Noita

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Korpiklaani
Nom de l'album Noita
Type Album
Date de parution 01 Mai 2015
Labels Nuclear Blast
Enregistré à Petrax Studios
Style MusicalFolk Metal
Membres possèdant cet album100

Tracklist

1. Viinamäen Mies 02:58
2. Pilli on Pajusta Tehty 02:42
3. Lempo 05:35
4. Sahti 03:28
5. Luontoni 03:01
6. Minä Näin Vedessä Neidon 06:08
7. Jouni Jouni 04:51
8. Kylästä Keväinen Kehto 04:41
9. Ämmänhauta 05:17
10. Sen Verran Minäkin Noita 06:37
Bonustrack
11. Antaja 05:13
Total playing time 50:31

Chronique @ AlonewithL

01 Juin 2015

La plus grande simplicité.

Le groupe finlandais emmené par Jonne Järvelä, le bien nommé « Korpiklaani », est une institution du folk metal qui n’a pas démérité. Les albums figurant dans la première décennie des années 2000 ont participé grandement à sa popularité et à celle du folk metal. Aujourd’hui, le folk metal est en crise. C’est encore plus vrai chez les grands tenants du genre, notamment parmi ceux figurant sur le grand label Nuclear Blast, à l’exception du solide « Equilibrium ». Ainsi, « Eluveitie » nous laisse particulièrement songeur quant à son devenir. Il en serait de même pour la formation qui nous intéresse ici, en perte d’inspiration depuis son « Ukon Wacka » de 2011. Le suivant « Manala » avait tenté une approche plus osée en proposant notamment ses deux versions, en finlandais et en anglais, mais faute de titres vraiment emblématiques comme il pouvait tant y en avoir sur les premiers albums du nom et à force de mélodies recyclées sans trop de risque, l’effort fut vain. Le doute a fini par s’installer. Il y aurait plus de la crainte que de la réelle curiosité à l’annonce d’un prochain album de « Korpiklaani ». « Noita » arrive donc à un moment capital pour la formation, où tout le monde veille à saisir la véritable faute dans une discographie en douce récession. Sous un décor bleu-nuit, une sorcière est allongée souffrante sur un brancard. Elle et ses porteurs descendent une pente. Heureusement qu’elle ne s’appelle pas « Korpiklaani ».

Non ! Il n’y a pas de quoi mettre l’illustre formation folk à l’hospice. Elle montre toute sa vitalité et sa joie de vivre sur un traditionnel et joyeux « Viinamäen Mies », servi pour une large part par le duo accordéon et violon. Le rythme est cocasse et peut nous rappeler une petite polka, cependant rien de proprement spectaculaire, juste un bon moment à partager. On va s’apercevoir assez rapidement que le groupe a décidément cherché à ne pas se salir, à miser avant tout sur la simplicité. Ce côté festif va s’accommoder d’un ton un peu plus bourru sur « Sahti », plus encore à travers « Jouni Jouni » qui se singularise par ses coups de semonce de guitare en couplets, son grand détachement et un caractère bon enfant. Ce qui en fait un titre assez convainquant. Il n’équivaut pas cependant le dynamisme et le mordant affichés par le galvanisant « Pilli on Pajusta Tehty », morceau assez court, mais ayant une sacrée pêche, comme peu rencontré chez « Korpiklaani » ces derniers temps. Pour cela, il se hisse en pointe de ce qu’offre l’album dans son entier.

On retiendra également l’énergie et le sens de la mélodie typique des formations finlandaises avec « Luontoni ». Seulement, le souffle est coupé court en refrain par un chant par à-coups, qui est en plus répétitif. Ça fonce tout autant sur « Kylästä Keväinen Kehto »au point de frôler parfois le rapprochement avec « Finntroll ». Mais comme pour « Luontoni », le rythme s’affaisse sur le refrain, cette fois plus efficace et inspiré. Le titre se révèle subtil, éclairé, même s’il est loin d’égaler des titres d’anciens albums à la composition plus fournie. On pourra être plus dubitatif en revanche de l’étrange et nerveux « Sen Verran Minäkin Noita », d’abord très réjouissant par la dureté et la rapidité de ses riffs, puis se perdant dans des phases plus sombres et confuses. Ils font même l’exploit de produire une composition à la fois riche dans ses rythmes et ses atmosphères, mais aussi redondante. La pluralité d’émotions fait recette derechef avec le morceau bonus « Antaja ». Ce qui se traduit par des passages lents et attristés surtout servis par le couple violon/accordéon, et d’autres plus élancés où se dégage fortement des riffs nerveux et implacables.

Mais comme beaucoup de morceaux de l’album, « Antaja » nous laisse un léger goût d’inachevé. On s’attend à plus de leur part. Ce sentiment va essentiellement poindre sur les morceaux lents de la galette, à commencer par « Lempo », qui avait privilégié d’un support single et a donc été découvert bien avant la sortie de ce « Noita ». L’extrait se révèle être une sorte de trame nocturne, à la fois pesante, terne et sobre. Le seul accommodement réside dans quelques chœurs tribaux. Mais, il ne va pas sans dire que c’est assez redondant. Tout comme « Minä NäinVedessä Neidon » tout aussi obscurci et lent, reflétant peut-être une image plus mystique. Par contre, le refrain davantage pesant est puissant d’ennui, et va donc plomber ce titre sans grande saveur, qui se perd méchamment dans la durée. Parmi ces morceaux lourds du volume « Ämmänhauta » se montrera moins capricieux dans l’exercice, faisant place à des airs traditionnels sous la houlette du violon de Tuomas. Même si les riffs sont secs, que la piste avance par à-coups, qu’il y a aussi de la répétition, l’expérience de cette power-ballade s’avère plutôt concluante, sans réelle empathie cela dit.

Après un « Manala » décevant, qui s’est évertué à soigner davantage la forme que le fond, « Noita » ne relève guère la pente. Le combo a eu près de trois ans (soit le plus long écart entre deux albums des finlandais à ce jour) pour nous réaliser un produit au final dans la plus grande simplicité, aux confins d’albums comme « Spirit of the Forest » ou même de « Tales Along This Road » ou encore de « Korven Kuningas », qui ne fait pas l’unanimité mais dont les compositions sont à l’évidence bien plus subtiles et recherchées que sur ce « Noita ». Pourtant, à la défense de ce neuvième album de « Korpiklaani », rien n’est proprement dérangeant. Ça a beau être dans le plus simple appareil, ne pas aller plus loin que le bout de son nez, mais la musique fait son office, à l’exception des quelques pistes moroses signalées. On ira jusqu’à retenir une ou probablement deux pépite(s). En ce qui me concerne, « Pilli on Pajusta Tehty » restera. Toutefois, ce serait à bien réfléchir une pépite un peu pâle en comparaison d’un « With Trees » ou d’un « Rise ». Mais ne revenons pas en arrière par pitié. Vous condamnerez la sorcière à un sort tragique et vous me rendrez nostalgique.

13/20

5 Commentaires

14 J'aime

Partager

Daweed - 01 Juin 2015: J' avais été conquis par Manala perso, et j' attendais peut être trop de celui-ci. Sans doute à cause fait qu' ils aient mis 3 ans à le pondre, j' attendais plus de titres recherchés. Mais là, ouai, c est du Korpi quoi, 3 titres qui sont 3 hits en puissance et le reste pour combler. On passe un bon moment, puis on le range et on le ressort de temps à autre. bonne chro'
Renaud62 - 01 Juin 2015: Je comprends les arguments ^^ Perso je le trouve excellent et je les trouve tous très bons, Korpiklaani étant mon groupe favori ^^
Darksaucisse - 01 Juin 2015: Merci pour la papier l'ami !

Ta chro' confirme les extraits que j'avais écouté, relativement mou et peu inspirés, dans la continuité de ce à quoi le groupe nous a habitué depuis maintenant un certain temps...
Tant pis je n'irai sans doute pas plus loin avec cet album.
konar1 - 01 Juin 2015: Je pensais un un peu la même chose, au début que je l'ai écouté. Mais au fur et à mesure de l'écoute, je trouve cet album formidable, et à la hauteur de l'attente.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire