White2

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
13/20
Nom du groupe Sunn O)))
Nom de l'album White2
Type Album
Date de parution 24 Juin 2004
Style MusicalDrone
Membres possèdant cet album39

Tracklist

1.
 Hell-O)))-Ween
Ecouter14:06
2.
 BassAliens
Ecouter23:22
3.
 Decays2 (Nihils'Maw)
Ecouter25:19
4.
 Decay1 (The Symptoms of Kali Yuga)
 26:00

Durée totale : 01:28:47

Acheter cet album

Sunn O)))

  • Decay1 [The Symptoms of Kali Yuga]


  • Chronique @ Svartolycka

    07 Juin 2005
    Fermez les yeux…

    C’est comme cela que commencera l’expérience de « White2 », dans l’obscurité, au centre de la nébulosité, au plus profond de notre perception.
    Voyage opaque, l’écoute de « White2 » se ressent de manière physique, traversée occulte et de malaise indéchiffrable qui enserre l’auditeur dans un labyrinthe sonore littéralement suffocant…

    …Le souffle coupé, les sens en exergue, Sunn O))) ouvre les portes de nos chimères les plus sombres et nous plonge dedans. Aucun autre moyen de sortir de cette torpeur que de se laisser couler, de s’éteindre au monde environnant. Vivre l’intensité de ce disque n’est pas la chose que l’on fait quotidiennement, au milieu de ces sons évoluant à la même amplitude d’érosion. Explosions de réverbérations, strangulations des infra-basses, « White2 » peut se révéler pour certains comme un véritable challenge à entendre, à la fois planant mais si scabreux, si sourd dans la sonorité. La meilleure manière d’apercevoir Le concept du groupe est de le prendre comme un dark-ambiant agressif. Le son est violent, provocateur même et ce ne sont pas les discrets passages cristallins qui contrediront l’impact, infectés par les réverbérations et les notes indépendantes qui contiennent toujours une forme d’angoisse larvée…

    …Une atmosphère dérangeante, larvée d’une brutalité éthérée dans une construction cyclique où nul ne peut s’échapper, fasciner par ce flux comparable à de l’eau sous tension, toujours prête à déferler mais jamais lâchée, interminablement contenu. Retenant son souffle pendant plus d’une heure, l’auditeur arrivera aux 23 minutes de majesté de « Decay2 (Nihils’Maw) » d’une ambiance atmosphérique sordide rehaussée par la performance d’Attila Csihar, littéralement habité dans ces vocaux spirituels et monolithiques. Un cauchemar ésotérique qui prend ses racines directement sur notre épiderme.

    Comme plongé en apnée, l’auditeur écoute ces sons (malgré lui), les sent glisser autour de lui prêts à s’insinuer en lui dans un univers déformé comme Bruegel aurait pu le peindre (la pochette est d’ailleurs une citation au peintre flamand). Absolument terrifiant (même les lumières allumées), « White2 » se résume à ceci : (…), un alinéa, une fin qui ne se termine pas, un début qui n’arrivera jamais…
    …Et quand on ouvre les yeux on se rend compte qu’ils sont toujours fermés…



    1 Commentaire

    1 J'aime

    Partager
    LuneNoire - 27 Novembre 2010: Eh bien, tu es assez fan de Sunn O))) toi.
      Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire