NeChrist

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nokturnal Mortum
Nom de l'album NeChrist
Type Album
Date de parution Novembre 1999
Labels Oriana Music
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album149

Tracklist

1.
 The Funeral Wind Born in Oriana
Ecouter06:35
2.
 Night Before the Fight
Ecouter06:34
3.
 Black Raven
Ecouter08:10
4.
 The Call of Aryan Spirit
Ecouter05:54
5.
 The Child of Swamps and Full Moon
Ecouter05:35
6.
 Death Damnation
Ecouter05:32
7.
 In the Fire of the Wooden Churches
Ecouter07:08
8.
 Jesus' Blood
Ecouter06:09
9.
 NeChrist - the Dance of Swords
Ecouter06:32
10.
 Perun's Celestial Silver
Ecouter08:21

Durée totale : 01:06:30

Acheter cet album

Nokturnal Mortum



Chronique @ Nattskog

16 Mai 2004
Nokturnal Mortum joue du pagan black. C’est dit c’est clair ! Je n’en écoute pas beaucoup dans ce style, mais de leurs albums, celui-ci est le plus païen qu’ils aient fait !
Alors, le style, c’est quoi ?
Pas du black sympho ! Pour faire simple, c’est une musique très violente, assez entraînante, composée de pleins d’instruments originaux, folkloriques, voire classiques, mais pas à la manière du black sympho habituel.
Pour ceux qui connaissent Fintroll, on peut en rapprocher l’usage des instruments folkloriques, c’est à dire entraînant, original et pas collé aux guitares.
Je n’hésiterai cependant pas à dire que « NeChrist » est un album dangereux. Disons qu’il ne faut pas le faire écouter à des gens qui ne connaissent pas, car le style peut surprendre – mais surtout, il ne faut absolument pas se laisser tenter par l’atmosphère violemment et volontairement attractive, et surtout très curieuse : cet album est particulièrement ensorcelant, la magie noire se sent à dix kilomètres (et les bûchers à 15)… pas à dire, c’est envoûtant !
Pour décrire brièvement l’album, il faut dire qu’il est composé de 88 morceaux, pour une durée totale de 72 minutes… les titres sont assez longs dans leur ensemble, mais du 10ème au 87ème, se sont des bruits enregistrés dans une forêt, comme entre deux Sabbats, puis la messe reprend de plus belle.
Les compositions sont magnifiques, le jeu est très bon, l’album est assez bien produit… il faut tout de même une mention spéciale pour le batteur : il joue énormément sur les cymbales, mais son jeu de double grosse caisse est le summum de la perversion technique !!! Je n’ai jamais entendu de telles variations à cette cadence, des syncopes, des reprises, … bref, il est excellent, le son de la batterie le met bien en valeur et on peut considérer que sans lui, l’album perd presque 40% de son charme.
L’artwork maintenant. Il est sobre. Très sobre. Et surtout très malsain, mais pas au sens où je l’aime : pour la pochette, vous n’avez qu’à voir les signes pour vous rendre compte des orientations politiques du groupe (bien que sur cet opus, ils utilisent encore leur logo « commercial », contrairement à la suite) ; sous le CD on a droit au même symbole que sur la pochette derrière la croix retournée, mais fait avec des kalachnikovs (4 en tout dont les chargeurs contribuent à former une svastika, signe tristement célèbre depuis le IIIème Reich) et une rangée de balles fait le contour. Alors voilà… rien aurait suffi. Enfin je veux dire, une couverture toute noire. Mais bon, c’est comme ça. Que ceci ne vous empêche pas d’écouter l’album, qui n’en est pas moins bon ! Le livret est sobre lui aussi : il comprend les noms des participants, et les noms des titres. Point.
Bon, pour conclure, je recommande cet album, et je ne le recommande pas. Il est excellent musicalement. C’est pour moi le summum du groupe à l’heure actuelle. Mais je pense qu’il faut vraiment se pencher dessus qu’après avoir acquis une certaine maturité d’esprit qui pourra servir de garde-fou en cas de tentation malsaine.

Je me permts d'ajouter que je viens de voir qu'une réédition par Oriana Productions (le label du groupe) est disponible, avec textes et traductions en anglais des chansons, ainsi qu'un titre bonus inédit : une reprise de Motorhead.

Nattskog

7 Commentaires

14 J'aime

Partager

 
brume - 01 Juin 2007: Exellente chronique,à l'image de ce qui reste à mes yeux pour un des meilleurs albums de black metal .Il est vrai que cette qualités nous fait enjamber les idologies politiques ,du reste celle-ci ne sont pas au premier plan (cela dépend de quel plan nous nous plaçons en fait ).

Je dirais tout de même ,moi qui ai la réédition d'oriana que nokturnal mortum ne brille pas pour la qualités de ces reprises (ici motörhead deaf forever)par contre le groupe reprend un vieux morceaux des premiers albums écrit en russe d'une exelente manière.
enthwane - 23 Juin 2009: A mon avis, pour reprendre Peter K., le choix des 88 morceaux n'est certainement pas un hasard.
Excellente chro pour un excellent album, déroutant à la première écoute mais qui se révèle trés riche.
Fenrisulfr - 06 Juillet 2010: Le black metal pris séparement est médiocre, les instrumenst folkloriques pris séparément sont médiocre, mais les deux réuni donnent un très bon résultat. Outre l'ambiance l'interêt de cet album est d'entendre des instruments peu commun pour nous. Sinon il y a quelques longueurs et bruits de la nature inutile.
 
Sleipnir - 08 Septembre 2010: effectivement très déroutant à la première écoute....ils ont évolué depuis Lunar Poetry et Goat Horns, c'est visible, étrange au départ, mais pas désagréable du tout bien au contraire. Un album envoûtant au possible, malgré sa dangerosité....
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ valentheris

19 Décembre 2010

Nechrist est certes assez spécial dans la discographie du groupe...mais reste une œuvre honnête et prenante.

Alors que leur premier Full-Lenght "Goat Horns" n'avait même pas vu le jour, la réputation de Nokturnal Mortum prenait déjà une ampleur sérieuse de par l'intérêt que suscitait leurs deux premières démos. "Lunar Poetry" n'en était même pas à un an d'âge que le géant allemand Nuclear Blast voulait attirer Varggoth et ses compagnons dans ses filets pour la sortie de leur premier album officiel. Ces derniers se virent essuyer un refus, le chef de troupe Ukrainien voulant garder une liberté artistique totale et ne voulant pas participer à l'expansion des grandes maisons de disques. Le résultat est toujours le même aujourd'hui, l'excellent "Goat Horns" et le terrible "To the Gates of Blasphemous Fire" ayant démontré que ce choix était en fin de compte des plus judicieux, l'imagination du groupe pouvant s'épanouir selon leur désir.
Néanmoins, un doute planait toujours sur l'idéologie du quintet. Après avoir changé de logo (le premier contenant une croix gammée) et leur musique faisant principalement la gloire des vieilles traditions et de leur pays natal, l'auditeur lambda était un peu perdu quand à l'idée qu'il devait se faire du groupe. C'est en ce contexte brumeux que "NeChrist" arriva, à l'aube de notre troisième millénaire, afin de mettre les points sur les "i", peut-être malgré lui. Varggoth n'avait alors pas réellement mis son idéologie en avant dans sa musique, mais laisse exploser sa rage, ses idées et sa haine sans concession en cette cinquième offrande musicale qui du coup ne laisse plus planer le moindre doute.

Musicalement parlant, là où Goat Horns arborait un Black symphonique ambitieux aux compositions travaillées dans leurs formes, offrant un vrai voyage dans les contrées ukrainiennes sans pour autant regorger d'instrumentations et de samplers clichesque et où To The Gates... témoignait encore une fois de l'inspiration du maître à penser et des capacités musicales de NM, déployant des titres parfois assez complexes et de fort bonne facture dans l'ensemble, NeChrist est une œuvre païenne de haine, de froideur et d'arts occultes ancestraux qui tranche avec le reste.
La production offerte par D. Bondarenko au Beat Studio est bien plus raw et sombre que ce que le groupe avait fais jusqu'à présent (ou du moins, l'est d'une manière différente). Dès les premières notes de guitares de "The Funeral Wind Born In Oriana", l'auditeur se retrouve plongé dans une lointaine forêt, en pleine nuit, s'égarant jusqu'à tomber sur un grand groupe de personnes festoyant d'un côté et se livrant aux plus sombres rituels possibles d'un autre. On regrettera par contre qu'en contrepartie certaines parties soient gâchées, que ce soit le son de la batterie parfois trop plat ou étouffé ou encore l'assourdissement des guitares ou de la basse au profit des claviers ou des instruments folkloriques, les précédents opus étant bien plus homogènes à ce niveau-là.

Les capacités musicales des différents membres de la formation restent toujours égales à elles-même, les guitares s'entrelacent dans un riffing hargneux toujours soutenus par la bonne prestation aux fûts de Munruthel capable d'alterner entre un rythme martial servant lui aussi à l'ambiance et des blasts des plus vindicatifs lors des moments de puissance des différentes pistes. Un bon nombre d'instruments originaux font leur apparition également (Domra, Drymba, sopilkas, zitra) apportant leur touches folkloriques (assez bien distillées par ailleurs) comme pour l'introduction du premier titre, ou alors sur "NeChrist - Dance Of The Swords" morceau à tiroir variant entre passages plus véloces et parties instrumentales plus posées et qui se veut être un bon résumé de l'album en ce pénultième instant. Les bonnes compositions ne manquent pas entre le fameux "Black Raven", qui non content d'être un classique en live est certainement l'une des pièces maîtresse du groupe : guerrier, épique, empli de magie noire et surtout à l'atmosphère très prenante, une piste de choix aux côtés d'un "Night Before The Fight", le précédent avec ses rythmiques étouffantes en son départ, la voix de Varggoth étant particulièrement haineuse et les claviers de Saturious très ténaces et hypnotiques. N'oublions pas bien sûr les brutaux "Death Damnation" et "Jesus'Blood" relevant le niveau de violence de l'album avec leurs arpèges batailleuses et toujours teintées de ces ténèbres inhérentes et indélébiles à cet album.

NeChrist est certes assez spécial dans la discographie du groupe, bien plus sombre que tout les autres et où l'idéologie pourrait en déranger plus d'un (quatre-vingt-huit pistes, des patronymes comme "The Call Of Aryan Spirit"...), mais reste une œuvre honnête et prenante dans son ambiance bien qu'en dessous des meilleures offrandes de Nokturnal Mortum à l'heure actuelle. À la fois populaire et haïs pour différentes raisons, valables ou non, la magie de Nokturnal Mortum opère tout de même, bien que sous un visage différent et parfois déroutant.

3 Commentaires

4 J'aime

Partager
morgothduverdon - 19 Décembre 2010: Merci:)
Seul - 21 Juin 2011: "le géant allemand Nuclear Blast voulait attirer Varggoth et ses compagnons dans ses filets pour la sortie de leur premier album officiel."

Super comme métaphore ! Au moin Nokturnal Mortum est moin con qu'un poisson ! Ils ont raison, la musique avant tout. Au moin un groupe de sauvé.
Morgart - 03 Novembre 2011: Merci pour la chro!

Je ne comprends pas pourquoi tu considères cet album spécial (d'autant plus qu'une des caractéristiques du groupe est d'avoir sans cesse évolué et changé). Il est dans la continuité de to the gates (qui est pour moi le plus furieux du groupe)en ajoutant des touches plus folkloriques et étant un poil plus sombre. Il est souvent considéré comme le meilleur mortum... et c'est le cas pour la période brutale des urkrainiens (vu que c'est délicat de le comparer aux post-munruthel et aux débuts).
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Mika_Helvetia

20 Mai 2006
Nokturnal Mortum n'est, pour certains, qu'un groupe national socialiste à tendences très clairement marquées néo-nazies. Mais pour d'autre il s'agit non seulement d'une sorte d'emblème du Black Metal de l'Europe de l'Est et également une sorte de pilier du Black Pagan de ces régions voir du Pagan en général.
Ne Christ est loin de faire exception à la règle et est, par la même occasion, un album phare du groupe Ukrénien !
Pour mettre l'auditeur (qui se devrait à mon avis être un peu expérimenté dans le style) dans une ambiance médiévale, naturelle... payenne !, c'est une courte intro aux raisonnances de chants d'oiseaux et de trompettes de guerre. Puis soudain c'est le choc ! Une violance musicale telle une tempête s'abbat sans crier gard appuyés par des claviers aux raisonnances médiévales pour The Funeral Wind Born In Oriana ! Toujours aussi puissant pour Night Before The Fight qui raisonne toutefois plus martialement. Accalmie relative avec Black Raven qui toujours aussi guerrier appuie plus sur le côté pagan de l'instrumentale avec en plus des voix féminines, de même avec The Call Of Aryan Spirit qui toutefois part plus dans un côté dépressif et funeste. Repartons au combat emplit de haine et de soif de victoire avec The Child Of Swamps And Full Moon qui ne perd pas le paganisme des dernière pistes pour autant tout comme Death Damnation. In The Fire Of The Wooden Churches est très étrange... une sorte de mélange de Heavy Metal et de Black Pagan assez réussi à mon avis. Sombre ténébreux, blasphématoir et envoutant, c'est Jesus' Blood. Une des meilleures pistes de l'album. La fin de la guerre est annoncée par le victorieux NeChrist: The Dance Of Swords enchainé par un festif (si vous n'aimez pas les morceaux joyeux ne l'écoutez pas) Perun's Celestial Silver, parfait pour une soirée dont le thème serait la bière, la forêt et le paganisme !

2 Commentaires

8 J'aime

Partager
_morwenn_ - 17 Octobre 2007: tu m'as vraiment donné envie de trouver cet album !! (en esperant qu'il soit trouvable :p) merci ^^
MikeSlave - 14 Septembre 2009: album sympa mais un poil trop orienté à mon goût.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Gothmog

16 Juillet 2004
Nokturnal Mortum frappe très fort avec cet album: alors que "To the Gates..." se rapprochait plus de groupes comme Emperor, ici il s'agit bien de black folklorique, enfin plutôt d'une alternance entre du black sympho hystérique, puis des passages ultra folkloriqueS (ici, le groupe a joué avec un vrai orchestre folk, et ca s'entend) qui vont du violon tzigane de "The funeral Wind Born in Oriana" à la flûte de "The Call of Aryan Spirit", en passant par la cornemuse de "Black Raven". Mais ce qui frappe dans l'album (si on le possède en original) c'est le fait qu'il y ait 88 pistes. En effet, après un bon nombre de bruits forestiers, on a droit à une superbe reprise de "Perun's Celestial Silver", un morceau de Lunar Poetry. Et puis malgré les théories quelque peu... fumeuses présentées sur certaines chansons, ca reste quand même un des meilleurs albums de black metal folklo ! Morceau recommandé: "Perun's Celestial Silver"

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire