One Night of Insurrection

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nightmare (FRA)
Nom de l'album One Night of Insurrection
Type Video
Date de parution 25 Fevrier 2011
Labels AFM Records
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album17

Tracklist

Recorded live at Salle Edmond Vigne, Fontaine, France, 31/10/2009
DVD
1. Intro
2. Eternal Winter
3. White Wicked Demon
4. Heretic
5. Legions of the Rising Sun
6. Secret Rules
7. Queen & Love and Pain
8. Three Miles Island
9. Hallucinations
10. The Winds of Sin
11. Target for Revenge
12. The Gospel of Judas
13. Mind Matrix Schizophrenia
14. The Watchtower
15. Power of the Universe
16. Lord of the Sky
17. Trust a Crowd
Bonustrack
18. Summer Blast in Tel-Aviv, Israel
DISC
1. Intro 01:49
2. Eternal Winter 04:58
3. White Wicked Demon 03:44
4. Heretic 05:49
5. Legions of the Rising Sun 05:19
6. Secret Rules 04:57
7. Queen of Love & Pain 04:02
8. Three Miles Island 08:44
9. Cosmovision 03:59
10. The Winds of Sin 04:31
11. Target for Revenge 06:22
12. The Gospel of Judas 04:19
13. The Watchtower 07:10
Total playing time 1:05:48

Chronique @ Eternalis

22 Fevrier 2011

on croirait entendre un groupe fatigué et apathique, chose absolument démente lorsqu’on a vu sur scène...

[Attention, cette chronique ne concerne que la version cd de One Night of Insurrection]

La célébration…trois décennies d’une carrière certes entrecoupée d’une très longue mise en demeure, mais surtout une renaissance qui donna lieu à cinq opus exemplaires, dont deux exceptionnels sous le joug d’une jeunesse et d’une créativité retrouvées, alliant comme personne le traditionalisme d’antan à une expérimentation et une agressivité actuelle.
Dans le cas de Nightmare, français qui plus est, la fête d’un anniversaire de trente ans de carrière ne passe pas inaperçu, et la création d’un Live en l’honneur de cette longévité exemplaire, soutenue de plus par des albums actuels d’une qualité hors du commun sur la scène actuelle (notamment les géniaux "The Dominion Gate" et surtout "Genetic Disorder" et "Insurrection"). Tout le monde sait que la musique des français est taillée pour le Live (ce n’est pas par hasard que le savoir-faire allemand a tenu a collaboré avec la troupe de Jo Amore), et si la musique est une vraie machine de guerre sur album, elle prend une tout autre mesure sur scène.

"One Night of Insurrection" prend vie le soir où Nightmare remet les pieds à domicile, chez lui, dans sa ville natale de Grenoble, pour une date anniversaire qui prenait la forme d’évènements. Maintes fois repoussé, ce concert arrive enfin entre nos mains, témoignage d’une soirée grandiose, bercée dans la testostérone, le cuir, la bière et les décibels. Si les bonheurs des versions promotionnelles ne nous auront fournis que la version audio, une première déception s’inscrit sous la forme d’une tracklist minimaliste et honteusement peu fournies.
Un seul disque, douze petits morceaux (tous étant post reformation, contre dix-sept sur le dvd), soixante-cinq minutes…est-ce donc cela une consécration selon Nightmare ? A peine plus d’une heure de concert, aucun morceau légendaire des années 80, une tracklist des plus banales…

Mais si encore, il n’y avait que ceci et le Live envoyait tellement le pâté, on pourrait simplement se décevoir d’un Live trop court mais tellement jouissif le temps qu’il passe dans nos écoutilles. Sauf que, encore une fois, la déception est de mise lorsque le premier riff, écrasant au possible, d’"Eternal Winter" résonne.
Un son plat, creux, dépourvue de folie et complètement dépareillé de tous feeling…on croirait entendre un groupe fatigué et apathique, chose absolument démente lorsqu’on a vu sur scène la maitrise de Jo Amore ou la présence scénique de JC Jess et surtout Yves Campion, véritable boucher au chant black et à la basse. Mais rien ne résonne, rien ne ressort…ni la foule, ni l’envie, ni la fougue…on s’ennuie ferme sur des morceaux qui nous font tant jouir en Live.

Que dire de ce "Legions of the Rising Sun" d’une mollesse affligeante sur son refrain, aux cœurs massacrés et aux grattes aussi épaisses qu’une corde à linge. Le public, à peine audible lors des morceaux, se fait entendre difficile entre eux, lorsque la musique n’est plus. Et pourtant, il est évident que l’ambiance devait être fiévreuse, l’interprétation nerveuse (tout ceci ressortira probablement sur le dvd) mais avec uniquement le son, l’apathie est de rigueur. L’énergie si chaleureuse et puissante du groupe n’a pas été captée et Nightmare se retrouve amputé d’un charisme pourtant certain et qui n’est pourtant plus à prouver depuis quelques années à piller les routes.
Une composition aussi fouillée que "Three Miles Island", à l’introduction ambiante et magnifique, laisse présager ce riff si monstrueux à la Arch Enemy qui détruit tout sur son passage…mais le son étouffé gâche réellement une bonne partie du plaisir…peut-être aussi aurait-il été plus appréciable que Jo communique plus longuement avec son public, le fasse plus participer que ce qu’on peut entendre sur le disque.

Restera tout de même un "Winds of Sin" destructeur en diable, même si encore une fois, ce n’est pas sur cette version que l’auditeur ira se déboiter les cervicales.
Vous aurez compris que la version audio est une grande déception, même si très acceptable, elle n’en reste pas moins en deçà de ce qu’un groupe aussi talentueux peu produire, et produit chaque soir sur scène. Un Live bien peu représentatif de la puissance des grenoblois. S’il est vrai que l’image efface souvent bien des défauts, il est en tout cas de notre devoir de préconiser l’achat du dvd sans faire attention au disque seul (de toute façon inclus dans le dvd) qui finira probablement à dormir dans son étui, caché derrière la précieuse bande audio, elle.
Un Live attendu par tous, mais qui sera bien loin de s’inscrire au panthéon du genre…il est évident que les albums eux, continue de tourner…encore et encore…

7 Commentaires

10 J'aime

Partager

Aegis413 - 23 Fevrier 2011: J'ai été au concert. C'est sur que la salle était petite et le son moyen mais l'ambiance était énorme. Surtout le retour des anciens membres du groupe. J'ai rencontré Yves ce soir là et c'est un bonhomme vachement accessible.
Venez les voir en mars à Lyon ça va être énorme !
MakraM - 23 Fevrier 2011: Ouais, on a eu droit à une bonne partie des anciens ^^
celtikwar - 02 Mars 2011: belle chronique,
j'ai un avis plus positif sur l'album quand même.
Seul - 02 Mars 2011: Aïl ! Moi j'ai raté leur concert de peux... Mais un de mes amis été présent et il ma dit que c'était grandiose, il à même slamé devant la camera !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ MetalAngel

23 Mai 2011

...ce live est d’une inquiétante platitude...

Ecumant les scènes de France, d’Europe et du Moyen-Orient depuis plusieurs années, les grenoblois de Nightmare n’ont jamais pris le temps (ou n’ont peut-être pas eu la possibilité, financièrement parlant, de le faire) de capturer l’essence même de leur heavy metal classieux et racé joué sur scène. Alternant des albums plus ou moins bons – les trois derniers albums, à savoir ‘The Dominion Gate’, ‘The Genetic Disorder’ et ‘Insurrection’ étant les meilleurs d’une série de 7 disques -, il était normal que le quintet décide finalement de graver sur rondelle ce qui allait être leur 30ème anniversaire de leur longue et exemplaire carrière. Le titre de ce court Live porte justement bien son nom : ‘One Night Of Insurrection’.

Enregistré à Grenoble dans la salle Edmond Vigne le 31 octobre 2009, ce Live (qui est accompagné d’un DVD éponyme) est un relativement sympathique témoignage de la communion entre le combo et ses fans. Malgré une setlist apparemment détonnante (il suffit de lire le verso du boîtier pour s’en rendre compte – 13 titres dont « Heretic », « Secret Rules », « Cosmovision », « Target For Revenge », « The Watchtower », pour ne citer que ces compositions-là), l’ambiance ne décolle pas vraiment et l’on se surprend à s’ennuyer un peu par moments. Ceci paraît inimaginable avec Nightmare, surtout lorsque l’on pose une oreille sur leurs enregistrements studio pleins d’énergie. Ici, point de vigueur ni de véritable rage, l’atmosphère qui se dégage de ce Live est d’une inquiétante platitude. Ceci est d’autant plus dommageable que le son est un peu « crade ». Un comble ! Ces deux mauvais points n’enlèvent toutefois pas le plaisir de l’écoute et de la découverte de ce que peux donner un gig de Nightmare sur platine CD.

Après avoir assisté à plusieurs shows des isérois, qui m’ont tous botté le derrière soit-dit en passant, je ne peux que laisser une certaine pincée de déception pointer le bout de son nez dans cette chronique. Il n’est, certes pas, très aisé de donner le meilleur de soi-même le jour où l’on enregistre un Live audio ainsi qu’un DVD, car le trac et divers petits problèmes de son peuvent survenir, gâchant en partie ce qui aurait pu être une soirée de fête, mais il manque malheureusement cette fougue et cette hargne que les musiciens de Nightmare, Jo Amore en tête, savent si bien transmettre d’habitude lors de leurs tournées. Peut-être est-ce la faute à une production un tantinet faiblarde. Peut-être est-ce un manque de réaction de la part du public qui ne rend pas sur cet enregistrement tout l’Amour qu’il porte à l’une des plus formidales formations françaises de heavy metal...

Malgré la très bonne idée de nous offrir enfin un album Live et la générosité du groupe concernant les titres choisis, l’alchimie ne fonctionne pas cette fois-ci. Espérons que le groupe et le label sauront réagir et nous proposerons la prochaine fois un meilleur produit qui nous rassasiera définitivement et placera les grenoblois dans le panthéon du metal européen.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire