvez vous dire qu'Antigod est "sans émotion"?
Ce titre est complétement a incerer entre ses deux albums, un titre de maxi comme Samael a toujours su faire.
Pour Rebellion, il y avait "Rebellion", pour Exodus, ba "Exodus", pour Antigod, ba "Antigod" pour ne citer que ceux là!
3 Titres énormes, pour moi ce titre Antigod est déjà un titre Culte.
Je vous rejoint par contre sur le fait que tout le reste du maxi ne sert strictement a rien, mais c'était la même chose pour les autres maxi.
Finalement Samael reste ce que Samael a toujours été, et "Above" n'était pas du Samael!
Ce n'est que mon oppinion!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire