Cosmovision

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nightmare (FRA)
Nom de l'album Cosmovision
Type Album
Date de parution 2001
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album88

Tracklist

Re-Issue in 2013 by AFM Records with 6 bonus tracks
1. Roads to Nazca 00:59
2. Cosmovision 03:47
3. Corridors of Knowledge 03:46
4. Spirits of the Sunset 03:54
5. The Church 03:47
6. Behold the Nighttime 04:53
7. Necropolis 04:14
8. The Cemetary Road 04:53
9. Kill for the New Messiah 04:09
10. The Spiral of Madness 06:20
11. Last Flight to Sirius 05:22
12. Riddle in the Ocean 05:25
Bonustracks (Re-Issue 2013)
13. War Addict (Unreleased) 04:33
Bonustracks (Re-Issue 2013): Astral Deliverance EP (1999)
14. Astral Deliverance 00:46
15. The Legends (A Tribute to the Voice : Jean Marie Boix) 04:39
16. Heart of Fire 04:02
17. Princess of the Rising Sun 03:57
18. Howlers of Insanity 04:08
Total playing time 51:29

Chronique @ Sken

10 Août 2012

Une réalisation (...) que chaque fan de heavy saura apprécier à sa juste valeur

Cosmovision ou l'histoire d'un nouveau départ. Car en cette année 2001, où paraît cet album, plus de 15 ans se sont déjà écoulés depuis la première carrière du groupe. Nightmare avait en effet déjà livré deux albums au milieu des années 80. Depuis ? Le néant ou presque. Quelques changements de line-up, Jo Amore passe au chant et laisse les fûts à son frère David, un contrat avec les Autrichiens de Napalm, et voilà tout ce beau monde reparti. Que vaut alors ce Cosmovision ?

Avant d'évoquer le contenu propre, arrêtons-nous un instant sur ce superbe artwork présentant un monde à la fois très inspiré des civilisations précolombiennes mais aussi très futuriste, comme nous l'indique le vaisseau prêt à se poser sur les lieux. Jean Pascal Fournier, à qui l'ont doit ce superbe travail, sera également derrière les artworks des albums suivants, à partir de "The Dominion Gate".

Cosmovision s'ouvre sur l'intro "Roads to Nazca", lourde et oppressante à souhait, qui ne peut que faire monter le suspense avant le premier morceau, portant le nom de l'album. Un titre à la structure simple mais très entraînante. Le chant est bien maîtrisé et porté par des choeurs donnant au tout un aspect orchestral et grandiose.

Cette caractéristique apparente sur ce premier titre sera l'une des directions principales suivies par l'album. Celui-ci se veut imposant et ambitieux, utilisiant pour cela à de nombreuses reprises des aspects orchestraux et des choeurs puissants. Il n'y a qu'à voir l'intro pleine de majesté de "Corridors Of Knowledge", où le refrain sera de nouveau soutenu par les choeurs. Ceux-ci se montreront même omniprésents sur "Spiral Of Madness", lui donnant une dimension de douce folie, propice au sujet traité.

Mais toute cette pompe ne masque pas le coté mélodique et n'empêche pas une recherche sur des ambiances musicales diverses. Ainsi "Necropolis" se tournera plutôt vers des influences orientales, celles de l'Egypte Antique qu'elle décrit, tandis que "Riddle in the Ocean" fera presque office de balade avec son tempo plus lent. La rage de la très réussie "Behold The Nighttime", la noirceur de "The Cemetary Road" ou la puissance de "Kill for the New Messiah" sont autant d'influences diverses qui viendront peupler cet album. Je me permets d'ailleurs une petite digression sur le dernier titre cité qui est, selon moi, le meilleur de cet album. Mélodique, au refrain simple et entraînant, n'abusant pas des choeurs précités, il est en tout points réussi.

La déception sur cet album viendra de certains titres heavy classiques et prévisibles qui ne sont pas selon moi à la hauteur des autres. Il en va ainsi de "Spirits Of The Sunset" ou "Last Flight To Sirius", qui sans être fondamentalement mauvais, ne nous suprennent guère et auraient aussi bien pu ne pas figurer sur ce disque, sans qu'il n'y perde en qualité.

Mais restons positifs car ce Cosmovision est un très bon album, surtout lorsque l'on se dit que le groupe revient d'une si longue période de vide. Une réalisation signant un retour probant pour les Français et que chaque fan de heavy saura apprécier à sa juste valeur.

6 Commentaires

6 J'aime

Partager
choahardoc - 11 Août 2012: Bonne chronique pour un album qui a remis les Grenoblois sur les rails durablement. Merci Sken.
Elevator - 11 Août 2012: Merci pour la chronique.

C'est un bon album qui a effectivement relancé le groupe même si j'ai un peu plus de mal avec "Silent Room" qui a suivi.

Pour compléter ma collection, il me reste à acheter "Genetic Disorder" et "The Burden of God", et si quelqu'un les connait un avis est le bievenu.
samolice - 14 Juillet 2013: Merci pour la chro.

Album acheté tout récemment donc impressions "à chaud"
La voix d'Amore est vraiment remarquable.
En revanche, la plupart des titres ne m'ont pas emballés. A voir après un nombre d'écoutes plus important.

PS : mention bien, comme d'hab', à Rondat qui tape un excellent solo sur "Spirits of". Ah si seulement pour lui ce mec était né anglais ou américain ...
benensis666 - 26 Janvier 2014: bonne crhonique j'aurai juste rajouté aussi que le son de l'album aurai mérité un son moins faiblard par rapport aux qualité de certain titres mais ils ont un peu arrangé le coup avec leur edition remasterisé
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire