Obsessed by Cruelty

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Sodom (GER-1)
Nom de l'album Obsessed by Cruelty
Type Album
Date de parution Mai 1986
Labels Steamhammer
Style MusicalBlack Thrash
Membres possèdant cet album338

Tracklist

1986 Metal Blade Edition (First Recordings Sessions)
1.
 Intro
 01:54
2.
 Deathlike Silence
 05:06
3.
 Brandish the Sceptre
 02:56
4.
 Proselytism Real
 03:31
5.
 Equinox
 03:32
6.
 Obsessed by Cruelty
 05:47
7.
 Fall of Majesty Town
 04:01
8.
 Nuctemeron
 03:00
9.
 Pretenders to the Throne
 02:39
10.
 Witchhammer
 02:05
11.
 Volcanic Slut
 03:21

Durée totale : 37:52



1986 Steamhammer European Edition (Second Recordings Sessions)
1.
 Intro (The Rebirth...)
 00:55
2.
 Deathlike Silence
 05:18
3.
 Brandish the Sceptre
 03:00
4.
 Proselytism Real
 03:26
5.
 Equinox
 03:38
6.
 After the Deluge
 04:53
7.
 Obsessed by Cruelty
 05:06
8.
 Fall of Majesty Town
 04:06
9.
 Nuctemeron
 03:03
10.
 Pretenders to the Throne
 02:39
11.
 Witchhammer
 01:46
12.
 Volcanic Slut
 02:58

Durée totale : 40:48

Acheter cet album

 $29.98  14,58 €  16,95 €  £16.23  $54.34  16,95 €  14,58 €
Spirit of Metal est soutenu par ses lecteurs. Quand vous achetez via nos liens commerciaux, le site peut gagner une commission

Sodom (GER-1)


Chronique @ Arawn

25 Fevrier 2006
Le premier album véritable album de Sodom, Obscessed by Cruelty qui ressortira un an plus tard avec le mini In the Sign of Evil en bonus, marque une nouvelle étape dans l’élaboration de leur style et du style thrash teuton dont ils sont le fer de lance avec Kreator. Si leur premier mini était sous le signe du malin, le premier est quant à lui sans contestation possible sous le signe de l’agressivité et de la rapidité comme nous le montre dès le début l’excellente « Deathlike Silence » qui en plus est extrêmement efficace et entraînante, ce qui ne gâte rien. Au fur et à mesure de l’écoute, on ne peut que constater que la musique s’éloigne de plus en plus du côté black omniprésent de In the Sign of Evil comme le montre des chansons comme "Nuctemeron" ou "Pretenders of the Throne" avec des riffs nettement plus thrash multipliant les à coups, les variations et les rebondissements et la recrudescence de soli sauvages comme dans "Deathlike Silence" et surtout l’abandon d’une rythmique répétitive et oppressante.

Pour autant, Obscessed by Cruelty n’abandonne pas complètement les ambiances noires notamment avec "Proselytism Real" mi tempo et intense et dans le début et la fin oppressantes de "Obsessed by Cruelty" qui nous rappelle aux influences de bases du groupe. De plus, la voix d’Angelripper conserve encore des intonations black année 80 tout au long de l’album, mais plus particulièrement dans "Proselytism Real", qui associée à divers cris donne encore cet aspect thrash black à l’album.

Toutefois, c’est bien la vitesse qui ressort des compositions avec un débit vocal qui s’accélère comme dans "Witchhammer" et des riffs aussi speed que la batterie qui ne goûte guère les ralentis. Rapide, agressif et sombre, les pierres angulaires du thrash teutons sont posées avec cet album indispensable. La noirceur des influences black vient teinter l’agressivité de la musique mais cesse d’en être vraiment l’aspect principal tout en la rendant si caractéristiques. Il suffit d’écouter "Equinox" pour comprendre que deux univers séparent le thrash US traditionnel et le thrash allemand et se plonger sans regret dans un monde de violence brute.


2 Commentaires

12 J'aime

Partager
albundy57 - 13 Décembre 2010: Un album culte qui aura notamment marqué la génération black-metal à venir!
Cependant, SODOM atteindra le sommet lors du prochain album "Persecution mania"...
AlaBasse - 20 Janvier 2018:

Le titre  Deathlike silence c'est le titre que va inspirer Euronymous guitariste du groupe MayeM grand fan de Sodom pour son label  DSP .. Deathlile Silence Production ... 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

04 Mai 2014

Un opus déterminant...

Les premiers pas des Allemands de Sodom furent indéniablement empreints de cette noirceur mécréante, de cette agressivité primale, de cette irrévérence haineuse et de cette atmosphère sonore délicieusement crue qui, indiscutablement, firent le lit d'une mouvance Black Metal alors naissante.

Aux côtés d'autres acteurs précurseurs de ce nouveau genre encore embryonnaire, les saxons sortirent en 1986, après plusieurs démos et un EP répondant au nom de In the Sign of Evil, un premier véritable méfait intitulé Obssessed by Cruelty.

Il conviendra de dire d'emblée de cet opus qu'il possède, comme nombre de ceux qui sortirent à l'époque dans ce style là, une assise très Thrash, très vive, très brute, très Punk, dans l'exacte sillage, pourrait-on dire, de ce qu'était alors un art noir primitif qui tentait, tant bien que mal, de trouver fort de sa maladresse exaltante quelques caractéristiques normatives traduisant ses désirs les plus obscures. Outres cette expression plus brute, la singularité exhalant les travaux de Sodom, les distinguant de ceux de leurs homologues Thrash américains et internationaux, réside dans le choix d'aborder, en des titres exaltés, des thèmes sacrilèges en des écrits impies.

Cette musicalité très rugueuse et très primaire, soulignée par les excellents vocaux rugueux très appropriés d'un remarquable Tom Angelripper et mise en défaut par une production un peu anémique, mais aussi ces textes blasphématoires, permettent donc, à l'art de Sodom, d'être immédiatement affilié à cette genèse ténébreuse Black Metal. Tant et si bien qu'Euronymous, chanteur de, Mayhem dira de cet Obsessed by Cruelty qu'il est "un chef-d'oeuvre de Black Metal". Nul doute que cet opus aura donc influencé ce mouvement.

Disons encore que l'expression artistique de Sodom, tout en s'inscrivant dans cette conception très âpre de ce Thrash germanique où excelleront bientôt Kreator et Destruction, s'éloigne quelques peu de celles moins arides des Américains où se complaisent délicieusement de toutes nouvelles idoles telles que Metallica et Slayer.

Le résultat de la combinaison de ces divers éléments nous offre donc un Obsessed by Cruelty très bestial qui, bien qu'étant dans la continuité d'un excellent In the Sign of Evil, en surpasse toutes les limites en nous proposant l'expression d'un exercice plus extrême encore. Essentiellement véloce et intransigeant, l'opus nous dévoile, en effet, toutes les arcanes d'une musique encore plus rapide, encore plus crue, encore plus féroce. Tant et si bien que ce mélange de Thrash germanique et de Black Metal tel qu'on le concevait alors, déconcertera certainement les esprits néophytes peu habitué à cette sauvagerie. Ainsi des titres tels que les frénétiques Deathlike Silence, Obsessed by Devil, Witchammer, ou encore, par exemple, Pretender to the Throne demeurent une parfaite illustration de cette expression.

Un excellent Proselytism Real au préambule et à la conclusion lourde et oppressante, ainsi que certains passages de Obsessed by Cruelty viennent, quant à eux, déroger à cette constante férocité presque incessante. Rappelant ainsi, s'il le fallait encore, les effluves Black Metal de ce groupe.

Quoi qu'il en soit Obsessed by Cruelty, premier véritable production des Allemands de Sodom, est donc une œuvre déterminante, puisque au même titre que certaines autres, elle est annonciatrice d'une ère nouvelle où l'art noir prendra un envol majestueux. Un essor auquel les Germaniques ne participeront pas totalement. Il préférera poursuivre ses aventures au sein d'une scène Thrash Metal allemande certes plus traditionnelles mais aux caractéristiques néanmoins typiquement teutons. Mais ceci est une autre histoire...


0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire