Lunar Poetry

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nokturnal Mortum
Nom de l'album Lunar Poetry
Type Demo
Date de parution Avril 1996
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album161

Tracklist

1.
 Intro / Tears of Paganism
Ecouter01:08
2.
 Lunar Poetry
Ecouter04:52
3.
 Perun's Celestial Silver
Ecouter07:09
4.
 Carpathian Mysteries
Ecouter05:13
5.
 ...And Winter Becomes
 04:55
6.
 Ancient Nation
Ecouter05:12
7.
 The Grief of Oriana
Ecouter05:34
8.
 Sorrows of the Moon (Celtic Frost Cover)
Ecouter03:47
9.
 Autodafe / Barbarian Dreams
Ecouter07:51

Bonus
10.
 Celestial Silver (Demo Version)
 06:21
11.
 Carpathia (Demo Version)
 03:40
12.
 My Nation (Demo Version)
 03:56
13.
 ...And Winter Becomes (Demo Version)
 02:56
14.
 Return of the Vampire Lord
 11:30

Durée totale : 01:14:04

Acheter cet album

Nokturnal Mortum

  • ... and Winter Becomes


  • Chronique @ valentheris

    08 Fevrier 2010
    Quelle tâche ardue que celle de retranscrire par de simples mots l'émotion et le talent musical... Cependant, il serait criminel de renoncer à apporter ma contribution à la glorification de cette sublime démo en prétextant la difficulté.

    Alors que notre année 2010 débute, les magiciens Ukrainiens de Nokturnal Mortum nous ont gratifié peu de temps auparavant d'une merveille intitulée « The Voice of Steel », représentant pour certains l'apogée de leur talent. Auparavant nous avions eu droit à un martial et formidable « Weltanschauung » qui haussait encore d'un cran l'expérience et le talent de NM pour notre plus grand plaisir. Encore avant c'était au tour de « NeChrist » avec ses ambiances lourdes, poussant la brutalité à un cran supérieur de ce qu'ils nous avaient montré jusqu'alors, délaissant un petit peu les ambiances au profit de la haine, mais bien heureusement tout en conservant la pâte qui faisait et fait toujours leur succès. Ce dernier fut précédé d'un album plus expérimental (du moins pour NM) se rapprochant d'un « Anthem to the Welkin at Dusk » pour ce qui est de la forme, mais pour le fond c'est bien des compositions typiques du groupe avec tout ce qui fait sa grandeur depuis « Goat Horns ». Ce dernier, parlons en ! Il fut le véritable premier album du groupe le faisant alors connaître au grand public et demeure encore de nos jours une des meilleures réalisations de Varggoth et ses compères. L'ambiance pagan était à son comble et la force de composition titanesque. Un réel chef d'œuvre !

    J'aperçois des sceptiques au fond de la salle encore une fois... Vous vous demandez certainement où je veux en venir alors que je suis ici dans le but de vous parler de « Lunar Poetry ». Et bien m'y voilà : après des débuts plus orientés Death/folk lors de leur première démo « Twilightfall », le groupe s'oriente, en cet an de grâce 1995, du côté du black metal.
    Le style s'éloigne alors grandement par rapport à « Twilightfall ». Si certains groupes utilisent les démos afin de se chercher un style ou un son, les mages de l'est, eux ne s'encombrent pas d'étapes intermédiaires et l'on reconnaît immédiatement, malgré que le son fasse plus old school, le Nokturnal Mortum tel qu'il nous apparaît sur le mirifique « Goat Horns » et ses fabuleux successeurs.

    Sur cet opus, aucun élément n'est laissé pour compte : la production est tout à fait acceptable pour du black et encore plus pour une demo de 1995. Les instruments ne peinent pas à se faire entendre et se distinguent fort bien les uns des autres avec au sommaire : un synthé aux superbes compositions, des guitares saturées juste ce qu'il faut avec des riffs rapides, entraînants et très épiques, divers instruments folkloriques, habilement maniés par Saturious et une batterie dynamique, suivant le rythme de ses homologues sans difficultés, les surplombant même parfois.
    De plus, si certains groupes n'offrent pas plus de deux ou trois morceaux assez raw et simplistes lors de leurs premiers éléments discographiques, nous avons ici à faire à des personnes qui ne font pas les choses à moitié. Non contente d'offrir une production potable, cette œuvre ne dure pas moins d'une quarantaine de minutes et les compositions sont très recherchées : aucun morceau ne se ressemble et les ambiances qu'elles soient forestières, ou nous emmenant dans des plaines gelées, sont aussi magnifiques que transcendantes (ce qui n'est pas peu dire que ce soit pour l'un ou l'autre des termes).

    A peine les premières notes de « Tears of Paganism » se font-elles entendre, que notre oreille est captée par ces notes limpides, sombres et cette voix éthérée d'une mère nature en larme. C'est à ce moment, amis lecteurs qu'il faut fermer les yeux, se laisser guider par des images d'une vieille Europe de l'est et ne sortir de cette transe que pour se déchaîner aux rythmes des compositions à grand renfort d'headbangs et autres manifestations physiques des émotions engendrées.
    Cet hommage aux terres païennes nous transporte dans des élans de nostalgie, faisant voguer notre imagination entre des terres gélées ( ...And Winter Becomes ) ou des plaines luxuriantes où l'on peut voir des célébrations de jeunes Ukrainiens rendant hommages à leurs ancêtres disparu au combat en l'honneur de leurs terres ( "My Ancient Nation" ). Quelque soit le panorama, chaque composition saura répondre à ce qu'un amateur de black pagan recherche. De plus la musique est loin d'être minimaliste et ce sera sans difficulté, que vous soyez un fan du groupe ou un metalheads égaré, que les mélodies vous bercerons en ces terres et temps reculés.

    Du début à la fin les atmosphères dégagées par le claviers sont d'une sobriété et d'une force à toute épreuve. Simples, efficaces, dès que "Tears of paganism" on sent que la bête est lâchée et que l'on ne s'en défera pas avant d'entendre le salut apporté par " Autodafé/ Barbarian Dreams " qui, malgré son final très ambiant nous permettra de nous sortir lentement de cet afflux afflux de sombre beauté qui a découlé tout au long de l'écoute dans notre esprit et notre cœur et également de digéré les meilleurs moments de cette pièce maîtresse de leur discographie.

    Je n'ai plus grand-chose à vous dire si ce n'est « Savourez cette perle !». Après tout, ce n'est pas pour rien si elle est encore rééditée de nos jours sous forme de cd, chose assez impressionnante pour une demo de black metal de 1995. Et si le titre éponyme ne vous convainc pas alors « Perun's Celestial Silver » (morceau phare en live soit dit en passant) se plaira à cette tâche. Traversez donc chaque composition et lorsque vous arriverez aux derniers instants, rappelez-vous bien que si Nokturnal Mortum se bonifie avec le temps tel un vin (The Voice of Steel) il n'en vient pas moins d'un succulent fruit et " Goat Horns " ne tardera aucunement à venir confirmer mes propos...

    Valentheris.

    2 Commentaires

    7 J'aime

    Partager
    Rorow - 08 Fevrier 2010: très bonne chronique pour un album sublime
    8AZERTY8 - 15 Avril 2012: Fait etrange je n'ai pas la bonustracks sur ma version. Il n'y a que 9 pistes.
      Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

    Commentaire @ Nattskog

    11 Juillet 2004
    La seconde démo du groupe, rééditée chez The End Records. Contrairement à la première, on reconnaît bien le style Nokturnal Mortum.
    Le son n’est pas encore parfait comme sur les albums officiels, les symphonies païennes commencent à faire leur apparition, les instruments folkloriques aussi, la batterie extraordinaire du batteur attitré… bref, la sauce Nokturnal Mortum quoi !
    Les morceaux sont assez diversifiés, et on en reconnaîtra certains qui seront repris ultérieurement, comme « Perun’s Celestial Silver » par exemple qui figure sur « NeChrist ».
    La veine générale est assez proche de ce que l’on trouvera sur « Goat Horns », principalement l’instrumentation, très symphonique, épique mais en même temps très intelligente et subtile (si si).
    Sortir une démo pareil n’est pas donné à n’importe quel groupe. Même sans avoir connu la suite, on pouvait savoir que la bande à Varggoth allait aller loin, très loin.

    Alors malgré tout, peu de choses à dire de plus sur cet album. Je le conseille fortement aux amateurs de black sympho de très bonne qualité, car même l’enregistrement est à la hauteur de nos exigences !
    Un album qui ravira les romantiques ;-)

    1 Commentaire

    5 J'aime

    Partager
     
    Aspartam - 25 Décembre 2005: mmhm, ce n'est pas un batteur sur cette démo, mais bel et bien une boite à rythme...
      Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

    Commentaire @ ceth

    10 Fevrier 2008
    On ne présente plus Nokturnal Mortum, groupe phare de la scène black ukrainienne et conduit sous la bannière de leur frontman, Knjaz Varggoth. Personnage emblématique du NSBM, il faut reconnaitre que Varggoth est doté d'une force créatrice impressionnante. Et ce n'est pas cette démo qui viendra nous dire le contraire...

    Le cd commence très fort avec une bonne intro débouchant sur ce qui reste un de mes morceaux favoris de NM : riffs accrocheurs, éléments folkloriques évoquant la tristesse d’un paganisme perdu, Lunar Poetry est en fait à l’image du reste de l’album. NM nous délivre un black métal païen efficace, sans tomber dans l’utilisation excessive d’éléments folkloriques, ce qu’il m’arrive de reprocher à certains spécialistes du genre (Temnozor, Kroda, …), groupes que j’adore néanmoins !

    Coté instruments, on peut d’abord remarquer que le son, sans être exceptionnel, est plus que respectable pour une démo, surtout pour du black. La production est assez claire et l’on peut distinguer sans problème les différents instruments. On peut noter également l’abondance dans l’usage des synthétiseurs et l’utilisation d’une boite à rythme. Personnellement, je trouve que cela crée une atmosphère particulière même si j’ai parfois l’impression que les sons sortent d’un synthé amateur ! Enfin, quelques bons solos et une reprise de Celtic Frost viennent agrémenter cet opus qui vous l’aurez compris, est mon préféré de NM, derrière Goathorns.

    Je termine cette chronique en citant quelques titres que je trouve particulièrement réussis : Lunar Poetry, perun’s celestian silver, …and winter becomes et autodafe – barbarians dreams, qui conclut la démo de façon magistrale.

    Note finale : 16/20

    8 Commentaires

    0 J'aime

    Partager

    ceth - 13 Mars 2008: Exact, mais quand je dis que l'idéologie influence la musique, je ne parle pas des lyrics mais bien des convictions et des croyances. De toute façon, la plupart des groupes nsbm abordent des thèmes païens, en particulier le paganisme germanique, qui a d'ailleurs fortement influencé l'"idéologie" dont nous parlons, pour ne pas la citer.
    elando - 16 Mars 2008: C'est vrai. Tu as tout à fait raison et il n'y a pas de façon "NS" de jouer du black donc les groupes ayant ces idéologies abordent des thèmes propres a leurs cultures et à leurs croyances comme tu le disais.
    ceth - 17 Mars 2008: Nous sommes donc d'accord :)
     
    Teukeur - 03 Mai 2008: dla merde de NSBM, ça n'a rien à foutre ici
      Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire