Taken by Force

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Scorpions
Nom de l'album Taken by Force
Type Album
Date de parution 1977
Labels EMI Records
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album367

Tracklist

1.
 Steamrock Fever
 03:36
2.
 We'll Burn the Sky
 06:25
3.
 I've Got to Be Free
 04:00
4.
 The Riot of Your Time
 04:08
5.
 The Sails of Charon
 04:23
6.
 Your Light
 04:29
7.
 He's a Woman - She's a Man
 03:14
8.
 Born to Touch Your Feelings
 07:37

Durée totale : 37:52


Chronique @ AlonewithL

29 Mai 2010
En 1977, Scorpions est alors en pleine mutation. La chenille se transforme en chrysalide avant de former le magnifique papillon que l'on a connu par la suite. A cette période, il faut noter que le heavy metal commence à emboîter le pas sur le hard rock, achevant en même temps le rock psychédélique du mouvement flower power. On passe dès lors du pacifisme décadent à la révolte armée. La formation allemande avance alors à tâtonnements et s'inspire du changement de mouvance pour créer des compositions à succès, plus accrocheuses, mais aussi plus rentables que leurs précédentes.
Taken by Force traduit une nouvelle étape transitoire dans la musique de Scorpions. Il marque également l'arrivée de Herman Rarebell à la batterie, future figure éminente de la formation.
Scorpions qui avait adopté une politique de provoc' dans le choix de ses couvertures, histoire d'interloquer les curieux (voir notamment la couverture originel de Virgin Killer), a pris l'initiative d'illustrer l'album par une vue de cimetière militaire. Bien mal leur en a pris, l'image a été censurée, sauf au Japon où la version d'origine de la couverture a été préservée depuis. Il a donc fallu choisir une illustration plus conventionnelle, mais plus simpliste, des membres du groupe sur fond noir. Les décombres du Vietnam fumaient encore à cette époque, les States traumatisés n'étaient pas encore prêts pour voir ce genre de vision glauque sur un album, qui de toute façon n'aurait que mal illustré la musique de l'oeuvre qui est tout le contraire du reflet de cette sombre vision.

"Steamrock Fever" le démontre bien d'ailleurs. C'est un fabuleux titre enjoué, aux riffs cinglants. Le refrain est une pure merveille auditive, coupant avec l'ambiance tranchante développée sur les autres parties. Il s'enregistre rapidement dans notre mémoire et nous fait connaître le Scorpions à tubes qui va naître dans les années 80.

Mais la formation est néanmoins capable de faire des chansons bien plus structurées et évolutives encore. "We'll Burn the Sky" prend ses marques sur un début de ballade mélodique comme le groupe sait les faire, avec un redoutable Klaus Meine, exprimant parfaitement les sentiments dévoilés au travers des chansons, avec une voix particulière que l'on reconnaît comme étant de plus en plus expérimentée. Les instruments et le chant manœuvrent parfaitement les couplets par l'introduction d'a tempos, en jouant avec dextérité à la fois sur un son sentimental et un son plus intense et brûlant.
Cela diffère quelque peu avec les compositions d'Ulrich Roth, davantage ancrées dans le début des années 70. "I've Got to Be Free", "The Sails of Charon" et "Your Light" exploitent de manière tout aussi efficace, un rock psychédélique et stoner, avec des riffs courts joués par des guitares semi-planantes, parfois très appuyées, et un chant nonchalant, moins structuré à la manière 70s.

Hormis ces compositions Rothéennes, Scorpions se base davantage sur des guitares plus abrasives, qui peuvent être sèches comme électriques, bien en adhésion avec le chant. La musique de Scorpions prend une tournure inattendue sur le titre illustre "He's a Woman - She's a Man". C'est la surprise de l'album. Les sonorités et le chant deviennent malsains. Le rythme est percutant et rapide. Cela ne nous laisse pas indifférent, bien au contraire. Qui aurait cru qu'un tel titre si provocateur , que l'on pourrait en même temps considérer comme un peu à part dans la discographie de la formation, deviendrait un incontournable de Scorpions, souvent interprété lors des concerts.

"Born to Touch Your Feelings" s'éloigne radicalement du brûlot précédent avec une chanson plus sentimentale encore que "We'll Burn the Sky", à la forme d'une complainte, mais d'un niveau plus inférieur que ce que l'on avait déjà écouté.

Sur l'édition 2002 figure 2 titres, dont le titre live "Polar Nights" d'Ulrich Roth, où le monsieur assure à la fois les longues parties de guitare et le chant, qui ne correspond pas à la même qualité que celui de Klaus Meine.
"Suspender Love" attire davantage l'attention avec un rock puissant et pervers. Klaus Meine a une voix sensuelle plus proche de celle d'un certain Prince, avant que tout revienne au naturel de Scorpions sur les refrains.

Taken by Force est à cheval entre rock psychédélique, hard et heavy metal. Cela paraît intéressant au premier abord, même si notre intérêt semble ne se focaliser que sur certains titres de l'album comme le titre magistral "He's a Woman - She's a Man". Avec cette galette, Scorpions se fait connaître du grand public et oriente sa musique vers un destin doré.

15/20

18 Commentaires

19 J'aime

Partager

ZazPanzer - 28 Août 2011: Steve Vai est justement un artiste qui m'emmerde souvent sur disque mais dont on tombe amoureux lorsqu'on le voit sur scène. Et pour en revenir à Uli, j'ai ressenti la même chose, bien que son travail studio soit plus accessible que celui de l'Alien.
samolice - 30 Août 2012:

Merci pour la chronique. Cet album est génial.

J'apprécie la diversité des titres proposés, du heavy "He's a woman" au funky (et magnifique) "Your light".
 

philthescorp - 28 Mars 2014: ah mes enfants... rien que pour 'Your light', cet album est grandissime... et c'était l'époque bénie ou les groupes ne se sentaient pas obligés de pondre des albums de 77 minutes et 16 chansons (genre Aerosmith dans les 90's !!!) 8 chansons intenses et puis hop, on les réécoute encore 40 ans après...
mechant - 28 Juin 2019:

Belle chronique pour mon Scorpion favori. C est d ailleurs avec cet album que je fus conquis par ce groupe....Mais une anecdote permettra de mieux saisir le pourquoi du comment..

DOWN n'avait pas de 1ere partie mais un film genre les videos de Pantera (Toulouse /Bikini 2009)...ou se succedaient clips et scenes de DOWN en tournees...et c' est là que j ai vraiment flashé sur le morceau "sailor of charon"... mais quel morceau...il y avait tout ce que j'aimais, 1 son 70's et 1 sacrée melodie couplés à 1 refrain des plus efficace.

Il ne m'en fallait pas plus....je venais de changer d 'avis sur le groupe....

Puis le leader de Depressive Winter finit  de me convertir avec Black Out....depuis j'ai acheté la.plus grande partie des albums studio.

Très grand groupe...

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire