Face the Colossus

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dagoba
Nom de l'album Face the Colossus
Type Album
Date de parution 29 Septembre 2008
Produit par Tue Madsen
Enregistré à Antfarm Studio
Style MusicalPower Metal
Membres possèdant cet album298

Tracklist

1. Abyssal 00:49
2. Face the Colossus 04:54
3. Back from Life 04:25
4. Somebody Died Tonight 05:55
5. The World in Between 06:09
6. Transylvania 01:37
7. Orphan of You 06:09
8. The Nightfall and All Its Mistakes 05:44
9. Silence #3 04:17
10. The Crash 06:54
11. Sudden Death 03:46
Total playing time 50:39

Chronique @ Julien

16 Septembre 2008
Dagoba était l’un de plus gros potentiel et il fallait bien qu’un jour ou l’autre ce potentiel se transforme en vraie machine de guerre. C’est chose faite avec ce Face the Colossus qui risque de faire beaucoup de bruit dans nos chaumières et je l’espère dans les chaumières du monde entier. Certains y trouveront sûrement a redire mais pour ma part cette transformation ou plutôt cette évolution était nécessaire pour conquérir le monde. Sans se fourvoyer les phocéens ont crée un colosse qui est loin d’être au pieds d’argile.

What Hell Is About avait ouvert la voie, l’énergie incroyable du combo commençait a être canalisé mais la fougue l’avait encore emportée. Ici ce n’est plus le cas, Dagoba a su mettre toutes ses forces pour aller vers un seul et même point, un côté accrocheur qui ne laissera personne indifférent. J’en vois déjà qui fronce les sourcils, oui Dagoba a canalisé son énergie pour faire de Face the Colossus un disque plus mélodique. Mais il ne faut pas s’arrêter a ce simple constat. Si la mélodie a pris le pas sur le coté « rouleau compresseur », il y a aussi tout un tas d’autres choses qui ont évoluées. On commencera par le frappeur fou Franky Costanza. Son jeu s’est clairement étoffé. Outre ses blasts, il nous offre un panel impressionnant de technique. Il arrive a se faire moins présent par moment avec un touché que l’on ne lui connaissait pas forcement. Résultat probant qui montre la maturité du groupe. Le second lascar a avoir mi de l’eau dans son vin c’est Shawter. Il est de loin le plus impressionnant de tous. Il a travaillé dur pour étoffé lui aussi son registre. Résultat il spectre de voix gigantesque avec beaucoup plus de passage clair et mélodique. Si j’osais je lancerais un grain de voix a la Tom Englund. J’avoue que j’ai vraiment apprécié son mélanges toujours juste entre chant hurlé, grunt, chant claire et/ou éraillé. Un très gros plus pour cet album qui en a encore beaucoup sur le pieds.
Car si ces deux la ont fait des progrès, la composition de la musique a elle aussi fait un bon en avant. Les arrangements notamment sont beaucoup plus travaillés. On en ressort un coté très majestueux. Les violons sont bien mis en avant, on appréciera la guitare acoustique et surtout le fait que la musique se montre moins linéaire que par le passé. C’est essentiellement sur ce point que le groupe a fait de gros progrès. Ca tabasse quand il le faut, c’est calme quand il le faut sans pour autant être dénué d’intérêt. Certains diront que des titres comme « Back From Life » sont très stéréotypés et ce n’est pas totalement faux. Mais c’est fait avec un certains talent qui n’est pas pour gâcher notre envie de s’égosiller sur le refrain. Sinon des titres comme « Sudden Death » remettront les pendules a l’heure de ceux qui croient que Dagoba a retourné sa veste.
Comme pour le précédent opus, c’est le grand Tue Madsen qui s’est occupé du son et ça s’entend. Massif comme la Cannebière il sert a merveille les compos du groupe. Face the Colossus fait bloc et chaque orchestration sonne parfaitement. Rien a redire si ce n’est que l’on voudrait avoir un son comme ça a chaque fois !!!!!

Une très grosse sortie qui je l’espère ouvrira de nombreuses portes au groupe qui le mérite. Un vrai travail d’écriture et un remise en question font de Face the Colossus un des musts du métal français de cette année 2008.


15 Commentaires

33 J'aime

Partager

ERIC33 - 02 Décembre 2008: Salut! J'ai trouvé ta chronique objective et très proche des sensations ressenties à l'écoute de cet album! J'ai en particulier, eu la même reflexion que toi quant au rapprochement que tu as fait entre Shawter et Tom S.Englund d'EVERGREY (je rajouterais même un soupçon d'HYPOCRISY).
Cet album a tout pour ravir les fans de "metal grande classe" avec une prod en béton et des compos vraiment chiadées tant au niveau melodique que technique...
En tout cas à se procurer d'urgence!!
mrbungle - 03 Novembre 2009: Album monotone au possible, les lignes de chants Anselmotiennes ne font que renforcer cette impression...


EvilHarmony - 21 Juin 2010: En gros, ils évoluent, et comme chaque fois qu'y a du changement, soit on aime, soit on aime pas. D'ailleurs ça se retrouve dans les notes et les chro' ... Reste qu'un groupe doit savoir se renouveler, parce que s'ils sortent 15 fois le même album, aussi bon soit-il, on fini par en avoir ras le bol.
Spirit_Of_Deathiny - 19 Août 2010: Album un peu monotone mais la production est énorme...J'attend avec impatience le nouvel album qui va sortir le 30 aout.Celui risque d'être une tuerie par contre!! j'ai écouté deux chansons et elles envoient du paté!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Arachnid

20 Septembre 2008

Une déception pour les phocéens qui nous livrent un 3e opus (...) au changement hélas trop radical.

Une nouvelle évolution pour mes amis marseillais de Dagoba. Après le bourrin premier album éponyme et une poussée black mélo pour le deuxième, What Hell Is About, voici un troisième album des plus surprenants. Si la maturité et les moyens conséquents avaient fait de What Hell Is About un album radicalement accrocheur, osant les titres singles comme les ballades acoustiques, le tout dans une cohérence exemplaire, ce Face the Colossus s'avère très décevant tant il est inégal.

Après les différentes influences desquelles ils se sont progressivement nourris (Fear Factory, Machine Head, Dimmu Borgir...), le quatuor puisent ici visiblement dans le death melo, le power, voire même le metalcore. Après une intro des plus travaillées, excellemment mise en place pour annoncer un album très mélodique, voici venir le titre éponyme, assez accrocheur avec son piano, ses séquences envolées, ses riffs ultra-rapides et la voix torturée de Shawter. Arrivée au refrain, ça se gâte un peu : on sent un côté très monotone et un chant clair au débit hésitant. Chant clair qui sera quasi-omniprésent dans tous les morceaux de l'album.

On arrive ensuite au titre "Back From Life", sûrement l'un des plus décevants à mes yeux. Chant très mis en avant, tout comme la batterie, les riffs étant beaucoup trop en retrait. Le groupe nous livre ici un "tube commercial" post-MTV et ce malgré un Franky toujours au taquet ! Arrivés à "Somebody Died Tonight", on retrouve un peu plus l'esprit What Hell Is About (les séquences de fin sont les mêmes que sur "Die Tomorrow"), le morceau étant assez sombre et bourrin, aux riffs accrocheurs (merci la vague metalcore) et aux blasts bien précis. Comme sur la totalité de l'album, la basse est inexistante à l'ouïe alors que le chant mélodique se fait trop présent au contraire (le refrain est très rock).

On retrouve ainsi les mêmes défauts sur "The World In Between" et "Orphan Of You" qui sont pourtant fort sympathiques mais dont le chant susurré rappelle énormément un Corey Taylor inspiré Stone Sour. La fin de l'album remonte quelque peu le niveau avec des titres post-What Hell Is About (encore un peu trop calmes par moments, le chant cassant un peu le côté bourrin) avec des titres comme "The Nightfall And All Its Mistakes" (excellente voix gutturale par moments), "The Crash" ou encore "Sudden Death" (riffs metalcore sur piano en fond, voix très saturée, batterie instoppable).

Au final, un album inégal, trop mélodique, mélangeant un peu trop riffs dévastateurs et refrains rock. Une déception pour les phocéens donc, qui nous livrent un 3e opus plein de bons sentiments mais au changement hélas trop radical.

1 Commentaire

14 J'aime

Partager
Arachnid - 31 Juillet 2009: J'apprécie ton commentaire, il m'a bien fait rigolé ! Comme quoi il faut être une bête de chanteur reconnu pour écrire une chronique ^^

J'ai lu la tienne sur ton lien, j'ai l'impression d'avoir affaire à un Dagofan comme je l'étais il y a pas si longtemps, mais pour ta gouverne, c'est à Marseille, dans le petit studio de l'Hypérion, que Shawter a principalement réalisé l'album (voilà sûrement pourquoi les grattes sont en retrait et le chant plus en avant).
J'ai connu Dagoba quand ils jouaient encore dans des petites salles à Marseille et j'ai suivi leur évolution depuis un bout de temps, ma déception n'est pas unique, en témoignent les fans dépités comme moi.

Métaleusement vôtre...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Traitor

02 Mars 2013

De la brutalité, de la mélodie, du Dagoba !

Depuis le temps que je voyais ces lettres en fer forgé se pavaner partout, cela aurait été une hérésie de ma part de ne pas jeter une oreille attentive sur une des valeurs sûres du Metal Français : Dagoba. En effet, de ce groupe je ne connaissais que le nom. Mais à présent je peux mettre le son qui va avec. Et quel son ! Ces Marseillais tapent dans un Power Metal assez bétonné, depuis 1999 tout de même ! L'expérience est donc présente, et la maîtrise semble l'être aussi.
Ce Face Of The Colossus m'a interpellé, de par sa cover en grande partie. On me dit souvent que le physique ne fait pas tout, c'est un fait. Mais toute oeuvre digne de ce nom se doit d'avoir un visuel séduisant pour être complète, même si cela peut relever du détail. De ce côté là en tout cas, c'est plutôt réussi.

Pour ce qui est de la musique, elle colle à merveille avec la pochette. Les riffs sont massifs et titanesques, le chant est saccadé, la batterie teigneuse, et un synthé vient compléter le tout pour apporter une touche de mélodie. Dans l'ensemble, la galette est assez sympa à écouter, la production permet une saturation qui ne plaira certainement pas à tout le monde, mais dans l'ensemble c'est assez bien réalisé.

Le CD a été peaufiné avec des effets sonores frissonnants ("Somebody Died Tonight") et on a droit à pas mal d'émotions sur la plupart des pistes sans omettre le côté brutal et rendre-dedans. De plus, la galette est assez homogène et ainsi, impossible de se perdre ! Les pistes sont reconnaissables par un petit quelque chose qui les identifie, que cela soit au niveau du chant clair fort en émotion ("The World in Between") ou des growls écrasants ("The Nightfall and All Its Mistakes").

On pourrait cependant lui reprocher une durée un tantinet trop longue (presque une heure tout de même) et cela peut vite tourner à l'indigestion. Mais lorsque l'on est gourmand, on y retourne sans hésiter. Le tout avec Face Of The Colossus, c'est qu'il faut y piocher de temps à autre quelques morceaux histoire de passer du bon temps, sans tout s'enfiler à la suite.

Mais lorsque l'on se plonge dans cet univers, on y sort difficilement. Cet album apporte ce que l'on veut à savoir de la brutalité, de la mélodie, du Dagoba ! J'ai découvert ce groupe avec cet album et je n'ai pas été déçu ! Libre à vous de vous faire votre opinion ! Qu'on aime ou pas, il faut y avoir goûté au moins une fois !

2 Commentaires

2 J'aime

Partager
hadsonners - 02 Mars 2013: C'est marrant parce que cet album et sorti depuis un bail est au début j'ai vraiment pas accroché, justement a cause de la prod', est depuis hier je le réécoute et je commence a vraiment l’apprécier !



Et la je tombe sur ta chro qui résume bien de que je pense maintenant de cet album, ma conclusion dessus.



Merci donc pour cette chro :)



PS : Ils viennent de rentrer en studio avec leur nouveaux guitariste pour enregistrer leur 5éme album.
Traitor - 02 Mars 2013: Oui j'ai vu ça, je suis impatient de voir ce que ça va donner !
Sinon ravit de voir que tu as pu apprécier cet album avec le temps :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ psyk

26 Septembre 2008
J'attendais avec impatience ce nouvel opus, après le très bon "What Hell Is About", mais la joie laisse place à la déception...

En effet, même si Dagoba possède un son bien produit, cette fois la production est un peu en-dessous de l'album précédent ! Ceci est dû à l'intégration d'un clavier omniprésent et très linéaire qui prend le pas sur les riffs !!
L'effet aurait pu intéressant si les claviers étaient bien ficelés... hélas, ce n'est pas le cas ! On ne peut pas parler d'orchestration et c'est peut être là que Dagoba aurait pu nous donner une grosse claque, en préférant un côté symphonique (à la manière de Dimmu Borgir) !!

La plupart des morceaux prennent une voix mélodique, où l'on peut remarquer les très bons progrès de Shawter dans le registre "clair" ! le morceau phare ("face the collosus") est très classique et laisse place à un" back The Life" aussi mélodique mais bien trop classique également !

Les titres se succèdent ensuite, sans vraiment trop convaincre, mais on peut distinguer de bons riffs typés black métal. Hélas, les claviers ne permettent pas de bien les apprécier !
The nightfall and all is its" est, quand à lui, bien meilleur avec ses voix gutturales et un refrain un peu moins classique que le reste de l'album ! L'impression de "déjà entendu" continue de planer tout au long de l'écoute !!
le pire arrive avec "Silence", une ballade métal avec parties acoustiques !! On croirait ce morceau tiré du dernier album de Stone Sour (vraiment inintéressant, et mille fois entendu). Heureusement, les deux dernières pistes viennent rehausser l'album, "crash" et surtout "sudden death" (morceaux agressif et assez agréables) !!

Pour en finir, on peut dire que cet album est très décevant, sans non plus toutefois être mauvais !
Ce qu'il manque, ce sont de bonnes compositions. C'est bien beau d'avoir du gros son mais encore, faut-il faire de bonnes musiques !!
Les claviers noient trop les guitares et mettent souvent en retrait certains riffs, et c'est bien dommage !!
Noter quand même la belle performance de franky à la batterie, qui se "ballade" tout au long de l'album !

Malgré ce constat, je suis persuadé que le prochain album sera bon !! Si Dagoba fait un effort sur les claviers qui apporteraient une dimension symphonique plus poussé, cela fera très mal !!
En attendant, "face the collosus" manque de morceaux accrocheurs et privilégie des morceaux mélodiques, au goût amer de "déjà vu". Une réel déception, rien de plus !

xav'

2 Commentaires

8 J'aime

Partager
supercheche - 28 Septembre 2008: Tout à fait d'acc.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ [J]bassiste

19 Novembre 2008
Grande était ma curiosité et mon impatience lorsque Face the Colossus fut enfin entre mes mains. Avant de me lancer dans l'écoute du CD, je me suis arrêter quelques minutes sur la couverture magnifique (réalisée par Cecil Kim) qui, je trouve, reflète bien l'esprit de l'album: violent et mystérieux...

Pour commencer, je dois avouer qu'à la première écoute, j'étais vraiment déçu. J'ai laissé le CD de côté 2 jours avant de me décider, perplexe, à l'écouter une seconde fois. Et c'est dans cette deuxième écoute très attentive, et suivie de nombreuses autres, que l'on perçoit une partie de l'intensité de l'album (l'autre partie vient plus tard).
Le travail fournit par les marseillais est impressionnant de tous points de vue. On remarque très vite la puissance phénoménale de la batterie de Franky Constanza qui vous martèle agréablement le crâne à coup de double pédale destructrice.
Guitare(s) et basse se complètent très bien, les riffs ne sont plus dans le même style que sur le précédent opus mais percutent tout aussi efficacement.
Vient ensuite le chant. Shawter a prit des cours et sa s'entend. La voix ne vient pas démonter la partie instrumentale et, à contrario, ne se laisse pas démonter non plus. Ce qui rend l'ensemble tout à fait homogène. Les voix claires déplairont surement à certains au début (j'en suis) et puis, plus tard, on se rend compte qu'elles cadrent bien dans l'ensemble.
A cela vient s'ajouter une foule d'ambiances sonores qui appuient le côté ténébreux et mystérieux de l'album.

Les morceaux en eux-mêmes sont riches et bien construits. Honneur tout de même à Face the Colossus, Somebody Died Tonight, The Nightfall And All Its Mistakes et Sudden Death. Transylvania tranche bien l'album en plongeant l'atmosphère encore un peu plus loin dans les entrailles de l'oppressant.
Un bémol néanmoins du côté de Silence#3, où le fantôme de Corey Taylor m'a fait grincer des dents.

Finalement, bien que décevant d'écoute aux premiers abords, Face the Colossus se révèle être un album immensément riche à qui veut bien se donner la peine de l'écouter réellement et de le comprendre. Et lorsque que je dis plus haut qu'on ne perçoit qu'une partie de l'intensité de l'album, c'est que l'autre partie se vit en concert, mais ça, c'est encore autre chose...
Qu'il faut voir...

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
psyk - 28 Janvier 2010: Je vois pas en quoi l'album est riche...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ R3mix

26 Septembre 2008
Enfin, Les Marseillais de Dagoba remettent le couvert avec ce très contreversé Face the Colossus.

Ils avaient impressionné avec " Dagoba ", bluffé avec " What Hell Is About ", ils devaient maintenant confirmer avec cet album (déjà très critiqué bien avant sa sortie, prévue le 30 octobre).
Après la première écoute, on reste très perplexe. On sentirait presque la fougue et la rage Dagoba disparaître.

Des titres comme " Back From Life " ou " Transylvania " déçoivent, tandis que " Face the Colossus nous laissent espérer que tout cela n'était qu'une mauvaise impression.
Après l'écoute de " Somebody Died Tonight ", on se collerait presque des baffes tellement on a été idiot de penser que Dagoba pouvait nous décevoir !

La suite de l'album est tout simplement magnifique avec, en clôture, un " Sudden Death " incroyablement puissant.

(À noter que la Voix de Shawter sur " Silence #3 " est très proche de celle de Corey Taylor)

Les Dagoba ont progressé, ce " FTC " le reflète bien.
Dagoba possède dans ses gènes toute la sensibilité et toute la puissance qu'un groupe de métal peut rêver.
Que toute la planète se prépare au retour de Dagoba.
Ils sont là et ça fait très mal !

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire