Apologies Are for the Weak

Liste des groupes Metalcore Miss May I Apologies Are for the Weak
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Miss May I
Nom de l'album Apologies Are for the Weak
Type Album
Date de parution 23 Juin 2009
Labels Rise Records
Produit par Joey Sturgis
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album74

Tracklist

1. A Dance with Aera Cura 03:19
2. Architect 04:07
3. Not Our Tomorrow 03:12
4. Arms of the Messiah 03:15
5. Apologies Are for the Weak 03:11
6. Harlot's Breath 03:55
7. Tides 03:18
8. Blessing with a Curse 03:03
9. Porcelain Wings 03:20
10. Forgive and Forget 03:31
Total playing time 34:11

Chronique @ Arachnid

18 Mai 2010

Du déjà-vu de déjà-vu...

Petite bio rapidos (vu que le groupe a très vite grimpé les échelons) : Miss May I s’est formé en 2007 dans la petite ville de Troy, dans l’Ohio. Ils enregistrent une démo, la font tourner sur myspace, se font repérer et, leur notoriété grimpante, ils signent chez le label du genre Rise Records où le célèbre Joey Sturgis (producteur spécialisé dans les groupes chrétiens comme The Devil Wears Prada, We Came as Romans ou encore The Crimson Armada) produit leur premier album intitulé Apologies Are for the Weak.

Une magnifique pochette signée Dan Mumford (je suis un fan), un son très propre enregistré aux Foundation Studios dans l’Indiana, des tournées avec Bleeding Through, Carnifex ou encore Molotov Solution... Plus de doute, Miss May I ça doit gérer à fond dans le genre. J’avais déjà écouté "Architect" et vu le clip de "Forgive and Forget" avant d’acheter l’album, c’était pas extraordinaire mais ça avait le mérite d’être sympathiquement bourrin et mélodique à la fois.

Le CD commence et c’est déjà la déception : mis à part les deux/trois titres que j’avais écouté, je ne connaissais pas du tout l’ensemble de la galette. Grosse déception ! Dès le premier titre, je sens que ça va me gaver : c’est monotone, sans pêche, sans inspiration, sans réelle hargne. Il y a bien sûr une production énorme et de bonnes idées (comme cette petite partie orientale hélas vite expédiée) mais les saccades sont d’un classique exaspérant, les quelques riffs mélo ne resteront gravés que dans la tête du d’jeunz qui découvre le metalcore, la structure de la compo est d’un banal déconcertant. Bref, c’est ennuyeux.

Deuxième piste, le fameux "Architect" que j’avais déjà entendu et passer plusieurs fois : mouais bof aussi, c’est finalement du pareil au même. Et les titres s’enchainent, se ressemblent tous et ressemblent également à tout ce qui a déjà été fait au préalable dans le genre : des saccades à la As I Lay Dying aux refrains aériens de Caliban en passant par des breakdowns typés Parkway Drive et ce petit côté thrash/heavy/hardcore (bon ok, metalcore quoi) comme on en a entendu par centaines. Bref, pour l’originalité, il faudra sans aucun doute repasser…

Le groupe propose du déjà-vu de déjà-vu (de déjà-vu) et, malgré la puissance de quelques titres, n’arrive jamais à être concrètement prenant. Difficile d’écouter la galette en entier tant le tout sonne affreusement répétitif et surtout assez ennuyeux. Rares sont les titres qui peuvent sortir du lot, non pas grâce à leur identité (chose que le combo n’a définitivement pas) mais plutôt grâce à certains courts passages, quelques riffs sympathiques, voire les premiers breakdowns écoutés au début du CD qui reviendront de façon récurrente mais sans différence aucune. Quand le quelconque côtoie le quelconque.

Bref, les quelques morceaux qui valent un tant soit peu le coup sont "Architect" qui amène le vrai premier breakdown de l’album, le coolos "Harlots Breath" et le single "Forgive and Forget" avec son riff en aller-retour pour le moins glauque. Voilà les quelques morceaux dont certains riffs (assez glauques) m’ont quelque peu titillé l’oreille.

Un premier album ultra-basique donc pour Miss May I, rentrant avec facilité dans un moule construit il y a dix ans et dont la jeune formation s’est immiscée sans peine. Décevant, inutile aussi, Apologies Are for the Weak bénéficie d’une énorme production mais rien n’est vraiment là pour faire palpiter. Peut-être que le prochain album sera plus personnel, qui sait ? Au final, un CD à ranger sur l’étagère, prêt à prendre la poussière comme pleins d’autres hélas. 10 euros de perdus et un amer ressentiment de m’être fait arnaqué sur la marchandise.
« Et il jura mais un peu tard , qu'on ne l'y prendrait plus… »

6 Commentaires

1 J'aime

Partager

Goneo - 27 Avril 2011: Comme toi Arachnid, toutes cette vagues de nouveaux à la mode, ne provoque rien à la premiére écoute,si ce n'est un "déja vu", sans âmes, grosso merdo ça ressemble à tout et à rien. Mais j'avais l'impression de passer à côté de quelque chose, au vue du nombre impressionnant d'écoute sur leur myspace (comme Asking alexandria ou August burn red) et surtout aprés avoir vue leur concert au Groezrock 2011, et bien en faite j'aime bien Miss May I, ya des super riffs, de très bonne mélodies, je trouves qu'ils ont quelque chose de plus que les autres groupes. Bon cela révolutionne absolument rien, mais c'est sympa et ça me fais bouger la tête.
Djaway - 24 Septembre 2011: C'est rare mais, mais je ne suis pas d'accord avec ta chronique, je trouve cet album vraiment bien, les riffs cest extrement "coreux" comme je les aime moi j'adore alors peut-etre que c'est du deja vu, ça y'a pas de doute mais ça reste néanmoins bon ! (je trouve)
Mais merci tout de meme pour ta chronique.
 
Kayserialkiller - 05 Mars 2012: moi je suis d'accord avec la chronique, on s’ennuie vraiment à écouté cette album et je ne peux qu’être d'accord sur le fait que toutes les chansons se ressemble.
bonne chronique donc mais 9 comme note c'est assez sévère. un 11 sera plus approprié.
frozen0991 - 30 Avril 2012: Assez daccord avec la chronique. Riffs sympa, bon son, pêchu. mais perso j'ai vite fait le tour. les structures sont très souvent les mêmes, les tonalités aussi. Mais pour moi le pire du pire dans ce groupe, c'est les voix claire. Mon dieu, j'en peux plus xD tout ces groupe de coreux ont le même type de chant avec ce côté juvénile et gnangnan. y'a bien d'autres façon de chanter dans ce registre. Suffit de regarder Soilwork, stormlord, in flames, etc. mais bref ça reste quand même assez cool comme zik, un ptit 11-12 / 20 aurait pt été plus mérité :p
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire