What Hell Is About

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dagoba
Nom de l'album What Hell Is About
Type Album
Date de parution 20 Fevrier 2006
Produit par Tue Madsen
Enregistré à Antfarm Studio
Style MusicalPower Metal
Membres possèdant cet album431

Tracklist

1. What Hell Is About... 00:43
2. Die Tomorrow (...What If You Should ?) 05:25
3. The Fall of Men 02:50
4. The Man You're Not 05:21
5. Cancer 04:35
6. It's All About Time (ft. ICS Vortex of Dimmu Borgir) 06:49
7. The Things Apart 01:05
8. The Things Within 04:15
9. Livin' Dead 03:39
10. 042104 01:23
11. Morphine / The Apostle of Your Last War 03:31
12. The White Guy (Suicide) (ft. ICS Vortex of Dimmu Borgir) 05:06
Total playing time 44:42

Chronique @ MercuryShadow

27 Septembre 2006
On mesure souvent mal à quel point l'évolution d'un groupe peut être affectée par la rencontre avec un producteur, en bien ou en mal. Prenez Metallica: Bob Rock, après les avoir aidé à devenir gigantesques, est accusé par les fans de les avoir démolis pendant dix ans, pour en arriver au magma informe et indigeste qu'est "St Anger". La rencontre entre Dagoba et Tue Madsen (Disbelief, Hatesphere, Ektomorf, Extol, et plus récemment Sick of it All et Threat Signal) est encore récente, mais a déjà accouché d'une tuerie.

Je vous entends déjà: "Une tuerie, oh eh l'autre, comme il y va! Faut pas déconner non plus!" Eh bien, messieurs les incrédules, je persiste et signe. "What Hell Is About" est un disque d'exception, comme on entend trop peu ces temps-ci.
La première bonne nouvelle est que Dagoba a désormais digéré les influences qui transparaissait de façon un peu trop évidente sur son album éponyme, et notamment Fear Factory, et s'est façonné une vraie personnalité. Les dix compos rassemblées ici sont autant de réussites, tantôt dans le registre de la baffe supersonique ("The Man You're Not", "Living Dead"), soit dans celui, plus pervers, du titre accrocheur et malsain ("Cancer", The Things Within"). Les marseillais font étalage d'un bagage technique impressionant, avec une mention spéciale à Franky, stupéfiant batteur d'une précision bluffante.
Et le boulot du producteur alors? Et bien , disons juste que le son que leur a concocté Tue Madsen est monumental, à la fois limpide et surpuissant, et participe du maëlstrom qui s'abat sans pitié sur l'auditeur. De plus, le groupe a reconnu que le producteur les avait incité à expérimenter davantage, ce qu'ils ont fait avec bonheur, introduisant des touches électros ou symphoniques bienvenues à l'ensemble. Enfin, Madsen a invité Vortex (Dimmu Borgir, Arcturus) à poser quelques lignes de chant sur deux morceaux, le très réussi "It's All About Time", où sa voix majestueuse répond parfaitement aux hurlements de Shawter, et le plus classique mais méchamment burné "The White Guy (Suicide)".

Mais ce qui frappe le plus ici, c'est à quel point Dagoba se place à la croisée des chemins, jonglant avec succès entre power-métal et métal industriel, tout en introduisant des mélodies lumineuses et accrocheuses qui sont autant de respirations dans cet océan déchaîné. A ce titre, "What Hell Is About" s'impose comme un des albums les plus rassembleurs de 2006. Reste à savoir si les métalleux, et pas seulement français, lui réserveront l'accueil qu'il mérite.

1 Commentaire

9 J'aime

Partager
Game_system - 25 Fevrier 2017: Bonne chronique qui décrit bien mon ressenti envers cet album. Comme tu le dis bien, un album surpuissant et limpide, et un sens de l'expérimentation recherché. Le feat avec Vortex est sublime.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Arachnid

31 Juillet 2009

Un grand ‘Bravo !' s’impose, tout simplement.

En 2003, Dagoba sortait de l’ombre en nous balançant un premier album éponyme tout bonnement impressionnant d’efficacité et de professionnalisme. Trois plus tard sortait leur second opus attendu par les fans, les faisant désormais atteindre le prestigieux seuil des "grands" du milieu metal français. La preuve : ils signent chez Season of Mist, sont mixés par le légendaire Tue Madsen et s’offre même le luxe de partir en Norvège l’enregistrer.

Si le premier album penchait du côté de Machine Head mais surtout de Fear Factory pour ses parties saccadées et sa double-pédale furieuse, ponctué de samples industriels bien disséminés dans la galette, ce nouveau disque en a alarmé plus d’un. Beaucoup plus dense, incroyablement bien mixé, proposant une nouvelle dimension à leur musique, What Hell Is About est aussi similaire que différent de l’album éponyme. Toujours aussi brutal, les morceaux sont également plus aérés, empreints à des séquences mélodiques à la fois glauques et planantes, dans un esprit presque symphonique modéré mais ancré dans un son quasi-parfait. Dès l’intro, on sent que ça va faire mal. Cinq longues secondes de silence immédiatement brisées par un riff ultra-rapide, précis, couvert par un cri déchirant arrivant sur un logique « What Hell Is About ! ». Shawter présente lui-même le nouveau venu d’une façon singulière et couillue : la claque peut commencer.

L’influence Machine Head est toujours présente, boostée comme jamais, agrémentée d’une violence inouïe à base d’une double-pédale fracassante, d’harmoniques stridentes et d’un chant beaucoup plus personnel, cette fois-ci identifiable grâce à une totale maîtrise de Shawter, sachant correctement doser le clair et le médium. Rien à redire, l’album démarre en trombe avec "Die Tomorrow", un titre bourrin comme on n'en fait plus, quasiment sans temps mort, d’une durée conséquente mais sans ressentir la moindre lassitude. Comme sur toute la durée de l’album, les séquences sont bien présentes mais se fondent clairement dans la masse, bien dosées pour ne pas être mises trop en avant ni trop en retrait. La coopération entre Shawter et Madsen a fait des merveilles.

Si l’album dure 45mn, on peut dire qu’on ne le voit pas passer tant tout est littéralement intense, organisé avec brio pour ne jamais lasser et faire remuer du début à la fin. Contrairement à son prédécesseur, What Hell Is About se démarque de la structure intro/morceaux/interludes/morceaux pour ne nous servir que du lourd quasiment sans temps mort. Pour cela, les Dagoba l’ont agrémenté de titres présélectionnés pour garnir le disque d’une identité propre. Ainsi, "The Fall of Men" ou encore "Livin' Dead" sont placés de façon à espacer les titres entre eux pour ne pas avoir des morceaux trop longs à la suite. Même chose pour la ballade acoustique "041204" (voyez-y une date de naissance en mettant des barres obliques mais je n’en dis pas plus…), très belle, osée, bien placée pour s’enchaîner avec les titres finaux du disque, toujours aussi ravageurs.

Osé, ai-je dit ? Il suffit d’écouter le très surprenant morceau-single mélodique "Cancer" pour s’en persuader. Version 2006 du "Another Day" de l’album précédent, le titre est aussi touchant que rentre-dedans. Parallèlement, la présence de Vortex (basse et chant clair de Dimmu Borgir) en featuring sur deux des plus monstrueux titres de l’album vient le ponctuer d’un sérieux désarmant. Franky se déchaine sur ses fûts, présentant un tout nouveau jeu plus maîtrisé et plus aérien, désormais reconnaissable, donnant le change à une guitare toujours aussi précise, gratifiant la lourdeur et la vitesse d'Izakar. En somme, rien n’est à jeter, tout est à savourer tant la perfection frôle de près ce deuxième opus absolument magnifique.

What Hell Is About est l’album de la consécration des Marseillais qui prouvent ainsi qu’ils sont l’avenir du metal français, preuve de la réussite phocéenne et maîtres du public francophone. Un grand ‘Bravo !' s’impose, tout simplement.

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
Game_system - 25 Fevrier 2017: Une explosion sonore cet album, les chansons sont d'une grande puissance. J'ai particulièrement aimé les touches électro qui donnent un aspect ambiant dans les chansons, j'ai trouvé ça vraiment efficace ! Shawter fait du bon travail avec ses vocaux plus travaillés et Franky est une machine à lui tout seul. Mention spéciale au featuring avec Vortex, juste excellent.

Très bonne chronique !
hadsonners - 11 Mars 2018:

Le meilleur Dagoba avec Post Mortem et Black Nova. Trois albums qui auront marqué le paysage du Metal Français !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ badpeople

04 Mars 2006
17/20

Rares sont les albums de hardcore variés et entraînants, c'est sans doute pour cette raison qu'il y a peu de groupes réputés pour ce style.
Black Bomb A se démerde pas mal dans la matière, mais Dagoba prouve largement avec cet album qu'il est le maître.
Ce What Hell Is About est sans doute l'album phare du groupe. Il regorge d'un travail énorme et particulièrement complexe. Dans cet opus, Dagoba ne se contente pas de faire essentiellement dans la violence, comme dans le précédent album, non ! Cette fois la musique s'étend sur de nombreux styles musicaux, et toujours avec une parfaite maîtrise : on passe du hardcore rageur et violent à des parties beaucoup plus calmes avec un chant clair.
Cet album devrait faire fureur dans la fosse lors de concerts, donc il réjouira certainement les fanatiques du 1er album.
Dagoba continue donc sur sa bonne lancée avec cet album, et espérons que le groupe ne s'arrêtera pas ici, ce serait dommage !

5 Commentaires

6 J'aime

Partager

 
hellebore - 29 Juin 2006: Mon avis et qui engage que moi
on dirais du bon metal, ca à l'odeur du grand metal,ca à l'apparence du grand metal, mais pour les avoirs vu à l'espace julien c'en est pas !!
apres avoir payer fort cher (mais ca ils y sont pour rien)je me suis eclaté sur Caedes (tres prometteur)
et voila dagoba j'attendais avec impatience.
La claque, claque de deception, comme tout le monde bougeais autour de mois je me suis posée des questions j ai insisté mais non je trouve ca plat, pretentieux, avec un chanteur limite bouffon, la sensation desagreable qu on se foutait de ma gueule ...j'arrete la .
Pour me remettre de ces emotions je suis allé au bar ben y avais pas mal de monde et du coup on à delirer sur puppa chubi !!! un comble pour un cncert metal n'est il pas ?!

Helle
 
dagoboy - 24 Juin 2009: dagoba, du hardcore?
j'ai du mal à voir les rapports avec sick of it all, madball ou kickback (peut être les paroles du 1er album?)
leur évolution lèche quand même plus la botte a dimmu borgir et compagnie...
glower - 09 Janvier 2012: je suis pas d'accord j'ai vu dagoba en live j'ai prit une putain de claque...le seul reproche c'est que je trouve sa trop mal mixé...
Game_system - 25 Fevrier 2017: Rien que dans la première phrase, on sent bien que le mec maîtrise mal le sujet. Dagoba du hardcore...

Je les ai aussi vu en concert, ils sont géniaux.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Nagotar

05 Septembre 2006
Dagoba... je dois d'abord avouer que j'ai été quelque peu déçu par cet album. Partout j'en entendais parler comme d'un chef-d'oeuvre moderne, et en tant qu'officionado du premier album, j'étais en droit de m'attendre à quelque chose de grandiose. Déçu car, alors que j'étais charmé par le côté indus et surpuissant (voire carrément violent sur le titre "Maniak") du premier album, en constatant (l'intro et le premier titre passés...) que Dagoba s'est un peu adouci. Les machines (qui ajoutaient à la froideur et à la puissance du combo) sont remplacées par des claviers, trop courants dans les formations actuelles. Shawter a modelé sa voix de façon à développer l'aspect mélodique du groupe et c'est pas forcément réussi. Au premier abord, j'ai pas trop accroché mais plus on écoute, plus on est attiré, surtout par les blast-beat (petite nouveauté pour le groupe) qui parsèment l'opus. Mentions spéciales à la déchaînée "What if you should...", au magnifique "It's all about time" (qui sur fond de blast beat parvient à rallier la majestuosité de Vortex ; il parait que c'est pas terrible en live), à "Morphine" et "The things within".
Biensur ce n'est pas tout, l'aspect mélodique a été poussé au maximum et c'est ce que je déplore : le "slow" de l'album, "Cancer", est un peu tiré par les cheveux, comme si Slayer faisait un slow... il y a même de la guitare sèche à la fin ! Je pense que sur ce coup, si ce n'est pas un gros délire des mecs de Dagoba, c'est juste une sauce pour accommoder le tout et paraitre plus commer... accessible.

Le verdict final est quand même positif, il y a largement plus de bons points, de puissance et de qualité, que de bémols et de points noirs, et cet album, comparativement à ce qui se fait de courant sur la scène Metal, est très bon.

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ supercheche

23 Mars 2007
Une chose est sûre : Dagoba a préféré appuyer l'ambiance par les effets électroniques et les sensations doom/death, mais cela au détriment de la violence originale, de l'instinct primaire du mec qui veut en foutre plein les oreilles avec son métal-core... C'est sûr, ça en déçoit quelques uns, dont moi. D'où ma préférence pour l'album éponyme.

Cela dit, si certains points ne sont pas brutaux, je me fais bonne-soeur. Dès le début, Dagoba met le paquet et nous montre que son petit voyage au Danemark ne l'a pas affaibli. 43 secondes pour le premier titre, dégrippage d'oreilles garanti. Tout ça présage un bon moment à passer...

Quoique toujours dans un esprit très similaire, chaque titre en envoie plein la tête... Le batteur use (abuse ?) de la double pédale et appuie chaque rythmique guitare/basse, pour un résultat qui n'est pas sans rappeller Fear Factory et son batteur "boîte à rythme" : Raymond Herrera. Cancer se distingue par une ambiance plus posée et des harmoniques qui rappellent le jeu du guitariste de Machine Head : Phil Demmel. On a même le droit à un titre calme et acoustique !! Mais 042104 passe très bien, Dagoba a osé, et je pense qu'ils ont eu raison... Ca leur offre un style qui se démarque plus de leurs inspirations.

Bémol : sur 12 titres, le premier est très court, The Things Apart et 042104 font office d'interlude, soit seulement 9 titres complets... Peut-être un peu léger...

On retrouve un Dagoba qui se façonne enfin une personnalité, mais qui s'éloigne également de la violence "primaire" qui fait si souvent plaisir...

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire