Across the Open Sea

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Unleashed (SWE)
Nom de l'album Across the Open Sea
Type Album
Date de parution 01 Octobre 1993
Labels Century Media
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album227

Tracklist

1.
 To Asgaard We Fly
 03:54
2.
 Open Wide
 03:12
3.
 I Am God
 04:33
4.
 The One Insane
 03:03
5.
 Across the Open Sea
 02:45
6.
 In the Northern Lands
 03:53
7.
 Forever Goodbye
 02:27
8.
 Execute Them All
 03:20
9.
 Captured
 03:47
10.
 Breaking the Law (Judas Priest Cover)
 02:13
11.
 The General
 04:22

Durée totale : 37:29


Chronique @ Fabien

11 Décembre 2007
Fort d’un line up inchangé et d’une solide réputation, devant toutefois se dépasser après un Shadows in the Deep sans surprise, Unleashed retourne en studios en été 1993 pour les sessions d’Across the Open Sea, son troisième album, dédié une fois encore à la culture viking. Le groupe délaisse en revanche les mythiques Woodhouse Studios de Berlin, pour rejoindre l’EMI Studio à Stockholm, sous la houlette du jeune Fredrik Andersson. L’album sort ainsi en octobre 1993, pour le nouveau compte de l’écurie Century Media.

Across the Open Sea démarre sur les chapeaux de roue, avec l’accrocheur To Asgaard We Fly, s’imposant de suite comme l’un des titres phares de la formation suédoise. Le style Unleashed est ainsi fortement identifiable, grâce aux rythmiques fluides d’Anders, soutenant les riffs entrainants de Johnny & Tomas, avec leur jeu respectif très personnel. Open Wide ou I Am God dégagent ainsi ce death chaleureux et facilement appréciable.

Au-delà d’une musique percutante, Unleashed montre toutefois rapidement ses limites. Son deathmetal développé sur des bases relativement simples s’essouffle en effet assez vite, devenant finalement linéaire et parfois poussif, à l’image des ennuyeux Captured, The General, ou Breakin’ The Law (reprise de Judas Priest). En considérant enfin sa production un brin étouffée, loin de la puissance offerte par Waldemar Sorychta sur les deux premières réalisations, Across the Open Sea reste ainsi en demi teinte.

Faute à ses structures basiques, Across the Open Sea livre ainsi rapidement ses secrets, ne rivalisant pas avec nombre d'albums incroyablement riches sortis cette même année, à l'instar des redoutables Covenant & The Nocturnal Silence (Morbid Angel, Necrophobic), définitivement plus puissants. En revanche, le death old school d’Unleashed prend sa véritable signification sur scène, tout comme Obituary, avec ses plans directs et accrocheurs, déchainant même les spectateurs les plus endormis.

Fabien.

13 Commentaires

12 J'aime

Partager

eulmatt - 12 Décembre 2007: Bon ben Antoine et Fred, à vos plumes !
Lobo - 08 Avril 2008: Je suis du meme avis que sargeist, je connaissais bien where no lifes dwells que j'avais bien sur adorer, et je ne suis pas decu par celui la , les 4 premieres sont des tueries , c'est vrai qu'on sent quand meme une baisse de régime sur les derniers notamment le reprise de judas priest qui est complètement raté.
Un bon 15 pour moi .
NICOS - 21 Septembre 2010: Je te trouve bien dur avec cet album, qui reste selon moi un très bon album de death. Quand a SHADOWS OF THE DEEP, pour moi, c'est leur meilleur album! Oui il est un peu plat a des moments, mais reste constitué d'excellent morceaux. Bien meilleur que toute la suite de la discographie.
GrizzlyBurger - 18 Avril 2013: 19/20 pour cet album que je trouve aussi excellent que le premier. Après, chacun ses impressions, nul n'est parole d'évangile.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire