The Scarred People

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Tiamat
Nom de l'album The Scarred People
Type Album
Date de parution 26 Octobre 2012
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album53

Tracklist

1.
 The Scarred People
 06:51
2.
 Winter Dawn
 04:22
3.
 384 Ekteis
 04:34
4.
 Radiant Star
 03:53
5.
 The Sun Also Rises
 05:17
6.
 Before Another Wilbury Dies
 01:43
7.
 Love Terrorists
 05:53
8.
 Messinian Letter
 04:28
9.
 Thunder & Lightning
 04:41
10.
 Tiznit
 03:08
11.
 The Red of the Morning Sun
 04:29
14.
 Divide (Live)
 

Bonus
12.
 Born to Die
 
13.
 Paradise
 
15.
 Cain (Live)
 

Durée totale : 49:19


Chronique @ growler

13 Avril 2014

"The scarred people" laisse une impression mitigée

Je ne vous ferai pas l'affront de vous présenter Tiamat, combo emblématique de la scène rock/gothic atmosphérique, mené de main de maître depuis 1988 par Johann Edlund. Le principal fait d'armes de Tiamat est sans conteste "Wildhoney" qui marqua un tournant musical dans l'histoire du trio. En effet, Tiamat tourna définitivement le dos au "death-metal atmosphérique" de leur début pour s'orienter vers un "rock gothique" saupoudré d'une touche d'électro. Au cours de ces dernières années, le combo alternera entre le bon ("A Deeper Kind of Slumber") et le moins bon ("Skeleton Skeletron"). Mais le précédent opus est marqué par un regain d'inspiration certain, "Amanethes" est un concentré de mélancolie, de blues, de dépression mais aussi de violence qui permit à Tiamat de reconquérir son trône. Après quatre ans d'absence, le trio nous revient avec "The Scarred People" toujours produit par Johann Edlund, qui s'est aussi occupé de l'artwork.

Le premier titre éponyme nous accueille dans une ambiance inquiétante créée par des claviers aux sonorités symphoniques du plus bel effet, puis les guitares arrivent en trombe, suivies de la voix si particulière de Johann Edlund. Ce morceau est assez rythmé et est doté d'un refrain absolument imparable, qui n'est pas sans rappeler Sister Of Mercy. "The Scarred People" squattera la set list du groupe pendant longtemps et fera un malheur en concert.

D'autres compositions sortent également du lot comme "Love Terrorists" qui alterne entre passages lents et dépressifs, et refrains entraînants, mais surtout "Thunder and Lightning" qui est l'autre tube du disque. Ce morceau possède une rythmique appuyée et un refrain absolument éclatant, il en ressort un étonnant dynamisme mélangé à la mélancolie si caractéristique de Tiamat.

Le trio excelle aussi lorsqu'il ralentit le tempo, et l'essence même de Tiamat est mise en exergue. Il suffit de jeter une oreille attentive à "Radiant Star", "Messinianleter" ou "Tiznit", qui est d'ailleurs le pendant parfait de "Thunder and Lightning". L'influence Pink Floyd qui avait émergée à l'époque de "Wildhoney" est toujours présente et ressort particulièrement sur ces morceaux.

La voix de Johann Edlund est toujours aussi hypnotique, grave, voire religieuse, mais il sait se faire envoûtant et sortir de ce registre à l'image de "The Red of the Morning Sun". Le reste du groupe suit son mentor, tel un orchestre qui suit son chef, et sont de parfaits exécutants.

Cependant, même si "The Scarred People" s'écoute avec un grand plaisir, il manque quelque chose à votre serviteur (qui suit la carrière du groupe depuis "Summerian Cry"). Les plus grands opus du groupe que sont "Clouds" ou "Wildhoney", à certains moments, sont dotés d'une âme, cette particularité qui fait d'un bon disque, un classique. Aussi, et ce n'est qu'un avis personnel, le bon ("The Scarred People", "Thunder and Lightning" ou "The red of the Morning Sun") côtoie le nettement moins bon ("Winter Dawn" ou "384Ekeis"). La présence de compositions instrumentales comme "Tiznit" et "The Sun Also Rises" auxquelles nous pourrions rajouter "Before Another Wilbury Dies" (puisque ce titre est doté de voix hypnotiques, totalement incompréhensibles), cassent considérablement le rythme du disque, la présence d'un producteur extérieur aurait peut-être permis au groupe de prendre un peu de recul.

Au final, "The Scarred People" laisse une impression mitigée à l'issue de l'écoute intégrale du disque. Certains morceaux comme "The Scarred People" ou "Thunder and Lightning" deviendront assurément des classiques, mais le talent et l'intelligence d'écriture ne feront pas de cet opus un disque intemporel. Pire, Tiamat essaie de nous resservir la même recette, qui a fait le succès de "Amanethes", mais l'âme et la conviction en moins.

Moyen, surtout après une si longue attente.

3 Commentaires

4 J'aime

Partager
ROSENROT - 15 Avril 2014: Bonjour, et merci pour la chronique. Je suis d'accord, ce n'est pas du grand Tiamat, c'est moins profond et inspiré que le très bon Amanethes ; de plus, les morceaux bonus n'apportent pas grand chose. Cela dit, ça reste du Tiamat, il y a toujours ce petit quelque chose qui met le vague à l'âme, ce goût de reviens-y. Donc, en tant que fan, j'apprécie ce disque, même si peut mieux faire (moyennement convaincue par la pochette, aussi).
choahardoc - 16 Avril 2014: Amanethes like? Amanethes 2 bien sûr. Tiamat avance toujours mais maintenant, espérons-le, par cycle de deux albums. C'est l'impression que m'avait donné Prey après le bon Judas Christ et peut-être que Edlund & Cie se renouvelleront un peu à la prochaine étape. Pour ma part, j'ai bien apprécié ce LP mais il est certain que Tiamat peut et doit se montrer plus original.
Adeline_moyon - 28 Avril 2014: Après écoute du premier titre ça me donne envie d'écouter la suite. Je retrouve dès les premières note l'ambiance de judas christ que j'adore. Cependant je reste nostalgique de l'album the astral sleep car j'ai découvert TIAMAT avec cet album.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire