The Voice of Steel

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nokturnal Mortum
Nom de l'album The Voice of Steel
Type Album
Date de parution 26 Décembre 2009
Enregistré à OSF Studio
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album174

Tracklist

DISC 1
1.
 Intro
Ecouter03:05
2.
 Voice of Steel
Ecouter09:54
3.
 Valkyrie
Ecouter10:47
4.
 Ukraine
Ecouter08:24
5.
 My Dream Islands
Ecouter11:47
6.
 By Path of the Sun
Ecouter09:06
7.
 Sky of Saddened Nights
Ecouter04:50
8.
 White Tower
Ecouter11:48

Durée totale : 01:09:41



DISC 2
1.
 Valkyria (Early Version)
Ecouter12:43
2.
 Valhalla (Bathory Cover)
Ecouter09:09
3.
 Nebo Sumnih Nochey (Early Version)
Ecouter04:52
4.
 Nights in White Satin (Moody Blues Cover)
Ecouter05:07

Durée totale : 31:51

Acheter cet album

Nokturnal Mortum



Chronique @ valentheris

27 Décembre 2009
Il peut s'en passer des choses en quatre années... Des découvertes se font, des guerres se déclenchent, des gens naissent, des gens meurent, mais dans le cas présent des gens réfléchissent, composent et explorent toujours plus loin, l'univers musical qu'ils ont créé.
Ces artistes dont il est question ici, sont regroupés sous une sombre bannière sur laquelle est écrite « Nokturnal Mortum» et leur dernière offrande à leur mère patrie, l'Ukraine, sortie en cette fin d'année sous le nom de « The Voice of Steel» est tout simplement une nouvelle merveille parmi leur fabuleuse discographie.

Avant de vous en parler, replaçons cette œuvre dans son contexte pour ceux qui découvriraient...

Nokturnal Mortum est un groupe d'origine Ukrainienne officiant dans le pagan metal. Le groupe, tout d'abord connu sous le nom de Suppuration, sort donc une première démo intitulée Twilightfall qui était plutôt orientée death metal. Puis en 1995 sors une seconde démo, « Lunar Poetry» qui cette fois-ci va faire parler d'eux et qui continue également à faire parler d'elle de nos jours, car en effet à partir de cette esquisse de génie créatif, Nokturnal Mortum a trouvé son style, sa pâte, son essence. Un black pagan, folklorique qui transcende l'auditeur et qui le fera voyager dans les lointaines contrées d'Europe de l'est, dans des bois sombres, humides et froids. En effet la musique de Varggoth et ses compagnons est empreinte d'une grande personnalité et de talent pur et simple qui ne manquera pas de se répercuter et même d'évoluer au fil des albums, comme « Goat Horns », « To the Gates of Blasphemous Fire» nous le prouveront. Lors de la sortie de NeChrist les critiques étaient plus controversées. La musique de celui-ci était plus brutale, voire martiale et certains titres tels que « The Call of Aryan Spirit » se voulaient plus explicites, Varggoth était alors entré dans une phase où il voulait laisser sa créativité et ses idées s'exprimer de la manière la plus claire et la plus efficace possible. Cet album était également le seul à exprimer des idées ou des appartenances politiques, la musique se voulant apolitique à la base, le côté NS étant seulement réservé à la vie privée des membres. Cette touche martiale de NeChrist se répercuta alors sur « Weltanschauung » où les rythmes militaires, bruits de mitraillettes, explosions, cris de guerres se mélangeaient parfaitement aux instruments traditionnels et les riffs épiques dont seuls nos Ukrainiens ont le secret. Puis ce fut quatre ans plus ou moins « à vide ». Hormis un split « Eastern Hammer » et un cd live le groupe ne nous a pas gratifié de nouvelles offrandes païennes. Puis soudain, annoncé comme un cheveu tombant dans la soupe ce « The Voice of Steel » nous est annoncé pour cette fin d'année 2009. Mais qu'est-ce que cela peut bien donner...?

Hé bien si vous êtes du genre à paniquer à chaque sortie d'album en vous demandant si le groupe que vous aimez n'est pas tombé dans la facilité ou n'a pas fait un virage, voire un demi tour dans son style musical, respirez un grand coup et détendez vous! Ce dernier opus de Nokturnal Mortum est bel et bien du BM tel qu'on le connait et tel qu'on l'aime. Et s'il y a bien une chose que je peux vous assurer, c'est que quatre ans d'attente ce n'est que peu de choses lorsque l'on prend conscience de la profondeur de la chose (de la bête devrais-je dire).
Varggoth et sa magnificence créatrice sont de retour avec une inspiration à toute épreuve et une production qui l'est tout autant.
Comme à son habitude le groupe nous targue de ses introductions instrumentales. Ici point de titre, simplement « intro ». Des chants d'oiseaux, des trompettes ou des cors pour mettre en place le décor bien fourni une fois de plus. On retrouve également les habituels morceaux de neuf minutes et plus, ces morceaux qui, à mes yeux tout du moins, ont fait la grandeur de ce groupe tant ils nous font imploser d'émotions de par leurs inspirations et leurs compositions. Vous appréciez « Veles Scrolls » ou « Unholy Orathania » sur Goat Horns et bien alors jetez vous sur « Valkyria », « Ukrainia » ou encore le magnifique/maléfique « The Islands of my Dream ». Du début à la fin de ces titres les riffs évoluent toujours plus jusqu'à atteindre leurs paroxysmes émotionnels et libérer ces sentiments en l'auditeur à grand renfort d' headbangs et de poings serrés brassant les airs avec vigueur telles de silencieuses acclamations aux magiciens ukrainiens.

Le coup de maître a été de reprendre tout ce qui faisait la force des précédents albums et d'en faire un condensé très bien équilibré entre chaque instrument. Une bonne chose également dans le fait que si vous faîtes partie de ceux qui n'aiment qu'un album du groupe vous pourrez y trouver votre bonheur dans celui là. Le coup de pâte magistral des guerriers de l'est nous a encore une fois atterré sous la puissance barbaresque des compositions et l'atmosphère magique de l'album en général. Si vous ne trouvez pas votre bonheur dans le titre éponyme plus proche de « Weltanschauung » alors optez pour le très acoustique « Sky of Sorrowful Night » qui aurait pu figurer comme transition sur « NeChrist ». Sinon le folklorique et dynamique « Ukrainia » vous sierra peut être, ou vous rappellera avec nostalgie leur EP « Return of the Vempire Lord-Marble Moon » sinon rabattez vous sur « Valkyria » ou « The Islands of my Dream » et pensez « Lunar Poetry »/ « Goat Horns ». Il y en a pour tous les goûts, chaque morceaux ayant leurs buts précis. Ils restent dans la même veine sans jamais se ressembler, chacun vous apportant un petit peu plus.

Je pourrais vous en parler des heures et des heures ou écrire des dizaines de pages, mais vous vous ennuieriez alors pour finir je vous direz simplement que vous soyez fan du groupe ou non que vous ne perdriez rien à y jeter une oreille : si vous êtes fan vous allez être comblés et si vous ne connaissez pas alors laissez vous tentez, lancez la lecture de ce joyaux, fermez les yeux, sombrez. Et lorsque vous entendrez ces cris déchirants à la fin de « White Tower » vous saurez alors que c'est la fin, mais surtout n'oubliez pas qu'il y a eu d'autres excellents albums avant celui-ci qui n'attendent qu'une chose, que vous mettiez la main sur eux. Et surtout pensez... pensez qu'il y en aura d'autres... pensez que Varggoth et sa bande sont pleins de ressource et que, si nous avons de la chance ils n'atteindront pas leur apogée de si tôt.
Si tant est qu’ils puissent avoir des limites...

Valentheris.

26 Commentaires

34 J'aime

Partager

Solahtar - 04 Janvier 2013: Excellente chronique, l'album est vraiment magnifique, merci de m'avoir donné l'envie de l'écouter. Par contre, est-ce que j'ai bien compris que la musique du groupe était apolitique à l'exception de Nechrist ?
valentheris - 04 Janvier 2013: Non, Nechrist n'est sans doute pas la seule oeuvre engagée de NM. Il a toujours été difficile de dire ce qui était vraiment engagé à cause de la barrière de la langue et de l'idéologie du groupe ayant évolué avec le temps. Il faudrait que je retrouve certaines interviews dans lesquelles Varggoth détaillé tout cela, j'ai oublié les détails à force. Mais le groupe n'est pas apolitique, c'est juste qu'il ne parle pas que de ça...ils ont toujours été fièrement patriotes et cela se ressent sur n'importe laquelle de leur oeuvre. La manière change juste suivant les époques. Si tu recherches quelque chose d'apolitique passe ton chemin, et j'espère que ce n'est pas le cas car tu passerais à côté de superbes albums.
Solahtar - 05 Janvier 2013: J'avoue ne pas apprécier un engagement trop important, mais vu la claque qu'est cet album, je serai indulgent envers le groupe. Après tout, il n'ont fait de mal à personne, ils ont seulement exprimé une idéologie un peu extrême (après je ne sais pas à quel point mais bon).
LeMoustre - 18 Octobre 2017:

Excellent disque. N'étant pas familier du genre, j'avoue être transporté par les mélodies et l'ambiance dégagée. Varié finalement plus qu'il n'y paraît, cet album (le seul que je possède du groupe) constitue un vrai voyage. L'ensemble se déguste d'un trait, et il est difficile pour moi du moins de sortir un titre d'un autre, tant le tout fait bloc. Dans le genre, s'il y a d'autres perles, je suis preneur.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ King_Sathanas

03 Novembre 2010
Nokturnal Mortum, inutile de les présenter je pense. Mais bon, je vais vous faire un bref rappel de cette formation. Il s’agit ni plus ni moins de l’un des groupes les plus célèbres que comporte l’Ukraine. Pas mal de personnes ont crée divers débats stériles sur l’orientation politique que prend Nokturnal Mortum et on l’a finalement rattaché à la mouvance NSBM (National Socialist Black Metal). Clairement, je m’en fous comme de mon premier slip de l’avis politique de Varggoth et ces comparses, seule la musique compte à mes yeux.

Nous sommes en 2009, plus précisément en décembre. Varggoth nous sort un album ayant une durée approximative de 70 minutes, ce qui est un joli pavé en tout cas. La première chose qui tape à l’œil est cette somptueuse pochette qui orne ce disque. Que dire dessus, tout simplement magnifique. La première chose qu’on se demande c’est si l’album en lui-même sera aussi excellent que la jaquette et je peux m’affirmé que c’est le cas. Après 4 longues années d’absences, il y en a eu des choses entre temps. Ce même temps pour réfléchir et pour composer un album. Pour certains, un tel délai peut sembler excessif pour certains mais franchement, ça valait le coup d’attendre. Varggoth repousse la limite de son art en atteignant un niveau des plus respectables. Voice of Steel sort et surprends les fans et ceux qui ne les connaissait pas encore comme moi.

Cette galette est la surprise de l’année, un album qu’on n’attendait pas du tout. Tout commence par une introduction folklorique évoquant les glorieuses batailles dans le passé. Par après laisser place à Voice of Steel atteignant quasiment les 10 minutes, ce sublime titre vous emmène à travers l’Ukraine aux cotés des guerriers défendant leur patrie avec fierté. Ceci sera clairement le thème évoqué tout le long de l’écoute ce qui ne déplait en aucun cas. Leur touche symphonique avec le coté folk se marient à merveille rendant le tout agréable à l’oreille. La suite s’enchaine pour en arriver au véritable bijou, la dénommée Ukraine. Parmi les pavés que le disque comporte, c’est le plus court mais aussi le plus efficace. En effet, cette chanson est tel une voix nous disait qu’elle est la fierté d’être ukrainien et la volonté de défendre ce glorieux pays. Musicalement c’est sublime, on n’y trouve aucun défaut. Le coté folk est admirable en se complétant parfaitement avec la symphonie imposée. Le chant clair dans le refrain est envoutant, somptueux, envoutant à vous faire devenir accro à cette chanson. C’est bien là mon énorme coup de cœur, rien à jeter. Par la suite, on trouvera une piste assez surprenante qui sert d’interlude avant le pavé final. Sky of Saddened Nights est un morceau reposant et folklorique sur laquelle Varggoth chante différemment à ce qui nous a habitués. Il s’avoue plaisant et reposant sans être chiant. Tout se terminera avec un White Tower de toute beauté en proposant de beaux riffs et une batterie faite sur mesure. Une sublime fin pour un disque superbe qui a crée la surprise.

En conclusion, les fans de Folk seront ravi d’acquérir ce CD bourré de talent qui récompense le travail fourni par Varggoth et sa clique. Un album surprenant en cette fin 2009 déjà riche métalliquement.

King Sathanas

9 Commentaires

6 J'aime

Partager

King_Sathanas - 03 Novembre 2010: Regarde la pochette de leur EP "Marble Moon", leur logo de l'époque comprenait 4 croix gammées.

Mais ça, je m'en fous royalement car il y a que le travail qu'ils font qui m'intéresse chez eux.
DarBruz - 04 Novembre 2010: Bien sûr, du moment qu'ils font de la bonne musique. Je cherchais juste à me donner un sens à ces accusations qui circulent beaucoup.
mansonfamilly - 21 Décembre 2010: Très bonne chronique et très bon album également.
eternalwinter - 25 Fevrier 2014: la croix celtique sur nechrist,souvent reprise par les mouvement d'extreme droite. au moins un groupe qui assume,donc respect.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire