The Ultimate Death Worship

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Limbonic Art
Nom de l'album The Ultimate Death Worship
Type Album
Date de parution Septembre 2002
Style MusicalBlack Symphonique
Membres possèdant cet album97

Tracklist

Re-Issue in 2010 by Candlelight Records with One Bonustrack
1.
 The Ultimate Death Worship
 07:59
2.
 Suicide Commando
 07:20
3.
 Purgatorial Agony
 03:25
4.
 Towards the Oblivion of Dreams
 10:07
5.
 Last Rite for the Silent Darkstar
 02:28
6.
 Interstellar Overdrive
 06:04
7.
 From the Shades of Hatred
 06:10
8.
 Funeral of Death
 08:05

Bonus
9.
 Voyage of the Damned
 04:40

Durée totale : 56:18


Chronique @ BEERGRINDER

16 Juillet 2010
Emperor et Arcturus restent les premiers à avoir osé inclure des claviers à forte dose dans leur musique créant du même coup le Black symphonique, mais Limbonic Art a poussé le concept encore plus loin, proposant littéralement des orchestrations qui lui vaudront d’être qualifié de Black Metal wagnérien sur Moon in the Scorpio.
Mais avec Ad NoctumDynasty of Death le disque précédent, un revirement notable intervenait : leur mysticisme galactique et symphonique y était toujours présent, mais un peu atténué au profit d’un surcroît d’agressivité et de guitares enfin mises en avant.
Dévoilé au sein d’une année dominée par les nouvelles terreurs du Death Metal, The Ultimate Death Worship (2002) 5ème réalisation du duo norvégien était attendu de pieds fermes par les fans, une partie d’entre eux espérant un retour au tout symphonique, mais Daemon et Morfeus ne sont pas du genre à faire marche arrière…

Pentragram et paysages interstellaires, voici l’artwork (dessiné par Morfeus himself) de ce disque qui ne rompt pas avec la tradition Limbonic Art mêlant ésotérisme et satanisme. Musicalement on reste sur la voix tracée par Ad Noctum : un Black Metal symphonique racé, sachant aussi bien alterner violence et atmosphère qu’unir les deux. The Ultimate Death Worship donne le ton avec d’entrée des guitares appuyées ne figurant pas sur les anciennes réalisations, et également des parties très incisives presque à rapprocher du Death Metal. En revanche on retrouve ce son de clavier particulier qui fait tout le charme de Limbonic Art et un refrain final martelé avec tant de volonté qu’il devient vite inoubliable.
Suicide Commando est encore plus rapide, donnant l’impression de traverser le cosmos au sein d’une comète, un titre alliant pouvoir symphonique et agressivité musical avec brio, l’un des meilleurs de l’album.

Pour la première fois les norvégiens ont mis en boite la galette dans leur propre home studio, se permettant de peaufiner au mieux le niveau des différents instruments, et se lâchant littéralement au niveau du chant avec des plages (parfois superposées) très variées et travaillées.
Quelques nouveautés font aussi leur apparition comme ces tracks Dark Ambiant de Purgatorial Agony et Last Rite for the Silent Darkstar, offrant un intermezzo (plus ou moins dispensable) entre les assauts. Quoi qu’il en soit la grande pièce centrale Towards the Oblivion of Dreams emporte l’auditeur dans un voyage initiatique et torturé au cœur du cosmos : introduction emphatique, riffs étranges et entêtants, claviers épiques, passages lourds, interludes narrés, claviers et guitares mélancoliques : le duo sort tout l’attirail.

Un petit cran en dessous de Ad NoctumDynasty of Death, The Ultimate Death Worship reste toutefois un disque de haute volée, injustement boudé par les fans rigides, nostalgiques du tout symphonique. Je conseille donc à ces derniers de faire un effort et de jeter une oreille au captivant Funeral of Death, dont le côté symphonique (surtout à la fin) allié au jeu de basse pulsant fait merveille.

Même si le souffle mystique des 4 premiers disques s’est un peu estompé, The Ultimate Death Worship montre toujours un indéniable talent de composition et propose un style immédiatement identifiable, ce qui en soit est déjà un signe important de qualité.

BG

2 Commentaires

6 J'aime

Partager
BadaOfBodom - 16 Juillet 2010: Merci pour cette chronique.

A vrai dire, je ne pense pas être un fan rigide de la première époque de Limbonic Art, même si "Moon In The Scorpio" est une des meilleures réalisations en Black Symphonique qu'il m'ait été donné d'écouter. En fait, je trouve "Ad Noctum" vraiment très bon, et j'apprécie par ailleurs beaucoup "Legacy Of Evil". Mais "The Ultimate Death Worship" me semble être l'album le plus "plat" de Limbonic Art, après toutefois un "Epitome Of Illusions", assez maladroit... Le tout est trop homogène à mon goût : non seulement c'est moins symphonique qu'un "Legacy Of Evil" (cf. "Twilight Omen"), mais en plus je ne retrouve pas les riffs démentiels d'un "Ad Noctum" (cf. "Pits Of The Cold Beyond"). Néanmoins, et c'est bien de l'avoir sacralisé, "Suicide Commando" est un morceau magistral ; le meilleur de l'album à mon sens. Le reste n'est pas mauvais, mais peut-être un peu trop monotone pour mes oreilles...
SatanicBear - 17 Juillet 2010: Merci pour la chronique !
Je vais me le réécouter tiens !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ epicepictave

24 Septembre 2006
Pour leur dernier album, Limbonic Art a vraiment fait fort.
Mais il faut savoir qu'ils s'orientent davantage vers du true black que du black symphonique.
Dès la première écoute, on peut se dire que l'on tient là un album de black très abouti et personnel.
The Ultimate Death Workship possède une atmosphère très froide et agressive, parsemée de riffs plus entrainants les uns que les autres et agrémentés d'un clavier assez discret et qui ne possède pas un role majeur. C'est donc la guitare qui domine et qui se charge de nous transmettre une violence ténébreuse et continue.
La batterie va dans ce sens puisque de nombreux blast beat accompagnent la musique. Et que dire des vocaux? Ils sont tout simplement abominables et d'une qualité à vous glacer le sang!
Personnellement je crois bien que c'est mon vocaliste préféré, avec une très bonne articulation et une régularité sans faille.
On trouve également deux pistes sur le cd qui ne sont remplies que de vocaux, histoire de nous mettre dans leur ambiance et leur atmosphère, mais vous pourrez ainsi mieux apprécier les qualités du vocaliste.
Quant à la petite dernière, "Funeral of Death", elle est unique en son genre, extremement intense par sa rythmique et sa batterie et inspirée par Wagner sur certains passages, faisant ainsi ressortir une grandiloquence et une violence martiale des plus appréciées, avant de finir par un clavier plus présent que sur le reste de l'album et d'une manière magistrale.
Je me rends compte que cet album est très difficile à décrire mais je ne peux en dire que du bien pour tout fan de black sincère et dominateur, Limbonic Art achève là avec honneur sa carrière!

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire