Nordland I

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Bathory
Nom de l'album Nordland I
Type Album
Date de parution 18 Novembre 2002
Style MusicalBlack Viking
Membres possèdant cet album332

Tracklist

1.
 Prelude
 02:35
2.
 Nordland
 09:21
3.
 Vinterblot
 05:17
4.
 Dragons Breath
 06:45
5.
 Ring of Gold
 05:35
6.
 Foreverdark Woods
 08:06
7.
 Broken Sword
 05:35
8.
 Great Hall Awaits a Fallen Brother
 08:17
9.
 Mother Earth Father Thunder
 05:38
10.
 Heimfard
 02:13

Durée totale : 59:22


Commentaire @ Mika_Helvetia

10 Novembre 2006
Premier volet de l'épopée Nordland orchestrée par Quorton, qui décédera tragiquement peu après le second album Nordland. Et, l'impression qui reste ancrée dans les mémoires est celle des dernières choses vues, et dans ce cas, entendues. Bathory nous offre un sublime Viking Metal, dont il est, pour ainsi dire, le père.

Après un prélude profond de plus de deux minutes, on entre dans une ambiance épique avec le morceau Nordland, qui est un véritable chef-d'œuvre, très représentatif du style et de l'album dont il est l'emblème. Début donc épique appuyé par des chœurs rendant une impression de triomphe et de grandeur...
Vinterblot et Dragons Breath sont plus lourds et appuyés sur un côté ténébreux rappelant certaines ambiances de l'époque Black Metal, bien que tout à fait différents au niveau des sonorités.
Pour ne pas rester linéaire et ne pas blaser l'auditeur, Ring Of Gold est un ballade mélancolique et presque dépressive semblant annoncer un repos guerrier... Puis, un morceau très emblématique, et sans doute un des mieux réussis de cet album, Forever Darkwoods. Huit minutes embrassées par une sorte d'envie d'échapper à notre vie et de se trouver sur les côtes de Asa Bay, blanchies par la neige et embrassées par le soleil. On semble pouvoir toucher la musique !
Broken Sword retourne dans un épique tout ce qu'il y a de plus traditionnel et efficace, avec des riffs rapides, galopant à la même façon dans Great Hall Awaits A Fallen Brother mais qui, lui, prend plus aux tripes. Retour mélancolique avec Mother Earth Father Thunder, avec un côté quelque peu mystique et un adieu glacial nordique avec l'ambiant Heimfard.
Petit bémol, Quorton a quelques tendances à dérailler au niveau de la voix, mais tout le cœur qu'il met dans son chant et sa musique efface cette petite tache insignifiante et fait de cet album un chef-d'œuvre qu'on ne peut ignorer.

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Nordstjarna

03 Juillet 2008
Avant dernière œuvre de Bathory, Nordland I est le premier volet de ce qui aurait dû être une trilogie, et qui n'aura jamais été achevée en raison de la mort tragique du grand et regretté Quorthon il y a à peine plus de quatre ans (paix à son âme).

Après le très diversifié et quelque peu controversé Destroyer of Worlds, ce chef-d'œuvre qu'est Nordland I marque le retour aux sources de Bathory à un viking metal grandiose dont seul Quorthon avait le secret. La batterie est lourde avec un son profond, les guitares sont puissantes et le chant toujours aussi particulier et propre à Quorthon, comparable à celui qu'il utilisait sur ses premiers albums viking, la production est bonne dans l'ensemble. Alternant des morceaux épiques et d'autres plus lourds, cet album nous plonge dans un univers de feu, de glace et de sang, tel est l'univers de Nordland.

Après un Prélude aux chœurs majestueux, où les sons du cor et de la batterie sonnent comme des tambours de guerre, l'album débute sur Nordland, morceau titre et pièce maîtresse de l'album. Dans ce long morceau épique où Quorthon loue sa terre, les guitares se font héroïques, et apportent une impression de grandeur, de vastitude et de fraîcheur, vous transportant au sommet des fjords. Un morceau magique, de quoi vous faire frissonner et vous donner envie de visiter au plus vite les froides contrées nordiques !

Les deux morceaux suivants, Vinterblot et Dragon's Breath, sont des titres plutôt lents, lourds et sombres, dégageant une puissance et une certaine noirceur mystique qui contrastent avec la grandeur épique de Nordland.

Vient ensuite la ballade de l'album, Ring of Gold, certainement l'une des plus belles composées par Quorthon. Les guitares acoustiques pleurent, la voix de Quorthon est sublime et planante, l'ambiance se fait mélancolique et onirique, vous donnant l'impression de naviguer sur un lac par une aube d'hiver embrumée...

Puis nous revenons à une ambiance plus épique avec Foreverdark Woods, qui débute au son du galop d'un cheval et de guitares acoustiques. Nous voilà embarqués pour une folle chevauchée à travers une vaste et sombre forêt, chargée de mystères et d'ombres du passé.

Le morceau suivant, Broken Sword, débute par une intro très calme au bruit des vagues et d'une guitare acoustique mélancolique, a veil of mist, a foreign coast, the calm before the battle cry ... car très vite, les guitares et la batterie se déchaînent, et nous sommes jetés au coeur de la bataille dont on ne sortira pas indemne à travers ce morceau puissant, héroïque et rapide à couper le souffle, agrémenté de samples comme le bruit des épées qui s'entrechoquent et les hennissements affolés des chevaux. Puis, après la bataille le calme revient avec toujours le chant des vagues et les pleurs de la guitare acoustique...

Great Hall Awaits a Fallen Brother, faisant suite à Broken Sword, commence sur un riff tranchant et efficace. A nouveau un morceau épique mais moins guerrier , plus travaillé et émotionnellement plus chargé que le précédent. On célèbre ici la gloire du frère tombé sur le champ de bataille.

Mother Earth, Father Thunder est un morceau plus lent et lourd, avec un côté mystique qui apporte une sensation de grandeur, celle des dieux du panthéon nordique que Quorthon loue dans ce morceau.

Enfin, avec l'intstrumental Heimfard, c'est le cœur serré que nous quittons les rivages d'Asa bay au son du chant des mouettes et du murmure des vagues...

En résumé, Bathory nous a offert ici un chef-d'œuvre du viking metal et probablement l'un des meilleurs albums de sa discographie déjà si riche. Un album grandiose et poignant, à écouter les yeux fermés pour se laisser transporter dans le royaume de Nordland et voyager à travers ses mers indomptées, ses fjords majestueux, ses forêts sans fin et ses champs de bataille peuplés de héros et de dieux.
Encore une fois, hail Quorthon et tout simplement... merci.

6 Commentaires

4 J'aime

Partager

Seul - 22 Décembre 2010: Pour moi Quorthon est mort vraiment trop tot...
pistache - 03 Janvier 2012: Coup de coeur pour les deux derniers albums de Bathory!
Je m'étonne de ne pas voir de chronique pour Norland II
svad - 27 Décembre 2012: Dans le top 20 de mes albums préférés... Excellent
PhuckingPhiphi - 04 Juin 2014: Je ne sais pas d'où provient cette rumeur comme quoi un Nordland III, voire IV, étaient prévus...

Quorthon considérait visiblement ces deux disques comme un double album en deux volets, le second étant bien la conclusion du premier. Ceci est d'ailleurs confirmé sur le site officiel de Bathory (qui n'a plus jamais été remis à jour depuis 2004), où Nordland II est bien décrit comme la conclusion de la saga. De plus, l'album suivant, qui était annoncé pour 2004, s'appelle "T.B.A." ("to be announced"), ce qui veut dire que le titre n'était pas encore décidé ; or, si Nordland avait du avoir d'autres chapitres, il aurait été logiquement annoncé comme Nordland III, non ?

http://www.bathory.nu/x1.htm

Conclusion : 10 ans après, la mort de Quorthon reste un événement tragique survenu trop tôt, mais nous pouvons avoir au moins la satisfaction de savoir qu'il aura eu le temps de finaliser son ultime œuvre de Viking Metal.

Hail Quorthon!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kuroikarasu

06 Décembre 2004
Voici le grand retour de Bathory à ses origines, un viking metal épique monstrueux... Ce projet étalé sur deux albums est phénoménal et, le moins que l’on puisse dire, c’est que Quorthon n’a pas perdu son inspiration d’antan (ce dont on a pu douter avec ses albums précédents très moyens). On retrouve les guitares heavy et puissantes, la batterie plus mid-tempo que véloce, la voix si typique des tous premiers albums, secondée par des chœurs et enfin des sons divers de vent, de pluie... Le tout se mélange dans un maelström de furie et d’héroïsme. Les histoires nous parlent de dieux nordiques, de héros perdus dans la nuit des temps mais dont la grandeur et le courage sont arrivés jusqu’à nous... La production et le mixage sont assez clean, faisant ressortir merveilleusement le côté grandiose et violent des compositions. Et dire que cet album et le suivant sont un peu le testament de Quorthon... Snif...
Voilà, Bathory refait du Bathory et qu’est-ce-que c’est bon !! Ah la la, un sacré coup de poing pour l’auditeur et un sacré coup de vieux pour tous les soi-disant groupes viking metal actuels qui n’ont toujours fait que recopier à l’infini le style de feu Quorthon... exception faite de Falkenbach, digne successeur du maître... Difficile de dire quels albums sont les meilleurs dans cette discographie bien fournie, mais une chose est sûre, celui-ci en fait désormais partie sans aucun problème, de même que son frère jumeau « Nordland II ».
Les morceaux « Ring of gold », « Vinterblot » ou encore « Forever dark woods » sont destinés à devenir des classiques. Oh que c’est booonnnnn !!

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
taylor13 - 09 Septembre 2008: Certainement le meilleur album de Bathory, dans la lignée d"Hammerheart" et de "Twilight Of The Gods".
Bon s'il n'est pas le meilleur, il est mon préféré; un putain de chef d'oeuvre.
R.I.P Quorton
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire