The Dreams You Dread

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Benediction
Nom de l'album The Dreams You Dread
Type Album
Date de parution 08 Août 1995
Labels Nuclear Blast
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album138

Tracklist

1.
 Down on Whores (Leave Them All for Dead)
 05:23
2.
 Certified...?
 02:31
3.
 Soulstream
 04:13
4.
 Where Flies Are Born
 04:41
5.
 Answer to Me
 04:38
6.
 Griefgiver
 04:59
7.
 Denial
 05:29
8.
 Negative Growth
 03:41
9.
 Path of the Serpent
 03:32
10.
 Saneless Theory
 04:12
11.
 The Dreams You Dread
 02:13

Durée totale : 45:32

Acheter cet album

 $15.90  25,00 €  32,78 €  £28.23  $24.95  15,25 €  30,48 €
Spirit of Metal est soutenu par ses lecteurs. Quand vous achetez via nos liens commerciaux, le site peut gagner une commission

Benediction


Chronique @ Fabien

20 Septembre 2007
Suite au terrible Transcend the Rubicon, Benediction reprend le chemin des Rhythm Studios en février 1995 pour les sessions de son quatrième album, en compagnie du jeune Neil Hutton, remplaçant de Ian Treacy derrière les fûts. Fidèle à son label, le groupe sort le nouveau The Dreams You Dread sous l’étiquette Nuclearblast, au mois d’août de cette même année.

The Dreams You Dread s’ouvre sur le très bon Down Of Whore, débutant sur un acoustique rapidement soutenu par les guitares lourdes de Darren & Peter, sur un rythme résolument middle tempo. La suite de l’album confirme un ton sage et lourd, loin des ambiances sombres et pesantes de The Grand Leveller, ou des rythmes rapides et écrasants de Transcend the Rubicon. Mais, malgré quelques titres de très bonne facture comme When Flies ou Denial, les morceaux ont néanmoins du mal à décoller, s’engluant dans une relative mollesse et linéarité.

Par ailleurs, les growls de Dave Ingram certes puissants, manquent toutefois d'une certaine conviction, renforçant dès lors la monotonie de l’opus. Enfin côté production, le travail de Paul Johnston demeure exemplaire, dotant The Dreams You Dread d’un son ample et clair, mais enfermant en contrepartie Benediction dans un trip trop prévisible, alors que ce dernier aurait certainement gagné à se renouveler.

Proposant un The Dreams You Dread assez poussif et peu ambitieux, Benediction rate le coche pour son quatrième album. Ne réussissant dès lors pas à convaincre, le quintette britannique subit lui aussi la désaffection de nombreux deathsters, au profit des scènes black et progressives grandissantes à cette époque. The Dreams You Dread propose néanmoins un deathmetal pur aux compositions à la qualité intrinsèque honnête, lui permettant de traverser asez bien l'épreuve du temps.

Fabien.

7 Commentaires

9 J'aime

Partager

Eaque - 02 Mars 2011: @ Eulmatt : Bien que je sois archi fan de Bened' je ne peux m'empecher de rire de bon coeur sur ta comparaison !!! mdr
Quand à cet album, il est clair que c'est vraiment "the thing that shuld not be" dans la carrière du combo ! Il est mou, les riffs sont complètement insipides et a aucun moment la sauce ne prend jusqu'a "Path Of The Serpent" ou j'ai eu un léger soubresaut, mais c'est dévinitivement le dernier titre éponyme (basique à souhait) qui l'emporte haut la main sur la platitude ambiente...Une déception, une vraie !
Icare - 08 Juin 2012: Ben c'est le seul album du groupe que j'ai, et même si je sais que Benediction jouis d'une bonne réputation dans le death old school, ça m'a pas franchement donné envie d'approfondir...

Chiant comme une messe en latin!
kask - 20 Fevrier 2015: Je le trouve très bon, moi, cet album! Un vrai travail sur les riffs et les rythmes, et même si ça fuse pas dans tous les sens je trouve vos critiques bien trop dures. Il y a du Botlt Thrower et du vieux Cathedral dans ce Benediction !
Goneo - 07 Fevrier 2022:

Une pochette qui annonce du changement au dela d'être plutôt moche.
Benediction n'échappe pas à cette "thrashisiation" de pas mal de groupe de groupes de death à cette époque (Grave et
son hating life....). C'est fou comme le timbre de voix Dave Ingram me fait penser à Mark "Barney" Greenway de Napalm
death sur Diatribes.

Quelques sonorités par ci par là rappellent Transcend the Rubicon et The Grand Leveller, mais je trouve qu'on
s'éloigne assez du death old school. Pantera et Sepultura sont passés par là et ça s'entend (Saneless Theory en
déborde)

Ca tombe quand même bien épais sur ce The Dreams You Dread.
Des riffs à forger des masses de guerres pour éclater des têtes d'orcs, ou à poutrer de la chialeuse.
Certified... ? à 1.40, Soulstream à 2.00min, Negative Growth à 1.20 (d'ailleurs son riff mélodique en fin de compo
amène un peu de fraicheur.)
Griefgiver est sacrement efficace, il ferait trembler le meilleur de Six Feet under.
Where Flies Are Born sonne à la bolt thrower, une influence sur laquelle on ne peut échapper sur cet opus.

L'album n'est pas sans défauts non plus. Même après beaucoup d'écoutes, il est un peu terne, manquant un peu de
couleur et de relief. Heureusement quelques accélérations sont là pour relancer la machine.
Answer to Me, et Denial sont un peu faiblard, 2 morceaux où je n'y trouve rien de particulier, ils sont un peu
lourdeau et traine. D'ailleurs, que fait le titre  The Dreams You Dread en fin d'album ? au vus de son explosivité
(par rapport au reste) je l'aurais bien vu en 7e position à la place de Denial.

En dessous de Transcend the Rubicon (sans aucun doute), et différent, Benediction s'en sort quand même vraiment
bien, ce genre de virage au milieu des années 90, ne sait pas toujours bien négocier, ou tout du moins, aussi bien.
14/20

Merci pour la chro

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire