Monument

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Miss May I
Nom de l'album Monument
Type Album
Date de parution 17 Août 2010
Labels Rise Records
Produit par Joey Sturgis
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album99

Tracklist

Re-Issue in 2011 with an other tracklist.
1. Our Kings 03:12
2. Masses of a Dying Breed 04:00
3. Answers 02:51
4. Relentless Chaos 03:25
5. Creations 02:47
6. Gears 04:02
7. Colossal 03:40
8. We Have Fallen 04:22
9. In Recognition 03:17
10. Monument 03:41
Total playing time 37:02
Bonustrack (itunes Edition)
11. Rust (ft. Brandan Schieppati of Bleeding Through) 03:42
2011 Deluxe Reissue
1. My Hardship 03:29
2. Descending Discovery 03:49
3. Forbidden 03:13
4. Our Kings 03:12
5. Masses of a Dying Breed 04:00
6. Answers 02:51
7. Relentless Chaos 03:25
8. Creations 02:47
9. Gears 04:02
10. Colossal 03:40
11. We Have Fallen 04:22
12. In Recognition 03:17
13. Monument 03:41
14. Rust (ft. Brandan Schieppati of Bleeding Through) 03:42
Total Playing Time: 51:15

Chronique @ Arachnid

17 Août 2010

On a l’impression d’écouter encore une fois un énième produit metalcore avec une décennie de retard

Il y a des groupes qui ne progressent pas, qui restent sur leurs acquis, qui ne veulent pas évoluer et proposer quelque chose de neuf. Le groupe de l’Ohio Miss May I en fait partie. Après une démo et un premier album on ne peut plus basique mais qui a quand même su séduit de nombreux fans, les Chrétiens de Troy (sans mauvais jeu de mots) reviennent un an plus tard avec un nouvel opus nommé Monument et le résultat n’est guère convaincant.

Tout commence avec la mise en ligne de leur titre promo "Relentless Chaos", une bonne petite surprise bien burnée, mélodique et efficace, un titre accrocheur qui, sans rien révolutionner dans le metalcore, arrivait à tenir suffisamment en haleine l’auditeur déçu d’Apologies Are for the Weak. L’espoir renaissait en moi : Miss May I allait proposer du metalcore puissant avec une efficacité prononcée. Confiant, je réitère une belle erreur : commander le CD sans l’avoir au préalable écouté en entier. Qu’importe, je suis confiant. Je suis confiant mais hélas à nouveau déçu : le disque est une déception à laquelle je ne m’attendais vraiment pas, comme quoi un excellent titre promo peut être trompeur par rapport à l’ensemble de la galette.

Toujours chez Rise Records, toujours produit par Joey Sturgis, toujours un son du tonnerre bien mixé, toujours une magnifique pochette, Monument a le mérite d’être un CD indéniablement bien réalisé. Mais hélas, le son est une toute autre paire de manche : basique, répétitif, sans aucune personnalité, ennuyeux parfois, sans réelle innovation ni claque auditive, on a l’impression d’écouter des pistes cachées de leur précédent opus. J’exagère un petit peu, certes. L’identité du groupe se calque sur As I Lay Dying (même type de riffs, l’efficacité en moins, même structures, etc…), le scream est d’un commun effarant, le chant clair du nouveau venu Ryan Neff est encore plus insignifiant que celui de Josh Gillespie sur Apologies Are for the Weak… Bref, Miss May I continuent de faire le même metalcore qu’il y a dix ans, celui dont on connait toutes les ficelles, celui dont on a vu passer des centaines de groupes tous aussi similaires qu’insignifiants et je reste d’ailleurs bête devant le succès de Miss May I, la formation ne proposant que des compos aux airs de flagrants déjà-vu.

Petite introspection des quelques titres convenables de l’album : les sympathiquement classiques "Answers", "Gears" et "We Have Fallen", aux riffs mélo-bourrins déjà-vus (j’insiste sur ce terme, parfait reflet de ce que propose le groupe), et bien sûr le très très bon "Relentless Chaos", véritable single accrocheur parfaitement construit, perle rare de l’album. On retiendra également le titre itunes "Rust" avec la présence de Brandan Schieppati de Bleeding Through, un morceau tout simplement excellent avec ses breakdowns fracassants, son chant constamment nerveux, sa brutalité contrôlée, son efficience inédite (pour le groupe). Dommage en revanche que ces quelques samples brouillons très mal mixés et inutiles viennent parsemer le morceau d’une incohérence artistique. Pour le reste, c’est bien évidemment des titres similaires qui s’entrechoquent et l’inévitable ballade nommée ici "In Recognition" dont le chant rappelle celui de Burton C. Bell de Fear Factory (si si).

Bref, Monument a trompé son monde dans le mauvais sens, et s’avère encore plus basique que son prédécesseur (qui arrivait quand même à proposer de temps en temps quelques riffs sympas). Ici, on a l’impression d’écouter encore une fois un énième produit metalcore avec une décennie de retard, un CD pas désagréable en soi mais franchement inutile. À quand une once de personnalité messieurs ?

8 Commentaires

2 J'aime

Partager

Djaway - 29 Octobre 2011: Ben moi j'adore, je suis désolé.
shadowsarepowerless95 - 07 Avril 2012: Djaway, tu n'as pas à être désolé, car moi je suis totalement fan! J'adore l'énergie qui se dégage sur leurs disques! Donc voilà... Mais après chacun ses goûts! :)
Goneo - 02 Mai 2012: Pour moi cela sera un 17/20, je le trouve bien mieux que le premier, les mèlodies sont excellentes, c'est puissant violent tout en étant bien structurè, je vous conseil Masses of a Dying Breed.
Et un grand merci à Arachnid pour toutes tes chroniques.
Lepard - 03 Janvier 2013: Franchement l'album n'est pas mauvais en lui-même, mais ce chant clean est exécrable. Les refrains sont catastrophiques !

La meilleure chanson de l'album reste "Descending Discovery" qui envoie du lourd.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire