Weather Systems

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Anathema (UK)
Nom de l'album Weather Systems
Type Album
Date de parution 16 Avril 2012
Labels KScope
Style MusicalMetal Atmosphérique
Membres possèdant cet album175

Tracklist

1. Untouchable Part. 1 06:14
2. Untouchable Part. 2 05:33
3. The Gathering of the Clouds 03:27
4. Lightning Song 05:25
5. Sunlight 04:55
6. The Storm Before the Calm 09:24
7. The Beginning and the End 04:53
8. The Lost Child 07:02
9. Internal Landscape 08:52
Total playing time 55:45

Chronique @ Selfdestruction

02 Mai 2012

Anathema n’a pas fini de nous faire rêver.

Il fut un temps où Anathema était empreint de mélancolie, un temps où la vie ne méritait pas d’être vécue. Un temps où la souffrance s’emparait d’eux, un temps où ils nous le hurlaient accompagnés de leurs guitares énervées. Un temps où leurs pamphlets s’intitulaient « A Dying Wish » ou « A Fine Day to Exit », un temps où ils scandaient « Thinking to myself ; There's no escape from this fear, regret, loneliness...» … un temps révolu.

Aujourd’hui, leurs mélodies se nomment « Untouchable », « Lightning song » ou « Sunlight » et leurs messages sont empreints de sérénité : « My mind is clear; I have no fear ; I share no tears; For you my dear; This world is wonderful; so beautiful, if only you can open up your mind and see ». Aujourd’hui, Anathema est libre, Anathema est heureux et il tient à nous le communiquer.

C’est un long cheminement que le groupe a dû parcourir avant de trouver cette sérénité : sept ans entre « A Natural Disaster » et « We're Here Because We’re Here ». Mais c’était le temps nécessaire pour trouver enfin la réponse à leur question, la réponse à l’énigme. Enfin, ils avaient découvert pourquoi ils étaient là. Et ils n’allaient pas s’arrêter là, non ! Ils ont encore des choses à nous dire et c’est pour cela que « Weather Systems » survient seulement deux ans après son prédécesseur.

Fou est celui qui s’attend à retrouver la mélancolie omniprésente ou les guitares dissonantes des débuts. Anathema l’a dit, c'est un groupe qui va toujours de l'avant : « jamais de retour en arrière ». Et effectivement, « Weather Systems » n’est pas un retour, mais ce n’est pas non plus une stagnation : c’est encore une évolution. Si le bonheur est dorénavant perceptible, la mélancolie est toujours présente et, parfois, elle fait son apparition le temps d’une chanson (« The Lost Child »). Elle n’a en fait jamais complètement disparu. Simplement, Anathema nous parle du jour et de la nuit, du temps et des saisons qui, comme les sentiments, s’alternent et se mélangent.

Que dire de cet album, si ce n’est qu’il ne fait pas que s’écouter, mais il se ressent. Constamment noyé sous des arpèges sublimes, des orchestrations magnifiques, un piano omniprésent et un chant bouleversant. Anathema vise toujours juste : jamais dans la surenchère, toujours dans la justesse et l’émotionnel. Dès la première piste, on est étourdi par ces arpèges, par la manière dont la batterie s’immisce dans le morceau et par la façon dont la guitare peu à peu prend son éveil, puis son envol éblouissant. Car, chaque membre s’est investi dans ce bijou, probablement plus que jamais. Chacun a composé et Vincent, Danny, mais aussi Lee Douglas – plus présente que jamais – se partagent le chant et y apportent tous une étincelle supplémentaire.

L’influence de « Falling Deeper » dans les atmosphères des différentes pistes est indéniable. L’album fait en effet la part belle aux très travaillées et sublimes orchestrations (on notera « The Storm Before the Calm », aux sonorités électroniques mais très réussi). Et c’est là que la magie opère : « Weather Systems » est, au premier abord, facile d’écoute, voire accessible. Une fois arrivé à son terme, on ne résiste pas à l’envie de s’y replonger et, c’est à ce moment là qu’on (re)découvre que l’album dispose de ressources inépuisables pour qui veut bien faire l’effort de s’attarder dessus. « The Lost Child » parait ainsi de prime abord sympathique, puis elle nous semble excellente, et enfin on se rend compte qu’elle est tout simplement épique.

L’album est planant et déroutant, à l’image du solo de guitare magnifique de « The Beginning and the End ». Il est triste et joyeux à la fois. Il est produit excellemment, même après que le groupe se soit séparé de Steven Wilson (c’est désormais un certain Christer-André Cederberg aux commandes). Pour peu qu’on se laisse volontiers égarer dans ses méandres, ce bijou promet un voyage au fin fond de soi-même, un voyage admirable et plaisant… un voyage ? Que dis-je ! Un exil. Et cet exil, c’est encore un pas en avant après « We're Here Because We’re Here ».

« Weather Systems » ? C’est tout simplement ce qui se fait de mieux actuellement en matière de prog-rock atmosphérique. Anathema n’a pas fini de nous faire rêver.

23 Commentaires

24 J'aime

Partager

hadsonners - 10 Décembre 2012: Un grand Album, tout simplement, Un voyage !
Lesterial - 23 Janvier 2014: je ne connaissais pas (oui je sais, 25ans de metal et je connais pas Anathema, c'est presque une hérésie), mais sorti de mon punk/hardcore ou de mon monde adoré qu'est le death et le thrash old school, je suis resté littéralement scotché dans mon lit le soir ou je me le suis mis dans les oreilles pour la première fois, j'avais l'impression d'avoir toujours attendu ce que j'étais entrain de déguster tranquillement au fond de ma couette, une émotion nouvelle est apparu en moi, empreinte de mélancolie et de joie mélangé, cela faisait longtemps que j'avais pas ressentit une émotion nouvelle, franchement bravo à ce groupe que j'avais toujours eu tendance à négliger, je pourrais même pas vous dire pourquoi... grosse erreur que je rectifie direct en mettant un très rare 19/20 sur cet album que je ne mets que dans de très très rare occasion, et merci beaucoup à BestJules69 qui à écris un article des plus sensés et qui me fait dire que j'ai pas halluciné en écoutant l'album, et que j'écoutais bien un album épique, magnifique, émouvant, très émouvant.. je vais très certainement me procurer les autres albums...
kristoff - 23 Juillet 2016: Commandé pour ma chérie ce jour. Merci pour la Chronique forte bien écrite
darwinwild - 29 Septembre 2016: Anathema est tout simplement LE groupe prog-rock atmosphérique par excellence.
Ici avec cet album ils nous livrent ici leur meilleure création, et de loin le meilleur album prog de l'année et l'un des meilleurs de ces 10 dernières années.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ BestJules69

19 Mai 2012

Une véritable palette de sentiments.

Si je devais définir le changement, l’évolution, un nom me viendrait à l’esprit : Anathema. Rare est le groupe qui changea sa manière de penser, de concevoir et de ressentir la musique aussi brutalement. C’est sûrement cette audace qui propulsa Anathema au statut d’incontournable et de pilier du metal atmosphérique.

Auparavant, leur musique était parsemée de mécontentement, d’obscurité et de désillusion. « A Natural Disaster » pouvait être perçu comme un accès de colère, de haine contre la vie et ses embûches. Cette tension était présente dans des titres tels que « Pull Under At 2000 Metres a second ». Il fallut sept ans au groupe pour traverser ce rude et douloureux hiver de pessimisme. Après tant d’années d’errance et de remise en question, Anathema avait découvert sa véritable vocation. « We’re Here Because We’re Here » en était le résultat. Un nouveau départ, au parfum printanier, s’offrait au groupe.

Deux ans seulement s’écoulèrent avant la sortie de « Weather Systems ». Une question évidente nous vient alors à l’esprit. Doit-on considérer la sortie de l’album comme prématurée ? Peut-on s’attendre à une fausse route ou à un manque de réflexion d’Anathema ? A l’inverse, on ose espérer que « Weather Systems » est la preuve matérielle d’une évolution vers une conception différente du monde et de l’être, et donc de la musique d’Anathema.

Quiconque ne s’attarderait pas à analyser l’illustration d’album commettrait une grossière erreur. L’élément central de cette image, ce que l’on pourrait considérer comme une petite planète, est très intrigant. Cet œil ouvert stylisé symbolise sans doute une prise de conscience du groupe. Anathema semble nouer un rapport nouveau avec la vie, envisagé d'une manière plus positive, laquelle est symbolisée par la végétation qui marque une apparition timide, mais bel et bien présente. Les nuages blancs dans un ciel bleu rappellent le calme, la sérénité. Aveugle est celui qui ne remarquerait pas ce gigantesque contraste avec « A Natural Disaster » et son ciel rouge et menaçant.

Cette prise de goût pour la vie est le thème central de l’album, dont des morceaux comme « Untouchable », sublimement interprétés, font entrer en nous cette impression de légèreté, ce sentiment d’allégresse et de bonheur. Anathema a par ailleurs choisi d’utiliser la guitare pour véhiculer cette impression de sérénité grâce à des sons cristallins. C’est dans des morceaux comme « The Gathering of the Clouds » que s’exprime pleinement le pouvoir apaisant de cet instrument. Ces notes fines et alertes confèrent un aspect aérien et fantastique à la musique. Nos oreilles ne se lassent jamais de cette douceur. Je me suis souvent étonné de ne pas me rendre compte que j’écoutais la même chanson depuis une heure !

Si la mélancolie, la tristesse et la tension ne sont pas au premier plan dans « Weather Systems », elles font néanmoins quelques apparitions au cours de l’album. La première partie de « The Storm Before The Calm » est imprégnée de tension, que les sons aigus nous font même ressentir physiquement. La deuxième partie est radicalement opposée à la première, mais tout aussi réussie. C’est sans doute la chanson la plus aboutie de l’album. Anathema nous parle de la pluie et du beau temps d’une façon innovante et prenante, dont chacun appréciera le résultat. « The Lost Child » sera perçue par certains comme nostalgique et émouvante, par d’autres comme empreinte de détresse et bouleversante. « Weather Systems » est une échappatoire vers le rêve pour quiconque en ressentira la musique.

Les saisons décrivent un cercle de climats qui ne sont jamais les mêmes d’une année à l’autre. Les morceaux de Weather Systems décrivent un cercle d’émotions qui ne seront jamais identiques d’une écoute à une autre. C’est cela qui fait la magie d’Anathema. Quiconque veut bien en prendre la peine sera frappé par cette musique de toute beauté. Car « Weather Systems » n’est pas un simple album, mais une véritable palette de sentiments.

19/20

5 Commentaires

9 J'aime

Partager

BestJules69 - 02 Juillet 2012: De même pour moi ! Weather System représente une avancée considérable pour le groupe, qui ne cesse d'évoluer. Et ce n'est pas le cas de tout le monde !
Selfdestruction - 12 Décembre 2012: Je suis amoureux de Alternative 4 et Judgment mais c'est vrai que je considère toujours Weather Systems comme l'un de leur meilleur album. la seule piste à me laisser indifférent c'est "Untouchable pt.2"
BestJules69 - 12 Décembre 2012: Alternative 4 reste un très bon album, mais ce n'est pas celui que je préfère. L'album m'ayant le plus marqué reste "We're Here Because We're Here", que je trouvais animé d'une sorte d'aura que je ne retrouvais pas dans d'autres opus. Quant à Weather System, il est clairement excellent, excepté, comme tu l'as souligné, Untouchable Part 2, que je trouve beaucoup plus banale que les autres pistes sans toutefois être mauvaise. C'est d'ailleurs à vrai dire la seule piste présentant des faiblesses !
Arthron - 10 Août 2014: Untouchable Part 2 est magnifique les gars ! A noter qu'il existe une version sublime avec Anneke Van Giersbergen. Excellente chronique d'un disque que je découvre. Sacrée claque ce groupe.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire