The Divine Conspiracy

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Epica (NL)
Nom de l'album The Divine Conspiracy
Type Album
Date de parution 07 Septembre 2007
Labels Nuclear Blast
Enregistré à Gate Studios
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album765

Tracklist

1.
 Prologue / Indigo
 02:05
2.
 The Obsessive Devotion
 07:13
3.
 Menace of Vanity
 04:13
4.
 Chasing the Dragon
 07:40
5.
 Never Enough
 04:47
6.
 La' Petach Chatat Rovetz / the Last Embrace
 01:46
7.
 Death of a Dream / the Embrace That Smothers (Part VII)
 06:03
8.
 Living a Lie / the Embrace That Smothers (Part VIII)
 04:57
9.
 Fools of Damnation / the Embrace That Smothers (Part IX)
 08:41
10.
 Beyond Belief
 05:25
11.
 Safeguard to Paradise
 03:45
12.
 Sancta Terra
 04:58
13.
 The Divine Conspiracy
 13:57

Durée totale : 01:15:30



(Deluxe Edition)
1.
 Higher High
 05:27
2.
 Replica (Fear Factory Cover)
 04:10
3.
 Never Enough (Music Clip)
 03:45
4.
 Never Enough (Long Version) (Music Clip)
 04:50
5.
 Making of "Never Enough"
 04:47

Durée totale : 22:59


Chronique @ Julien

26 Juillet 2007
Cette année sera chargée en metal à chant féminin. Nightwish, Within Temptation, After Forever et maintenant le quatrième fer de lance du mouvement, j’ai nommé Epica. Mark nous l’annonçait dans l’interview à paraître, ce disque est le plus heavy et le plus abouti du groupe. A croire que tout le monde se donne le mot pour muscler ses compos ! Le groupe nous promet, par contre, une évolution inattendue de sa musique qui le fera avancer à grands pas. Alors info ou intox ?

La réponse ne se fait pas trop attendre. L’intro instrumentale nous plonge directement dans le nouvel univers du groupe. Voilà quelque chose qui diffère d’entrée, ça sent bon ! Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises car dès le second titre on ressent que Mark a musclé ses compos. Tout en gardant un aspect symphonique, les morceaux reposent davantage sur des guitares très heavy. Mieux, les riffs sont plus riches et moins redondants. Je pourrais dire que nous découvrons quasiment un nouveau Epica, plus riche, plus varié, en gros, plus abouti. N’ayez crainte, vous ne serez quand même pas totalement dépaysés ! Tout ce qui fait la musique d’Epica est bien présent et ce disque ne représente pas non plus un virage à 180°, c’est juste que l’on sent une véritable envie de la part de Mark d’aller de l’avant, d‘emporter son groupe sur des terrains plus personnels.
Concernant le titre « The Obsessive Devotion », on se prend rapidement au jeu et les quelques 7 minutes qui composent ce titre passent comme une lettre à la poste. Nous avons d’ailleurs droit durant tout l’album à quelques touches légèrement orientales, que se soit dans la voix de la belle Simone ou dans les ambiances des titres. Bon, il va quand même falloir que je sois un peu méchant avec certains titres, sinon ma chronique paraîtra trop simpliste. Juste petit bémol, donc, avec « Never Enough » qui est le titre tâche de l’album. Simpliste et sans intérêt, il ne mérite qu’un zappage en règle !
Plus de peur que de mal, car suivent avec bonheur les parties VII, VIII et IX de « The Embrace that Smothers ». Cet excellent fil conducteur, présent depuis le premier album de After Forever, est de nouveau à l‘honneur et les trois nouvelles parties sont tout bonnement excellentes. Elles justifient à elles seules l’achat de ce disque.

Mais l’évolution va encore plus loin, car le chant a lui aussi changé. Mark a davantage travaillé ses intonations. Au final, plus de kniak kniak aigus, mais un vrai chant death qui déménage ! Quant à Simone, elle parvient à moduler ses envolés lyriques et à mieux les contrôler, évitant avec brio la surenchère. La grande classe !
On va quand même mettre un second bémol concernant la production de ce nouvel album. Pour du metal symphonique, c’est un peu léger... Côté orchestrations, ce disque se révèle étonnamment pauvre, presque minimaliste ! Il manque la présence d‘un vrai orchestre aux intonations puissantes. Heureusement, les compos sont suffisamment excellentes pour que cela passe bien, c’est un défaut qui s’oublie rapidement !!!!!

Voici donc une véritable réussite du point de vu de la composition et des évolutions vocales. Les fans s’y retrouveront avec bonheur et les néophytes pourront découvrir un album qui vaut véritablement le coup. Ultime bonus, un solo de guitare inhabituel sur « Beyond Belief », si c’est pas la classe ça !!!!!!!!!!!!!



18 Commentaires

21 J'aime

Partager

Lovecraft - 26 Décembre 2007: Comment ça les orchestrations sont simplistes et minimalistes ? Rien que celles qui interviennent après le refrain de "Menace Of Vanity" sont d'une puissance qui en jette plein aux oreilles ! Tu trouves que cela aurait été mieux avec un véritable orchestre mais je trouve que le rock doit rester un art populaire et que c'est un bon défi de faire une musique grandiloque avec peu musiciens, contrairements à ce que fait Nightwish et Rhapsody au point que l'on entend plus du tout le groupe. Le meilleur album d'Epica ! Même si le metal symphonique à voix féminines et aux ambiances héroïc-fantasy commence a devenir banal et trop entendu. Il faudrait passer à autre chose. Le groupe aurait dû plus travailler les sons orientaux de "Fools Of damnation", meilleur morceau du CD.
Charlotte_Adamenth - 27 Décembre 2007: @Lovecraft: premièrement, C'EST un véritable orchestre ;) et c'est ce qui fait justement la puissance orchestrale que tu évoques ; deuzio, "puissance" ne va pas forcément impliquer "technicité/richesse", je dirais même que souvent les termes s'opposent. Puissance signifie plutôt efficacité, au sens large. D'ailleurs puisque tu cites Nightwish, voilà un groupe -ou plutôt devrais-je dire un compositeur- qui a réussi à composer des orchestrations à la fois puissantes (efficaces) et puissamment riches. Autre exemple, Dimmu Borgir et les 3 derniers albums.
Je ne sais pas où tu as lu cette critique, en tout cas elle s'approche pour moi de la vérité (que tu soulignes d'ailleurs) : une visée commerciale évidente ("art populaire"). Seulement le problème, c'est que je te le rappelle, Epica font du Metal et non du Rock ! Autrement dit cet album "en jette plein les oreilles", comme tu dis, et il y a aussi pas mal de bons éléments. Mais on a perdu beaucoup de ce qui faisait l'essence même du groupe. Je suis d'accord avec toi en ce qui concerne l'exploration du côté oriental, mais en même temps Epica n'ont jamais revendiqué la totale immersion dans ce genre de sons, ils n'ont fait que l'effleurer jusqu'à présent ; or sur ce dernier album, beaucoup plus de morceaux contiennent des éléments de musique orientale et ça c'était osé -pari gagné.
ArchEvil - 02 Juin 2008: Faudra un jour qu'on m'explique cet engouement suscité par ce groupe... C'est vrai quoi, c'est beau l'orchestre pompeux, c'est beau les voix féminines mielleuses et tout et tout, mais qu'est ce que ça vaut musicalement? Sérieusement, ce que j'entend c'est un produit simpliste ( oui oui! ) dans sa composition presque semblable aux bande sons de nanards fantastiques qu'on nous sert à la pelle au cinoche. Pourtant, j'ai rien contre le metal symphonique, j'aime beaucoup la masquerade infernale d'Arcturus, les nippons du genre Sigh. Ca n'a peut être rien à voir, mais eux au moins utilisent leur artifices orchestraux comme une cinquième roue du carrosse de manière efficace et novatrice. Enfin bref...
adamp1 - 27 Septembre 2009: entierement ok avec toi Archevil!
Ce style de groupe va pourrir le métal
On assiste à une nouvelle forme de métal bizness basé sur le physique des nenettes plutot que sur la zic
les producteurs se sont dit
" les métalleux c'est des machos, ça aime bien les gonzessses, alors on va leur en donner"

et le soucis c'est que la zic c'est du andré Rieux avec de la guitar electrique

ça me fait penser que la musique électronique à était pourri à partir du moment ou les média s'y sont interesser

Putain j'ai ma grand mere de 75 ans qui aime Epica et c'est pas de l'intox !!!!!

C'est de la musique pré-digérer sans rien de métal
c'est clairement commercial et il n'y a aucune prise de risque

c'est bien produit mais ça sent le sapin.
il suffit de regarder les annonces de groupe en local

ils veulent tous une chanteuse influence Epica Nightwish

Ah!!!! la mode
pourtant y'a plein de groupe avec des chanteuses qui reste avec le spirit

enfin ce n'est qu'un avis
mais mefiance du métal qui devient populaire
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ rebmat

29 Octobre 2008
Epica, un groupe qui s’est taillé un nom dans le domaine du metal symphonique et qui doit, à chaque nouvel opus, réussir à satisfaire la masse de ses fans, à chaque fois plus importante.
Et bien, Epica est revenu avec ce nouvel album The Divine Conspiracy et il faut bien le dire, « divin » est le mot juste. Tout est au rendez-vous : des titres plus heavy que d’ordinaire, des compositions élaborées, des ballades douces et somptueuses où vient délicatement la voix de Simone…

Une fois n’est pas coutume, l’album commence, à l’instar de ses prédécesseurs, par une petite introduction musicale de deux minutes, une composition où résonne un ensemble d’instruments de la plus belle des manières. Et déjà intervient la première innovation. La présence de chœurs durant le premier morceau. Première surprise, première réussite.

Le clavier dispute ensuite la dominance à la guitare. Du heavy qui nous plonge dans un univers épique empli de fantaisie sur des accords liturgiques. Ça a toujours été la particularité et le point fort de ce groupe de posséder le savoir-faire à cette transe vers cet autre monde que chacun garde enfoui au fond de son esprit. Monde peuplé par les chevaliers médiévaux pour certains, contrée ou règne la paix et la joie de vivre pour d’autres. Le titre illustrant le plus ce fait est sans doute "Beyond Belief" où la présence d’un bon chant Grunt vient ajouter sa petite touche guerrière à l’ensemble de l’oeuvre

L’opus conserve néanmoins des morceaux plus légers à l’image de "Chasing the Dragon", un titre très lent et très doux évoquant presque une berceuse. Le même tempo calme et posé est repris par la suite dans "Safeguard the Paradise". La voix de Simone y vient se poser comme un pétale sur la surface d’un calme avec grâce et volupté. Les titres viennent mettre un entracte pour reposer l’appareil après les chœurs ou grunts à répétition. Epica nous prouve qu’ils n’ont rien perdu du talent d’antan à composer ces morceaux mélodieux qui avaient fait leur renommée auparavant. La preuve nous en sera faite avec "La'fetach chataz rovetz", un autre petit interlude cette fois-ci uniquement instrumental mais tout aussi bien réussi.

Dans le domaine de la surprise, il ne faut pas oublier de placer des titres comme "Never Enough". En effet, le répertoire vocal n’est pas celui qui est habituellement utilisé par la chanteuse hollandaise. Epica s’éloigne un peu de son style habituel mais c’est un point marqué pour l’originalité dont le groupe a su faire une nouvelle fois preuve avec cette composition.
L’album s’achève par le titre éponyme et qui est en fait une symphonie à lui seul. Une véritable « symphonie moderne de poche ». On passe de l’instrumental au vocal, des chœurs rapides à la voix douce de Simone en pas loin de 14 minutes d’un final comme on l’espérait.

The Divine Conspiracy, un album mêlant l’innovation tout en conservant les points forts d’Epica. Tout simplement un album comme on en voudrait plus.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ monsieurwar

08 Octobre 2007
Au bout de quinze jours d'écoute, voici une petite chronique concernant le dernier opus d'Epica. J'ai acquis la version deluxe, proposant du matériel supplémentaire sur lequel je reviendrai.

Impression : leur meilleur album. J'ai pris une vieille baffe. D'un point de vue général, le son s'est étoffé (Sasha Paeth aux manettes fait la différence, comme d'habitude). Les compos osent la rallonge, jusqu'à presque 14 minutes pour "The Divine Conspiracy" et, effectivement, le propos s'est musclé. A l'inverse de leurs collègues de Within Temptation, et pour le meilleur. La petite fée inspiration s'est penchée sur le groupe.
Leur nouveau label, Nuclear Blast (on le saura : les hypogloutons du metal, qui rachètent tout ce qui bouge !) a mis le paquet pour que la réussite soit au rendez-vous. Les chœurs et l'ambiance symphonique sont toujours présents, les growls de Mark se sont améliorés, malsains, puissants ; Simone est en forme et en voix. L'atout majeur d'Epica : leur nouveau batteur de studio Ariën Van Weesenbeek. Officiant normalement au sein de God Dethroned, il remplace Jeroen Simons pour le meilleur. Sa prestation est impeccable, hargneuse, précise, un vrai batteur de metal : double caisse et roulements furieux. Il ne fait pas partie intégrante du groupe, ses autres projets lui prenant trop de temps : dommage ! Il n'est pas pour rien dans cette réussite.

L'album s'ouvre avec "Indigo", l'intro instrumentale habituelle chez Epica, très réussie, émotionnelle. "The Obsessive Devotion" démarre ensuite les hostilités, titre de 7 minutes, rapide avec des changements multiples. Un excellent titre. On ne se repose pas avec "Menace of Vanity", au propos un peu plus lent... au début. Des cassures de rythme à foison, des envolées presque "prog", une technicité inhabituelle, des blast beats précis et un refrain imparable. Un excellent titre. A peine remis, on attaque une pièce maîtresse : "Chasing the Dragon", titre de 7mn 40, qui commence comme une jolie ballade. Bon, d'accord, ils se reposent... La chanson monte, monte, un refrain excellent et des ponts mélodiques font prendre la sauce pendant que les claviers et la batterie accrochent aux tripes. Une cassure au milieu du morceau, comme Iron maiden sait les faire, mais à la sauce Epica, une touche de Nigtwish sur les arrangements : la fin du morceau se finit sur un rythme effréné, des vocaux lugubres soutenus par des blast beats, puis une fin en douceur sur le refrain mélodique. Un de leurs meilleurs morceaux, tous albums confondus.

Suit alors "Never Enough", premier extrait de l'album. Et c'est à cause de ce morceau que j'ai proposé un "19" et pas un "20", voyez-vous. Pas qu'il soit mauvais, mais il sent le produit calibré à plein nez. Il en faut ? Certes, mais sur un tel album, pas forcément ! Ils pourraient en faire cadeau à Within Temptation, celui-là ! Allez, on le zappe.

La seconde partie de l'album se centre sur l'histoire amorcée du temps d'After Forever ("The Embrance That Smothers") et continuée sur The Phantom Agony.
"La 'petach Chatat Rovetz" est un joli instrumental d'une minute 46, ambiance World Music, qui symbolise la cassure en deux de l'album. Un seul petit reproche : elle se termine trop tôt et aurait mérité une conclusion. On continue avec "Death of a Dream", sur lequel Sanders Gommans d'After Forever vient pousser la "gruntsonnette" afin d'enterrer la hache de guerre. Un titre effarant, puissant, brutal, plein d'accélérations allant encore jusqu'aux blast beats (ils ont pris de la vitamine C ou quoi ?), avec en contrepoint un superbe chant de Simone aux sonorités orientales. Un morceau démentiel. On enchaîne avec le plus calme "Living a Lie", aux chœurs superbes en intro, avec un des meilleurs refrains de l'album, des growls très crédibles, une voix féminine excellemment posée. Encore une réussite ! Et ce n'est pas fini : le titre "Fools of Damnation" arrive, en fondu enchaîné, sur des mélodies orientales avec en fond la voix d'un musulman en prière. Des vocalises orientales s'ensuivent, mêlées à la voix de Mark, très en forme. Le refrain, rapide et épique, arrive bientôt, démolissant tout sur son passage, soutenu par Mark et un excellent passage oriental. "Fools of Damnation" s'étire ensuite, reprenant des éléments sonores percutants pour nous livrer, en milieu d'exécution, à un long break rythmique monstrueux : changements, rapidité, claviers mis en avant, cassures de rythme et de tempo, allure martiale-orientale, chœurs en finale. Vous l'aurez compris, mon morceau favori, une vraie tuerie ! Il tourne en boucle depuis 15 jours !

L'album se clôt sur une troisième partie, dégagée de "Embrance That Smothers", qui signifie l'acte final du concept-album. "Beyond Belief" nous entraîne dans un Epica classique, qui relâche un peu la pédale d'accélération, avec une interprétation de Simone tout en finesse ainsi qu'un solo de guitare très réussi. Ils devraient en faire davantage, cela colle parfaitement au groupe dans sa phase actuelle ! Une réussite, encore. Vient "Safeguard To Paradise", la ballade de l'album, à l'ambiance intimiste. Simone se sent à l'aise et délivre une prestation impeccable, soutenue par d'excellents claviers. "Sancta Terra", aux sonorités orientales encore, déboule et en remet une couche en terme d'Epica "classique" et très bien ficelé.

L'album classique se clôt sur la pièce maîtresse : "The Divine Conspiracy", titre ultra épique de 14 minutes. Chaque album d'Epica se termine par un de ces longs morceaux. Celui-ci est particulièrement soigné, gardant la fraîcheur du groupe mais révélant plus de maîtrise et de maturité. Un titre-fleuve énorme, aux multiples changements, où les voix de Simone et Mark se répondent et s'emmêlent comme jamais. Une pause mélodique aux claviers au milieu, pour mieux reprendre sur un tempo d'enfer avec de superbes envolées de guitares et batterie. Un titre parfait.

Le second cd nous offre "Higher High", une jolie ballade dans la veine du groupe. Elle n'atteint pas "Feint" ou "Linger", mais reste de bon ton. Simone chante tout en délicatesse, complétée par des claviers et des arrangements réussis. Une reprise clôt les hostilités : "Replica", de Fear Factory. J'avais un peu peur, pour tout dire, le combo de Burton c. Bell évoluant dans des sphères bien différentes de celles du combo batave. Mal m'en a pris, car cette reprise est une véritable réussite. Le nouveau batteur n'y est pas pour rien, le son est crédible, Mark et Simone s'en donnant à cœur joie. L'agressivité de Fear Factory ne passe pas à la trappe, et c'est tant mieux.

Les deux clips de "Never Enough" (version courte et longue) complètent le CD, ainsi qu'un making of qui ravira les die hard d'Epica. Dommage que cela soit ce morceau, mais rien sur Terre n'est parfait !

Au final, un album quasiment parfait, inspiré, bien produit, qui redore le blason du "metal féminin épique", mis à mal par la normalisation de certains groupes. Ce genre, le "metal féminin", est d'ailleurs inexistant à mon sens : est-ce que l'on parle du "metal masculin" ? Seule compte (ou devrait compter) la musique.

Vivement Epica sur scène !

Votre dévoué,

Monsieurwar.

6 Commentaires

15 J'aime

Partager
Patrouchef - 08 Octobre 2007: Bravo, c'est du joli. N'empêche que contrairement à toi, j'ai bien apprécié Never Enough et c'est clair que cet album est un des plus intéressant qui soit sortit cette année. Bel effort !
Elencirya - 14 Octobre 2007: Totalement d'accord avec cette chronique! J'ai adoré cet album (à l'exception de "never enough"^^), il ne me lasse pas! vive Epica!!
Sovietik - 28 Octobre 2007: Entièrement d'accord avec MonsieurWar, avec Epica, le metal à chant féminin à de très beaux jours devant lui, enjoy :D
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ DeadlyNightShade

17 Juillet 2008
Un groupe qui s'impose avec simplement deux albums, c'est très rare et en général, dans ce cas, l'album suivant n'est qu'une pâle imitation des deux précédents.
Epica ne fait pas partie de ces groupes-là, il nous offre un album résolument différent et continue son ascension vertigineuse vers les sommets.

Sur Consign to Oblivion, la chanson éponyme était une sorte de test réalisé par Mark Jansen (guitare rythmique, grunts, cris, compositions) pour savoir comment le public réagirait à ce type de morceau. Test réussi. En quelques jours, "Consign to Oblivion" est devenu la chanson préférée des fans. Mark définit lui-même cet album comme une seule grande "Consign to Oblivion"

Le départ de leur ancien batteur Jeroen Simons (batteur jazz) au profit d'Arïen Van Weesenbeek (pur batteur metal) a considérablement changé la rythmique. On a donc ici un album résolument plus heavy et violent avec beaucoup de doubles pédales (fan de hard, faites demi-tour...)

Il s'ouvre avec Indigo, grosse intro grandiloquente de 2"05 à laquelle le groupe nous a habitués avec Hunab K'u et qui nous met dans une ambiance de pure orchestration. C'est une erreur ! The Obsessive Devotion résume l'album du haut de ses 7"13. Très metal, il nous montre tout ce que le groupe sait faire : de très belles mélodies, l'opposition entre les vocaux de Simone et les grunts de Mark, la puissance des claviers, la rythmique en acier...etc. Le tout reposant sur des paroles longues et complexes, traitant de la conspiration divine. Menace Of Vanity marche dans les traces de The Obsessive Devotion avec plus de grunts que de vocalises. On a une fois de plus affaire à une technicité sans pareille dans leur discographie.

Trois chansons et déjà presque un quart d'heure ! C'est donc maintenant Chasing the Dragon, une pause dans l'album (7"40 !), encore une très belle ballade du groupe qui s'énerve un peu à la fin. Never Enough ensuite, gros débat sur cette chanson qui ne mérite vraiment pas d'avoir été choisie premier single. On a ici affaire a un intrus dans l'album: pas d'orchestration, une chanson simple, qui se répète. Pourtant, écoutée seule elle n'a pas de si mauvais côtés mais elle casse l'effet de cet album.

Deuxième partie dédiée au concept phare d'Epica: The Embrace that Smothers (dont les parties précédentes se trouvent sur le premier album d'After Forever et le premier d'Epica). Les deux premières chansons de cette partie, La'petach Chatat Rovetz et Death Of A Dream, qui finalement ne font plus qu'une, sont musicalement très bien, techniquement presque parfaites. La première est un instrumental qui sert d'intro a la seconde, un duo avec Sander Gommans (After Forever) qui est la plus heavy et violente de l'album (tout est relatif). Vient ensuite Living a Lie, encore un très beau morceau pour l'album.
Ensuite vient Fools Of Damnation, encore un pavé (8"41) qui est très varié, très beau, très technique comme tout sur cet album.

Troisième partie qui s'ouvre avec Beyond Belief, de loin une de mes préférées de cet album. Il est très bien fait, ce titre, avec même un petit solo de guitare à la fin. On retrouve une énième fois la chorale d'hommes à laquelle Epica nous a habitués. Ensuite Safeguard To Paradise, la ballade la plus douce de l'album, pour tous ceux qui veulent se calmer. Sancta Terra est une très belle ballade du groupe (4"58) où Simone Simmons change régulièrement de rythme.
Enfin The Divine Conspiracy clôt l'album... mais ce n'est pas forcément en beauté. En effet le groupe nous a habitués à des clôtures d'album sublimes (The Phantom Agony, Consign to Oblivion) mais cette chanson de 13"57 est d'une réelle fragilité. On sent presque du début à la fin le manque d'un grand orchestre. La même chanson, en plus court, aurait mieux passé.

Pour conclure, je dirais que nous avons ici un album parfaitement réussi, extrêmement technique. Il s'agit pour moi de leur meilleur album. Toutefois on commence à ressentir le manque d'une orchestration correcte (pour exemple: 6 violons pour Epica, 200 pour Nightwish sur Once et DPP) qui pourrait commencer à devenir très gênant pour les albums à venir.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Sid_Metal

22 Fevrier 2009
Rentrée 2007, Epica sort son très attendu nouvel album : The Divine Conspiracy. Après un album instrumental, le groupe revient plus en forme que jamais pour nous livrer un bien agressif et très bon Gothic Metal Symphonique.

Je dois bien avouer que je l'attendais avec beaucoup mais alors beaucoup d'impatience, moi aussi, et je suis bien loin d'être déçu par ce The Divine Conspiracy. Toujours dans un bon Gothic Metal Symphonique, Epica a décidé de sortir l'artillerie lourde, une musique des plus puissantes, des chœurs qui arrivent toujours aux bons Moments et au niveau du chant, c'est la belle Simone Simons, avec sa belle voix, qui est au micro, toujours aidée par Mark Jansen qui vient pousser ses hurlements.
Au niveau des titres maintenant. Et bien, c'est largement raisonnable avec treize titres (car maintenant les albums dépassent rarement les douze) pour plus d'une heure de pur bonheur. Tout commence avec "Indigo ~ Prologue", une petite intro sympa qui enchaîne sur le bon "The Obsessive Devotion" qui donne bien le ton. Mais la tuerie de cet album est pour moi, sans aucun doute, "Menace Of Vanity", ce titre est tout simplement une bombe, rapide, puissant, en un mot : énorme. C'est à la fin de celui-ci que je fus un peu déçu, enfin, pas vraiment déçu, mais plutôt étonné d'enchaîner sur "Chasing the Dragon" qui commence par une petite "ballade" mais qui monte petit à petit en puissance. Pour ma part, je trouve que cette petite "ballade" coupe l'élan pris par "Menace Of Vanity" qui était parti à cent à l'heure. Pas vraiment un défaut pour autant mais juste dommage que toute cette énergie tombe à plat, mais bon... Ce n'est pas non plus un drame. Dans les titres suivants, même si le tout s'enchaîne bien cette fois, je retiens quand même : "Never Enough", "Death Of A Dream", "Beyond Belief"... L'album se termine avec "The Divine Conspiracy" qui ne dure pas moins de dix minutes, titre tout à fait bien réussi qui clôture en beauté ce The Divine Conspiracy.

Je dis chapeau à Epica pour ce The Divine Conspiracy qui est tout simplement une énorme bombe. Tout y est, tout colle parfaitement (à part cette petite tombée d'énergie). Il ne faut vraiment pas passer à côté de ça car vous rateriez (pour moi) un des meilleurs albums de cette année 2007.

Note : 19/20.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ orphet

22 Fevrier 2009
Parcours sans fautes pour Epica avec ce troisième album truffé de petites merveilles. Encore une fois, le groupe fait preuve d'un renouveau et d'une amélioration qui va grandissante depuis "The Phantom Agony". Toute la puissance ressentie dans "Consign to Oblivion" se retrouve ici démultipliée. Des compos musclées et grandioses, avec un chant toujours excellent de la part de Simone. Une chorale omniprésente. Un orchestre complet. Bref, que du bonheur et aucune déception.

Cette pure merveille commence, comme à l'accoutumée, par une intro (Indigo) un petit peu plus longue cette fois-ci. Laissant planer le suspense et entamant l'album avec mystère.

S'enchaîne immédiatement "The Obsessive Devotion" où le groupe exprime tout son savoir-faire. La puissance se ressent. La maturité également.

"Menace of Vanity" reste dans la même veine que son prédécesseur. Grand et puissant.

Puis vient "Chasing the Dragon" la perle de l'album. Un morceau de presque 8 minutes, sur lequel Simone nous offre un soprano magnifique. On sent le travail derrière tout ça. Malgré la longueur du titre, on ne se lasse nullement. Bien au contraire ! On en redemande.

"Never Enough", quant à lui, est un titre bien pensé, prévu pour les ondes et relativement bien construit.

"La‘petach Chatat Rovetz" est un interlude coloré, avec de bons effets. Coupant l'album et nous entraînant vers la suite.

"Death of a Dream" où les chœurs s'expriment tour à tour avec Mark, laissant tout de même de la place pour les apparitions de Simone, dont le chant est merveilleux avec des aigus époustouflants. Encore une long titre de plus de 6 minutes et encore une fois, il n'y a pas de place pour l'ennui.

"Living a Lie" annonce les prémisses d'un morceau puissant. Et laisse ensuite Mark s'exprimer. Toujours entouré de chœurs. Puis Simone propose un chant puissant et constant.

"Fools of Damnation" est dans la suite de "Living a Lie". Avec de belles orchestrations et une Simone au meilleur de sa forme.

"Beyond Belief" dont le refrain est bien exécuté cède au chant léger. Magnifique. Toujours d'excellents riffs et de bons effets.

"Safeguard to Paradise" propose un chant très calme ainsi qu'un piano et quelques légères mélodies de fond. Le temps de reprendre son souffle.

"Sancta Terra". De bonnes trouvailles et de bon riffs.

Puis l'épisode final, avec "The Divine Conspiracy". Morceau très symphonique. Avec de belles orchestrations et une chorale en avant-plan. Puis Simone pose un soprano riche en émotions. Magnifique. La cadence s'accélère soudain, Mark s'annonce, alternant avec Simone. Ça se calme vers le milieu, avec de petites mélodies reposantes, pour mieux repartir sur de bon riffs bien puissants.

Au final, 13 titres où rien n'est à jeter et où le groupe fait preuve d'une excellence rare. Il nous tient en haleine du début à la fin. J'ai remarqué que le mot "excellent" revenait souvent dans cette chronique. Et c'est bien là le point central de "The Divine Conspiracy". L'excellence. Epica prouve une nouvelle fois qu'ils sont très bons. "Consign to Oblivion" avait proposé de merveilleuses choses lui aussi. Propulsant Epica au sommet. Avec "The Divine Conspiracy", le groupe monte encore d'un cran.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ romriv

07 Octobre 2009
L'album The Divine Conspiracy d'Epica partage les foules. Pour ma part, j'ai trouvé la première écoute assez décevante : des grunts trop agressifs, une partie féminine trop rare et répétitive, un manque d'imagination dans les compositions...

Mais à force d'écoutes j'ai fini par apprécier cet album, même si je continue à penser que la partie "the embrace that smother" est le point noir de l'album. Bien que la première partie musicale soit agréable à écouter, la transition avec la seconde, "death of a dream", se fait de manière trop abrupte avec l'introduction de choeurs agressifs.

Pas de temps pour se reposer, Mark entre dans la danse avec ses grunts. La voix de Simone n'apparait que plus tard, pour entamer le refrain. Ce sont les seuls passages qui trouvent grâce à mes yeux.

J'ai pris mon mal en patience, et attendu la seconde partie. Qui ne ressemble pas du tout à la précédente. Sauf un point commun : les grunts de Mark toujours trop présents, ainsi que les choeurs. La belle Simone a du mal à en placer une.

Par contre, "fools of damnation" combine avec brio les grunts, choeurs et chant de Simone. La transition entre "living a lie" et "fools of damnation" s'effectue en douceur. Cette partie est beaucoup plus agréable, judicieusement composée.

Vous l'aurez compris, la partie centrale de l'album n'est pas ma préférée. Mais je ne peux qu'applaudir le reste de l'album. Des énergisants "the obsessive devotion" à "Sancta Terra", en passant par des mélancoliques "Chasing the Dragon" ou "Safeguard To Paradise", le groupe nous embarque dans un voyage musical surprenant qui n'est pas pour me déplaire. Cet opus, théâtralement conclu par le magnifique "The Divine Conspiracy", morceau de 13 minutes, nous offre un vrai extrait de metal symphonique.

Qu'on aime ou qu'on n'aime pas, on ne peut que reconnaître le talent de composition du groupe.

9 Commentaires

0 J'aime

Partager

romriv - 14 Octobre 2009: Malgré toute la considération que je voue a Epica je dois bien avouer q'afin d'élargir leur public, les clips qu'ils ont sortis pour vendre The Divine Conspiracy, et dans une moindre mesure Unleashed pour Design Your Universe, manquent cruellement de grunts. Mais pour Nightwish la voix de Marco n'est pas si présente que ça, finalement.
AmonAbbath - 14 Octobre 2009: Pas faux non plus ça... Mais je trouve qu'il en impose tellement face à Anette ;)
romriv - 16 Octobre 2009: C'est vrai que Tarja ne se laissait pas intimider mais la frêle anette à du mal à faire face !
Vrael - 31 Mars 2010: Ben jsuis tout à fait d'accord avec toi. Ca fait à peine cinq minutes que je viens d'écouter le disque, et en arrivant sur spirit pour voir ce que les autres en pensent : 19/20 partout... "jsuis le seul à trouver ça décevant ?", me dis-je. Et je tombe sur ce commentaire qui correspond à ce que j'en ai pensé, c'est-à-dire peu original dans la compo (sauf en ce qui concerne les parties orchestrales ! Qui sont d'excellente qualité). Par contre, je trouve la présence de la voix féminine suffisante. Mais étant fan de métal gothique, c'est pas étonnant de ma part...

Après ta critique est parfaitement juste, en y réfléchissant bien c'est pas un mauvais album ; ils ont juste fait une entrée en la matière contradictoire ; et "the embrace that smoothers" sont certainement les pires morceaux, ce qui gâche tout... et c'est vraiment dommage, parce que le reste vaut le détour.



@AmonAbbath : je pense comme toi, j'ai toujours peur que mes groupes préférés changent leur style pour se vendre à plus grand public ! Genre des certains Nightwish... qui sont quand même restés bons envers et contre tout, même si moins intéressants qu'avant.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ EternalTearsOfSorrow

22 Août 2010
En 2007, après trois albums studios déjà sortis, Epica nous revient avec ce nouvel album, améliorant la majorité des points négatifs qu'ils nous avaient présentés lors de la production de "Consign to Oblivion", qui, à mon avis, manquait totalement de grunts, de punch, on se croyait presque dans les ballades incessantes et ennuyeuses de Within Temptation ! Donc, globalement, il y a une amélioration inouïe de la part de nos Néerlandais favoris, et des nouveautés, dont un nouveau visage : Ariën Van Weesenbeek s'est ramené pour prendre le relai aux baguettes à la place de Jeroen Simons, et franchement, il ne manque pas de talent, mais alors pas du tout ! Une autre nouveauté, petite, courte, mais efficace, Epica sont enfin sortis de leur trou pour une chose, ajouter des blasts à leur musique, mais seulement un très court moment et dans un seul morceau ("The Divine Conspiracy"). En gros, Epica nous font une belle apparition.

Voici maintenant une description de chaque morceau, un par un, de cet album. Ce dernier commence avec une très belle intro symphonique de deux minutes : "Indigo - Prologue", qui fait voyager, penser, s'évader, pour enchaîner directement avec un des meilleurs morceaux essentiels de ce disque (comme tous, en fait) nommé "The Obsessive Devotion", qui démarre tout de suite avec un riff très speed accompagné d'une superbe mélodie de claviers, et cela forme une ouverture en beauté, et c'est au chant féminin de débuter les parties vocales avec un couplet toujours aussi convaincant, comme Epica sait les faire, sans parler des grunts et des voix qui laissent totalement penser que l'on a affaire à des moines, qui sont très réussies ! L'orchestration est très présente, ce qui, de toute évidence, en tant que groupe de metal sympho, apporte un plus à ce morceau, mais ça, je pense que tout le monde le sait déjà. "Menace Of Vanity" débute à son tour, après 7 minutes d'agressivité, avec de l'orchestre seul, mais qui sera tout de suite remplacé par un riff où la double pédale est totalement dominante, accompagnée bien sûr des notes de guitares. C'est Mark qui commence le chant avec des grunts assez agressifs, petite prise de risques, mais les risques ne se manifesteront pas plus longtemps avec un refrain au mezzo-soprano totalement dominant. Vient ensuite la perle rare de l'album, "The Divine Conspiracy", un des plus longs morceaux du disque, qui s'étend sur quasiment 8 minutes, qui démarre très calmement, une intro qui laisse croire que ce seront 7 minutes 40 de douce musique, accompagnée de guitare sèche tout le long, mais non. Le morceau devient un poil plus agressif, avec la batterie qui s'ajoute au début du deuxième couplet, et, au bout du deuxième refrain, c'est la guitare qui aura le droit de commencer ses notes. Plus le morceau dure et plus l'agressivité s'agrandit, à tel point que des blasts viennent s'ajouter avec les grunts déchirants de Mark. Et l'agressivité sera percée pour finir avec un dernier refrain qui va conclure le morceau. Le morceau qui suit est "Never Engough", un morceau un peu simpliste et dont je ne ferai aucun commentaire...

La seconde partie est intitulée, si l'on peut dire, "The Last Embrace That Smothers", qui débute avec un interlude "La'petach Chatat Rovetz" d'une minute 46, et "Death Of A Dream" débute sur la dernière note de cet interlude, avec des coups de caisse claire, avec de l'orchestration, plus du chant féminin, qui se sera bien mis en valeur en sortant des notes très hautes et très belles. Suit alors "Living a Lie" toujours aussi mélodique, avec de la guitare toujours aussi perspicace, une caisse claire toujours aussi agressive, le chant très présent... Le deuxième morceau le plus long de l'album fait ensuite son apparition : "Fools Of Damnation", qui s'écoule durant 8 minutes 41, avec une longue intro calme, pour débuter le premier couplet, auquel seul le chant féminin se manifeste avec sa douce voix. Débute ensuite le refrain, avec de la batterie plutôt rapide, à laquelle la double pédale est la plus audible, suivie d'un riff avec du grunt à profusion, il y a également un long interlude instrumental, une fois de plus, magnifiquement réussi.

Remarquez qu'il y a beaucoup plus de lignes de description pour la première partie que pour la deuxième jusqu'à maintenant. Mais, je vous rassure, quand j'aime, je décris, quand j'adore, je décris beaucoup, quand il y a des parties que j'aime plus que d'autres, je les décris plus que les autres. Donc je préviens tout de suite le lecteur, la dernière partie ne sera sûrement pas aussi décrite que le deux autres.

Donc, cette dernière partie débute avec "Beyond Belief", également un des morceaux les plus originaux de cet album, mais où l'on peut entendre et savourer un des rares solos de guitare de cet album, mais également un solo pas comme les autres, très réussi, persévérant. La ballade (cette fois intégrale) de cet album, "Safeguard to Paradise". Après tous ces morceaux speed, cela repose un peu les oreilles pendant près de 4 minutes, qui est complètement composé de piano et de chant, chanson tout simplement superbement belle. L'avant-dernier morceau, "Sancta Terra", est également un morceau original, et très efficace, convaincant, conservant toutes les preuves de potentiel et de savoir-faire de ce groupe... Et ce bijou se termine avec le morceau de l'album, qui est le plus long, soit, d'une durée sans appel de 13 minutes et 57 secondes, c'est-à-dire "The Divine Conspiracy", qui fait voyager, s'évader, tout comme l'intro du disque, dans cette fameuse conspiration divine. Rien de plus à dire, si ce n'est que le refrain est tout simplement le moment le plus sensationnel de ce CD.

Bien que j'ai une préférence pour la première partie, c'est en effet un bon album que nous offrent ici les Néerlandais, un bon retour en agressivité après le lamentable Consign to Oblivion, et avant la bombe Design Your Universe... A conseiller aux amateurs du genre.

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
XxDeadPianistxX - 28 Avril 2011: Pourquoi un «simple» commentaire m'a permis d'en apprendre plus sur cet album que la majorité des chronique



Non, sérieux sa mérite largement le grade de chronique... sinon peut-être le manque d 'objectivité... mais un chronique 100bjective, c'est Eldorado hein?

(à éviter le track par track par contre mais bon...)
TheTenth - 06 Décembre 2012: je ne pensais pas acheter un jour un album d'Epica, les morceaux que j'avais entendu me semblaient être des repompes de ce que j'avais déjà entendu dans le genre ; je décidais quand même d'acheter "Design your universe" qui est très convaincant et plaisant, je décide donc d'acheter "Divine conspiracy" et là je me suis demandé si je ne m'étais pas trompé avec un album d'After Forever ... en voyant "the embrace that smothers" dans les titres ma confusion a été encore plus grande ...
Je constate alors que le créateur d'After Forever est celui de Epica. Si il est parti d'After Forever (dont le troisième album, donc le premier après son départ, est mon préféré et une référence du genre pour moi) pour montrer son manque d'inspiration il aurait du ouvrir un magasin de meubles. Reste le mystère "DYU" qui a vraiment un son bien différent ...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire