Weltanschauung

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nokturnal Mortum
Nom de l'album Weltanschauung
Type Album
Date de parution Mars 2005
Labels Oriana Music
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album143

Tracklist

1.
 The Path of Immortals
Ecouter02:26
2.
 I Feel the Breath of Ragnarok
Ecouter08:06
3.
 Stardust
Ecouter02:27
4.
 Weltanschauung
Ecouter08:32
5.
 Sorrow of Native Lands
Ecouter03:21
6.
 Hailed Be the Heroes
Ecouter08:15
7.
 The Dance of Fire and Steel
Ecouter01:47
8.
 The New Era of Swords
Ecouter07:40
9.
 Endless Vast Swamps
Ecouter01:29
10.
 The Knots Upon the Thread of Fate
Ecouter10:39
11.
 Harvesting the Seeds of Death
Ecouter01:52
12.
 The Taste of Victory
Ecouter12:24
13.
 The Way of Glory
Ecouter02:51

Bonus
14.
 Untitled Track
Ecouter03:00

Durée totale : 01:14:49



1.
 Put Bessmertnyh
Ecouter02:26
2.
 Dyhane Ragnarjoka
Ecouter08:06
3.
 Zvjoznaya Pyl
Ecouter02:27
4.
 Mirovozzrenie
Ecouter08:32
5.
 Pechal Rodnyh Zemel
Ecouter03:21
6.
 Slava Geroyam
Ecouter08:15
7.
 Tanec Ognya i Stali
Ecouter01:47
8.
 Novaja Era Mechej
Ecouter07:40
9.
 Beskrajnie Toli
Ecouter01:29
10.
 Niti Sudbonosnoj Uzly
Ecouter10:39
11.
 Sobiraya Smerti Posev
Ecouter01:51
12.
 Vkus Pobedy
Ecouter12:24
13.
 Doraga Slavy
Ecouter02:51

Bonus
14.
 Untitled Track
Ecouter03:00

Durée totale : 01:14:48

Acheter cet album

Nokturnal Mortum




Chronique @ Nattskog

13 Novembre 2005
Pour ne pas faire doublon avec l’excellente chronique d’Asthur, je vais plutôt axer mon texte sur les émotions qui s’échappent de cette « vision du monde » de Nokturnal Mortum. La plupart des longs morceaux (« Weltanschauung », « The New Era of Swords » et « The Taste of Victory ») sont issus de la démo « The Taste of Victory » que j’ai déjà chroniqué jadis dans nos pages. Ce sont donc de très bons titres, entre épique et folklorique, parfois presque féerique même tant l’usage des claviers, la lenteur de certains passages et les atmosphères sont envoûtantes…

Le mot est lâché : encore une fois, tout est dans les ambiances. Après « NeChrist » qui nous faisait voyager dans une vaste forêt d’Ukraine peuplée de barbares, de sorcières et de chevaliers, « Weltanschauung » (tiens c’est marrant, Word reconnaît ce mot !) poursuit l’évolution musicale du groupe sur la voie qu’avait tracée « The Taste of Victory » : assez triste, voire par moment franchement déprimant (la conclusion est terrifiante – on en reparlera). Mais le côté triste ne prime pas tout au long de l’album : c’est un peu comme un champ de bataille, parfois on charge, parfois on attend, et à d’autres moments on pleure les morts.
C’est donc un album très contrasté, avec des passages bien bourrins (tout de même moins que sur « NeChrist » mais pas mal) et des passages ambiant ou complètement folk, plus courts bien entendu, mais tout de même bien présents, parfois au sein même de titres Black par la seule présence de chœurs ou de claviers très atmosphériques, voire cosmiques. Pour une galette de près de 75 minutes, c’est un apport très important ces variations car elles permettent de ne jamais s’ennuyer, de former un ensemble aéré. Pour pousser l’image un peu plus loin, on pourrait même dire que l’album "respire" avec ces breaks. En tout cas on ne tombe pas dans le compacte chiant, comme Graveland sait le faire, malgré son bon potentiel : même si tout le disque semble basé sur une ligne directrice bien définie, on ne peut pas dire au bout du 10ème titre « oh mais j’ai déjà entendu celui là il y a 5 minutes ».
Oui alors parlons un brin de cette fameuse ligne directrice… évidemment, je ne connais pas les intentions du groupe lors de la composition de cet opus, mais il me semble que tout le côté épique n’est pas là que pour faire joli. C’est surtout lorsqu’on entend la fin qu’on peut penser cela : tout l’album ne serait qu’un vaste champ de bataille – d’où le titre de la démo qui précède l’opus : « The Taste of Victory » et le titre du même nom que l’on retrouve en 12ème place. Allons plus loin : ce 12ème titre est le dernier proprement Black de l’album. « The Way of Glory » laisse parler les mitrailleuses et les samples tirés de films de guerre (sans aucun doute de 1939-45 vu les orientations du groupe), le tout par-dessus une nappe de claviers très cosmique, éthérés, magnifiques qui contrastent énormément avec les bruits de combat que l’on entend derrière… On s’imagine bien à l’agonie sur le champ de bataille, attendant la mort arriver, fataliste, vautré dans la boue déjà pleine de sang. Mort qui arrive avec le dernier titre, celui qui ne porte pas de nom, qui me fait complètement tripper par le désespoir qu’il porte en lui. Surtout après « The Taste of Victory » qui n’est franchement pas gai, cet album se conclut sur une touche vraiment magnifique, qui vous dit « remet moi à zéro et recommence ». Oui ça m’arrive souvent de le passer en boucle.

Que dire en conclusion… ? L’inspiration se tarit avec une fin aussi forte. Une fois encore, Nokturnal Mortum sort un album dément, encore une fois il nous tarde d’entendre la suite. Cet album est une perle, un bijou même. Je ne sais pas s’il s’agit de leur meilleur, mais certainement de leur album le plus triste. Recommandé aux amateurs de Black Folklorique ou Païen c’est clair et à tous ceux qui aiment la belle musique.

1 Commentaire

10 J'aime

Partager
Deathpair - 30 Mai 2008: Je possède la version Ukrainienne, et putain que c'est bon! Je n'ai jamais écouté la précédente démo mais je dois dire que c'est The Taste of Victory le titre qui m'aura le plus marqué sur cet album, étonnant avec son (magnifique) chant clair et sa mélodie à la gratte sublime
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ BipolarDisorder

27 Janvier 2007
La "Weltanschauung" est un terme allemand qui désigne, au moyen-âge, une conception du monde d'un point de vue métaphysique, abordée dans sa globalité. Voilà finalement, si on transfère cela à la musique, une excellente définition de ce dernier album de Nokturnal Mortum. Globalité, Moyen-Âge, métaphysique... Il y a tout cela aussi dans "Weltanschauung", et bien d'autres choses.

Tout d'abord, je tiens à préciser que je ne suis pas à proprement parler un amateur de pagan black, ce qui explique les réticences que j'avais à me lancer dans ce genre-là et ma tardive chronique. Pourtant, cet album est un de ceux qui tournent le plus souvent sur ma platine ces derniers jours (d'où l'envie d'écrire cette chronique) et je peux vous dire qu'il est grandiose et inspiré. De la grande musique. La grande classe. Pour répondre à certaines critiques concernant la présence d'interludes entre chaque chanson, ce n'est absolument pas une faiblesse de l'album, bien au contraire, surtout lorsque l'on a six titres qui dépassent presque tous les huit minutes. Ces intermèdes sont constitués de bruits de luttes (épée, mitraillette), d'ambiances médiévales (qui évoquent une place de marché ou une rue animée), d'instruments folkloriques (flûtes, guitare acoustique, cors de chasse) ou simplement de nappes de claviers. C'est précisément ces passages-là qui justifient le titre de l'album et lui confèrent sa continuité et sa cohérence. Après, si on apprécie pas, on peut toujours appuyer sur "next", c'est aussi une solution.

Ceci étant, voyons de plus près à quoi ressemble "Weltanschauung". N'étant pas musicien, je ne vais pas disséquer le son des guitares ou la technique du batteur, mais uniquement ce qui se dégage de l'opus. Comme le dit Nattskog, beaucoup d'émotions transitent dans ces 75 minutes très denses de musique, et on ne peut qu'y être sensible. Néanmoins, même sans être spécialiste, on sent une maîtrise technique et une aisance évidente. Les morceaux sont d'une qualité remarquable, et s'impriment d'eux-même dans la mémoire. On les mémorise immédiatement, et immédiatement, on a envie de refaire tourner la galette.

Les deux premiers morceaux "I Feel The Breath Of Ragnarok" et le titre éponyme sont des chefs-d'oeuvre. Sans exagérer, ils justifient à eux seuls l'achat de l'album. Nokturnal Mortum parvient à rendre palpable le souffle païen, un souffle proprement épique et, bien sûr, guerrier. Les autres morceaux sont du même calibre et ne se répètent jamais. Ils ont leur identité propre et ce, dès la première écoute, ce qui est assez rare pour du pagan. C'est aussi ce qui fait de ce groupe une référence dans son genre, et qu'il transcende son genre pour s'adresser à un public plus large que celui du pagan (moi par exemple...).

Ce qui m'a surpris également, tout au long de l'album, c'est l'amplitude de la voix de Varrgoth, capable de passer d'un chant rauque et guttural à un chant clair (comme sur "The Taste of Victory") en passant par un chant parfaitement écorché ("Hailed Be The Heroes"). Un grand chanteur, assurément. C'est à l'image de l'ensemble où la variété domine et ne finit jamais de surprendre. Les instruments folkloriques sont très nombreux et très diversifiés, et l'on a parfois du mal à les identifier. On distingue toutes les familles d'instruments : cordes, bois, cuivres, le tout d'une grande richesse et d'une grande intensité. A cela s'ajoutent même des choeurs (certes synthétiques), sur "The New Era Of Swords", morceau central qui concentre l'âme de l'album. On est sur un grand champ de bataille post-médiéval, en effet, mais APRES la victoire... Il y a un côté festif (attention, je n'ai pas dit joyeux) dans les compositions qui sont comme autant d'hymnes à la guerre. Prenez donc "festif" dans le sens où on ferait la fête avec la tête de ses ennemis au bout d'une pique... Vous voyez ce que je veux dire ?

Voilà à coup sûr un très bel album, très bien produit, et que l'on écoutera encore dans quelques années avec autant de plaisir. Un investissement qui mérite d'être fait, surtout lorsque l'on voit la quantité de groupes "jetables" qui pullulent de nos jours...

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Aspartam

06 Janvier 2006
Groupe de la scène black Ukrainienne, Nokturnal Mortum doit sa réputation à son mélange de Black Metal avec des instruments folkloriques de leur région ainsi qu'aux propos tenus par son leader, Knjaz Varggoth...

6 ans après leur dernier album (NeChrist), le groupe sort un CD ou les parties Folkoriques sont bien mieux intégrées, bien mieux senties...

Alors, venant au fait, que vaut cet album? L'avis peut être assez mitigé... Sur les 14 plages qui le forment, seulement 6 sont de vraies chansons, les autres sont des intermèdes musicaux avec des bruits de la nature (oiseaux, eau qui coule, etc), flûte, etc dont certains laissent vraiment à désirer... L'autre problème de l'album, c'est que sur les 6 vrais morceaux, 3 figuraient déjà sur leur dernier MCD (The Taste of Victory) mais dans une version différente... Donc, 3 chansons vraiment inédites, cela fait peu...

On ressent que Nokturnal Mortum a délaissé l'aspect "bourrin" de leur dernier album pour privilégier les ambiances folkloriques , épiques, ce qu'ils font à merveille! A l'écoute de ce CD, on pourrait se croire sur un champ de bataille, ou dans une arène au temps des romains (cf => la pochette est tirée sur film Gladiateur). Les riffs sont plus recherchés et travaillés que sur NeChrist, ils ont repris plus d'importance! Les claviers sont très bien placés, ainsi que les parties aux instruments folkloriques. Justement, parlons-en, alors que certains pouvaient dire qu'ils faisaient tache sur les précédents opus, sur celui-ci on sent que les musiciens les maîtrisent vraiment, et ils sont très bien intégrés aux morceaux.

Au final, les chansons sont très bonnes, la production est bonne, on arrive à distinguer tous les instruments, mais Nokturnal Mortum laisse un goût d'inachevé... On en voulait/attendait plus... Un album à avoir si l’on ne possède pas déjà The Taste of Victory!

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire