A Deeper Kind of Slumber

Liste des groupes Metal Gothique Tiamat A Deeper Kind of Slumber
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Tiamat
Nom de l'album A Deeper Kind of Slumber
Type Album
Date de parution 12 Août 1997
Labels Century Media
Produit par Dick Draeger
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album151

Tracklist

Re-Issue in 2007 by Century Media.
1.
 Cold Seed
 03:52
2.
 Teonanacatl
 04:17
3.
 Trillion Zillion Centipedes
 01:30
4.
 The Desolate One
 03:44
5.
 Atlantis as a Lover
 05:28
6.
 Alteration X 10
 05:09
7.
 Four Leary Biscuits
 04:03
8.
 Only in My Tears It Lasts
 04:48
9.
 The Whores of Babylon
 03:53
10.
 Kite
 02:02
11.
 Phantasma de Luxe
 04:57
12.
 Mount Marilyn
 10:34
13.
 A Deeper Kind of Slumber
 05:47

Bonus
14.
 Only In My Tears It Lasts (The Cat Mix)
 05:25

Durée totale : 01:05:29


Chronique @ choahardoc

04 Mars 2010

une absence totale de concessions

Nombreux sont ceux qui se souviennent aujourd'hui de l'onde de choc provoquée par la sortie du One Second de Paradise Lost, celui-ci étant la cause d'une virulente polémique sur le bien fondé d'une telle démarche artistique. A la même période, Tiamat lançait discrètement un A Deeper Kind of Slumber bien plus novateur encore. Si Wildhoney, chef-d'œuvre du Metal Atmosphérique et précédente offrande des Suédois, avait occasionné une prise de risque majeure, elle avait aussi projeté le groupe hors de la stricte sphère de l'Underground. Ne s'attardant pas sur ce succès outre mesure, les Vikings proposent cette fois une œuvre plus complexe, pétrie d'influences très variées.

"Une forme de sommeil plus profond", un tel choix de titre n'a-t-il pas de quoi rebuter les hordes de fans ayant suivi tant bien que mal l'évolution du groupe depuis son retrait, toutefois progressif, de la scène Extrême? Le leader Johan Edlund est en tout cas plus ambitieux que jamais en abordant cette nouvelle création. Seul le fidèle batteur Lars Sköld poursuit l'aventure entamée sur l'opus précédent ; les nouveaux membres, dont le bassiste Anders Iwers encore présent de nos jours, sont parfaitement à la hauteur. Toujours porté sur l'ésotérisme et les Atlantes (Atlantis As A Lover), le chanteur guitariste créée un monde plein d'ambiances, saluant les entités divines des civilisations passées. En proie à des démons plus tangibles, le songwriter se confesse sur Alteration X 10, dans lequel il réinvente son univers sous l'emprise de psychotropes. L'énumération des immondices figurant dans ce texte provoque un malaise certain pour l'auditeur.

Définir la musique de Tiamat à cette période m'apparaît comme une gageure tant sa richesse est grande. Mais bon, si vous m'avez suivi jusque là, il me semble que je vous dois quelques explications. Je vais donc m'atteler à retranscrire mon ressenti du mieux que je peux. Tiamat évolue dans un Metal/Rock tout à la fois Gothique, Progressif et Electro d'une élégance à mon sens inégalée à ce jour. J'assume! Paradise Lost, Anathema et autre Samael sont en pleine révolution ; le gang de Stockholm les coiffe au poteau dans une surenchère créative effrénée.

Seul titre exploitable commercialement, le single Cold Seed taillé pour les dancefloors préfigure les titres accrocheurs qui deviendront ensuite une des marques de fabrique du combo. Si la chanson est entraînante, elle donne des indications sur le renouveau du style à travers l'absence de chant guttural et la multiplicité des pistes sonores, rendue cohérente par la production impériale de Dirk Draeger. Dès Teonanacatl, champignon sacré des Aztèques, voilà Edlund et ses compères planant à cent lieues du plancher des vaches ; l'ambiance ne fait pas dans l'exotique, guacamole et Corona sont abolis au profit du mescal et du peyotl. Le maestro, avec sa dégaine à la Bela Lugosi, inquiète ses fans en avouant ses douloureux penchants pour les expériences éprouvantes. D'un point de vue artistique, la narration de cette expérience est pourtant indubitablement réussie.

The Desolate One et son introduction Trip Hop (un style musical qui m'insupporte hors cet album où son influence est très présente) donne dans un rythme lent, le chant incantatoire et caverneux est très apaisant. Le calme est d'ailleurs ce qui prédomine sur l'ensemble de cette galette. Ainsi, Atlantis As A Lover, avec son incroyable mixage de percussions sorties d'outre-tombe accompagnée de superbes violons, dispense une mélodie bienfaisante pour peu que l'on soit dans l'état d'esprit adéquat. Les guitares ne sont jamais en reste bien que rarement mises au premier plan, comme sur les distorsions d'Alteration X 10.

Beaucoup de morceaux sont enchainés les uns à la suite des autres, tout comme sur Wildhoney, ce qui renforce l'impression d'écouter un vrai-faux concept album. Four Leary Biscuits mené par l'invité de marque Sami Yli-Sirniö -Waltari, futur Kreator- jouant de la cithare fait penser à un Dead Can Dance sans rien lui céder en qualité, ce qui n'est pas peu dire. L'Electro Only In My Tears It Lasts invite Edlund à placer un solo de guitare tout droit sorti du Pink Floyd des années 80. L'homme ne cache d'ailleurs aucunement son admiration pour David Gilmour et l'oeuvre du flamant rose.

Toujours bien barré, The Whores Of Babylon nous convie à une sorte de danse/transe hypnotique. Soucieux du détail, le gourou de la Church Of Tiamat nous pond un joli instrumental de quelques secondes avant d'entamer un Phantasma De Luxe définitif de beauté mélancolique. En fin de parcours, le titre éponyme clôt magnifiquement les débats dans une ambiance éthérée.

Nous sommes donc un présence d'une absence totale de concessions. Johan Edlund aurait pu se contenter de fournir un Wildhoney 2 ; plutôt que de trahir l'esprit novateur de ce diamant brut, le Suédois s'est totalement affranchi des formats de l'industrie musicale et des attentes immédiates de son public pour offrir ce somptueux résultat fait de compositions alambiquées et arrangées en grande pompe. Un disque fait pour ceux que le calme n'effraie pas, un disque à fouiller encore et toujours tant il vieillit bien et regorge de merveilles.

3 Commentaires

6 J'aime

Partager
PullTheTrigger - 04 Mars 2010: Rien à ajouter sur cette chronique, gorgée de comparaisons et de métaphores aussi poétiques que justes. Un album tel que celui ci ne méritait pas mieux. Merci à toi !
choahardoc - 09 Mars 2010: Merci du compliment:-)
opeth94 - 07 Août 2010: je viens de me procurer cet album hier, bravo pour cette analyse finement bien faite!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire