Supreme Immortal Art

Liste des groupes Black Metal Abigor Supreme Immortal Art
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Abigor
Nom de l'album Supreme Immortal Art
Type Album
Date de parution 17 Fevrier 1998
Enregistré à Hoernix Ton und Licht
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album96

Tracklist

1.
 Satan in Me
 06:19
2.
 Supreme Immortal Art
 05:03
3.
 Soil of Souls
 04:29
4.
 Eclipse My Heart, Crown Me King
 04:40
5.
 The Spirit of Venus
 05:57
6.
 Blood and Soil
 04:46
7.
 Magic Glass Monument
 05:52
8.
 Exhausted Remnants
 03:50

Durée totale : 40:56


Chronique @ BEERGRINDER

19 Septembre 2009
Supreme Immortal Art (1998) représente un disque charnière dans la carrière de Abigor, le côté Pagan qui émanait parfois de leur Black Metal s’en est allé, remplacé ici par des aspirations plus occultes. Le visuel de Georg Hranda en revanche lorgne toujours du côté moyenâgeux avec armure et épée sur un fond éthéré. Après un Opus IV en demi teinte, P.K. et ses sbires ont retenu la leçon et après le mini Apocalypse enregistré début 97, Abigor prend son temps pour composer ce nouvel album mis en boite fin 97 / début 1998 et l’enregistrer au Tonstudio Hoerigs.

Cette fois ce disque semble avoir été plus mûrement réfléchi que son prédécesseur, la ligne globale est claire, et si la marque Abigor est facilement reconnaissable (Vocaux hurlés de Silenius, matraquage de TT à la batterie et se son de guitare âpre particulier), le clavier a désormais pris une place plus importante, non que celui ci s’impose jusqu’à en devenir insupportable (qui a dit Mystic Circle ?), mais il est désormais omniprésent dans certaines compositions. Satan in me ouvre d’ailleurs le disque sur un « riff clavier » qui dirige la manœuvre, Eclipse my heart, Crown my King tendrait même vers un côté Emperor sur les bords.

Supreme Immortal Art fourmille de bonnes idées, les compositions agressives de PK comportent toujours une part de subtilité non négligeable, tels des breaks avec arpèges, des refrains marquants, des guitares plaintives, des passages occultes et lents avant des accélérations fulgurantes ou des clavier inquisiteurs, Soil of Souls contient notamment tous ces éléments.
Tout en étant parfaitement identifiable grâce à sa personnalité unique, Abigor ne fait pas du sur place et fait évoluer sa musique sans trahir ses racines, car c’est bien un Black Metal d’obédience « true » avec du synthé que nos autrichiens proposent sur cet opus. L’authenticité et la force d’un morceau comme Exhausted Remains n’est d’ailleurs pas à remettre en doute, avec en prime un pouvoir quasi hypnotique de ses riffs et de son clavier emphatique.

En revanche le son n’est pas vraiment à la hauteur, la batterie si agressive de TT qui explosait tout sur Nachthymnen est singulièrement en retrait, et les guitares s’entremêlent au clavier parfois dans un brouhaha parfois difficilement perceptible, de plus une basse permettrait d’arrondir l’ensemble et de donner un peu plus de peps à l’ensemble.
Une production digne de ce nom aurait pu permettre à Supreme Immortal Art de s’imposer parmi les meilleurs albums Black de cette fin des 90’s, on se contentera d’un bon disque de Black Metal racé, varié et énergique.

BG

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ sargeist

13 Août 2005
Cinquième album pour les génies autrichiens d'Abigor,si on compte le trop court mais fantastique Orkblut.Après le non moins magnifique Opus 4 (que de superlatifs), Abigor nous sort donc ce Supreme Immortal Art.
On reste dans la continuité du précédent, après le court intermède jouissif et raw blakk du mini Apokalypse. Donc la les mélodies médiévales ou gothiques sont définitivement abandonnées,pour quelque chose de plus cosmique (y'a pas d'autre mot, c'est unique).Ca commence avec une intro aux synthés tout ce qu'il y a de plus supreme et astral! Les claviers sur ce disque, comme dans tout les Abigor d'ailleurs, sont la pièce majeure, d'une superbe originalité encore, avec des textures de sons excellentes, et puis toujours ces samples magistraux qui remplacent les transitions de rythmes dans un meme morceau. Samples évoquant des thèmes trés divers tels que des batailles, le cosmos, ou meme des méchants allemands qui beuglent.
Les guitares se font moins présentes encore que sur Opus 4, mais plus subtiles et les changemants de riffs sont innombrables.Il ya du talent guitaristique la dessous,peut etre pas très technique mais immensement créatif.Cependant ne vous attendez pas a headbanguer,tout est construit pour le rendu atmosphérique.Du bel ouvrage.
La voix quand a elle est plutot en retrait, sans grand reliefs, typique de combos b.m., un peu murmuré tout en hurlant (faut le faire, ah les subtilités du mixage). Il s'agit plus ici d'un "instrument" supplémentaire fait de grognements aigus plutot que d'une performance a la Halford!
La batterie mouline bien au moins a quelque 200bpm sur la moitié du disque, mais elle est assez varié et T.T. nous gratifie de quelques beaux patterns. Double inexistante par contre, tout comme la basse,mais vu qu'il s'agit d'un choix inhérent en général au style b.m., cela ne manque pas héhé.
Pour résumer, il s'agit pour moi d'une perle mais attention, hormis quelques belles mélodies synthétiques parsemés ci et la,il n'y a rien d'immédiat dans ce disque.C'est recherché, subtil, profond, quasi progressif dans l'esprit, et une bonne dizaines d'écoutes sont necessaires pour en tirer la plus pure essence satanique.Amateurs de "in your face direct" et de trucs accessibles, passez votre chemin.
L'exemple meme du groupe pour initiés, a facettes multiples pour qui sait les dénicher.Une bonne occasion en tout cas d'ecouter ce que peut donner un groupe detaché des habituelles influences scandinaves ou polonaises. UNIQUE dans l'esprit, l'atmosphère, et la musique.

ULTRA KULT!!!

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
ArchEvil - 17 Décembre 2007: Excellente chronique, ce disque le mérite amplement.
Les qualités de compositions font mouche à tous les coups, juste les vocaux qui par moment me rebutent un peu et les passages au synthé un peu grimacants par moment, mais sans plus.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire